Dette : la pression s'accroît sur l'Italie

 |   |  200  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
En abaissant de "stable" à "négative" sa perspective sur l'Italie, l'agence de notation Standard & Poor's fragilise un peu plus la zone euro. Elle pourrait relancer la crise de la dette affectant la Grèce, l'Irlande et le Portugal.

L'agence de notation Standard & Poor's a fait passer, samedi, de "stable" à "négative" sa perspective pour l'Italie, évoquant de faibles possibilités de croissance et des chances réduites de réduire la dette du pays.

Cette révision à la baisse, qui accroît le risque d'une baisse de la note souveraine de l'Italie, peut faire craindre que la crise de la dette affectant la Grèce et d'autres pays européens, comme l'Irlande et le Portugal, ne gagne la troisième économie de la zone euro.

"A notre sens, les perspectives de croissance actuelles de l'Italie sont faibles, et l'engagement politique [du président du Conseil Silvio Berlusconi] en faveur de réformes destinées à stimuler la productivité semble hésitant", indique Standard & Poor's.

"Un blocage politique éventuel pourrait contribuer à un dérapage fiscal. Par conséquent, nous pensons que les perspectives de réduction de la dette publique de l'Italie ont reculé." Standard & Poor's a confirmé ses notes souveraines "A+" (long terme) et "A-1+" (court terme) pour l'Italie, qui se relève peu à peu d'un ralentissement économique sans précédent depuis 1945 et dont la dette publique est l'une des plus élevées du monde.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :