Ce qui arrive au Japon nous menace tous !

 |   |  747  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
On peut avancer que la catastrophe survenue au Japon aura peu d'impact sur l'économie mondiale. Mais elle intervient à un moment de grande fragilité des économies qui ont épuisé toutes les mesures contracycliques. Avec en prime, le spectre redouté de l'inflation.

Les pertes humaines et matérielles dues au tremblement de terre et au tsunami au Japon sont immenses. Il est impossible actuellement d'en évaluer l'étendue. Il est néanmoins possible de se faire une idée des effets latents de cette catastrophe sur le reste de l'Asie et sur les grandes économies de la planète.

Si l'on prend les choses par le petit bout de la lorgnette, on peut dire que le choc qui frappe le Japon n'aura guère de conséquences sur le reste du monde. Après vingt ans de quasi-stagnation, ce pays a fortement réduit son influence sur l'économie mondiale.

Les deux premières puissances économiques de la planète n'ont rien à craindre. Le Japon ne représente que 5 % des exportations des États-Unis et 8 % des exportations de la Chine. Parmi les pays développés du G10, l'Australie est en première ligne. La zone euro est dans une situation opposée, puisque le pays du Soleil-Levant représente moins de 2 % de ses exportations. Et parmi les pays émergents, les Philippines et l'Indonésie sont les premiers partenaires du Japon. En queue du peloton, on trouve la Corée du Sud, la troisième économie d'Asie de l'Est, avec 6 % seulement de ses exportations à destination du Japon.

Mais croire que le drame japonais n'aura guère d'impact sur le reste du monde, c'est omettre un facteur essentiel : elle survient dans un moment de fragilité économique, non seulement pour le Japon, mais également pour les grandes économies développées qui commencent tout juste à se redresser après la pire crise financière et la pire récession depuis les années 1930. Par ailleurs, la « secousse » japonaise n'est pas le seul facteur négatif à l'oeuvre aujourd'hui. L'impact de la flambée du prix du pétrole et de la crise de la dette souveraine qui se prolonge est déjà très préoccupant. Même si ces chocs ne représentent pas, chacun dans son domaine, le fameux « point de basculement », leur concomitance et le contexte sont pour le moins troublants.

Le contexte est primordial. En dépit du rebond euphorique de la Bourse depuis deux ans, l'économie mondiale reste fragile. Les marchés semblent avoir oublié que les redémarrages après l'éclatement d'une bulle sont souvent difficiles. La croissance économique est proche de sa vitesse de décrochage, autrement dit, elle est loin de la vitesse de libération qui lui est nécessaire pour parvenir à un redressement durable (et qu'elle atteint périodiquement). Malheureusement, il y a une complication supplémentaire : les États et les banques centrales ont épuisé les moyens traditionnels sur lesquels ils s'appuient en cas de difficulté économique, qu'il s'agisse de mesures monétaires ou économiques, les deux piliers de la stabilisation contracyclique moderne. Les taux d'intérêt sont proches de zéro dans les principales puissances économiques du monde développé et les déficits budgétaires vertigineux sont devenus la norme. Les mesures de relâchement monétaire ont toujours été considérées comme temporaires. Mais les chocs se succèdent, avec un retour à la normale sans cesse reporté. D'où une inquiétude majeure : avec les crises qui se suivent, le scénario d'une expansion monétaire sans limites qui ne pourra se terminer que dans les larmes devient plausible ; le spectre redouté d'une spirale inflationniste plane soudain, menaçant.

Tout cela est vrai en dépit du facteur résilience. Oui, le Japon va se reconstruire, et cela stimulera un redémarrage économique. Mais le coup de fouet de la reconstruction n'aura qu'un effet temporaire, comme ce fut le cas après le tremblement de terre à Kobe. C'est l'une des leçons que l'on peut tirer de la catastrophe frappant le Japon. Ce pays fait face en éclaireur aux principaux problèmes qui ont touché ces dernières années l'économie mondiale. De la bulle des actifs et d'un système financier en faillite, à la sous-appréciation de sa devise et à des erreurs de politique monétaire, le Japon a été le laboratoire de notre futur.

Malheureusement, le monde n'a pas retenu les leçons du Japon. Et maintenant, il risque d'être aveugle à un autre élément important : le tremblement de terre et le tsunami auront probablement un impact direct limité sur l'économie mondiale, mais ce sont les derniers d'une série de chocs qui nous poussent dans nos ultimes retranchements.

Copyright Project Syndicate.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/03/2011 à 18:41 :
Je main quette beaucoup pour les enfant est aussi se qui on pas de tôit
a écrit le 28/03/2011 à 17:16 :
La Tribune. Cette fois, vous m'avez surpris. Vous devez comprendre que mon but n'est pas de détruire, mais de guérir. Hors selon mon humble avis, notre belle nation est sérieusement malade. Elle est atteinte d'une pandémie d'idiotie et de mauvais exemple chez ses décideurs (surtout politiques). On doit réagir pour le bien de ceux et celles qui vont suivre...Jean-Claude Meslin
a écrit le 28/03/2011 à 14:45 :
Si l'auteur de cet article veut parler de la "connerie" c'est trop tard on est déjà en bonne place dans la compétition , pour le reste il est vrai que les lois de l'univers nous dépassent largement , même si DALI pensait que la gare de PERPIGNAN en était le centre .
a écrit le 28/03/2011 à 14:13 :
En lisant cet article et les commentaires qui suivent, j'en conclut que La Tribune apprécie les idiots. Je vais essayé d'élargir le débat. Les uns comme les autres vous n'avez évoqué que l'aspect financier: réflexes d'individus qui ont une caisse enregistreuse à la place de la cervelle. Hors, il y a plus à craindre: Au milieu de l'Océan Atlantique, se trouve une longue chaine de montagnes émergées qui se termine par l'Islande où les irruptions volcaniques sont nombreuses et parfois dévastatrices. Celle de 1773 fut catastrophique. Pendant des années le climat de l'hémisphère Nord fut bouleversé. On manquait de tout, les hivers furent extrêmement froids. Cette éruption dura pendant plus de six mois et 16 ans plus tard, toutes ces pénuries subies pendant cette longue période auraient été une des origines de la révolution française. Depuis ce temps le territoire de l'Islande a grandit et l'activité volcanique et sismique semblent reprendre de l'intensité. La Terre ne nous demande pas notre permission; donc un tremblement de terre de grande magnitude et des tsunamis peuvent se produire à tout moment, chez nous comme ailleurs. Alors cessons cette frime et la certitude des idiots qui gèrent la France en nous faisant croire que l'on est les plus malins de la Terre. Leur seul but est de protéger des intérêts privés et assurer leurs positions.
Nous devons revoir toutes les priorités économiques de la France et surtout celles des énergies car croissance économique ne rythme pas avec évolution de l'espèce.
Cela pourrait même signifier son extinction...Jean-Claude Meslin
a écrit le 28/03/2011 à 6:14 :
Puisque que nos ancêtres communs, Adam et Eve, ont décidé de vivre, et de gérer la terre sans tenir compte des "lois" de son Créateur; il fallait s'attendre à d'énormes problèmes.
Les conseils du Créateur auraient permis d'éviter les dégâts dûs au mouvement du sol.
Le résultat, nous le constatons dans tous les domaines de la vie.
Comme on ne peut utiliser une machine sans tenir compte du mode d'emploi du fabricant, on ne peut gérer la terre sans tenir compte de Dieu et de ses conseils.
Pour l'époque où Dieu allait reprendre les "choses en main", Jésus a déclaré lors de son séjour sur terre il y a 2000 ans, entr'autre : "Il y aura des tremblements de terre dans un lieu après l'autre..." Matthieu chap. 24)
Bientôt, la Bible affirme : (Révélation 21:3-5) [...] Et Dieu lui-même sera avec eux.  Et il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus ; ni deuil, ni cri, ni douleur ne seront plus. Les choses anciennes ont disparu. ?  Et Celui qui était assis sur le trône a dit : ? Voyez ! Je suis en train de faire toutes choses nouvelles. ? Et il dit : ? Écris, parce que ces paroles sont fidèles et vraies [...]
Vivement ce jour béni !
a écrit le 27/03/2011 à 20:03 :
Doit on puisque le Médiator a fait 200 morts supprimer tous les médicaments ? Non sans doute .Devrait on à cause de Fukushima supprimer toutes les explotations IRM et les traitement des cancers par rayons X ? certes pas !Alors ,pourquoi mettre en cause l'avenir énergétique par la nucléaire .Il faut savoir prendre un peu de recul et avancer gràce au retour d'expérience !L'homme n'est pas si idiot que d'aucun le pense!
a écrit le 27/03/2011 à 19:32 :
Attendons nous au pire avec le nucléaire.
Car c'est une source d'énergie que l'on ne maitrise pas!
Bien sûr avec une énergie bon marché gratuite ..on fait une population à 7 milliards ..
N'importe quoi autrement dit!
a écrit le 27/03/2011 à 17:22 :
Il n'y a pas que les réacteurs Japonais en surchauffe , il y en a qui feraient mieux d'avaler de l'eau pour se refroidir , au lieu de sur réagir et d'écrire n'importe quoi , mélanger vies humaines et argent c'est devenu "atomique"
a écrit le 27/03/2011 à 10:32 :
L'impact nucléaire est sans précédent et inquiétant lorsque des mots tels que "imprévisible" sont utilisés pour qualifier la suite des événements liés à la centrale nucléaire. Lorsqu'un processus nucléaire est hors de contrôle, tout peut arriver et notamment une contamination radioactive à grande échelle. La faute ? Je pense que l'humanisme est le grand responsable de cette situation pour avoir promu la supériorité de l'homme sur la planète et en l'invitant à peupler massivement toutes les régions du monde, même les plus hostiles.Cette politique folle a eu pour conséquence la dégradation de l'environnement et la disparition de la biodiversité. L'étape du nucléaire risque fort d'être l'étape ultime qui va précipiter la disparition, cette fois de l'Homme !
a écrit le 27/03/2011 à 7:38 :
et l'impact nucléaire on en parle peu mais je crois qu'il est plus important que l'argent, il faut croire que les vies humaines comptent peux, nos enfants et petits enfants ? c'est quand même avec eux qu'il faudra compter pour l'avenir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :