Standard and Poor's dégrade de trois crans la note de la Grèce

 |   |  315  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Standard & Poor's a abaissé la note de la dette grecque à long terme de trois crans, de B à CCC. "La dégradation reflète notre opinion qu'il y a un risque encore plus élevé d'un ou de plusieurs défauts" déclare l'agence de notation.

Standard & Poor's a dégradé lundi la note grecque à long terme de trois crans à CCC. L'agence de notation juge que le pays risque de plus en plus de devoir restructurer sa dette d'une manière que l'agence de notation qualifierait de défaut. La Grèce est donc désormais le pays doté de la plus faible note de crédit au monde.

Il semble de plus en plus probable qu'une restructuration de la dette grecque, par le biais d'un échange de titres ou d'une prorogation des échéances, soit imposée par les dirigeants européens, commente l'agence dans un communiqué. Or un partage de la charge de la dette avec le privé serait considéré comme un défaut de facto, explique S&P. La note grecque n'est désormais plus qu'à trois crans du "D", la note la plus basse attribuée par S&P, qui appartient à la catégorie "défaut".

Avant l'abaissement survenu ce lundi, la note grecque à long terme de S&P était à "B". La perspective est négative, signe qu'un nouvel abaissement est attendu d'ici 12 à 18 mois. S&P précise que ce nouvel abaissement aura sans doute des répercussions sur les notes qu'elle attribue aux quatre principales banques grecques: National Bank of Greece , EFG Eurobank Ergasias , Alpha Bank et Piraeus Bank .

La Grèce a réagi à cette décision, jugeant que S&P ne prenait pas en compte les discussions intenses menées par le Fonds monétaire international et l'Union européenne pour trouver une solution viable à la crise budgétaire. "Cette décision ignore également les efforts du gouvernement pour éviter tout problème relatif aux obligations contractuelles de la Grèce, ainsi que la volonté des Grecs d'envisager leur avenir au sein de la zone euro", a déclaré le ministre des Finances grec dans un communiqué.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/06/2011 à 19:37 :
Vous n'y êtes pas ! ce qui gangrène nos économies c'est le mécanisme de la création monétaire qui n'a pas d'autre choix que de créer toujours plus de dette... sinon c'est l'effondrement de toutes les économies de la planette
a écrit le 14/06/2011 à 13:04 :
arretons, si la grece en est la , c'est parcequ'ils ne payent presque pas d impot depuis 2 decennies et que l'état a essayé de le cacher.
les grecques ont ce qu ils méritent.
a écrit le 14/06/2011 à 12:53 :
president, pourquoi laisser vous ces organes de notation continuer leur actions toxiques?? C'est incompréhensible. la crise de 2008 ne vous a t'elle rien appris? Vous avez le pouvoir, alors utilisez le, bon sang de bois.
Dans la même veine, le peuple a sauver les banques en 2009, alors alors vous qui soit disant représentez le peuple, pourquoi, ne pas avoir repris le pouvoir financier a ces financiers? Ce pouvoir est passe au mains des financiers ces dernieres decennies et vous avez rate l'historique occasion de replacer ce pouvoir dans les mains des Politiques, du peuple. C'est dommage pour vous en 2012, un enfant de plus n'y fera rien. Par contre c'est catastrophique pour l'avenir de votre enfant, des notres. Je ne sais pas ce qui me retiens.
a écrit le 14/06/2011 à 11:09 :
Pendant ce temps les USA se donnent un triple AAA (ben oui, les agences de notation sont à New York)
alors que la Californie ,
38 millions d'habitants contre 10 millions de grecs,
avec un taux d?endettement de 90% de son PIB, et 400% si la comptabilité "créative" des américains est revue (intégration de sa part d'engagement sécu sociale) contre un ratio de 152% pour les grecs
Il parait que un tier des états Américains sont aussi en quasi faillite ...
Faire pression sur l'euro en montrant du doigt les" PIIGS" leur permet de maintenir encore un temps le dollars à flot, un temps seulement

A oui,
l'agence de notation chinoise Dagong, a passé la note américaine de "AA" ("qualité de crédit très élevée" ) à "A+" ("qualité de crédit élevée"), avec une perspective "négative".
Réponse de le 14/06/2011 à 16:32 :
Trés bonne analyse,
et on pourrait aussi se demander ce qui arriverait aux USA si le FMI était dirigé par un chinois qui irait promouvoir une alternative au dollar monnaie de réserve internationale, genre droits de tirages spéciaux ....
a écrit le 14/06/2011 à 10:58 :
C'est pitoyable ! Notez comme les dégradations suivent les annonces de restructuration de la dette de Greque !
Plus les politques parlent d'allongement de délais, de restructuration, plus la note baisse!
a écrit le 14/06/2011 à 10:14 :
Ils se sont bien fait avoir les grecques avec l'europe.On leur a vendu du reve et maintenant ils galerent et vont devoir vendre au rabais les rares pepites de leurs pays(racheter par les memes qui abaissent la note et speculent sur la dette grecque)
Joli sauvetage comme dirait Bravo.
Réponse de le 14/06/2011 à 11:56 :
euh c est eux qui on tout fait pour y rentrer hein faut pas inverser les roles, c est eux aussi il ne faut pas l oublier qui ont macquiller leurs comptes et enfrein les regles budgetaires europeennes et ca ce sont des faits....

Y a toujours un retour de baton.... mais je suis assez d'accord qu'on a integrer trop vite, trop d Etat a l euro et dans la Zone euro... au debut de l europe economique il n y avait que le benelux, la france et l allemagne et on a laisser le temps de se construire....

Aujourd hui alors qu on a deja inclu la pologne et d autre... maintenant on parle d integrer la croatie....

Tout cela va peut etre un peu trop vite
Réponse de le 14/06/2011 à 13:41 :
Les Grcs les pauvres n'y sont pas pour grand chose dans leur malheur, ce sont les politiques socialistes qui ont magouillés tant et plus . Maintenant ils ont intérêt à quitter l'euro, ne pas vendre leur héritage qui fait venir les touristes - je préfère dans l'immédiat aller en Grèce plutôt qu'en Tunisie à choisir !
a écrit le 14/06/2011 à 10:12 :
La seule responsable politique qui n'ait pas dit de betises sur la dette Grecque recemment est C. Lagarde. Elle se concentre sur une chose plus importante que cette pecadille....son election a la tete du FMI.
Réponse de le 14/06/2011 à 10:35 :
Il est evident qu'au FMI : L'avenir de madame le ministre sera assuré pour plus longtemps qu'au ministere des finances à Paris !
Charité bien ordonnée commence par soit meme !
Réponse de le 14/06/2011 à 13:35 :
C.Lagarde, Elle n'est pas encore nommée , elle s'est rodée pour les entourloupes - ses secrétaires feront bien de surveiller ses poches !
a écrit le 14/06/2011 à 9:20 :
je vous invite a regarder l'excellent film reportage "inside job" de Ferguson qui montre la crédibilité que l'on peut apporter à ces agences de notations !
a écrit le 14/06/2011 à 9:19 :
« La Grèce est donc désormais le pays doté de la plus faible note de crédit au monde. ». Bravo pour votre plan de sauvetage, Messieurs et Mesdames de la Commission européenne, de le Banque centrale européenne et du Fond monétaire internationale ! Quel succès !
Réponse de le 14/06/2011 à 11:50 :
J'ai beau ne pas porter la commission (avec un petit c) dans mon coeur, il me semble que cette décision de S&P remet avant tout en cause la crédibilité de cette agence et de ses confrères. En effet, comment accepter qu'un pays comme la Grès qui dispose encore de nombreuses sources de revenus potentielles (si son gouvernement accepte de vendre des bien nationaux) puisse avoir une note inférieure à celle de pays africains ayant déjà fait défaut sur leur dette à plusieurs reprises?
Réponse de le 21/06/2011 à 15:30 :
la différence réside dans le fait que la grèce ne peut pas lutter en dévaluant sa monnaie, solution ultime et historique (seul recours connu?) contre le sur-endettement d'un état. Et ceci pour le plus grand bonheur des créanciers... c'est le piège de l'euro, à croire presque que cela a été spécialement conçu pour.. et on est tous dans le même bain, c'est une question de mois..
a écrit le 14/06/2011 à 8:58 :
Ce pays doit retrouver son drachme et devenir associé de l'UE. Si l'Europe veut survivre, elle doit repartir à zéro avec le Benelux, la RFA, la France, l'Italie voire l'Autriche. Point final. Cette pagaille (des pays hors zone Euro : RU, DK, Suède), d'autres qui ont des accords bilatéraux (Suisse, Norvège) etc. Ce n'est plus viable.
Réponse de le 14/06/2011 à 10:23 :
Cette Union a été créée "par les marchés au profit des marchés".
Il n'y a aucune raison d'exister, sans "clients"!
L' UE a besoin des pays pour que la troïka (Allemagne, Gallai, Angleterre) vende ses produits et des peuples pour boire leur sang.
Je éspere à dissoudre!
a écrit le 14/06/2011 à 7:48 :
Sont vraiment inutile ces Grecques...!
Réponse de le 14/06/2011 à 10:34 :
Et les Français, également, de Renault.
C'est pourquoi on les délie!
Réponse de le 14/06/2011 à 10:51 :
vous voulez dire comme vous??? oh vous y allez fort là
a écrit le 14/06/2011 à 7:47 :
On aurait aimé que S&P se montre aussi intransigeant avec les obligations subprimes et autres CDO créés par les fleurons de Wall Street. Bizarrement (lol), il n'en a rien été. Plus bizarrement encore, S&P continue ses activités comme si de rien n'était, alors que cette affaire prouve au mieux son incompétence crasse ou, au pire, sa corruption.
a écrit le 14/06/2011 à 7:47 :
La note la plus basse de la planète... Zimbabwe et Somalie sont plus fiables que la Grèce!
SEULS LES AUTRICHES CROIENT ENCORE À L'EURO.
Réponse de le 14/06/2011 à 9:35 :
Très bonne remarque sur le manque de cohérence de ces agences. En effet, contrairement à la Grèce, la Somalie n'a aucune ressource lui permettant de rembourser ses dettes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :