La Grèce peut-elle s'en sortir ?

 |  | 924 mots
Lecture 5 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Dans une démocratie, lorsque les exigences des marchés financiers et des créanciers étrangers s'opposent à celles des travailleurs, des retraités et de la classe moyenne d'un pays, ce sont en général ces derniers qui l'emportent. C'est la thèse défendue par Dani Rodrik, professeur d'économie politique internationale à l'université de Harvard, qui s'appuie notamment sur l'exemple argentin.

Grâce à une aide financière supplémentaire, la Grèce a gagné un peu de temps, mais le pays n'est pas pour autant tiré d'affaire. Il reste à voir si les mesures d'austérité draconiennes proposées par le gouvernement Papandréou seront acceptables et viables au plan politique. L'histoire permet d'en douter. Dans une démocratie, lorsque les exigences des marchés financiers et des créanciers étrangers s'opposent à celles des travailleurs, des retraités et de la classe moyenne d'un pays, ce sont en général ces derniers qui l'emportent.

L'abandon par la Grande-Bretagne de l'étalon or en 1931 reste un événement qui fait date. Après avoir commis l'erreur de rétablir la parité avec l'or, une décision qui sapera totalement la compétitivité de son économie, le pays dut faire face à des années de déflation et de chômage galopant. Ce n'était pas la première fois que la probité financière faisait souffrir l'économie réelle sous le despotisme de l'étalon or. La différence était cette fois-ci que la Grande-Bretagne était devenue une société plus démocratique : la classe ouvrière s'était syndiquée, le nombre de personnes ayant le droit de vote avait quadruplé depuis la Première Guerre mondiale, les médias rendaient compte des difficultés économiques des citoyens ordinaires et un mouvement socialiste était sur le point de voir le jour.

Malgré leurs inclinations, les banquiers centraux et leurs maîtres politiques comprirent qu'ils ne pouvaient plus se distancer des conséquences de la récession et du taux de chômage élevé. De manière plus importante, les investisseurs le comprirent aussi. Dès lors que les marchés financiers mettent en doute la crédibilité de l'engagement d'un gouvernement envers un taux de change fixe, ils deviennent source d'instabilité. Au moindre signe de détérioration de la situation, les investisseurs et les épargnants récupèrent leurs fonds et font sortir leurs capitaux du pays, précipitant la dévaluation de la monnaie.

Ce scénario s'est répété en Argentine à la fin des années 1990. Le pilier de la politique économique de ce pays après 1991 fut la loi de convertibilité, qui instaurait la parité du peso au dollar et levait les restrictions aux flux de capitaux. Dans un premier temps, cette stratégie a porté ses fruits en rétablissant une fort nécessaire stabilité des prix. Mais à la fin de la décennie, la situation était pire qu'avant.

En fin de compte, ce n'est pas le manque de volonté politique de ses dirigeants qui a scellé le destin de l'Argentine, mais plutôt leur incapacité à imposer des politiques toujours plus coûteuses à leurs concitoyens. En fait, le gouvernement argentin était prêt à revenir sur ses engagements envers pratiquement toutes les catégories sociales - les fonctionnaires, les retraités, les gouvernements provinciaux et les épargnants - pour faire face à ses obligations envers les créanciers étrangers.

Mais les investisseurs ont de plus en plus douté de la capacité du Parlement, des gouvernements provinciaux et de la population en général à tolérer la poursuite des politiques d'austérité nécessaires pour pouvoir honorer la dette extérieure. Et la multiplication des manifestations leur a donné raison. Lorsque les intérêts de la politique nationale entrent en conflit avec la mondialisation, les investisseurs malins parient pour l'équipe locale.

Il y a peut-être une autre voie. Celle de la Lettonie. Avec la contraction du crédit et l'effondrement des prix de l'immobilier, le taux de chômage y a atteint 20% et le PIB a décliné de 18% en 2009. Le pays a connu les pires émeutes depuis l'effondrement de l'Union soviétique. La Lettonie avait un taux de change fixe et une libre circulation des capitaux, tout comme l'Argentine. Sa monnaie était arrimée à l'euro depuis 2005. Mais contrairement à l'Argentine, ses politiciens sont parvenus à surmonter cette passe difficile sans dévaluer la monnaie ou instaurer un contrôle des capitaux.

Ce qui semble avoir modifié l'équilibre des coûts et bénéfices politiques était la perspective d'atteindre la Terre promise qu'est l'adhésion éventuelle à la zone euro, ce qui a incité les décideurs lettons à exclure toutes les options qui pourraient mettre cet objectif en péril. A son tour, cette position a favorisé la crédibilité de leur action - malgré son coût économique et politique très élevé. La Grèce suivra-t-elle le chemin de l'Argentine ou de la Lettonie ? A moins d'une reprise de l'économie, de nouveaux emprunts ne seront qu'un palliatif temporaire qui nécessitera de nouvelles mesures d'austérité. Et tant que la demande intérieure reste atone, il est peu probable que les réformes structurelles - la privatisation et la libéralisation du marché du travail - entraînent la croissance souhaitée. Comme le montrent ces expériences, ce sont finalement les choix politiques qui déterminent l'issue de la situation. Pour que le plan de sauvetage de la Grèce ait la moindre chance de réussite, le gouvernement Papandréou devra par tous les moyens convaincre les électeurs que l'austérité est le prix à payer pour un avenir meilleur - et pas seulement pour satisfaire les exigences des créanciers étrangers.

Copyright Project Syndicate

Dernier ouvrage de l'auteur : "The Globalization Paradox : Democracy and the Future of the World Economy" ("Le Paradoxe de la mondialisation : la démocratie et l'avenir de l'économie mondiale")

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/06/2011 à 7:19 :
Bien sur en travaillant plus.
Réponse de le 16/07/2011 à 5:40 :
AH AH AH... En travaillant plus ? Mais comment travailler plus quand toutes les entreprises mettent la clé sous la porte ou font des restrictions au niveau du personnel ? D'ailleurs, sache que la plupart des salariés travaillent mais ne sont plus payés, alors à quoi bon ?
a écrit le 21/06/2011 à 0:21 :
non
a écrit le 20/06/2011 à 9:43 :
La comparaison avec l'argentine n'est pas vraiment pertinente, l'argentine a une industrie, elle était étranglée par la concurrence brésilenne pour qui le real avait été dévalué, quand le peso a aussi été dévalué , l'industrie est repartie.
Mais quels sont les exportations de la grece qui serait dopée par une dévaluation , à part l'huile d'olive.
J'enlèverai la première solution et à la place je mettrai une solution à la russe : l'état fait faillitte, les banques gercsques qui ont des plein d'obligation d'état dans leur bilan aussi, l'économie s'effondre, la crise politique effraie les touristes, pour punir la grece d'avoir trichée et flouer les banques européennes (dont la bce ) de dizaines de milliards, la grece est ostracisée par l'europe,
la grece revient non pas au drachme mais au troc
a écrit le 20/06/2011 à 9:14 :
Les grecs devraient se souvenir de leur comportement. Ils ne payaient pas d'impots ou si peu les dirigeant faisaient appel aux emprunts pour payer les fonctionnaires, de plus, pourentrer dans l'europe, ils ont falsifié leurs comptes. Après çà, il s'étonnent de leur situation. Un peu de bon sens suffisait pour se rendre compte que celà ne pouvait durer. Maintenant dure réalité il faut remettre tout àplat. Que l'europe exige des contre_parties en gage des prets c'est normal
a écrit le 19/06/2011 à 19:18 :
IBG-YBG régle que les politiques europeens suivent comme à wallstreat; l'origine de la crise de Lehman brothers!

Qu'est que IBG-YBG ? I'll be gone, you'll be gone (je serais partis, vous aserez partis); En clair, fait le plein aoujourd'hui!!

En cas de wallstreet, le plein des poches et en politique le plein de votes et dans bien des cas les poches!!
a écrit le 19/06/2011 à 18:53 :
Pas de soucis pour les grecs ..leurs armateurs detiennent la plupart des dettes et ils emploient 1 grec sur 3...
et ont des liens "très trop " fort avec le créditeur chinois....
pas de soucis!!!
a écrit le 19/06/2011 à 16:59 :
Grecs, Portugais, Irlandais, voire Espagnols doivent sortir de l'Euro si cette monnaie ne veut pas passer à la trappe après 10 ans d'existence (1/1/2012)
Réponse de le 19/06/2011 à 17:46 :
Elle passera à la trappe car vous pouvez rajouter francais, italiens, et belges.
a écrit le 19/06/2011 à 13:42 :
J'ai beaucoup de lacunes sur la question, mais je doute néanmoins que le sort de l'argentine ait pu s?améliorer sans l'apport de capitaux étrangers. Ce n'est pas parce qu'un pays refuse les mesures d?austérité que ses problèmes peuvent se résoudre comme par magie. Si je comprends bien les choses, il peut au mieux réduire sa dette en dévaluant sa monnaie, ce que ne peut pas faire la Grèce du fait de l'Euro.
Réponse de le 19/06/2011 à 15:04 :
vous avez tout compris !
J'ajoute qu'il existe peu etre une autre possibilité pour rembourser !
Mais tres impopulaire !
C'est ce que recommandes les journaux allemends !
A savoir, la vente des quelques iles greques et du parthénon !
Réponse de le 19/06/2011 à 16:06 :
Tout ça via la Chine et ses dollars qui ne valent plus rien à part justement de racheter très très très vite tout ce qu'ils trouvent avant que justement le dollars explose. Génial notre économie ! La meilleur solution c'est "LA FAILLITE" et voila, gros bazar dans le pays mais ceux qui se font plumer seront ceux qui ont créé le problème, c'est un juste retour de bâton !
Réponse de le 19/06/2011 à 17:47 :
Ca sera tous ceux qui n'ont que de la monnaie papier et non de l'or.
Réponse de le 19/06/2011 à 18:14 :
@Libre,
Ce n'est pas parce que vous avez de l'or que vous serez sorti d'affaire !
Car si la grece fait faillite, les banque francaises coulent et avec elle votre or !
Réponse de le 19/06/2011 à 18:46 :
Ah bon ? Et comment cela ? Quel est le rapport ? Mon or n'est pas dans une banque, et celui ci n'est pas corrélé à la santé d'aucune banque, alors expliquez moi cela pour voir. Le marché de l'or est totalement sans rapport avec celui des marchés financiers, et celui ci a toujours été une valeur refuge contre l'inflation et les différentes disparition des monnaies financières dont l'histoire est jonchée.
a écrit le 19/06/2011 à 13:18 :
Il n'y aura jamais de reférundum! La peur est trop forte dans les milieux financiers d'avoir une opposition populaire reconnue et indiscutable, elle préferera des sondages a intervalle régulier facilement interprétable à leur profit!
a écrit le 19/06/2011 à 12:37 :
La Grèce a exposé les failles dans la zone euro et en Europe.

J'ai lu dans un forum que la banque suisse, Lombard Odier, a estime la dette grec à 2.625 milliards euros!

En tant dire, il leur faudrait 10.000 ans pour rembourser une telle dette!!

Et Il faut non seulement parler de la Grece mais aussi Portugal, Espagne, Italie et bien sur aussi la France!

Je vous dit pas le scénario d'horreur qui non attend!!

Faute de l'union fiscale européenne, je ne vois que deux scénarios possibles :

1. Une dévaluation massive et l'éclatement de l'Euro

2. Des décennies, voir des siècles d'austérité en France comme dans tous les pays du sud d'Europe!!
Réponse de le 19/06/2011 à 14:21 :
Pas nécessairement !
Je crois qu'il est possible de rembourser la dette en 50 à 75 ans !
Mais attention, il faut être à l'équilibre budgétaire !
Donc il faudra 1 génération pour tout rembourser !
Disons nous et nos enfant ! Ainsi nos petit enfant pourront grandir sans l'epé de la faillite sur la tete !
Réponse de le 19/06/2011 à 16:03 :
@lolo "La solution c'est sur 3 siècles, pourquoi pas hein ..." Franchement on est ou là !
Réponse de le 19/06/2011 à 16:54 :
Pour rembourser une dette ,il faut pouvoir rembourser les intérêts plus le capital. c'est a dire faire des bénéfices(excédents) or pour faire des bénéfices il faut un taux de croissance élevé(minimum 3 a 4%) c'est pour la gréve impossible en ce moment.En conclusion la Grèce ne pourra JAMAIS remboursé sa dette car des taux de 3 a 4% c'est fini pour l'Europe.C'est réservé aux pays émergent.
a écrit le 19/06/2011 à 12:03 :
Même avec un costume neuf!! Un mort reste un mort!!!!!!!!!!
a écrit le 19/06/2011 à 11:59 :
elle sort de l'euro en trois mois ..fait frapper monnaie , dévalue dans la foulée et hop les affaires reprennent ...le reste est poésie ou mafia banquaire
maitre chez elle un peu comme l'iran qui a sa bombe comme cela personne n'ose lui faire la guerre (ya aussi du petrole en iran)
C'est pas mal d'etre maitre chez soi.. meme si c'est onéreux et puis cela évite d'apprendre l'allemand ou l'anglais
Réponse de le 19/06/2011 à 15:06 :
Sortir de l'euro ne se fait pas en 3 mois ! mais 1 an moins !
Pour imprimer la nouvelles monnaie et des nouvelles pieces : 6 moins minimum !
D'autre part pour que les entreprises modifie la comptabilité et que les administrations s'adaptent : il faut au moins 8 à 10 mois !
Les grecs seraient donc en faillite avant de sortir de l'euro !
Réponse de le 19/06/2011 à 16:02 :
@lolo tiens il ne sont pas en faillite DEJA ??? Mais vous allez continuer à croire à tous ce cirque combien de temps ???? Ok va pour 1 année et alors les arguments de Point de vue sont valables dans tout les cas ! Parce qu'ils vont faire quoi au juste pour payer votre Euro de Me.... qui commencent à vraiment nous gaver tous sérieusement !
Réponse de le 19/06/2011 à 18:30 :
Merci pour vos précisions cette sortie de l'euro , Lolo ...j'imagine maintenant que ce serait vraiment le cirque...
a écrit le 19/06/2011 à 11:20 :
Non elle ne peu pas s'en sortir car elle ne devait y entrer !!! He cela va tous nous faire couler avec ! sympa l'arnaque de l'Euro "qui nous protèges si bien" car c'est bien de cela dont il s'agit. Haaa c'est vrai j'oubliais les fanas qui vont encore me raconter que ce serait pire sans l'Euro "OUI OUI c'est cela ...."
a écrit le 19/06/2011 à 11:06 :
Alors, si la solution ce n'est pas éclatement de l euro et la dévaluation, la seule autre solution possible est l ' Europe des états unis ! Mais est-ce qu'un Europe des états unis est possible ou même souhaitable ?
a écrit le 19/06/2011 à 10:30 :
la Grèce ne mérite pas sa place dans l'UE ce sont des tricheurs . Vous allez voir , quelque soit le montant alloué par l'UE , ce pays ne sortira jamais .
car leur économie est loin d'être retenu pour l'intégration dans l'UE
a écrit le 19/06/2011 à 9:36 :
bien sur que la Grèce va s'en sortir !!

il suffit au Grecs de faire défaut et de ne pas payer , où est le problème ??
tous les pays , dont la France, ont déjà fait ça dans leur histoire , les banquiers sont tous morts depuis mais les états sont toujours là ... y'a pas de problèmes
Réponse de le 19/06/2011 à 17:21 :
Sauf que ce sont les banques Européenne qui ont prêtés a la Grèce,si la Grèce ne rembourse pas ce qui est toutefois fort probable.Adieu les banques,bon ça encore les banques n'auront ce qu'elles méritent,mais le problème c'est notre argent qui partira en fumée avec.La je suis moins d'accord!
a écrit le 19/06/2011 à 7:49 :
On fait tous le même constat, mais on tourne en rond ! A mon avis, il faut redonner du sens et une valeur à la personne humaine. Celà veut dire ne pas laisser exploser la masse démographique, mais construire l'humanité de demain autour de valeurs favorisant son épanouissement et son intelligence. 9 milliards d'êtres humains en guenilles pourquoi faire ? La valeur fondamentale est dans l'équilibre, pas dans l'extrême. Moralité, nous sommes individuellement responsables de nos actes, savoir refuser une naissance (subventionnée) est un acte vertueux.
Réponse de le 19/06/2011 à 8:29 :
9 milliards d'êtres humains en guenilles ? L'image est bonne et c'est bien le sort que nous réservent nos hommes politiques épris de puissance qui ne font rien contre la vague déferlante des naissances !
Réponse de le 19/06/2011 à 10:58 :
je parie plutôt sur 1 milliard au maximum dans 20-30 ans !!

et les autres ? disons ... dommages collatéraux ..
Réponse de le 19/06/2011 à 12:27 :
J'apprecie vos commentaires EIFFEL et suis bien d'accord , il faudrait absolument passer une loi : 2 enfants maximun par couples nous sommes deja trop nombreux sur la planete terre - Vivement 2012 -
Réponse de le 20/06/2011 à 11:57 :
@RUBIS, je suis pour supprimer les allocations fami. après le 2ème enfants!!!!!!!!!!!
a écrit le 19/06/2011 à 7:27 :
Il faut se souvenir que le G20 à mit 7 pays sous observation dont la Chine, les USA, la France; l'Allemagne, le Japon, le RU et l'Inde. Pas intérêt faire les idiots?
http://ericlemiere.blogspot.com/
a écrit le 19/06/2011 à 2:29 :
Il va y a avoir de plus en plus de monde dans les Rues et pas seulement en Grèce. "Quand des millions de personnes se rendront compte que l'on ne peut plus vivre comme par le passé, la Révolution sera logique et inévitable" (livre "les corps indécents"). On y vient à grands pas. Les peuples frappés par la crise exigent des responsables politiques intègres et ne supportent plus les carriéristes cyniques magouilleurs, menteurs, les passe droit, le népotisme et les arrangements entre amis (genre Bernard Tapie qui bénéficie du préjudice moral le plus cher du Monde... sur le dos des contribuables !!)
Réponse de le 19/06/2011 à 6:33 :
Bien d'accord avec Jean-Pierre et que deviendra le FMI quand Mme Lagarde qui a permis l'octroi du préjudice moral le plus important de l'histoire du monde, deviendra directeur du FMI ? Je pense que la folie s'abattra alors sur la Terre entière et l'extravagance et la démesure deviendront la normalité comme en France. Prions le seigneur que jamais au grand jamais, Mme Lagarde ne devienne directeur du FMI. Ils'agit d'une question de bonne santé morale et mentale pour l'ensemble des citoyens de la planète, car Mme Lagarde est hors normes, hors jeu et a basculé irrémédiablement dans l'irréel et le fictif tout en proclamant avec véhémence et sincérité avoir les pieds sur Terre.
a écrit le 18/06/2011 à 20:06 :
Pas si elle ne sort pas rapidement de l'euro.
a écrit le 18/06/2011 à 19:49 :
APRÈS LA GRECE, À QUI LE TOUR?
C'est ce que les américains appellent les "PIGS" (cochons en anglais) : Portugal, Irlande, Grèce et Espagne (Spain). Depuis aujourd?hui, vous pouvez ajouter l'Italie (classement revu à la baisse par une agence de notation). Demain, devinez qui sera visé. Tout cela pour préparer un plan drastique de coupes dans les dépenses publiques. "Les États ont trop dépensé", rétorquera t-on. Tu parles. Ce tour de vis prépare une autre société. Une société "nouvelle" voulue par ceux qui ont dépensé les millions qu'ils n'avaient pas et qui se sont payés sur la bête, c'est à dire sur les classes moyennes et les plus modestes.
PS: intéressant l'aveuglement de la plus part des internautes. Vous faites comme si il ne se passait rien. Comme si la règle du jeu qui mène l'Europe dans le mur était édictée par une espèce de fatalité. Terrible aveuglement. Nous sommes plus près de la période 1929/1940 que du 21ème siècle.
Réponse de le 18/06/2011 à 22:58 :
I do not think that Italy will be next. This is just another attempt by Mr Juncker to be sure the next bail out package will be big enough to save the wealth of Luxemburg banks...What is desperately needed is a clear haircut for Greece including a fair share for private investors and a decent perspective for Greece to return to competitiveness and growth. Probably this will also mean leaving the Euro for Greece.
Réponse de le 19/06/2011 à 6:59 :
Oui, vous avez parfaitement raison. Il n'y a aucune fatalité mais une volonté d'atteindre la lune en marchant par ceux qui dirigent les pays européens, quitte à exterminer tous ceux qu'ils conduisent.
a écrit le 18/06/2011 à 17:51 :
Redresser l'Etat des finances de la zones Euro, c'est redonner confiance à l'économie. Les représentants européen devront aider les pays touché à faire face avec pragmatisme à une situation qui demande l'effort de faire face. Cohésion et équilibre, pragmatisme et justice devraient être les solutions positives à accepter. Rigueur deviendra unité par exemple, justice sociale peut être égale à solidarité, etc?
http://ericlemiere.blogspot.com/
Réponse de le 19/06/2011 à 7:03 :
Je suis toujours pétrifié de lire de telles âneries. C'est totalement méconnaître le principe d réalité pour tendre vers une utopie de bisounours.
a écrit le 18/06/2011 à 16:04 :
La Grèce doit sortir de l'Euro le plus rapidement possible pour retrouver des marges de manoeuvre. Dans le cas contraire, la faillite sera reportée de quelques mois.Les créanciers de toute façon ne récupereront pas leurs créances.
La Grèce n'est pas le seul pays qui devra un jour ou l'autre quitter le navire Euro, le Portugal, l'Irlande, l'Espagne, l'Italie aussi devront suivre. La France qui va perdre son triple A d'ici quelques mois fera le choix de s'arrimer à l'Euro/mark et acceptera des taux élevés et une monnaie forte. Avec comme obligation dès les élections 2012 passée de réaliser des économies considérables en faisant payer cher les classes moyennes et les mois aisés en augmentant massivement les impôts et taxes.
Réponse de le 19/06/2011 à 7:08 :
Bien vue Bangelle. Cela se passera ainsi, sauf si un peuple devient assez courageux pour refuser de payer les dettes des banques.
Réponse de le 19/06/2011 à 12:50 :
C'est déjà le cas d'un pays , qui ne s'en porte que mieux , je veux parler de l'Islande , dont les citoyens ont refusé d'être les dindons de la farce . exemple à méditer par tous !
a écrit le 18/06/2011 à 15:41 :
Comparer la Lettonie à la Grèce, c'est comparer une chaussure et un tracteur. Il est assez curieux que le rédacteur n'ait tout simplement pas mentionné que le pays pouvait tout simplement refuser de payer la créance dont il n'était pas responsable, comme l'Islande l'a fait, Islande qui emprunte pour près de 3 points de moins que la France actuellement.
a écrit le 18/06/2011 à 15:27 :
"Amend to extend", c'est une des voies possible d'une restructuration avant défaut. L'avantage de la Grèce par rapport à un entreprise ou une société holding ayant racheté une entreprise par endettement (LBO) c'est que les contrats de prêts ou les obligations ne comportent pas de ratios financiers (ces rations étant un moyen au cas où il ne seraient plus respectés de prononcer le défaut ou évènement de crédit). Alors je ne comprends pas pourquoi pas la BCE d'un côté à laquelle se rallie le couple Merkel -Schauble quand ça arrange ceux ci, et les agences de rating ne se mettent pas d'accord. On parle d'accord volontaire des créanciers (du type accord de Vienne pour les pays de l'Est) pour éviter qu'un défaut de paiement soit enregistré sur la dette grecque. Putain c?est pourtant simple, de nouveaux créanciers remettent du fric pour couvrir les besoins de financement grecs (FESF et FMI) en contrepartie et c?est tout à fait normal on demande aux créanciers déjà engagés d?anticiper sur les échéances à venir et de les étaler sur 3/4/5/7 ans supplémentaires avec des taux révisés à la hausse mais crédibles. Où est le défaut ? Il va peut être falloir renvoyer M. Trichet et les patrons d?agence de rating à l?école. Ensuite, que la dette grecque, et c?est déjà largement le cas, s?échange sur le marché gris de la dette avec décote, et bien laissons faire, la décote ne concerne que ceux qui veulent prendre leur perte, donc la BCE n?est pas concernée avec ses possibles 40 milliards d?exposition. Les banques pour leur part peuvent décider en fonction de leur système d?évaluation interne ou externe, de provisionner partiellement les obligs grecques qu?elles détiennent, ça se discute, ça s?argumente. Le fait est qu?il faut que les grecs ne nous racontent pas des nanars concernant leur volonté de jouer le jeu et que les mesures soient appliquées à commencer par la lutte contre la fraude et l?évasion fiscale, et puis que leur programme de privatisations le soit aussi. Si on a un doute à ce sujet, il ne faut pas rajouter un centime, et tirer l?échelle, c?est tout ce qu?il y a à faire.
a écrit le 18/06/2011 à 14:18 :
ca seule option est de sortir de l'euro et de devaluer, l'euro est une monnaie pour les banque pas pour les gens, c'est pour cela que tout va de travers, c'est une monnaie inadaptée à nos economie latines et pour le quotidien..
Réponse de le 18/06/2011 à 14:55 :
Je pense que c'est vrai ce que vous dites ..même une monnaie avec une inflation entre 5 et 10 pour cent l'an irait à souhait..
Réponse de le 18/06/2011 à 15:53 :
les coquillages peuvent aussi servir de monnaie d'échange.
Réponse de le 18/06/2011 à 16:37 :
Devaluer une monnaie c'est créer de la pauvreté en plus. En argentine depuis la devaluation massive du peso, l'économie va certes mieux mais le taux de pauvreté a grimpé à 40 % (au lieu de 25 % avant la crise) ! c'est la classe moyenne argentine qui a été laminée par les devaluations...
Réponse de le 18/06/2011 à 18:41 :
Depuis des millenaires les monnaies disparaissent, l'or reste. Cultivez vous un peu que diable !!
a écrit le 18/06/2011 à 13:47 :
Nous n'aurions jamais du entrer ds l'Europe -
Réponse de le 19/06/2011 à 7:10 :
C'est que lorsque nous avons donné notre avis, il n'en a pas été tenu compte. Mitterand avait annoncé la victoire du 'oui' en France alors même que le dépouillement n'était pas terminé. L'affaire était pliée.
a écrit le 18/06/2011 à 12:43 :
Ecoutez dans l'avenir les commentaires politiques et économiques sur ..l?utilisation de monnaie UNIQUE ou de monnaie COMMUNE ...Cela va devenir croustillant à souhait ..pour ceux qui aiment la philologie
a écrit le 18/06/2011 à 12:41 :
j'ai l'impression que les mesures demandées en échange d'aide financière "enfonce " un peu plus le pays dans la difficulté (déja par ses conséquences sur la population...).
Que les grecs mettent "tirent " le rideau ;dans ce cas cela reste entre gens du même pays ..
a écrit le 18/06/2011 à 12:13 :
pourquoi la grèce devrait-elle avoir une monnaie locale alors que vu sa taille cela signifierait des dizaines de monnaies pour les états-unis le canada ou la russie, si la monnaie doit correspondre aux fluctuations d'une économie, c'est donc lié à la géographie; on peut dire historiquement que les démocratie et républiques fonctionnent le mieux quand elles ont la taille d'une région actuelle( taille de duché ou de lander) française, ainsi si on cherche l'excuse de la monnaie qui doit coller à l'économie, il faut une monnaie par région; et ça devient absurde de revenir dans les anciens temps; les problèmes actuels ne sont pas liés à la monnaie, ils sont liés à l'endettement, et puisque que des taux d'intérêts faibles favoriseront toujours l'endettement massif jusqu'à renversement de la tendance et rigueur absolue et sans doute banqueroute si le pays ne voit pas ses rentrées fiscales croitrent soudainement( encore faut-il avoir cette capacité, ce que peu de pays ont en europe), il faut arrêter cette schizophrénie, il faut donc simplement interdire la dette publique. plus de dette, plus de problème, on prélève les impôts et taxes, puis on les dépensent; on ne fait pas dans le sens inverse.
je propose en échange de l'arrêt de l'endettement une grande amnistie en transférant les dettes des pays d'europe vers des euro-bonds payés par un pourcentage de tva, et ce pour un même pourcentage de dette/pib, on refait cela en plusieurs fois pour ne pas favoriser les plus endettés et les moins bons gestionnaires. à la fin si un état a un besoin urgent d'argent, il fait la demande à l'europe qui émettra les euro-bonds à la demande.
Réponse de le 20/06/2011 à 5:39 :
j aime bien!


a écrit le 18/06/2011 à 11:42 :
Que ce boulets que sont les Grecques quittent la zone Euro!!! Ils ont triché, qu'ils payent et se repentissent!
Réponse de le 18/06/2011 à 12:41 :
amen
Réponse de le 18/06/2011 à 15:43 :
Je rappelle que nos dirigeants UMPS les ont plus qu'incité à intégrer la zone euro en même temps que l'Espagne et le Portugal, avec la complicité de Goldman Sachs. Merci de rendre à César ce qui lui appartient.
Réponse de le 19/06/2011 à 0:31 :
Oui, le goudron et les plumes pour les Grecques.
a écrit le 18/06/2011 à 11:34 :
D'ici à quelques mois, ou années, les monnaies fiduciaires (c'est à dire papier) ne valeront plus, et un nouvel monnaie apparaitra, et peut être au niveau mondiale, et celle ci sera de nouveau sur le systéme de l'étalon or. Donc mon seul conseil à tous, comme à moi meme mais je le fais déjà : ACHETEZ DE L OR.
Tout le reste ne sert à rien car les états sont tellement sur endettés dans des monnaies qui valent de moins en moins vous serz bien comptent d'avoir votre épargne qui ne fera que propérer, la ou toutes les autres aurant fondues ou disparues. Et contrairement à ce que dis cet article l'étalon or n'est pas un dictat, le dictat c'est celiu des grands argentiers de la réserve fédérale américaine, de la BCe ou du FMI qui nous l'impose. La nuance est de taille. On vous tous bien le résultat actuel, l'or n'y est pour rien, bien au contraire, c'est le seul moyen pour un particulier de se mettre à l'abri des mannipulations catastrophiques des "bankster". D'ailleurs eux aussi achétent beaucoup en ce moment. Un signe ?
Réponse de le 18/06/2011 à 13:44 :
L'or est une valeur refuge c 'est vrai -
Réponse de le 18/06/2011 à 15:44 :
Oui, seuls l'or ou l'argent ont une réelle valeur. Les monnaies fiduciaires ne sont que bonnes à faire du papier-toilette à l'heure actuelle.
Réponse de le 18/06/2011 à 17:39 :
C'est bien achetez de l'or maintenant qu'elle est au plus haut ... si vous êtes sûr de ne pas la revendre quand elle sera plus bas ... et oui l'or c'est comme tout ça monte, ça "bulle", ça chute ... mais si cela vous fait du bien ... faites ...
Réponse de le 19/06/2011 à 11:11 :
L'or est au plus haut ? Plus haut par rapport à quoi ? Quelles sont vos sources ? Une bulle dites vous ? Encore une fois comment définissez vous une bulle ?
C'est méconnaitre le marché de l'or pour le comparer aux différentes bulles de l'immobilier, des actions voir des tulipes de la Renaissance (pour les cultivés).
Je prends le pari que l'or va doubler dans les 5 ans à venir. Les raisons sont simples :
1. L'Inde est le pays qui achéte le plus d'or dans le monde. Sa population en achéte de plus en plus pour en faire des bijoux, c'est culturel. Mais aussi la Russie, le Brésil, le moyen orient mais aussi bien sur la Chine.
2. L'industrie en a de plus besoin pour l'électronique.
3. Les banques centrales sont entrain de refaire leurs stocks car jamais ils n'ont été aussi bas. Et oui elles vous vante leur monnaies papier mais savent bien qu'elles ne valent de plus en plus que le papier, et pendant ce temps elles se couvrent de plus en plus sur l'or.
4. La production mondiale est largement insuffisante pour couvrir ses besoins, et inéluctablement le cours de l'or va continuer de monter.

Ce n'est donc pas une bulle cher Ahbon, mais le début du retour de l'or et de sa valeur, son cours va donc se multiplier par deux ou trois dans les 3 a 5 ans.
Bon courage avec ton papier toilette, pardon ton euro papier.
a écrit le 18/06/2011 à 10:42 :
Cessez donc de crier haro sur l'euro fort.... notre monnaie vaut aujourd'hui beaucoup moins en franc suisse, dollars australien , canadien et néo zélandais qu'il y a 3 ou 4 ans. contre le dollar US, l'euro est à peu près à sa juste valeur. .Le franc suisse est à 1.20 contre plus de 1.50, contre le dollar AUS, il est à 1.33 contre presque 1.80 il y a 2 ans....le problème est autre. La Grèce est entrée dans l'UEM sur des comptes falsifiés et comme l'UE n'est pas une fédération, eh bien, ils se demmerdent tout seuls....le seul moyen de sortir de cette chienlit serait soit de créer un véritable transfert de richesse entre les états - fédération? - soit de laisser la Grèce se demmerder toute seule avec un retrait de l'euro et une créer aisni une véritable bombe dans l'UE! Ceux qui pensent que la France pourrait quitter l'EU ou la zone euro, devrait regarder à deux fois......le discours d'une ertaine Le Pen est totalement inepte et suicidaire...ce qui est encore plus grave c'est que certains trouvent ce suicide collectif séduisant.
Réponse de le 18/06/2011 à 11:38 :
On ne crie pas haro contre l'euro, l'euro est déjà mort mais maintenu en vie artificiellement par des dirigeants qui ne veulent pas avouer avoir déjà échoués.
Ce n'est qu'une question de temps, mais rassurez vous c'est la meme chose pour le dollar, et les autres monnaies suivront. Seul l'or vous met à l'abri de ce qui se prépare, et ce n'est pas la premiere fois dans l'histoire que des monnaies "papier" disparaissent et que l'or reste le seul moyen de conserver son épargne. La prochaine "mondiale" serait un monnaies basée sur l'étalon or, il n'y a pas d'autre solution, et tant mieux.
Réponse de le 18/06/2011 à 15:47 :
Ah c'est marrant de retrouver 'eurofédéral' dans le commentaires, le troll de l'UMPS. Mais dites moi cher ami, que se passerait-il réellement si une monnaie commune se faisait jour comme vous le craignez ? Attaque de char depuis Pluton ? Montée des eaux ? Au lieu de chercher à balayer les solutions qui ont fonctionnées dans l'histoire, vous auriez meilleur temps à quitter Science Po ou 'Le Siècle' pour vous plonger dans les écrits économiques d'Allais.
Réponse de le 18/06/2011 à 15:49 :
t'as pas bien lu Libre ? : ... "L'abandon par la Grande-Bretagne de l'étalon or en 1931 reste un événement qui fait date. Après avoir commis l'erreur de rétablir la parité avec l'or, une décision qui sapera totalement la compétitivité de son économie" ..... , bon c'est a vérifier , mais l'Or était la solution en tous temps cela se saurait !! L'Or aussi a un cours de change qui évolue avec le temps , quand certains épargnants peureux ont peur de l'avenir elle vaut cher , elle vaut moins quand cela va mieux ... tant pis pour ceux qui ont acheté au plus cher et qui revendront au plus bas.
Réponse de le 18/06/2011 à 15:51 :
Non l?euro n?est pas mort .C?est même la monnaie qui permet a l?Europe de payer ses matières première bon marché. Les réserves monétaires de la Chine sont constituées de 30% d?euro.(ils ne sont donc pas pessimistes ).l?étalon or c?est éteint en 1933 et je ne crois pas que l?on y revienne étant donné le débat hystérique entre les Américains et les français.
Seul A Greenspan a osé en parler. Selon l?époque l?or est considéré comme un métal, soit comme une valeur refuge (c?est selon).Ses détracteurs disent qu?il n?y a pas assez d?or pour constituer un monnaie mondiale.
Réponse de le 18/06/2011 à 18:00 :
Oui Pierre mais si l'Europe ne protège pas mieux ses citoyens de la Grèce à la France et ceci très très vite ... bientôt elle sera morte et l'Euro partira avec l'eau du bain ...
Réponse de le 18/06/2011 à 18:33 :

La crise des années 30 n'était pas essentiellement une crise monétaire, au contraire de celle des années 70, ou de celle qui nous occupe actuellement.
L'or a déjà prouvé à maintes reprises dans l'histoire sa stabilité et surtout empéche que les politiques sur endettent les etats pour leurs politiques d'emprunts à tout va complétement fou. Regardez l'europe et les usa avec leurs dettes faramineuses, et regardez le résultat avec la Grece, mas ce n'est que le début. L'euro et le dollar vivent leur derneir jour, et pour échanger dans le futur il faudra bien une monnaie en qui tout le monde a confiance et quoi de mieux qu'une monnaie basé réellement sur l'or ? Nixon a enlever la correlation du dollar avec l'étalon or en 1971, et tous les autres pays ont suivies ausstot soi disant pour aider les échanges dans le monde, en fait cela a permis aux banques de créer de la monnaie papier pour artificiellement developper le commerce. Beau résultat !! On reparlera de tout ca lorsque votre monnaie papier n'aura plus sa place que dans..vos toilettes.
Réponse de le 18/06/2011 à 23:13 :
Libre: tu es un investisseur particulier toi .... tu veux un taux d'intérêt sûr point barre ... c'est ce que l'on reproche à la finance mondiale ... de vouloir seulement spéculer (en positif car en négatif c'est plus fun de refiler les dettes aux contribuables) . Plutôt que d'acheter de l'or tu n'as qu'a investir dans un projet économique pour développer l'économie réelle (une entreprise par exemple puisque tu détestes les fonctionnaires) ... non tu préfères l'or comme tous les spéculateurs.
Réponse de le 19/06/2011 à 13:03 :
à Fixette. Spéculer ne veut rien dire, il s'agit simplement de protéger son propre patrimoine de l'escroquerie de la perte de valeur de la monnaie papier qui s'accentue tous les jours car les différents gouvernements et leurs copains banksters nous mentent depuis longtemps. Si ne pas vouloir perdre ce qu'ona gagné par le travail de ses vautours et être un speculateur alors je l'accepte. Si tu préféres être ruiné en disant "moi je suis un gentil car j'ai spéculé" libre à toi, alors tu es digne de te faire tondre par ces mafias. Et pour ton info je suis aussi un chez d'entreprise car continue d'investir dans le développement de mes affaires, et je fais travailler des salariés. Je précise aussi que je ne déteste pas les fonctionnaires, je dénonce le surproids de l'état et son cout exorbitant contre le peuple, nuance.
Réponse de le 19/06/2011 à 15:14 :
Libre tu as une entreprise qui produit ? et ton entreprise n'a aucune dette ?
Réponse de le 19/06/2011 à 16:25 :
Le probléme n'est pas d'avoir des dettes mais il est celui d'etre en mesure de les rembourser. Hors cela 'est plus le cas de la Grece, mais bientot celui de bien d'autres pays en Europe, mais aussi les USA, c'est pour cela qu'ils créent de plus en plus de monnaies papier, qui crée et créera de plus d'inflation, etc...pour finalement faire effondrer le systeme monétaire actuel. A chaque fois dans l'histoire que l'on a voulu sustituer l'étalon or d'une monnaies pour créer du papier le résultat fut le meme, il suffit de lire. Et c'est donc pourquoi j'incite ceux qui ne veulent pas perdre ce qu'ils ont eu tant de mal a gagner d'investir dans de l'or physique, car la aussi l'histoire a prouvé que cest une valeur refuge facilement echangeable.
a écrit le 18/06/2011 à 9:59 :
Titre trompeur, la vrai question etant L' Europe peut-elle s'en sortir ? Pour la Grece, c'est trop tard. L'Europe essaye d'eviter la contagion. Est-ce possible ? Le peuple Grecque acceptera-il les sacrifices ? eN CAS D'ECHEC, C'EST LA FAILLITE DU SYSTEME BANCAIRE, 2008 EN PIRE.
Réponse de le 18/06/2011 à 11:40 :
N'importe quoi!!! Dans le cas d'une faillite de la Grèce, les banques concernées déprécieront de quelques dizaines de milliards et auront des mauvais bilans, et c'est tout!!!! Outre le fait que les Grecques vivront un cauchemar similaire à la chute de l'URSS, les pays vertueux comme l'Allemagne, les Pays Bas ou même la France ne sentiront presque rien...
Réponse de le 18/06/2011 à 11:53 :
La France pays virtueux ??!! Mais vous vivez dans votre grotte ou quoi ? Avez vous remarqué que la France emprunte depuis 30 ans sur les marchés financiers tous les ans pour payer son embonpoint étatique et ses fonctionnaires en sur nombre ? A tel point que le deuxième budget de l'état n'est meme pas le remboursement de la dette mais uniquement les interets de la dette. La France sera bientot dans la meme situation que la Grece. Dites adieu à l'euro et bonjour à la seule valeur refuge qui ne peut disparaitre : l'or !
Réponse de le 18/06/2011 à 15:10 :
A Libre - Il n'y a pas que la France qui emprunte. Même l'Allemagne a un taux d'endettement supérieur au nôtre. Vous devriez lire plus souvent la Tribune!
Réponse de le 18/06/2011 à 15:32 :
A Libre , et oui il ne faut pas faire une fixette sur la dette, tous les pays ont toujours eu une dette (pourquoi payer des investissements pour 10 , 20 ou 30 ans Cash ?? ). Les USA ont un niveau de dette équivalent à la France sans services publiques (enfin presque a part quelque écoles publiques du niveau d'une garderie et quelques hospices) . Et le Japon est endetté a hauteur de 200% du PIB ! . Certes il faut faire attention au niveau d'endettement et en ce moment il est trop élevé mais a qui la faute ??? si on avait pas eu a reprendre ces satanés actifs pourris de 2008 (qui je le répète étaient des crédit immobiliers d'américains insolvables) et si on avait pas eu a subir les effets de la crise (chômage technique , augmentation du chômage, perte de rentrées fiscales) on en serait pas là.
Réponse de le 18/06/2011 à 15:49 :
@ Libre

Hum, vous avez tort. La France emprunte en effet mais c'est pour rembourser le coup de canon commencé en 2007 qui a généré une dette énorme au niveau européen et dont l'abondement au titre du fond de solidarité est de ... 600 milliards tirés du néant en un week-end. Les fonctionnaires sont les victimes au même titre que l'ensemble des salariés et contribuables français.
Réponse de le 18/06/2011 à 16:33 :
Ben, Oubliez la Grece. En elle-meme, vous avez raison, la petite Grece(moins de11 millions d'habitants) n' est pas un gros probleme mais c'est le risque de contagion qui est grave.Le petit Portugal et la petite Irlande suivront puis ce sera le tour de l'Espagne et de l'Italie, alors on reparlera de votre n'importe quoi. Je maintiens et signe, c'est l'avenir de l'Europe pas celui de la Grece qui est en jeu.
Réponse de le 18/06/2011 à 18:40 :
Faux la France s'endette sur les marchés financiers depuis plus de 35 ans, et non pas depuis 2008 pour acheter les actifs pourris. Revisez un peu. Cela fait belle lurette que le deuxieme budget de l'état est uniquement pour rembourser les interets de la dette, et tout cela a fond perdu puisque l'etat refuse de "dégraisser" le mammouth et de virer les millions de fonctionnaires en trop dans ce pays.
Réponse de le 18/06/2011 à 23:04 :
La France s'endette sur les marchés financiers comme tous les pays !! Libre qu'est ce que tu proposes ?? 0% d'endettement= PLUS AUCUN INVESTISSEMENT ??? parce que moi je paye pas maintenant la totalité de la note si une grosse partie est destinée pour les générations futures !! Et tout le monde est d'accord que s'endetter pour des frais de fonctionnement ou des déficits sociaux (en partie a cause d'exonérations non financées !! il ne faut pas l'oublier) , n'est pas bien . Va le dire à Sarko , et demandes lui de retirer toutes les exonérations de charges qu'il a mis en place depuis qu'il est aux manettes sans les avoir financées ou bien sans avoir réduit les dépenses ! Mais en règle général la France n'est pas si mal placée que cela comparée à l'Allemagne, les USA, le Japon etc ... donc va falloir que tu fasses ta révolution de "bonne" gestion mondiale en allant voir Merkel Obama ...etc , ... tu n'as pas fini , achètes de l'or et fous nous la paix.
Réponse de le 19/06/2011 à 11:02 :
Bon alors si tout va bien ne changeons rien. Si les autres font pire que la France alors ne changeont rien non plus.
Oui j'achète de l'or et comme toi j'ai le droit de dire mon opinion et mon point de vue sur l'actualité. Alors fous moi la paix comme tu dis, car quoi que tu dises je continuerai à m'exprimer et si mes commentaires te déplaisent ne les lis pas. Un point c'est tout. Mais au moins moi je ne fais qu'écrire des banalités insipides comme toi, genre "va le dire à sarko" ou bien "la France n'est pas si mal placée". Ca sert à quoi d'écrire de telle âneries qui sont soufflées par les médias dont tu es la victime endoctrinée incapable d'avoir une vue d'ensemble et surtout une lecture historique de ce que nous sommes entrain de vivre ?
Réponse de le 19/06/2011 à 15:22 :
c'est toi qui dis ce que les médias nous rabâchent (trop de dette, trop d'état blablabla ...) .... et bizarrement l'article où les médias relatent que le FMI suggère que les USA se mettent rapidement d'accord pour relever le plafond légal de leur dette pour éviter le défaut de paiement tu n'as fait aucun commentaire !!! alors qu'ils sont autant endetté que nous et sans services publiques (ou presque a part des garderies et des hospices) , avec un poids "léger" de l'état tout bien comme il faut selon tes pseudos bonnes règles de gestion !!!
Réponse de le 19/06/2011 à 17:20 :
Faux j?ai déjà écris que le dollar ne vaudra bientôt plus rien parce que justement les ricains font fonctionner la planche à billet outrageusement depuis des années, et que c?est ce qui va entrainer la perte de celui ci. Maintenant les médias dénoncent l?endettement des états mais uniquement que depuis quelques mois parce que l évidence ne peut plus être cachée. Toi tu as cru, et tu crois toujours, que les politiques monétaires papiers peuvent encore changer quelque chose à face à l inéluctable. Le problème des USA n?est pas l?embonpoint de son administration mais l?interventionnisme étatique dans l?économie de marché qui crée artificiellement de la monnaie pour stimuler artificiellement l économie, la France fait pareil mais en plus elle cumule d autre tares. Elle plombe la compétitivité des entreprises par des taxes et des impôts délirants pour entretenir ses différentes mafias pour raisons électoralistes. Bref tout ca n?a pas d?importance, c est deja fini.
Bientôt tes euro papier ne vaudront que la valeur du papier. Si tu ne veux pas entendre la vérité c est ton problème. Moi je renouvelle mon conseil a ceux qui veulent bien l entendre : ACHETEZ DE L OR PHYSIQUE !! Tu auras beau disserter sur les gesticulations du FMI, de la BCE, de la Fed ou des différents politicars, la fin est inéluctable, alors prend les bonnes décisions plutôt que de palabrer avec moi.
a écrit le 18/06/2011 à 9:40 :
Oui tout le monde est conscient que nous ne faisons que retarder le problème grec.
La Grèce ne pourra plus aller sur les marchés et la restructuration de sa dette est
inévitable.L'Euro fort tue à petit feu les économies du sud y compris celle de la
France.L'Allemagne n'acceptera plus cette situation.Jacques Sapir fait de bonnes
analyses quant au drame qui se rapproche.Alea jacta est n'es-il pas!
a écrit le 18/06/2011 à 9:30 :
c'est tres clair et bien sur la sagesse serait de bloquer les capitaux en Grece il parait que plus de 200 MD d euros ont quitté la grece pour la suisse ?donc l'apport continue d'aides ne ferra que creuser la dette les taux d'interet et conduira à une faillite énorme alors que peut etre la sagesse un controle des changes (je sais l'europe l'interdit) mais aussi la grece à menti les hommes politiques de ce pays ont achete les votation depuis 30 ans et la régle idiote non rescpectée de voter des budgets meme en déficit de 3 % ne permet pas d'équilibrer les comptes le budget general de la france a été voté par la prétendue majorité de droite avec 99 ME de déficit sur 300 milliards de recettes essayer d'aller voir votre banquier avec 30 % de dépenses en plus de vos recettes ....
Réponse de le 18/06/2011 à 12:08 :
Vous dites qu'il faut convaincre le peuple grec que les mesures d'austerité sont inévitables.
Sauver le système bancaire se passe au frais du contribuable, par contre, quand celui-ci engrange des bénéfices, le peuple n'en retire rien du tout.

Comment convaincre le peuple qu'une situation aussi grossière et insoutenable puisse durer???


Enfin les prémices d'une révolution
Réponse de le 18/06/2011 à 15:56 :
@remettre tout à plat!!!!!!!!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :