Faut-il craindre le "Big One" de 2012 ?

 |   |  633  mots
DR
DR (Crédits : CAEN Albert)
Philippe Mabille, rédacteur en chef et éditorialiste à La Tribune, analyse les peurs des marchés financiers mais aussi des économistes et des politiques alors que rien n'a été fait pour corriger en profondeur les déséquilibres fondamentaux à l'origine de la crise.

Rally de fin d'année sur les marchés boursiers ; sentiment de reprise économique conforté par les cours record atteints par les matières premières ; croissance bien installée dans les pays émergents et renaissante dans les pays développés. Le tout s'adossant sur des profits (et des bonus) bancaires florissants et des grandes entreprises mondiales les poches pleines de cash...

Et si 2011, année du lapin dans l'astrologie chinoise, quatrième année après la crise, était celle de l'apaisement des tensions, d'un retour à la normale refermant la parenthèse ouverte en 2008 avec la faillite de Lehman Brothers ? Une erreur "systémique" majeure imputable à l'administration Bush, et que l'Europe s'efforce de ne pas rééditer en organisant, pour l'instant avec succès, la défense de la zone euro. Car si on mesure les dégâts de la chute d'une banque privée comme Lehman à l'aune des emplois perdus (30 millions entre le début 2008 et le début 2010 selon le BIT), on n'ose imaginer l'ampleur de la déflagration qu'entraînerait un défaut de l'Espagne ou de la Belgique. Les Chinois qui volent, non sans arrière-pensées, au secours de l'euro, l'ont bien compris, tout comme l'Amérique d'Obama qui s'inquiète des conséquences pour sa propre survie d'un éclatement de l'euro. À juste titre, parce que le grand événement de 2011 pourrait bien être le basculement de la spéculation de l'autre côté de l'Atlantique, où la situation économique et budgétaire n'est guère meilleure que chez nous.

Un économiste de la banque ING, Mark Cliffe, a "quantifié l'impensable" d'un retour aux monnaies nationales en Europe : récession de 10 % sur trois ans, explosion du chômage et déflation généralisée, y compris en Allemagne. Les États-Unis surendettés ne peuvent pas ne pas se sentir concernés par le sort de l'Europe. Et c'est cette interdépendance qui nous sauve.

Mais plus que le scénario d'un krach de la zone euro ou d'un krach obligataire par indigestion de dettes publiques, c'est surtout le spectre du "Big One" qui hante les marchés financiers. Le "Big One", c'est ce fameux tremblement de terre final qui pourrait un jour engloutir l'ouest de la Californie si la faille de San Diego venait à le déclencher. Le "Nouvel Économiste" consacre sa une cette semaine à cette hypothèse d'un "effondrement ravageur" de la sphère financière sur elle-même.

Cette peur millénariste, alimentée par le cinéma (le film "2012" est construit sur la mythologie du calendrier maya qui date l'apocalypse au 21 décembre 2012, ce qui nous laisse deux ans !), repose sur un constat implacable. Sous l'apparent confort du retour au "business as usual", rien n'a été fait pour corriger en profondeur les déséquilibres fondamentaux à l'origine de la crise. Au contraire, pour la surmonter, les États ont choisi la fuite en avant dans une boule de neige financière qui fait, c'est de saison, froid dans le dos. Les liquidités en circulation représentent près de douze fois le PIB mondial (700.000 milliards d'euros), s'inquiète le député socialiste et ancien banquier Henri Emmanuelli qui a présidé une commission d'enquête sur la spéculation. Comme l'écrit avec un humour grinçant le "Blog a Lupus", "la rechute des alcooliques anonymes" menace et prépare de nouveaux chocs financiers. Reste à savoir où serait l'épicentre du "Big One" : l'Europe, les États-Unis, la Chine ? Les failles ne manquent pas. Mais, le pire n'étant pas certain, nous ne céderons pas, nous non plus, à ce "journalisme d'épouvante"... tout en conseillant de lire ou de relire "le Cygne noir" de Nassim Nicholas Taleb, pour réfléchir, quel symbole pour Noël, à la "puissance de l'imprévisible".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2012 à 22:18 :
Assez d'accord avec "patbetton". Avec un bémol : Justement, nous (même les scientifiques) ne pouvons pas encore dire avec précision quand un simple séisme se produira. Tout au plus affirmer avec une relative certitude qu'il se produira. Et que, par exemple, le jour où le Yellowstone se réveillera VRAIMENT, bonjour les dégâts : un cataclysme à l'échelle américaine entraînant un cataclysme boursier très probablement, et tutti quanti. Et on sait maintenant que le Yellowstone va se réveiller , probablement bientôt, le seul problème, justement, est de savoir : QUAND. Alors, au moins pour se donner bonne conscience, si pas autre chose : préparer son sac à dos de "survie" ! Mieux vaut se donner bonne conscience que de se dire - si on en a le temps - "si j'avais su" ... Non ?
Bisous à tous
Nicole
a écrit le 31/12/2010 à 0:07 :
Je ne vois pas en quoi 12 fois le PIB mondial en liquidités est un indicateur de danger.
On peut peut être m'expliquer.
Le PIB c'est la richesse produite; chaque année un peu plus de PIB qu'il croisse plus ou moins vite que l 'année précedente (on espère plus bien entendu)
Ca fait de nombreuses années que le monde capitaliste s'enrichit à présent.
Une partie de la richesse se matérialise en biens et services et une autre en monnaie.
Ce qui serait intéressant serait de comparer la proportion. Et encore...

Réponse de le 26/01/2011 à 14:26 :
Les liquidités en circulmation sont des sommes astronomiques qui peuvent échapper à tout contrôle et devenir des mouvements spéculatifs potentiellement capables de destructions massives d'entreprises, de banques et d'Etats.
a écrit le 30/12/2010 à 20:24 :
j'ai calculé tous les retournements possibles en fonction des systèmes de gravité financiers et de la péréquation par sous-systèmes économiques. Je n'ai rien trouvé..... parce que les nouvelles , bonnes ou mauvaises, sont créées et distillées en fonction d'objectifs maîtrisés par quelques initiés dont le FMI ne pas partie par ailleurs. La création de monnaie synthétique ( artificielle) par les états est devenu la préoccupation de tous les économistes planétaires et demain la monnaie n'existera plus. Il demeurera des références d'échanges sur les matières premières ou bien durables. Le travail ne sera plus qu'une vague notion pour définir le temps social d'un être humain.
Les Chinois seront les maîtres du monde assistés par les scientologues dont la quête est de "nettoyer le monde".......
a écrit le 30/12/2010 à 17:50 :
On nous vends une crise et un pseudo effondrement . Désolé pour tous ceux qui croivent au rien, car le rien nous mene dans l'abime. La réalité est simple , il y en a qui s'enrichiront et d'autre s'appauvriront si ils ont peu déja, voila la realité
Réponse de le 30/12/2010 à 20:28 :
En ce qui vous concerne, si vous comptez sur la qualité de votre orthographe et de votre grammaire pour vous enrichir, je pense que c'est raté !!!
Réponse de le 31/12/2010 à 7:21 :
@Hum, svp, faites une remarque constructive et cogitéz avec nous sur le dicton " l'argent appel l'argent!" est ce toujours vrai ?? Même en cas de crise ou de cessation de paiement des états !
Réponse de le 01/01/2011 à 16:18 :
En ce moment ce serait plutôt "la dette appelle la dette". Toujours plus de dette... Pousser les états à s'endetter de plus en plus, les particuliers à s'endetter à vie pour s'acheter un tout petit logement surévalué et pour consommes toujours plus. Cette politique actuelle est catastrophique, et la crise actuelle (surbrimes, LBO, CDO, dette d'états etc) en est la triste illustration.
Réponse de le 16/03/2012 à 22:31 :
Tout à fait d'accord. Comme l'argent va à l'argent, la dette va à la dette. Mais, pour répondre à la remarque du dessus, on peut tout aussi bien "positiver" en restant "Zen". Cependant, je pense que la remarque de "Hum" tendait à démonter le mécanisme actuel. Qui, au fond, n'est pas différent de celui de nos souverains de jadis, poussant leur noblesse à dépenser toujours plus afin d'avoir pleine emprise. Et c'était DEJA une politique catastrophique : A croire que nous n'avons toujours pas appris la leçon ...!!!
Bisous
Christine
a écrit le 30/12/2010 à 17:08 :
Mais ce big bang est à souhaiter puisque les responsables de ces crises successives continuent de plus belle, et une fois les crises passées font obstacle à toute mise en place de toutes régulations, la cupidité reprenant le dessus une fois la tempête passée.
a écrit le 30/12/2010 à 15:01 :
Billet parfaitement dispensable. Bonne sieste.
a écrit le 30/12/2010 à 14:31 :
Intéressant à lire!
a écrit le 30/12/2010 à 11:45 :
les experts ce sont toujours tromper , sortir de l europe vite
Réponse de le 30/12/2010 à 12:51 :
parol d'un expert d'un autre type?
Réponse de le 30/12/2010 à 17:32 :
la grammaire...
a écrit le 30/12/2010 à 5:19 :
De mon temps, les journalistes avaient comme livre de chevet l'Abrégé du code typographique à l'usage de la presse et ils ne faisaient pas autant de fautes de typographie en particulier dans la gestion des espaces dans la ponctuation, les guillemets et le parenthèses. Cela évitait les retours à la ligne intempestifs laissant une parenthèse ou des guillemets orphelins...
Réponse de le 30/12/2010 à 14:10 :
Ca, c'est valable pour le papier...
a écrit le 30/12/2010 à 1:07 :
C'est de la foutaise tout cela !
Les "puissants" de ce monde, n'en tireraient aucun avantage. Cela jouerai contre leurs propres intérêts. Lorsque l'individu n'a plus rien à perdre, il peut se révéler "dangereux", cela multiplier par X millions d'individus et cela vous fait une révolution !
a écrit le 29/12/2010 à 22:55 :
Il n'y aura pas de "big one" car les banques centrales injecteront autant de liquidités que nécessaire. Elles accordent déjà des liquidités officiellement "illimitées" à taux quasiment zéro aux banques privées, pour qu'elles puissent les repréter beaucoup plus cher aux états, entreprises et particuliers afin de faire des bénéfices pour éponger leurs pertes; c'est une énorme subvention déguisée. Si besoin est, cela coulera complètement la monnaie, donc diminuera énormément les salaires, le pouvoir d'achat, et l'épargne. Cela ruinera complètement les pauvres. Mais les grosses entreprises et en particuliers les banques seront sauvées, c'est ce que souhaite la banque centrale avant tout : sauver les banques; le petit peuple passe loin derrière.
Réponse de le 31/12/2010 à 10:47 :
En effet, et elles le font sans le faire savoir aux peuples (qui payent !): la BCE l'a même annoncée il y a plus d'un an : qu'elle ne ferai plus de communication lors d'aide directe aux banques européennes. Pour information, les américains sont arrivés, après presque deux ans, à savoir quelles sociétés avaient été aidées par la FED et pour quel montant : Goldman Sachs : 292 Milliards de dollars !
Les banques se portent à merveille, et les bonus sont au plus haut - Merci qui ?
Réponse de le 01/01/2011 à 16:23 :
vous n'avez que trop raison; Selon Bloomberg, les banques ont fait les deux meilleures années de leur histoire en 2009 et 2010, c'est à dire comme par hasard les deux années où elles ont bénéficié des aides massives et illimitées des états et des banques centrales, tout ceci bien-sûr au détriment des finances publiques, des déficit, et des citoyens. Les montants injectés par les banques centrales dépassent les 10 000 milliards de dollars. Tout cela pour quoi ? Le chômage n'a pas baissé, seul les bonus des traders ont remonté. Les banques ont réussi le plus gros hold up de toute l'histoire, impunément, en pompant directement le fric des banques centrales, fric imprimé spécialement pour l'occasion pour les banques, en direct de la planche à billets. Quelle honte.
a écrit le 29/12/2010 à 21:01 :
bien de mots pour expliquer ce qu,est aujourdhuit et ce que seras demain mais n,est il pas vrais que le tout puissent richissime continue ou perpetue le sentiment de peur dans un objectif de contenir les peuples en sachent qu,il assouvie la soif de se remplir les poches ; s,est sur il n,aime pas les conflit sociaux mais quand il faut !! sa se n,est pas la fin du monde ? et le fric on l,emporte pas dans la tombe
a écrit le 29/12/2010 à 9:09 :
De quelle(s) crise s'agit-il au final ??

Le seul problème est l'inadéquation entre un Occident au plus haut de sa richesse
globale et un pool de pays gigantesque ( Chine , Inde , etc) qui travaille dur et pas
cher pour nous vendre le nécessaire et le superflu ...

Cela mettra au minimum 2 à 3 générations pour se normaliser
D'ici la on aura crise sur crise , plus ou moins bien pilotés par les politiques
a écrit le 28/12/2010 à 21:36 :
Bientôt la france à 80% de paysans, le troc,l'élevage, la construction, le travail: Un bestseller pendant 8000 ans jusqu'en 1850.
Réponse de le 30/12/2010 à 17:28 :
Pourriez-vous écrire en français compréhensible, avec des sujets, des verbes, etc. ? Votre texte est INCOMPREHENSIBLE... : que voulez-vous dire et expliquer ? Allez, vous avez encore une chance !
Réponse de le 31/12/2010 à 8:18 :
Vous avez encore une chance, je suis sûr que vous allez comprendre comme j'ai réussi.
Suffit de se projeter un peu dans l'avenir.
a écrit le 28/12/2010 à 17:59 :
Tout notre système financier est en crise et cela est normal dans un monde ou tout pousse a s?endetter les particuliers comme les entreprises et les états. Depuis le début des années70 on s?amuse a créer de la monnaie virtuelle .Les banques battent la monnaie en lieu et place des états par le biais du crédit. Que l?on s?enrichisse sur le dos du particulier n?est déjà pas vertueux ; qu?on le pratique a grande échelle sur le dos des états est anormal. La dernière invention c?est la notation des états par des agences spécialisées.
La démonstration de l?incompétence des offices de notation Fitch, Moodys, Poors a été démontrée depuis bien avant la crise de 2007 ; On a la preuve aujourd?hui que ces agences ne furent pas toutes blanches lors de la crise des subprimes. En effet, elles avaient pour mission de noter les CDO (collateralised debt obligation) : ce sont des produits financiers qui détiennent plusieurs titres, dont les titres pourris liés aux crédits hypothécaires irremboursables. Ces produits créés de toute pièce ne correspondaient à rien sur l?échelle de notation mais eurent tout de même la meilleure note (AAA). Faut-il y voir une pression des banques
Ces agences qui a l?origine ont été crée pour noter des entreprises et que la toute puissance de la finance a imposé pour juger de la santé économique des états sont à la base d?un système qui déresponsabilise le politique et qui amplifie la dette de tous les pays de façon artificielle. Rappelons quand même que la dette a pour origine les lois dites Rothschild de M. Pompidou en 1973.Adaptées et amplifiées par le traité de Maastricht article 104 qui interdit aux états de se financer auprès de leur banque centrale et impose de s?endetter auprès des marchés et banques privées, lesquels ne se privent pas de se sucrer largement en intérêts ; Ces intérêts représentent aujourd?hui en valeur, plus que l?argent emprunté La dette à fin 1979 était de 239 milliards d?euros (*), déjà injustifiables ; la dette à fin 2008 s?établit à 1327 milliards d?euros ! Ainsi, entre 1980 et 2008, la dette a augmenté de 1088 milliards d?euros et nous avons payé 1306 milliards d?euros d?intérêts.
Par la grâce de ces fameuses agences, qui suite a leur notation permettent aux marchés de prêter à des taux supérieurs à 8 % alors qu?elles se fournissent à 1% à la BCE les dettes s?emballent ; c?est un cercle vicieux voulu et entretenu par la finance internationale, et le pire ? c?est légal !
Il est temps que cette aberration économique soit battue en brèche, sinon quoique l?on fasse, même avec des mesures drastiques d?économie, nous n?en sortirons jamais.

Réponse de le 29/12/2010 à 10:43 :
Vous avez entièrement raison. Un petit rappel au sujet de ces géniales agences de notation : elles donnaient leur note maximale, AAA, à Lehman Brothers... quelques jours avant sa faillite !!! Quelle perspicacité !!!
Réponse de le 30/12/2010 à 19:24 :
aux armes citoyens!......
a écrit le 28/12/2010 à 16:24 :
Ahurissant,l'Etat de décomposition de la Nation.
Et nos Politiques donnent des leçons,et se mélent d'Ingérences,alors qu'ils ne sont pas capables de savoir compter,planifier,gérer.
Il faut que l'électeur se ressaisisse,pour donner la "correction" qui s'impose
a écrit le 28/12/2010 à 15:48 :
Moi j'espère tout simplement que la France va être engloutie dans le prochain Big One, parce que franchement le grand nettoyage de tant de cons ne pourra être que bénéfique à l'humanité toute entière !!!
Réponse de le 31/12/2010 à 9:44 :
Meme si la France est engloutie,Tout ne sera pas perdu!Il restera un francais, intelligent celui la, expatrie au Canada......Mr PatricKB
Réponse de le 01/01/2011 à 18:06 :
@ alan john: faux, psuique PatrickB investit son argent ailleurs qu'au Canada où il ne compte pas rester.
a écrit le 28/12/2010 à 10:43 :
Que de stérilité!!!!
a écrit le 27/12/2010 à 13:25 :
Le "cygne noir" de Taleb a 50 ans de retard : ce n'est que la traduction des théories mathématiques de "grandes déviations" et d'"évènements rares" (Varadhan 1966, prix Abel 2008). Une preuve de plus que les financiers n'ont qu'une très faible maitrise des théories qu'ils utilisent. Voir "large deviations" sur wikipedia, par exemple.
a écrit le 27/12/2010 à 11:21 :
Beaucoup d'intellectuels de renom, de scientifiques, d'écologues, de philosophes sont très pessimistes sur l'avenir du monde et ne pensent pas que la planète peut encore perdurer bien longtemps. Une échéance fatale pour 2012 est une hypothèse qui apparaît de moins en moins comme fantaisiste et de plus en plus plausible. De toutes les façons, il est maintenant trop tard pour changer l'issue fatale et il ne nous reste plus qu'à attendre. Mektoub, c'est écrit !
Réponse de le 30/12/2010 à 11:39 :
Ne disait on pas la même chose en l'an 2000 !!!
Ne disait on pas la même chose en l'an 1000 !!!
Non, il n'y aura pas de fin du monde en décembre 2012.
Réponse de le 30/12/2010 à 14:16 :
ne pas confondre fin du monde et fin d'une civilisation ce qui est predit par les inca mais la aussi c'est sujet a caution
a écrit le 27/12/2010 à 11:05 :
faut réduire les très inquiétants déficits publics, notamment ceux de la Sécu Sociale ! Faut pas attendre! car les marchés financiers (l'argent de notre épargne que les banquiers et autres traders utilisent sur les marchés de spéculation) vont nous le faire payer , tout comme un gendarme nous verbalise si on roule sur une ligne continue!
Réponse de le 27/12/2010 à 18:03 :
Le trou de la secu est un mythe: Cf: 9 milliards de bénéf cachés pour la Sécu
http://www.youtube.com/watch?v=G1FO0lQObEs
Les comptes 2009 de la secu sont disponibles en ligne, n'importe quel comptable vous dira qu'effectivement le document presente sur youtube est credible.
a écrit le 26/12/2010 à 21:45 :
Excellente analyse et superbement bien ecrite en plus! Avant de s'offrir un big one en 2012, permettez moi de vous presenter mes voeux pour 2011.
Et encore merci pour ce texte si bien tourne.
Réponse de le 27/12/2010 à 8:21 :
Texte si bien tourne, exellente analyse? Pour moi, ce texte est un ramassis de platitudes et n'a meme pas le benefice de l'originalite.C'est drole comme les avis different.
Réponse de le 27/12/2010 à 11:29 :
D'accord avec Alan.
Réponse de le 27/12/2010 à 14:12 :
Appeler ramassis de platitudes, un texte qui fait reference a l'annee du Lapin reflete plus un manque et de culture et d'erudition de base qu'autre chose. La culture Chinoise est profondement marquee par des superstitions qui nous semblent extravagantes, a nous, occidentaux! De la, vos commentaires sont vides au point d'en etre plats. Mieux vaut une analyse meme moyenne qu'un texte incomprehensible. Encore que pour la comprehension, celui est limpide mais peut etre pas assez pour certains.
Réponse de le 27/12/2010 à 19:06 :
Desole Mr l'erudit. Si le texte fait reference a l'annee du lapin, evidemment ca change tout. Pour ce qui est de l'analyse economique, je maintiens mes commentaires vides au point d'en etre plat.
Réponse de le 31/12/2010 à 8:21 :
D'accord avec Alan moi aussi!
Rien de nouveau sous le soleil dans cet article. Juste pour nous endormir un ptit peu plus.
a écrit le 26/12/2010 à 20:35 :
L'année du Lapin est remarquable par la tranquillité qu'elle offre. Les esprits se sont apaisés. La révolution, c'est du passé ! Les réformes sociales, ça peut attendre ! Les héros sont fatigués et prennent maintenant goût à la douceur de vivre. Il est bien peu probable qu'on puisse assister à de grands bouleversements en une année du Lapin.
Réponse de le 30/12/2010 à 11:41 :
Donc le calme plat en 2011 ! Mais pour 2012 !
Réponse de le 30/12/2010 à 11:47 :
Cette année fera la joie des journalistes, car ils pourront faire des reportages et des interviews aux titres de huit colonnes. Les journaux à sensation n'auront pas à accoucher d'histoires à dormir debout : la réalité sera éminemment plus fracassante. Vous n'en croirez ni vos yeux ni vos oreilles, mais on vous dira de façon convaincante : "Et pourtant c'est vrai !"

Pourquoi cette situation ? Parce que tout se passera de la façon la plus inattendue, la plus spectaculaire. Un obscur fonctionnaire pourra être appelé à prendre la tête d'un gouvernement, un misérable clochard héritera d'une fortune colossale, une brillante vedette se décidera subitement à prendre sa retraite, un dictateur se résignera à la libéralisation, un "bienfaiteur du peuple" se révélera escroc, deux partis politiques rivaux feront cause commune... Et que sais-je encore ?

Tout cela nous donnera l'impression de vivre un mirage immense. Toujours est-il que ce mirage sera tissé en grande partie de faits réels. Si vous avez de l'ambition, si vous caressez des projets grandioses, allez de l'avant sans hésitation. L'année sera favorable aux réussites les plus folles. Il ne s'agira pas, bien entendu, de se lancer tête baissée dans des aventures insensées, mais visez bien puis foncez, et la victoire la plus éclatante sera à vous. Ce ne sera plus le moment de tergiverser : la chance ne passera généralement pas une deuxième fois.

L'année du Dragon présentera pourtant des inconvénients. Si le succès est facile à obtenir, on ne sera pas toujours sûr de pouvoir le préserver ou d'en profiter. Tout l'éclat que vous obtenez aujourd'hui pourrait disparaître complètement demain sans que vous puissiez le prévoir ou le prévenir. Vous devriez alors prendre une attitude philosophique : cultivez l'égalité d'âme comme Marc Aurèle, ou adoptez la résignation comme Job. C'est seulement en faisant ainsi que vous pourrez survivre physiquement et moralement à un douloureux retournement de situation toujours possible. Dites-vous bien qu'en l'année du Dragon tout peut être glorieux mais éphémère et illusoire.

a écrit le 26/12/2010 à 19:33 :
Il ne faut pas se casser la tête. La crise est l'état normal de l'économie. Au moins en France.
a écrit le 26/12/2010 à 19:31 :
RAF. On prédit la fin du monde pour le 21 décembre 2012..
a écrit le 26/12/2010 à 19:23 :
Alors quand viendra la fin du monde, la fin du monde réel, les prépas s'envolleront, prendrons la forme a+ib pour éviter la destruction!
a écrit le 26/12/2010 à 18:45 :
Aie
Pour contrer le Big One de 2012 j'ai opté pour me faire naturaliser chinois, et comme ils sont en l'an 4708 !!!
En fait, on ne nous dit pas tout...et il se pourrait bien que l'on se retrouve à nouveau dans une crise majeure dans les années à venir, 2012 ou autre
a écrit le 26/12/2010 à 13:24 :
Je remercie l'auteur de cette article et aussi car il renvoie à une lecture .
Dans les bonnes choses qui permettent de prendre du recule : Regardez aussi Oil smoke&mirrors sur dailymotion.
Bonnes Fêtes à tous.
a écrit le 26/12/2010 à 11:25 :
Alan: il ne s'agit que de scenarios. Il est possible que l'un d'entre eux se realise. Ou peut etre que ce soit un autre que l'on n'avait pas prevu. Si vous en voulez un, moi je pense a un retour de l'inflation avec une hausse du petrole et une baisse de l'immobilier. Les matieres premieres sont deja a des prix records. Ca va chahuter dans la rue.
Réponse de le 26/12/2010 à 11:52 :
oui ça va chatuer
Réponse de le 26/12/2010 à 13:54 :
Deux point positif que je tente . la baisse des dettes d'un pays que génère l'inflation et aussi elle adoucira l'écart des revenus entre des gens entrant dans la vie active et des personnes qui en sortent . malgré tout le Chahut.
a écrit le 26/12/2010 à 11:17 :
Ce qu'il dit n'est pas rien !
Il nous annonce que les promesses politiciennes de faire en sorte que cela ne se reproduise plus n'était que mensonges ...
a écrit le 26/12/2010 à 10:42 :
Oui, non; non, oui. Peut etre, peut etre pas.Effrayant...... mais pas certain. Description du cataclysme financier ....mais nous ne cedons pas a ce journalisme d'epouvante.Decidez vous, Mr Mabille, prenez vos responsabilites ou si vous ne savez pas, taisez-vous, mais, de grace, ne parlez pas pour ne rien dire
Réponse de le 27/12/2010 à 10:42 :
Well said, Alan John.....que de lignes inutiles....."may be, may be not, we'll see...." quelle valeur ajoutée journalistique!
Réponse de le 27/12/2010 à 13:01 :
Il ne parle pas pour ne rien dire, il ne fait que formaliser ce que beaucoup de personnes pensent tout bas ! Bien sûr que rien n'a changé, juste un exemple ; reprenez La Tribune de novembre 2009, vous verrez que les bonus des traders ont battu leur record des années AVANT la crise !! Et reprenez La Tribune du mois dernier, vous verrez que les boites ont été jusqu'à virer des traders pour servir des primes encore plus conséquentes à ceux qui restent, ... malgré le fait que le montant total de tous ces bonus ont battus le record de 2009 !! Qui a dit que le monde avait changé ...
Réponse de le 27/12/2010 à 13:41 :
Desole mais ce qu'il dit a ete dit et redit dans toutes les langues, sur tous les continents. Et quand au bonus des banquiers, quel scoop!
a écrit le 26/12/2010 à 10:33 :
Le "Big one" porte d'autres noms "Cupidité, Avarice, Vice, Orgueil" associé les quatre première lettres et vous obtenez CAVO !

Car il ne fait aucun doute qu'un désastre sans précédent va frapper l'économie mondiale et l'humanité connaîtra alors une souffrance comme jamais elle n'a connu
Réponse de le 26/12/2010 à 16:36 :
S.V.P : Ne fumez pas tout ce que vous trouvez !
Réponse de le 26/12/2010 à 19:02 :
A clope enlève tes oeillères est arrête l?alcool
Réponse de le 27/12/2010 à 9:29 :
OK: J'ai obtenu CAVO !?! Et alors, ce la signifie quelque chose ??
Réponse de le 29/12/2010 à 9:40 :
bravo Martine, enfin quelqu'un qui ne prend pas la lente agonie de notre société pour une crise. Hannah ARRENDT nous avait prévenu : "La catastrophe et le progrés sont l'avers et le revers d'une mème médaille " ( progrés matériel sans progrés moral ).
Réponse de le 29/12/2010 à 9:40 :
bravo Martine, enfin quelqu'un qui ne prend pas la lente agonie de notre société pour une crise. Hannah ARRENDT nous avait prévenu : "La catastrophe et le progrés sont l'avers et le revers d'une mème médaille " ( progrés matériel sans progrés moral ).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :