Le Portugal sollicite l'aide de l'Union européenne

 |   |  372  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Lisbonne adressera "formellement" ce jeudi sa demande d'aide financière à la Commission européenne, selon le porte-parole du gouvernement. Le programme d'assistance devrait être mis en place d'ici aux élections législatives du 5 juin et il est très probable que les premiers prêts soient débloqués d'ici là.

Lisbonne adressera "formellement" dans la journée de ce jeudi sa demande d'aide financière à la Commission européenne, a annoncé le ministre porte-parole du gouvernement, Pedro Silva Pereira, à l'issue d'un conseil des ministres.

Le programme d'assistance financière au Portugal devrait être mis en place d'ici aux élections législatives du 5 juin et il est très probable que les premiers prêts soient débloqués d'ici là, a indiqué par ailleurs une source européenne au fait du dossier, citée par Reuters.

Face à la crise budgétaire, le gouvernement portugais a décidé de solliciter une aide internationale, avait annoncé mercredi le Premier ministre Jose Socrates lors d'une allocution télévisée. La Commission européenne a été sollicitée afin de permettre au pays d'assurer le financement de son économie, a ajouté le chef du gouvernement démissionnaire.

Le rejet fin mars de son plan d'austérité par le parlement, qui l'a poussé à la démission, a aggravé la situation financière du pays et rendu un appel à l'aide "inévitable", a-t-il également déclaré. Jose Socrates a ajouté qu'il tentait d'obtenir les meilleures conditions possibles dans les négotiations sur cette aide, dont il n'a précisé ni la nature exacte ni le montant.

Cette demande d'assistance financière internationale sera traitée de la manière la plus rapide possible, a indiqué le président de la Commission européenne. Dans un communiqué, José Manuel Barroso, ancien Premier ministre portugais, a par ailleurs rappelé que les règles en vigueur pour l'activation des mécanismes de soutien à un pays en difficulté seraient appliquées. Il s'agit notamment de négocier un plan de réformes structurelles pour le pays aidé.

Il a ajouté que la Commission était pleinement confiante dans la capacité du Portugal de surmonter cette situation, avec l'aide de ses partenaires européens.

Plus tôt dans la soirée, le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, avait déclaré à Reuters que l'annonce du gouvernement portugais était une "décision responsable pour la stabilité du pays et de l'Europe". Il a précisé que le montant de l'enveloppe financière nécessaire serait déterminé sous peu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/04/2011 à 15:23 :
les député portugais sont trop payé et des irresponsables
a écrit le 07/04/2011 à 13:26 :
Des commentaires il y en aura vrasemblablement beaucoup dans les jours à venir, je voudrais dire ceci:
1)les députés portugais sont irresponsables, le 1er ministre proposait avec le plan de rigueur d'éviter la tutelle de l'Europe et du FMI
2)le Portugal n'a pas compris ce qui était arrivé à la Grèce et à l'Irlande
3)l'Europe pourra t'elle indéfiniment venir en aide à ceux qui ont mal géré les finances de leur pays
4)demain l'Espagne, l'Italie dit on alors à quand la France?
Réponse de le 07/04/2011 à 14:30 :
Certain disent a la fin 2012 !
Ils disent : Que la France sera comme la Grece.
En juin 2012, election presidentielle et en decembre : Discours du président sur la Faillite et la Rigeure et les réformes
Réponse de le 07/04/2011 à 17:20 :

Effectivement avec le programme socialiste proposé, c?est ce qui peut arriver à la France.
On ne peut pas éternellement oublier la mondialisation, ne rien dire sur la production, revenir sur les retraites ,embaucher des fonctionnaires, les augmenter et finalement créer une économie de prélèvement ( 50 Milliards d?euros ) et dire que la croissance sera de 2.5% alors qu?elle sera asphyxiée par ces mesures.
a écrit le 07/04/2011 à 12:00 :
Et si les 27 pays demandaient une aide Européene au même moment ??
Que devenons nous ???
Quelle Europe
a écrit le 07/04/2011 à 9:00 :
Que dites vous???? Les pays Européens se portent bien???

Pauvres pays Européens....
a écrit le 07/04/2011 à 8:54 :
Merci de ne pas valider ce commentaire, une fois de plus, c'est un test.
a écrit le 07/04/2011 à 8:52 :
merci aux modérateurs de ne pas valider ce mail qui est un test
a écrit le 07/04/2011 à 7:38 :
Chronique d'une demande annoncée !
Cela fait 5 mois que tout le monde attends cette demande.
Tout arrive à point a qui sait attendre
a écrit le 07/04/2011 à 7:35 :
Les banques européennes sont soulagés ! Le peuple portugais un peu moins, on se demande pourquoi ?...
a écrit le 07/04/2011 à 6:30 :
...Au Suivant...
a écrit le 07/04/2011 à 4:09 :
Un gouvernement démissionnaire et désavoué par le peuple n'est pas en mesure de réaliser une telle demande. Par ailleurs, la dette portugaise, telle que celle de la Grèce, ne sera jamais remboursée. Le taux de 5,17 % demandé par les marchés sera payé par la BCE, c'est à dire l'ensemble des autres pays. Aucun créancier digne de ce nom ne prêterait 10 roubles au Portugal. Seules ses banques et ses anciennes colonies achète de la dette souveraine pourrie.
Réponse de le 07/04/2011 à 7:43 :
Les banques n'ont pas la trésoreie pour le faire et le Brésil a refusé d'acheter une partie de la dette portugaise.On n'achèta pas du papier mal noté ! le taux que vous insiquez est très optimiste.
Réponse de le 07/04/2011 à 19:21 :
Quand ça arrivera à la France, et crois moi, ça arrivera, on verra si tu tiens le même discours!
a écrit le 07/04/2011 à 2:35 :
Effectivement c'est un vrai génocide quand il s'agit d'un dictateur mais en la matière ...
a écrit le 06/04/2011 à 23:47 :
L'UE devrait attendre qu'un gouvernement portugais réel issu des élections en préparation dasse cette demande. On va encore se faire avoir par une population qui va bien évidemment désavouer cette demande, voudra renégocier alors qu'ils se seront mis l'argent dans la poche. Cela fait des mois que le portugal ET ses citoyens répètent qu'ils n'ont besoin de personne. Ils peuvent donc attendre quelques mois de plus d'avoir voté. Trop facile de se moquer de leurs partenaires européens dont les peuples sont ouvertement pris pour des cons. L'exemple de l'Irlande a bien été compris par le Portugal. Il faudrait que nos instances européennes en tirent aussi les leçons
Réponse de le 07/04/2011 à 7:46 :
Les éléctions ne changent pas le montant de la dette qui est de 32 milliards d'euros.
Réponse de le 07/04/2011 à 8:24 :
a disle : crois tu que le peuple, comme tu dis, a des connaissances assez approfondies en matiere de comptabilité gouvernementale ? tout comme le peulple francais ou tous les peuples?
ils sont pas le choix de suivre un gouvernement qui fait ce qu'il veut, comme dans tous les pays, et "le choix du peuple" est definie par la vision mediatique de ce probleme....
le peuple est pour ou contre, se sont les medias qui parlent en son nom, sans meme lui demander avis .
cela depasse le citoyen moyen, comme tout citoyen moyen .
a écrit le 06/04/2011 à 21:46 :
Voila le résultat du travail de longue date des financiers du monde entier.
Maintenant, ils mettent même les états à genoux avec leur système construit pour qu'ils continuent de s'enrichir encore et encore.
Car ces beaux messieurs qui ont voté la dérégulation des marchés et joué avec les économies, la retraite et les emplois de millions de gens vont être ceux à qui l'argent va être emprunté et qui vont se faire un paquet de billets verts au passage.
Tous ces coupables sont en ce moment même parmi les conseillers économiques privilégiés du soi-disant sauveur du monde : Barack Obama.
Il est lui aussi coupable de ne pas poursuivre ces gens qui devraient payer le prix fort pour ce qu'ils ont fait et dont les conséquences fragilisent, aujourd'hui encore, l'économie mondiale.
Je me demande quand les contribuables vont arrêter de payer les ardoises laissées par les financiers qui tuent à coup de dollars.
Réponse de le 07/04/2011 à 11:38 :
Les contribuables vont payer l'ardoise !
Ils n'ont pas le choix ! car les banques ont les p'tites economies des contribuables !
Si les banques coulent, les contribuables sont ruinés !
a écrit le 06/04/2011 à 21:20 :
"les meilleures conditions possibles dans les négotiations sur cette aide"
->négociations

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :