Pas d'inquiétudes pour les investisseurs français en Côte d'Ivoire

 |   |  856  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Dans une interview à La Tribune, Vincent Darracq, docteur en sciences politiques partage son opinion sur la situation en Côte d'Ivoire et la position de la France dans ce conflit.

La Tribune : Les forces du président élu Alassane Ouattara ont lancé l'assaut final pour capturer Laurent Gbagbo. Cette sortie de crise illustre-t-elle l'échec de la diplomatie ?

Vincent Darracq: Il est regrettable que la situation semble se régler par les armes. Tout au long de la crise, la diplomatie s'est montrée incapable de convaincre Gbagbo qu'il devait partir, que ce soit la France, l'ONU, les États-Unis ou l'Union Africaine. L'isolement diplomatique complet de Gbagbo depuis trois semaines a contribué à l'affaiblir, mais c'est l'intervention militaire de la France et de l'Onusi qui a été déterminante. Elle a permis de relancer la progression des forces pro-Ouattara qui étaient bloquées dans les derniers bastions du régime à Abidjan.

Que risque-t-il d'arriver à Laurent Gbagbo ?

Laurent Gbagbo, qui était surnommé « le dribbleur » ou « le boulanger d'Abidjan » en raison de sa capacité à rouler tout le monde dans la farine, a essayé de d'instaurer un rapport de forces jusqu'au bout. Depuis mardi, il n'était pourtant plus en situation de bluffer avec la demande de cessez-le-feu de son armée. Il exigeait certainement beaucoup trop de la communauté internationale alors qu'il n'avait pas fait preuve de coopération jusqu'à présent. Il semble vouloir se retrancher dans son QG jusqu'à la fin. Cela peut paraître surprenant, mais cette volonté de passer pour un martyr me semble cohérente avec son caractère très mystique, un peu prophétique. Cela ne m'étonnerait pas qu'il sorte de son bunker les pieds devant.

Pourrait-il être condamné par la justice ? Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Luis Moreno-Ocampo a annoncé vouloir ouvrir une enquête sur des « massacres commis de façon systématique ou généralisée »...

Si la justice de son pays pourrait lui offrir l'immunité pour apaiser les tensions, la justice internationale n'a aucune raison de lui faire ce cadeau. Pour autant, il se peut qu'il passe au travers des mailles du filet. Il va être difficile de prouver qu'il est à l'origine des atrocités commises sur les civils. Ces décisions sont généralement prises à des niveaux intermédiaires. Je ne pense pas que Gbagbo ait été au courant de tels actes.

Quel héritage laissera-t-il à son pays ?

Il a contribué, pour le meilleur et pour le pire, à une remise en cause des grands équilibres sociaux et ethniques houphouétistes. Il a porté les aspirations politiques et socio-économiques des ethnies autochtones de l'ouest du pays, auparavant marginalisées. Il a également incarné les aspirations au changement et à la démocratie des jeunes déclassés urbains. Des aspirations qu'il a finalement trahies en s'accrochant au pouvoir malgré sa défaite électorale. Il laisse une Côte d'Ivoire plus divisée politiquement et ethniquement. De lui, on se souviendra du stratège politique, mais également d'un homme entêté pour qui la fin justifiait les moyens.

Quels défis attendent Alassane Ouattara ?

Ils sont énormes. La guerre civile entre le Nord et le Sud va laisser des traces. Tout d'abord, il est impératif pour sa légitimité que Ouattara mette fin très vite aux violences civiles et aux pillages. Il doit restaurer l'état de droit, s'imposer comme le président de tous les Ivoiriens et gérer l'intégration du Nord, longtemps exclu, dans l'État central. Ensuite, il doit relever et diversifier l'économie, qui repose trop sur les exportations de cacao et de café. Le miracle économique ivoirien souffre alors que le pays a les capacités de mieux se développer. Nous allons sûrement assister à une « opération séduction » du nouveau régime pour attirer les investisseurs étrangers et les convaincre que le pays est suffisamment sûr. Pour que l'économie reprenne, il faut donc avant tout stabiliser le pays.

La France va-t-elle pouvoir sauvegarder ses intérêts économiques en Côte d'Ivoire ?

La France est le premier partenaire commercial de la Côte d'Ivoire et devrait le rester. Tout un tissu de petites entreprises, principalement dans l'import-export, sont bien implantées aux côtés des grands groupes tels que Bolloréeacute;, Total, Bouygues ou France Télécome;lécom. Laurent Gbagbo surfait sur un anti-impérialisme français, mais il a paradoxalement toujours privilégié les intérêts économiques de la France. Avec Alassane Ouattara, qui n'est pas du tout anti-français, ce sera encore moins un problème. D'autant plus qu'il va devoir son arrivée au pouvoir à l'intervention militaire de la France... Les investisseurs français ont de beaux jours devant eux en Côte d'Ivoire.

L'intervention militaire française va-t-elle avoir des répercussions dans la région ?

La France était un interlocuteur naturel en raison de son passé et de ses liens forts avec le pays. Elle a très bien joué son rôle. Par contre, intervenir militairement constitue un précédent assez marquant, qui risque de ne pas être très apprécié par certains leaders africains, notamment en Afrique du Sud ou en Angola. Il est à craindre que les discours anti-impérialistes et anticolonialistes se retrouvent fortifiés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2011 à 10:35 :
Il y a quelques temps, j'avais prédit que les français, par la faute de leurs minables décideurs seraient les humains les plus détestés de la planète Terre, après les américains. Si on continue ainsi, avec l'ignoble comédien machiavélique qui nous gouverne; on risque même de dépasser nos amis d'outre-Atlantique. C'est Grave ! Et l'addition va être en proportion ! Jean-Claude Meslin
a écrit le 07/04/2011 à 9:53 :
la paix n'est pas meme etabli qu'on parle deja des investisseurs francais en cote d'ivoire par pitié pensons aux victimes et a la souffrance avant de parler d'economie mais les ivoiriens le savaient depuis lontemps que la france intervient pour defendre ses interets
a écrit le 07/04/2011 à 9:00 :
Il est aussi possible que pour rétablir la paix, Ouattara soit amené à donner des gages d'impartialité vis à vis de la france, et donc de ne pas favoriser les intérêts français. Ceci dit, le notre pour effacer tout ça et avoir de bonnes positions, est de contribuer au redemarrage économique de ce pays pour en être des "partenaires positifs".
a écrit le 07/04/2011 à 8:45 :
quelle médiocrité dans cet article à sens unique et qui ne prend pas en compte tous les facteurs, uniquement centré sur un homme, les autres sont des anges autour. notamment ceux qui étaient chargé d'organiser ses élections dans une situation chaotique, ceux qui ont mis de l'huile sur le feux et qui ont voulu l'éteindre avec leurs bombes augmentant encore plus les tensions, ceux qui ont attisé les tensions inter-ethniques et qui ont laissé plus d'un millier de personnes civiles périr dans ce conflit, pour la préservation des intérêts français en CI, vous êtes d'une médiocrité totale... J'ai pitié de vous.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :