Les consommateurs européens restent plutôt dépensiers

 |   |  341  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Au premier trimestre 2011, les dépenses des ménages dans l'Union européenne ont augmenté de 2,6%,, selon le baromètre Visa Europe. Mais cette moyenne cache de forts contrastes, avec une croissance forte en Allemagne et en Europe de l'Est, et une nette chute en Grèce, Irlande et Portugal.

Souvent considéré comme l'un des principaux moteurs de la croissance économique, les dépenses des ménages ont de nouveau augmenté au premier trimestre selon Visa Europe.
Dans son dernier baromètre, la marque de carte de paiement a ainsi constaté une hausse de 2,6% de la consommation au sein de l'Union Européenne (UE) au cours des trois premiers mois de 2011 par rapport à la même période l'année dernière.

"Cette évolution, la plus forte enregistrée depuis mi-2006, illustre un premier signe de reprise économique depuis le pic enregistré au premier trimestre 2010 (2,5%)", a précisé Visa dans un communiqué.  Les dépenses réalisées par les cartes du groupe depuis le début de l'année ont représenté 232 milliards d'euros, en hausse de 14,5% en glissement annuel. Cependant, la valeur moyenne par transaction a diminué pour le troisième trimestre consécutif, passant de 50,1 euros au dernier trimestre 2010 à 49,6 euros. Pour développer ce baromètre, Visa, en partenariat avec le cabinet d'étude Markit, ajuste ses données brutes ce qui lui permet d'obtenir un indicateur qu'il juge «fiable» de la situation économique de l'UE.

Profitant d'un regain de croissance et d'une baisse du taux de chômage, les ménages allemands ont tiré cette hausse globale de la consommation. L'Europe de l'Est a également contribué à cette croissance des dépenses dans l'UE. Des pays comme la République Tchèque, l'Estonie, la Lituanie confirme ainsi leur "rôle d'acteur clé de l'amélioration de la conjoncture économique". En commentaire à ses résultats, Philip Symes, directeur financier de Visa Europe, a souligné le rôle "indispensable" du consommateur en Europe, tout en soulignant que cette croissance de la consommation n'était pas homogène. Le groupe a en effet constaté des résultats plus mitigés pour la France, l'Italie, l'Espagne et le Royaume-Uni. En outre, toujours perturbé par des mesures d'austérité et un moral en berne, les ménages grecques, portugais et irlandais ont moins consommé au premier trimestre qu'il y a un an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/06/2011 à 13:36 :
OUI on dépense plus en gadget inutile mais on se soigne de moins en moins et on rame pour se loger ...... que voulez vous, le paraitre est plus important de nos jours.
a écrit le 16/06/2011 à 6:45 :
On dépense plus car les prix augmentent tout simplement et non pas que l'on consomme plus. Comme les prix ont augmenté en moyenne de 10% depuis 9 mois, il est normal que le francais dépense plus mais pour le même type de produit. La consommation n'est donc pas en hausse, c'est juste que le même produit côute plus cher qu'il y a 9 mois et donc on dépense plus pour la meme chose. Par exemple, je n'ai pas rajouter d'ampoule ou d'appareil electromenager dans ma maison et pourtant ma facture electrique a pris 15 % depuis 12 mois. Arretez messieurs les journalistes de faire croire que le consommateur consomme plus. Il consomme les memes biens de plus en plus cher, c'est tout
Réponse de le 16/06/2011 à 10:19 :
je dirai même plus, la plupart consomme moins pour depenser tojours autant, ceux qui consomment plus c'est les 10 % des plus riches de la population, pour eux aussi le prix des jets augmentent!! mais bon, ça se voit moins. je ne sais pas à combien on va chauffer l'hiver prochain mais ça devient dur de payer le gaz.. tout le monde n'a pas les moyens d'effectuer les travaux pour avoir un logement qui consomme peu.. avoir un toit et 10°.. l'avenir!! on sera pas à la rue mais il y fera aussi froid.
a écrit le 15/06/2011 à 21:24 :
On ne dépense que ce que l'on gagne.
Le crédit consiste à dépenser aujourd'hui ce que l'on gagnera peut-être demain. Cela suppose une perspective de hausse, ou à tout le moins un maintien du revenu.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :