ANALYSE Les pays émergents menacés par la crise financière.

 |   |  860  mots
DR
DR (Crédits : Albert Caen)
Selon nombre d'experts réunis à Davos, le monde émergent pourrait se trouver atteint à son tour par la crise, à cause de la volatilité des capitaux internationaux. Nicolas Sarkozy a justement fait de ce thème l'un des axes de sa présidence du G20, en militant pour que le FMI surveille davantage les flux. Seul problème, à l'origine de ces flux déstabilisants se trouve... la Fed.

Retour au réalisme ? S'exprimant à Davos l'année dernière, Nicolas Sarkozy avait abasourdi son auditoire en proposant la création d'un « nouveau Bretton Woods », réplique du séminaire historique de l'après-guerre où l'on avait reconstruit le système monétaire international, grâce aux conseils de John Maynard Keynes. Rien de tel cette année. Le président s'est rabattu sur des objectifs plus modestes, certes, mais aussi plus précis. Désormais en charge du G 20, il entend mettre en place un système de régulation des flux de capitaux internationaux - les capitaux privés qui passent d'un pays à l'autre, provenant pour l'essentiel d'investisseurs financiers à la recherche de rendement. Ces flux profitent d'une liberté quasi totale depuis le démantèlement du contrôle des changes dans les années 1980 et 1990, conduit alors sous l'égide du Fonds monétaire.

Aujourd'hui, ce flot d'argent part massivement vers les pays émergents, pour profiter de la croissance forte qui y prévaut, et en retirer une rémunération que les pays développés ne peuvent plus offrir. En 2011, les flux d'investissement vers les émergents devraient atteindre 1.000 milliards de dollars. Dans le monde idéal, cette manne financerait la croissance des pays jeunes et payerait la retraite des pays vieux, grâce aux dividendes. Mais le problème du monde idéal, c'est qu'il n'existe pas. Car ces capitaux sont éminemment volatils. À la moindre mauvaise surprise, ils se retirent, laissant les bénéficiaires exsangues. Et à l'inverse, lorsqu'ils arrivent massivement, ils provoquent bulles spéculatives sur la Bourse et l'immobilier, ou bien hausse des prix et surchauffe, ce qui n'est guère mieux.

Il y a peu, le Brésil et la Corée ont été contraints de mettre en place des taxes à l'entrée pour dissuader les capitaux excessifs, par crainte de voir leur économie soufflée artificiellement. Quant à la Chine, elle n'a jamais permis ces mouvements spéculatifs, refusant de se développer à la merci des capitaux à court terme. En 1997, l'Asie avait ainsi connu un tel retrait brutal des capitaux internationaux. En quelques semaines, l'argent s'était volatilisé, entraînant par le fond les monnaies, les Bourses et la croissance. Certains des pays victimes avaient connu une récession à deux chiffres, d'autant plus violente que leur activité avait été soutenue par l'engouement irrationnel des années précédentes : c'était la crise asiatique. Pourrait-on connaître une réédition de cet épisode ? Nombre d'experts réunis à Davos le redoutent. Il y a bien des différences, et en particulier les énormes réserves de change que ces pays ont accumulées aujourd'hui pour se protéger d'une nouvelle mésaventure. Mais les signes de surchauffe sont là.

L'initiative du président arrive donc à point nommé. Il est une loi funeste à Davos, qui ne souffre guère d'exception : les pays ou les entreprises qui sont célébrés comme des modèles s'effondrent dans l'année qui suit. La fameuse proximité du Capitole et de la roche Tarpéienne... Cette semaine, on ne parle que du succès des émergents, dans la petite station des Alpes suisses. La crise de l'endettement, débutée en 2008 aux États-Unis, prolongée en Europe en 2010, pourrait connaître un troisième et dernier chapitre avec la contamination des économies émergentes, en 2011 ou 2012.

Réguler les flux supposerait de revenir à une forme de contrôle des changes, pratiqué non plus par le pays émetteur, comme naguère, mais par le pays destinataire. Et cela supposerait bien sûr une surveillance que seul le FMI peut effectuer. Sur ce sujet, les propositions de Nicolas Sarkozy ne sont pas déraisonnables. À ceci près que l'absence de régulation n'est pas la seule cause de ces déséquilibres.

Il en est une autre, très importante, qui se trouve aux États-Unis, dans les ordinateurs de la Federal Reserve. La banque centrale américaine a en effet décidé de créer de la monnaie, pour soutenir la reprise. Elle achète des obligations du Trésor, et injecte ainsi dans l'économie des centaines de milliards de dollars - c'est le fameux « quantitative easing ». Ce flot d'argent irrigue l'économie américaine, dans un premier temps. Mais aussitôt après, il se trouve attiré par les lumières du monde émergent. Dans une économie mondialisée sans contrôle, pas moyen d'orienter les flux. Ce sont les investisseurs privés qui décident.

Sarkozy ou pas, la prochaine crise pourrait donc provenir... des remèdes utilisés pour guérir la précédente, c'est-à-dire d'une politique monétaire outrageusement accommodante. Tout comme la précédente provenait du traitement administré après la crise de 2000-2001, qui elle-même avait ses racines dans la guérison... de la crise asiatique ! À chaque crise, on crée de la monnaie, qui gonfle de nouvelles bulles, lesquelles explosent et déclenchent une récession plus grave que la précédente. En clair, ce ne sont pas seulement les circuits de la finance internationale qu'il faut revoir, mais les principaux outils de la politique économique eux-mêmes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2011 à 23:01 :
Tout à fait d'accord, d'ailleurs les subprimes c'était déjà la faute de Bush et de la Fed qui ont laissé les taux très bas pour stimuler la croissance et ensuite les relevés brutalement, étranglant ainsi des millions de particuliers qui avaient souscrit à des crédits à taux variables. En ce moment on vit le même scénario, les USA qui font absolument comme bon leur semble et l'Europe qui baisse son pantalon comme elle le fait avec la Chine. Il serait temps que nos dirigeant prennent conscience que la 1er guerre mondiale économique à débuter. La Chine s'arme de sa monnaie, les USA de leur banque centrale, et nous, nous sommes encore à l'heure des beaux discours.
a écrit le 31/01/2011 à 17:49 :
Cet article incrimine à juste titre la Fed, qui crée de la monnaie en achetant des obligations du Trésor américain. Mais pourquoi ne dit-il pas que la Banque Centrale Européenne fait exactement la même chose en achetant de la dette grecque, irlandaise, portugaise etc. Parce qu'on voit la paille dans l'oeil du voisin, ou pour alimenter l'antiaméricanisme hexagonal, ou encore, un peu naïvement, pour éviter de paniquer les gogos qui ne s'en seraient pas aperçus?
a écrit le 31/01/2011 à 9:56 :
Lelibéralismeest la première des "priorités" dans le Monde financier. Sarkozy ne peut pas empêcher les capitaux d'aller où ils le jugent bon pour leur intérêt. La conception d'ne "économie mondiale" dirigéeest désormais terminée. Sarkozy oublie que la liberté est née à cause du restriction de liberté. Le communisme est mort Mr Sarkozy, ne l'oubliez pas. Et surtout rappelezàGuainovotre mauvais conseiller que Jospin pourtant Socialiste l'avait foutu à la porte à cause de cela.
a écrit le 31/01/2011 à 9:23 :
Excellente analyse. A noter, n'en déplaise à ses détracteurs, qu'elle met en avant l'action positive de Nicolas Sarkozy. Certes il n'arrivera à quelque chose que s'il est suivi, et là la construction de l'Europe n'est pas encore suffisante. Mais il va dans le bon sens et cela devrait aider...
a écrit le 30/01/2011 à 19:03 :
Les politiques monétaires de ces dernières années sont catastrophiques, en particulier celle de Greenspan, et, pire encore, celle de Bernanke, l'homme qui voulait larguer des billets depuis son hélicoptère, et qui ne les a largués que sur les banques, jamais sur la population. Et en effet cet argent, qui doit officiellement servir à lutter contre le chômage (!!! on se demande bien comment !!!), sert à tout autre chose, notamment à gonfler les bulles, éponger les dette des banques zombies (via le rachat par la Fed de 1400 milliards de crédits pourris). Et cela finir par explose à nouveau. Quand les banquiers centraux auront-ils la présence d'esprit de remettre en cause leurs méthodes totalement déficientes ?
a écrit le 30/01/2011 à 13:30 :
Oui car dans peu d'années nous n'aurons plus de quoi consommer car plus de revenus (trop de chomage) donc , ces pays ne pourront plus exporter .La boucle est bouclée .Retour au 18 eme siecle et encore ....
a écrit le 30/01/2011 à 6:58 :
Si je ne m'abuse, c'est plutôt CONTRE la proposition de Keynes BretonWood s'est fait. Il état absolument opposé à l'usage de l'or "vielle relique barbare" comme étalon. Celui-ci à pourtant été choisi.
a écrit le 29/01/2011 à 13:45 :
taux d intérêt des prêts bancaires au Japon 0%
taux au Bresil 9%
j emprunte au Japon pour prêter au Bresil 8% de rendement
c est pas dur de gagner des milliards de Brouzoufs au pays des Bisounours
Réponse de le 29/01/2011 à 21:16 :
Il faut tenir compte du risque de change, sa peut vous dilapider votre rendement et créer des pertes, se couvrir peut couter cher et est assez fastidieux, puis il y a aussi les frais de transactions...., bref pas sûr que sa soit si rentable que sa pour tout le mal qu'on se donne
a écrit le 29/01/2011 à 13:28 :
oui vous avez raison -

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :