Attractivité fiscale : malgré les réformes, la France reste en queue de peloton

 |   |  546  mots
La Tribune Infographie
La Tribune Infographie
Dixième sur... dix ! La France est considérée par 700 chefs d'entreprise européens comme le pays le moins attractif fiscalement, sur un échantillon de dix États européens. Les réformes de la taxe professionnelle et du crédit d'impôt recherche ne compensent pas le poids des charges sociales...

Les années se suivent et se ressemblent. Le millésime 2011 de l'enquête européenne sur la fiscalité des entreprises réalisée par Ipsos pour la Chambre de commerce et d'industrie de Paris (CCIP) et pour l'Observatoire européen de la fiscalité des entreprises (OEFE) montre que, malgré l'intensification de la compétition fiscale en Europe et les réformes réalisées par l'exécutif, la France demeure en queue de classement. Cette étude, qui en est à sa 6e édition, mesure l'évolution de la perception par les chefs d'entreprise de la pression fiscale. Réalisée auprès de 700 chefs d'entreprise de dix pays d'Europe, cette enquête d'opinion dont « La Tribune » publie les résultats en exclusivité, montre que la Pologne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas sont toujours les plus compétitifs aux yeux des entrepreneurs européens, alors que la Belgique, l'Italie et la France ferment la marche (voir graphique).

La crise n'a donc pas changé la donne sauf, peut-être, pour l'Espagne qui rétrograde en raison de ses difficultés économiques. Mais globalement, on note, qu'à l'exception de pays très endettés comme la Grèce pas exemple, les États n'ont pas voulu risquer de casser les mouvements de reprise en relevant les prélèvements obligatoires (PO). Au contraire, dans toute l'Europe, la tendance à la baisse des impôts et taxes pesant sur les entreprises reste d'actualité.

Et c'est bien ce qui fait la disgrâce de la France... En effet, si l'on regarde dans le détail cette enquête, on s'aperçoit qu'à la fin 2010, 48 % des chefs d'entreprise interrogés considéraient que le niveau de PO est « très élevé » en France, ils étaient 59 % fin 2009. Près de six sur dix ! Mais cette amélioration de 11 points de la perception du niveau des prélèvements en France ne rejaillit pas sur son classement car les autres États sont aussi engagés dans une course à la baisse des impôts.

« L'écart ne se comble que très lentement », souligne Mirko Hayat, secrétaire général de l'OEFE. Pourtant, l'exécutif en supprimant la taxe professionnelle et en aménageant le crédit d'impôt recherche (CIR) a allégé la pression fiscale pesant sur les entreprises. « Ces réformes sont significatives mais portent sur des montants marginaux par rapport à la masse des prélèvements obligatoires, lesquels pâtissent de l'inertie des charges sociales », analyse Mirko Hayat en précisant que « sur 888 milliards de PO en France, la moitié est composée de charges sociales. Si vous prenez le Danemark, où le poids des prélèvements est supérieur à la France, tout est financé par l'impôt sur le revenu et la TVA... ».

Or cette question des charges sociales est loin d'être anecdotique pour les chefs d'entreprise. C'est le premier aspect que regardent les patrons français au moment de s'implanter à l'étranger et c'est le troisième pour l'ensemble des chefs d'entreprise européens.

Outre la photographie de la perception de la fiscalité par les chefs d'entreprise, cette étude montre également l'appétit des patrons pour le projet d'assiette commune consolidée de l'impôt sur les sociétés. Le dossier avance... au pas lent de l'Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2012 à 10:01 :
quelle surprise cla aurait été que de lire que des directeurs financiers auraient jugé la fiscalite trop legere ou le droit du travail trop souple ....
quelle surprise! les daf pensent que l'asie reste un lieu d'investissement ... dites donc il ecouteraient pas la tele des fois avec la reférence des pays emergents .
Curieux l'afrique leur parait moins interessant : il aurait pas entendu parle des otages en oubliant la source de minerais a commecé par l'uranium d'areva .
Vraiment on est dans la banalité la plus totale .
on retient qu'il ont encore moins confiance dans les pays d'europe hors france .... Ca c'est pour les journalistes qui oublient de mettre l'accent sur le sujet .
a écrit le 12/07/2011 à 11:34 :
c est sur que si on se compare aux grecs ou espagnols, sarkozy a super bien gere la france.
Si on se compare aux allemands, il a ete une catastrophe (par ex il y a moins de chomeurs en RFA maintenant qu avant la crise)
a écrit le 21/05/2011 à 1:07 :
Et on a les taxes sur les bénéfices les plus faibles ... comme l'impôt sur le revenu dans les plus faible aussi. Contrairement à ce que les gouvernements ont fait croire aux français , on a un des système fiscal les plus injustes et les moins progressifs!
Réponse de le 21/05/2011 à 6:53 :
L'IS le plus faible !??? On est à 33,33% c'est énorme. En plus c'est aussi bien sur les bénéfices réinvestis que sur ceux distribués.
Réponse de le 21/05/2011 à 12:42 :
pour les taxes sur les bénéfices : regardes le graphique
Réponse de le 21/05/2011 à 15:48 :
Les plus faibles ?? La pression fiscale de tout part est absolue immense dans ce pays ou les gouvernements, les fonctionnaires et les mafias syndicales s'occupent de tout et monopolise tout. Nous sommes bien loin du libéralise.
Le montant des impots confiscatoir est insupportable dans ce pays.
Réponse de le 21/05/2011 à 22:53 :
Surtout quand on nous en rajoute un "masqué" ... on peut maintenant payer pour récupérer des points de permis de conduire ..et on retire les panneaux pour être sûr de pigeonner quelques dizaine de milliers d'étourdis ... a mais oui c'est vrai avec le poids de la morale qui va s'accentuer , ce ne sont pas des étourdis (1 point pour 10km de dépassement , même ma mère s'est faite avoir et plusieurs fois) ... non non ce seront de dangereux criminels qu'il est indispensable de faire payer, pauvre comme riches , quoi que les riches s'en fichent et payeront en râlant mais ne devrons pas faire le choix entre leur permis et payer le loyer ... Vive la France
a écrit le 20/05/2011 à 20:57 :
c'est dommage mais ces chefs d'entreprise ont compris surtout que la France ne respecte pas les lois européennes transcrite en loi française ainsi que les droits de l homme pour satisfaire tous ces organismes, syndicat patronales et ouvriers qui ponctionne de l'argent aux entreprises au détriments des ouvriers, il est vrais aussi que les ouvriers approuve le système au lieu de ce battre. voir cnee.eu ou claude riechman.com et vous allez changer et peut etre vous battre pour gagnez plus .
a écrit le 20/05/2011 à 20:51 :
sans dec ? Il faut bien les payer tout nos nantis assistés gavés aux allocs.
a écrit le 20/05/2011 à 20:16 :
Et tout ça part en fumée pour le sociale... Quel gachis...!
Réponse de le 21/05/2011 à 15:11 :
C'est votre commentaire qui est un gâchis...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :