"Avec la Grèce, il ne faut pas rééditer une faillite du type Lehman Brothers"

 |   |  1325  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dans un entretien exclusif à La Tribune, le ministre belge des Finances, Didier Reynders, alerte sur une possible contagion d'un défaut grec, même à la France, et explique la situation en Belgique. Il revient sur le rôle de la BCE et des agences de notation.

Quelles seraient les conséquences d'un défaut de la Grèce ?

 

 

 

Didier Reynders: On a déjà connu un « stress test » grandeur nature en 2008 avec la faillite de la banque Lehman Brothers. Cela a entraîné un manque de confiance total entre les acteurs du monde financier. Il ne faut donc pas rééditer une faillite de ce type, d'autant qu'elle pourrait avoir des conséquences dramatiques pour l'ensemble de la zone euro. Si la Grèce était le premier pays à faire défaut, les regards se tourneraient ensuite vers d'autres pays comme l'Irlande, le Portugal, l'Espagne, l'Italie, peut-être la Belgique mais aussi la France, quand on voit son niveau de déficit et d'endettement. On ne sait pas où s'arrêterait la contagion...

Comprenez-vous ceux qui ont des réticences à intervenir à nouveau pour aider la Grèce ?

Il faut rappeler à certains politiques dans le nord de l'Europe que l'euro est un bénéfice extraordinaire pour les pays exportateurs avant tout, comme l'Allemagne, le Benelux et la Scandinavie. Quand vous allez à Athènes, vous voyez dans les rues des Mercedes et des Audi. Lorsque vous vendez des produits dans un pays, vous devez assumer un risque, les fameuses « liabilities ». L'Allemagne exporte énormément et le cas grec est finalement assez marginal à côté de ce que l'on a connu sur les marchés financiers. La Grèce, le Portugal et l'Irlande réunis pèsent à peine 6 % du PIB de la zone euro. Lorsqu'ils s'agissait de soutenir nos banques, on n'a pas hésité. On a parlé de garanties en « trillion » d'euros, un mot qui n'était même pas connu à l'époque! Et puis aujourd'hui, pour des sommes beaucoup moins importantes pour sauver la zone monétaire elle-même, les réticences sont beaucoup plus grandes... Je ne comprends pas très bien.

Ce qui irrite les Allemands, c'est le sentiment de devoir donner aux Grecs une sorte de prime de mauvaise gestion...

Je partage totalement l'analyse de beaucoup d'Allemands : c'est d'abord à la Grèce de faire des efforts. Mais si c'est pour l'asphyxier, cela n'a aucun sens ! Le but n'est pas que le pays meurt guéri. Si on continue de demander à la Grèce de revenir dans une meilleure situation dans les deux ans on n'en sortira jamais. Il faut lui laisser le nombre d'années suffisant pour réellement mener son plan de réforme : 4, 5, voire 7 ans. Il y a des changements profonds à réaliser dans le pays. Les Grecs en sont capables mais la pression européenne doit être très forte.

Pourquoi serait-ce une erreur de contraindre les créanciers privés de participer à l'aide à la Grèce?

Je partage le souci de faire participer les banques, les compagnies d'assurance et les fonds de pension à l'effort mais de manière volontaire. On peut faire pression sur eux car les Etats sont actionnaires dans beaucoup d'institutions financières mais il ne faut pas aller jusqu'à leur imposer leur participation. Faire payer les banques, c'est faire payer les épargnants qui ont leur argent dans ces banques. En clair : tout le monde. Or, si on les force, ce sera difficile de retourner les voir et demander de l'argent pour les financements futurs. Ensuite, ce serait dramatique d'aller enrichir à nouveau les spéculateurs et de pénaliser les partenaires financiers institutionnels qui jouent le jeu en prêtant de l'argent et en le gardant jusqu'à maturité

Pour les premiers plans d'aide, on avait expliqué aux contribuables que ces prêts rapporteraient de l'argent grâce aux intérêts. Pourrez-vous encore avancer cet argument alors qu'il y a un risque que la Grèce ne rembourse pas?

Nous sommes partenaires du FMI depuis sa création et nous n'avons jamais perdu, même dans les pays en développement, un franc ou un euro. Nous avons toujours récupéré notre mise. Ce que je ne dis pas, c'est que nous allons en plus demander une rémunération importante sur les prêts à la Grèce. Je n'ai pas envie de demander à la population grecque de rémunérer fortement la population belge pour son aide, sinon ce n'est plus de la solidarité.

Comment sortir la Grèce de cette situation et ainsi nous mettre à l'abri ?

Dès l'entrée de la Grèce dans la zone euro en 2001 on savait ses statistiques fausses. Je présidais l'Union européenne à cette époque. Les Européens sont donc pour partie responsables de la situation. Je sens bien qu'aujourd'hui en France, en Allemagne, en Belgique, à peu près tout le monde se dit que ce serait bien de prendre des décisions à la place de la Grèce. Cela ne pose problème à personne. En revanche, en 2005, lorsque l'on a connu des problèmes de déficits en France et en Allemagne... on a introduit de la flexibilité.
Il faut un minimum de règles communes dans la zone euro. Pour l'instant, le seul instrument commun, c'est la Banque centrale européenne (BCE) à qui on fait presque jouer un rôle budgétaire. La BCE a très bien géré la crise financière, elle a pris ses responsabilités. Mais on lui demande actuellement de prendre un peu trop de responsabilités. La solution budgétaire grecque doit venir de Grèce. La privatisation, c'est déjà la participation du secteur privé. Mais il faut aussi que l'Europe intervienne, qu'elle mette en place les instruments budgétaires adéquats. On demande à Jean-Claude Trichet d'aller un peu plus loin parce que les politiques n'arrivent pas à prendre les décisions.

Etes-vous serein sur la situation de la Belgique ?

Tout à fait serein, jamais, mais optimiste oui ! Notre dette a culminé à plus de 140% du PIB en 1993, aujourd'hui elle est inférieure à 100 % de notre PIB. Nous avons mis 20 ans mais nous l'avons réduite! Pendant la même période, la France et l'Allemagne ont augmenté leur dette de 40 points de PIB... Nos fondamentaux sont bons : nous avons un des déficits les plus bas d'Europe, la tendance budgétaire est tout à fait positive. Ce volet là ne m'inquiète pas. Il y a un problème à l'autre extrémité c'est l'avenir du pays, il faudra réformer institutionnellement le pays. Il y a un vrai débat idéologique sur les pensions, la santé, le chômage. Je comprends l'inquiétude des marchés, et je ne reproche pas aux agences de notation de nous dire « vous devriez faire comme ça ».

Pourtant, vous n'avez pas toujours donné le sentiment de comprendre les appréciations des agences de notation...

Je suis heureux qu'elles interviennent sur les marchés, il faut que quelqu'un donne un avis sur ce qui se passe. Mais il faut aussi analyser les conséquences car parfois, l'avis des agences de notation accélère un mouvement. Si c'est à bon escient, tant mieux. Mais si c'est à tort, il faut quand même se demander quelle est leur vraie responsabilité. Nous avons pris des décisions, l'agence de supervision ESMA va pouvoir jouer un rôle et on va pouvoir avoir des sanctions.

La Belgique se prépare à lever d'ici au 1er juillet le secret bancaire sur les comptes d'épargne ouverts par 250 000 étrangers, dont 100 000 français. La Belgique perd-là un avantage fiscal par rapport à des pays comme le Luxembourg...

Il faut que l'on harmonise au moins une base en matière fiscale, sinon les gens font du shopping fiscal. Le Luxembourg devrait évoluer de plus en plus vers la levée de son secret. Là-bas, c'est un secret à garantie pénale et le banquier qui dévoile le secret bancaire est passible de poursuites pénales, ce qui n'a jamais existé en Belgique. C'est intenable, on ne peut pas, en Europe, vouloir à ce point préserver des lieux de secret. Comment peut-on imaginer que dans une zone monétaire, nous n'ayons pas des règles communes, dont celle-là, sur la fiscalité ?

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/06/2011 à 19:37 :
Comment peut-on être Ministre des Finances et dire que "Faire payer les banques, c'est faire payer les épargnants qui ont leur argent dans ces banques. En clair : tout le monde".
Entre les épargnants et les débiteurs il y a les actionnaires. Les grandes banques françaises par exemple ont toutes annoncé qu'en cas de défaut de la Grèce leur perte sera très supportable (entre 1 et 2 MM? soit quelques mois de profit).
Pourquoi faire croire qu'en cas de défaut le petit épargnant sera touché si ce n'est préparer l'opinion à des décisions qui ne seront prises que pour sauvegarder les bonus et dividendes des dirigeants et actionnaires des grandes institutions financières. Ce qui sera le cas si l'UE ou la BCE garantissent ou rachètent les titres de créances grecs (existants ou résultants d'un roll-over) aux créanciers actuels. La machine pour sauver non pas la Grèce mais les profits des organismes financiers est déjà en route. Où va-t-elle s'arrêter avant que les citoyens soient informés de ce qui se trame dans leur dos? Vite, que la Grèce fasse défaut pour bloquer ce processus immoral qui laisserait le contribuable français avec l'amertume de payer des impôts pour aider ces "corrompus et fainéants du Sud".

A ce sujet merci Madame Merkel pour cette dénonciation. Sauf que l'Allemagne pourrait commencer à payer les 50-70 milliards d'euros dus à la Grèce pour les dommages de guerre. Sauf que les grecs qui ont la chance d'avoir un emploi selon les statistiques dEUROSTAT travaille 50% d'heures de plus par an que les allemands. Sauf que les deux affaires de corruption majeure qui touche la Grèce concerne Siemens et la vente de sous-marins allemands à la Grèce (500 M? de pot de vin pour ce dernier contrat de 5 MM?). D'un coté on a un ou quelques individus qui touchent. De l'autre on a des organismes entiers qui ont fait de la corruption un idéal d'entreprise. Où sont les corrompus???
a écrit le 21/06/2011 à 12:54 :
@libre Je crois que bcp de commentaire s egarent: la fin de la monnaie papier??? non y aura toujours des Etats pour racheter la dette des autres....

Les Problemes sont plus complexe que cela: il faut forcer les politiques a penser d'abord a la survie et au bien etre de l'UE et de la Zone Euro avant de penser a leur reellection.....

Limiter le nombre de mandat a 2 et non consecutif par exemple, sachant qu ils ne pourront pas se representer dans la foulée et que la legislature suivante fera le bilan du passe et qu apres elle meme sera jugée ca permet d eviter certaine pratiques politiciennes je pense.... Mesure applicaple aux legislature nationnale par ailleur....

Publication des "bilans" de chaques Etats et de l'UE a chaque fin de legislature mais par les cours des comptes qui auront un pouvoir plus c ontraignant...

Je crois que c est le seul moyen de faire que chaque Elu se consacre d abord a sa fonction et a son Etat avant de penser a sa reellection et sa carriere
Réponse de le 21/06/2011 à 19:05 :
Ah bon il y aura toujours des états pou racheter des dettes ? Mais d'ou tenez vous cette certitude ? Avez vous lu les nombreuses exemples des disparitions des monnaies dans l'histoire ? Jusqu'ou peut on racheter du papier qui ne vaut plus avec une inflation galopante ? Relisez l'histoire de France par exemple, celle du 18 eme par exemple. Et dites moi quelles sont les deux disparitions des monnaies a 70 ans d'écarts ? Dites ce que sont les assignats pendant la revolution ? Vos voeux pieux endoctrinés de médias et de politque collectivistes qui ruinenet les européens seront vains d'ici peu, et on en reparlera.
Réponse de le 22/06/2011 à 12:55 :
Simplement parce que du fait de la mondialisation actuelle, aucun pays ne peut laisser un autre encore moins une zone, donc des clients s'ecrouler completement.

Ca n a rien de voeux pieux c est la realite economique...

Endoctrine??? non realiste et pas utopiste qui suit des solutions preconise par des extremes d un autre ages... vous peut etre... Et vous confondez histoire nationale avec realite mondiale, on vit dans une economie mondialisé, meme les Chinois communiste politiquement ont adopte une economie capitaliste....

Vous semblez oublier que l'Europe est client des USA, de la Chine.... parfois meme premier client... cela s appelle l inter-dependance economique ca n est ni politique ni utopique... c'est juste la realite du pognons... La Chine detiens des reserves en Dollars, en Euros... En Or aussi comme l europe et les USA....


Vous parlez d inflation galopante.... Faut pas pousser savez vous ce qu on integre dans le panier qui permet de calculer l inflation??? Telephonie, informatique, electronique font partie integrante du calcul et vous ne pouvez nier qu en 5 ans leur prix a fortement chuter....

Quand au 18eme siecle prende le siecle de la revolution la comparaison est falasieuse....

Libre a vous de vous enfermer dans des visions d un autre age, avec des solutions d un autre age..; Moi je prefere trouver le moyen de le controler et d en tirer profit pour preserver notre systeme sociale, le protectionnisme et la haine de l autre ont deja conduit a 2 guerre mondiale, a la crise de 29....

Celui qui oublie le passé est condamne a le revivre....
Réponse de le 22/06/2011 à 16:35 :
Enfin, un avis censé alors que 70% des francais sont pour le protectionsime en France et en Europe!!
Réponse de le 24/06/2011 à 8:40 :
@RK enfin un avis cense merci, c est juste que cela me fait bondir ces raisonnement moyen de Francais moyen qui "repondent" au sirenne illusoire de certains en oubliant le passe et en oubliant les consequences que cela entrainerait.

Prenons quelques exemples concrets, protectionnisment Europeen à Fortiori Francais implique de fermer nos frontieres ou d appliquer des droits de douanes prohibitfs aux produit etrangers, donc matieres premieres comprises....

Donc ces Francais tres moyens qui se plaignent deja du prix du petroles, des autos, des bananes, des fraises..... Et oui votre politique a courte vue oublie l essentiel la France importe: petrole, gaz, uranium pour les centrales, bananes, ananas, fruit et legumes en general, televiseurs et telephonie..... Donc vous etes pret a voir les prix exploser encore plus.....

Avant de preconise des solutions suicidaire faudrait voir a analyser ce que l Europe et la France peuvent opposer, on a pas de petrole, pas de gaz, pas d'uranium.... On a des accords avec des pays qui nous le fournissent... et le demande mondiale allant croissante, nottement la Chine, si on bloque les frontieres ils iront voir ailleur ou nous appliqueront des prix tellement eleves que le solution sera pire que le mal.... Et ca c est une realite...

a écrit le 21/06/2011 à 11:15 :
On a su mobiliser des trillions de dollars pour sauver une centaine de banques basée sur la spéculation (les autres ont fait faillite), et on ne trouve pas 5 milliards pour la Grèce. Je crois que tout est dit.
a écrit le 21/06/2011 à 10:24 :
"Avec la Grece, il ne faut pas reediter une faillite du type Lehman Brother." Jusque la, le raisonnement de Monsieur le Ministre est parfait et nous ne pouvons qu'etre admiratif.C'est apres que ca se complique. Comment eviter la faillite ? Ce n'est pas avec des remarques comme "je ne comprends pas." qu'il va faire avancer le chmilblick
a écrit le 21/06/2011 à 7:05 :
Ben dites donc!

On savait que la Grèce trichait par ci, par là et - surtout - sur ses statistiques, mais on a laissé faire! Pour l'amour de l'art et des vieilles pierres rôties par le soleil, peut-être?...

Les populations des "petits" pays devront faire des sacrifices? ...Et les "grands", alors??? Existe-t-il un pays européen qui ne serait pas endetté à mort? (Et même l'Allemagne, si chère à nos "experts", en tant que "bon exemple"!)

...Et où vont les intérêts de "LA" dette?...

...Et qu'est-ce que la notion même d'argent veut dire, aujourd'hui?

...Et pourquoi on nous parle d'Europe et de ce qu'elle pourrait ou devrait faire pour "aider" tel ou tel, au lieu d'aligner les niveaux sociaux partout, pour éviter le "dumping social", qui est le moteur de toutes les disparités et incongruités économiques d'aujourd'hui??? ...Je veux dire : à boulot égal, salaire égal autant à Londres, qu'à Madrid, Bruxelles, Athènes etc. ...Je veux dire le même prix pour les produits se trouvant sur le marché. ...Je veux dire impossibilité pour tous d'acheter à découvert. ...Je veux dire budgets en équilibre!

...Mais qui s'en chargerait? Ces bandits en col blanc, qui nous enfument depuis au moins 35-40 ans??? Non, Monsieur, ils auraient trop à perdre! (Et leurs copains aussi...)
a écrit le 21/06/2011 à 5:30 :
Deux questions devraient prendre le pas sur les nombreuses autres. Les européens ne doivent-ils pas modifier l'économie qu'ils entendent mener à travers toute l'europe. La seconde concerne les Grecs qui de leur côté doivent se remettre en question sur leur mode de vie. Faire partie d'un ensemble demande aussi un changement de mentalité qu'ils devront assurer si leur avenir est europen. Ceci en prévoyant quand même un fléchissement social pour tout le monde.
Réponse de le 21/06/2011 à 10:30 :
philanthrope, vous allez où avec votre " fléchissement social " ? La CE vient de supprimer l'allocation aux associations caritatives en europe, l'arrivée toujours massive de immigrés -dont La Tribune ne parle jamais. vous allez vivre dans un bunker ? quelle perspective en effet ! Vous ne croyez pas que se sortir de l'euro c'est plus réconfortant aussi pour les pauvres ( manger et travailler ) et vous pourrez vivre à l'air libre !!!
a écrit le 21/06/2011 à 5:12 :
a quoi cela sert t-il de commenter si on ne peut pas insulter ceux qui profittent de ce systemes de crapules ???????????????????????,
a écrit le 20/06/2011 à 23:14 :
Avec la Grèce il faut surtout éviter une fois de plus de socialiser les pertes!
Vous voulez vraiment payer pour ceux qui continuent comme avant alors qu'ils ont été sauvé par notre argent et nos impôts à venir?
Réponse de le 22/06/2011 à 15:10 :
votre remarque marche aussi pour la France: augmentons les impots pour avoir un budget a l equilibre pour que les jeunes generations n aient pas a supporter les dettes de l actuelle!
a écrit le 20/06/2011 à 17:18 :
Phénoménal ! Grandiose ! "Dès l'entrée de la Grèce dans la zone euro en 2001 on savait ses statistiques fausses. Je présidais l'Union européenne à cette époque.". Ce type nous dit simplement qu'il était au courant de tout et qu'il a laissé faire avec tous ces copains de l'époque qui ont créé l'Europe des bisounours crétins. On touche au sublime là !
Réponse de le 21/06/2011 à 8:32 :
comment croyez vous que la Roumanie et la Bulgarie soient rentrée dans l'Union??
Réponse de le 22/06/2011 à 15:14 :
pour info la France fait chaque annee une prevision de budget basee sur des hypotheses de croissance completement fantaisistes!!!!
a écrit le 20/06/2011 à 16:06 :
Si l'Euro craque, les peuples seront ruinés et la guerre civile suivra. Les gouvernants devront quitter précipitamment l'Europe pour ne pas se faire lyncher.
Réponse de le 20/06/2011 à 18:14 :
D'ou l'urgence d'acheter de l'or, seule valeur refuge de tous les temps.
Réponse de le 21/06/2011 à 8:32 :
et un Famas pour le defendre...
Réponse de le 21/06/2011 à 9:58 :
Mordrakheen, sans balle ! votre or ira dans les poches d'un voleur, ou bande organisée !
Réponse de le 21/06/2011 à 11:14 :
chére Odette il s entendait bien sur une bonne caisse de 5.65 mn pour négocier avec tout ce gentil petit monde !! ::)
a écrit le 20/06/2011 à 15:24 :
N'ais-je pas lu que l'un de ceux qui aurait poussé à l'entrée de la Grèce dans l'union serait Giscard ? Motif : La Grèce est un pays de culture. Est-ce un raisonnement bien économique ?
a écrit le 20/06/2011 à 15:15 :
Les agences de notation donnent une note non pas sur la tendance économique sur base des fondamentaux, ce qui serait utile, mais à partir du passif, ce qui est non seulement inutile, mais dangereux puisqu'elles participent ainsi à la spéculation. Quand y aura-t-il une agence européenne réellement indépendante et sérieuse ?
Réponse de le 21/06/2011 à 10:02 :
CQFD, oui , cela a déjà été dit et redit dans ces discussions - mais chose étrange on ne nous entend pas ?
Réponse de le 22/06/2011 à 15:19 :
Totalement faux: la note mesure la probabilite de non remboursement des dettes contractees. Il est donc normal que la grece soit au niveau ou elle est a l'heure actuelle puisque chacun sait que la dette va etre restructuree.
Il est plutot anormal de voir que la france ou les etats unis ont la note la plus elevee possible alors meme qu ils sont endettes jusqu au cou et n ont pas la croissance permettant de juguler ce probleme!
a écrit le 20/06/2011 à 15:11 :
Ils n'ont qu'à prendre l'argent du privé pour rembourser leurs dettes comme chez nous on a pris l'argent du contribuable pour renflouer les banques!
Réponse de le 21/06/2011 à 8:34 :
hé non l emprunt fait aux banques à rapporté à l etat un peu plus de deux milliards
Réponse de le 22/06/2011 à 15:21 :
quid du risque de contamination et de l effet domino?
La grece n est pas le risque principal
a écrit le 20/06/2011 à 14:45 :
De quoi parle-t-on? Des peuples qui souffre en Europe et plus encore en Grèce? Non on parle argent! On parle faillite! Inquiétant de voir les préoccuparions de Christine Lagarde qui risque d'être choisie au FMI...pour quoi y faire? Participer au redressement économique d'un pays dans un cadre qui ne réduit pas son peuple à sacrifier des années d'une vie bien courte? Non on va parler gros sous, demander des garanties, hypothèques, gages à des pays à genoux autant de garanties qui de ce fait seront prises sur les hommes, seule richesse en final de nos pays, de nos éconmies. On voit là à l'oeuvre ce que l'on appelle le néo-capitalisme basé sur la financiarisation du monde aux dépens de l'économie et des hommes. C'est ce qui justifue une remise en cause de e modèle bien loin du projet libéral détourné de son but au profit...des jeux d'argent. Une entreprise qui veut se restructurer, se relancer ne va pas mette à genoux sa richesse, ne pas uniquement orienter son plan sur des économies.Oui des économies là ou cela ne remet pas en cause la survie de l'entreprise, oui de la trésorie en se séparant de branches mortes, de secteurs non stratégiques, mais pas ses secteurs d'avenir, pas son âme au diable...pas le peuple donné en sacrifice sur l'hotel des spéculateurs qui le demande! En l'occurence le diable de notre époque, son veau d'or des élites c'est la spéculation, la finance! Ne pas vendre son ame au diable c'est le seul projet d'avenir. Mais demander une stratégie à ceux qui nous dirigent, eux dont cela n'a jamais été la formation, le métier, ni l'expérience , eux issus de grandes administrations, de professions libérales ou enseignantes, eux avant tout des technocrates théoriciens, loin des peuples, loin des hommes n'est-ce pas impossible?
a écrit le 20/06/2011 à 14:36 :
à Parachute :
Mais oui et c est la marmotte qui enveloppe le chocolat Milka. Votre interprétation est trop teintée de collectivisme pour être crédible. Certes il y a des spéculateurs sur la dette grecque, je vous l'accorde. Mais de la a accuser le capitalisme teinté de thatchérisme seul responsable de la dégénérescence de la Grèce c?est simpliste.
Vous politisez les causes avec une tendance ultra gauche, mais vous oubliez que c?est la gauche qui est au pouvoir en Grèce, en Espagne et au Portugal depuis longtemps, et il n?y a aucune différence entre la gauche et la droite européenne, à part en Angleterre justement. Thatcher a eu le courage de casser les syndicats mafieux dans les années 80 et elle a relevé son pays, ne vous en déplaise.
Le problème n?est pas l?économie de marché mais l interventionnisme étatique dans cette économie. C?est bien parce que le gouvernement américain a voulu relancer artificiellement leur économie que nous avons connue les subprimes. Il a fait prêter de l?argent à outrance aux ménages pour acheter des maisons alors que les gens n avaient les moyens d?emprunter. Il a obligé Freddie Mac, entre autre, à déverser ces milliards de dollars en dépit du bon sens économique, en faisant marché la planche à billets. Un marché libre n?aurait jamais fait cela. La Fed est privée et est un outil politique, non une institution financière « normal ». En Europe c?est la même chose. Les états imposent leur volonté à l?économie et intervenant sans cesse pour leurs intérêts.
Votre fameux grand projet Européen a été imposé aux peuples en réfutant les multiples referendums négatifs, comme en France par exemple, ou mieux en se passant de l avis des peuples.
Le problème n?est pas l économie libre, qui ne l est pratiquement jamais, mais vos copains collectivistes de droite ou de gauche qui manipulent l économie, la monnaie, à des fins électoralistes et dogmatiques.
Ouvrez les yeux les partisans de votre doctrine ont ruinés les peuples, les monnaies et les économies occidentales. Bientôt votre euro, comme le dollar, ne vaudront plus rien. Alors un seul conseil achetez de l?or au plus vite c est la seule solution pour sauver vos économies lorsque les monnaies papiers ne vaudront plus rien.
Pour le reste allez prêcher vos inepties dans les églises, ou dans les facs, c est tout a fait adapté.
Réponse de le 21/06/2011 à 15:52 :
C'est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous.
a écrit le 20/06/2011 à 11:34 :
Cet article apporte plusieurs commentaires:
1. je croyais qu'il n'y avait plus de gouvernement en Belgique depuis plus d'un an. Or on nous présente à chaque fois Mr Reynders comme ministre...
2. s'il devait y avoir une preuve que la construction européenne se joue totalement des peuples que ses bureaucrates prétendent servir, elle est donnée ici: on a construit l'euro pour forcer les peuples à accepter l'intégration européenne et son élargissement. En imposant ce symbole au prix des souverainetés et des économies des pays membres on a trompé les peuples et choisi délibérément de prendre le risque de leur faire payer des centaines, voire des milliers de milliards d'euros.
Il serait temps de remettre à plat le projet européen avant que nous soient oimposés de nouveaux choix désastreux. Ceci vaut tant pour les saouverainistes que les pro-européens.
Réponse de le 20/06/2011 à 15:32 :
Il y a bien un gouvernement en Belgique (heureusement, sinon ce serait l'anarchie), mais celui-ci n'étant pas le fruit d'un vote, il s'occupe seulement des affaires courantes de l'Etat (donc aucune nouvelle mesure de prise).
Réponse de le 20/06/2011 à 17:21 :
Je partage cette vue.
Réponse de le 20/06/2011 à 17:55 :
Heureusement, le niveau de civilisation bien plus élevé en Belgique qu'en France (dans plein de domaines: santé, culture, justice,...) permet ce genre de parenthèse. La même chose ici serait l'anarchie totale.
a écrit le 20/06/2011 à 11:26 :
Un seul conseil achetez vite de l'or physique avant de perdre toutes vos économies
Réponse de le 20/06/2011 à 16:46 :
J'ai déjà donné le même conseil !

Nous sommes tous très rassurés en France apparemment par nos brillants "dits" experts et hommes politiques de tous bords.
Réponse de le 20/06/2011 à 17:23 :
Cela fait longtemps que c'est fait. En 2008, je le payais 13,81 euros le gramme. Il coûte 34 euros le gramme aujourd'hui même, mais beaucoup de lecteurs me traitait de mauvais économiste à l'époque. Tant que je préserve ce que je possède et qu'ils gardent leur monnaie fiduciaire nulle, cela me va bien.
Réponse de le 20/06/2011 à 21:15 :
Etes-vous seulement certain de pouvoir revendre votre or en cas de crise majeure ?
Réponse de le 21/06/2011 à 4:36 :
@ Coco

L'or, comme tous les métaux précieux, possède une valeur intrinsèque à la différence de la monnaie fiduciaire. En l'espère, je ne cherche pas la spéculation avec l'or, je préserve mes intérêts, tout simplement. C'est la raison pour laquelle l'or est tellement détesté par les gouvernements et les banquiers car l'or s'achète et se vend ... partout.
Réponse de le 21/06/2011 à 19:08 :
Bravo Bastien !! Je fais comme vous.
a écrit le 20/06/2011 à 11:07 :
Les français comme l'Allemagne regarde la Grèce de haut comme pays cigales oubliant que ce grand peuple est le fondement de nos racines, bien plus que le christianisme. Au suivant pourrais t-on dire! Au suivant montré du doigt par la spéculation mondiale qui s'enrichi du malheur des peuples ! Au suivant passé au crible du capitalisme spéculateur et financier qui n'a plus d'autres préoccupations que le profit à court terme aux dépens de peuples et deu développement éconmique. La Grèce bouc émissaire? Oui mais au delà de la droite qui a menti sur le déficit qui est responsable de cette crise et qui vient maintenant à la curée sinon les mêmes responsables les spéculateurs?Qu'est-ce que cette Europe copie des USA qui vit au rythme de la financiarisation et de la thatchérisation made in USA oubliant complètement qu'un projet d'union comme celui de l'Europe est avant tout un projet humain autour d'un développement économique et social commun. Nos gouvernants l'ont oublié et prennent les peuples en otage, en garantie, en hypothèque au seul profit du veau d'or " la capitalisme financier et spéculateur" qui est tot sauf un projet économique et humain dans l'intérêt de tous. Les peuples s'en rendent compte comme ils l'ont fait dans les pays arabes en premier. Prenons garde que d'autres pays européen et la FRance en particulier ne soit pas un des prochains sur la liste des spéculateurs pour être passé à la moulinette du business financier!
Réponse de le 20/06/2011 à 13:42 :
Mais oui et c est la marmotte qui enveloppe le chocolat Milka. Votre interprétation est trop teintée de collectivisme pour être crédible. Certes il y a des spéculateurs sur la dette grecque, je vous l'accorde. Mais de la a accuser le capitalisme teinté de thatchérisme seul responsable de la dégénérescence de la Grèce c?est simpliste.
Vous politisez les causes avec une tendance ultra gauche, mais vous oubliez que c?est la gauche qui est au pouvoir en Grèce, en Espagne et au Portugal depuis longtemps, et il n?y a aucune différence entre la gauche et la droite européenne, à part en Angleterre justement. Thatcher a eu le courage de casser les syndicats mafieux dans les années 80 et elle a relevé son pays, ne vous en déplaise.
Le problème n?est pas l?économie de marché mais l interventionnisme étatique dans cette économie. C?est bien parce que le gouvernement américain a voulu relancer artificiellement leur économie que nous avons connue les subprimes. Il a fait prêter de l?argent à outrance aux ménages pour acheter des maisons alors que les gens n avaient les moyens d?emprunter. Il a obligé Freddie Mac, entre autre, à déverser ces milliards de dollars en dépit du bon sens économique, en faisant marché la planche à billets. Un marché libre n?aurait jamais fait cela. La Fed est privée et est un outil politique, non une institution financière « normal ». En Europe c?est la même chose. Les états imposent leur volonté à l?économie et intervenant sans cesse pour leurs intérêts.
Votre fameux grand projet Européen a été imposé aux peuples en réfutant les multiples referendums négatifs, comme en France par exemple, ou mieux en se passant de l avis des peuples.
Le problème n?est pas l économie libre, qui ne l est pratiquement jamais, mais vos copains collectivistes de droite ou de gauche qui manipulent l économie, la monnaie, à des fins électoralistes et dogmatiques.
Ouvrez les yeux les partisans de votre doctrine ont ruinés les peuples, les monnaies et les économies occidentales. Bientôt votre euro, comme le dollar, ne vaudront plus rien. Alors un seul conseil achetez de l?or au plus vite c est la seule solution pour sauver vos économies lorsque les monnaies papiers ne vaudront plus rien.
Pour le reste allez prêcher vos inepties dans les églises, ou dans les facs, c est tout a fait adapté.
Réponse de le 20/06/2011 à 13:58 :
Mais oui et c est la marmotte qui enveloppe le chocolat Milka. Votre interprétation est trop teintée de collectivisme pour être crédible. Certes il y a des spéculateurs sur la dette grecque, je vous l'accorde. Mais de la a accuser le capitalisme teinté de thatchérisme seul responsable de la dégénérescence de la Grèce c?est simpliste.
Vous politisez les causes avec une tendance ultra gauche, mais vous oubliez que c?est la gauche qui est au pouvoir en Grèce, en Espagne et au Portugal depuis longtemps, et il n?y a aucune différence entre la gauche et la droite européenne, à part en Angleterre justement. Thatcher a eu le courage de casser les syndicats mafieux dans les années 80 et elle a relevé son pays, ne vous en déplaise.
Le problème n?est pas l?économie de marché mais l interventionnisme étatique dans cette économie. C?est bien parce que le gouvernement américain a voulu relancer artificiellement leur économie que nous avons connue les subprimes. Il a fait prêter de l?argent à outrance aux ménages pour acheter des maisons alors que les gens n avaient les moyens d?emprunter. Il a obligé Freddie Mac, entre autre, à déverser ces milliards de dollars en dépit du bon sens économique, en faisant marché la planche à billets. Un marché libre n?aurait jamais fait cela. La Fed est privée et est un outil politique, non une institution financière « normal ». En Europe c?est la même chose. Les états imposent leur volonté à l?économie et intervenant sans cesse pour leurs intérêts.
Votre fameux grand projet Européen a été imposé aux peuples en réfutant les multiples referendums négatifs, comme en France par exemple, ou mieux en se passant de l avis des peuples.
Le problème n?est pas l économie libre, qui ne l est pratiquement jamais, mais vos copains collectivistes de droite ou de gauche qui manipulent l économie, la monnaie, à des fins électoralistes et dogmatiques.
Ouvrez les yeux les partisans de votre doctrine ont ruinés les peuples, les monnaies et les économies occidentales. Bientôt votre euro, comme le dollar, ne vaudront plus rien. Alors un seul conseil achetez de l?or au plus vite c est la seule solution pour sauver vos économies lorsque les monnaies papiers ne vaudront plus rien.
Pour le reste allez prêcher vos inepties dans les églises, ou dans les facs, c est tout a fait adapté.
Réponse de le 20/06/2011 à 14:31 :
Mais oui et c est la marmotte qui enveloppe le chocolat Milka. Votre interprétation est trop teintée de collectivisme pour être crédible. Certes il y a des spéculateurs sur la dette grecque, je vous l'accorde. Mais de la a accuser le capitalisme teinté de thatchérisme seul responsable de la dégénérescence de la Grèce c?est simpliste.
Vous politisez les causes avec une tendance ultra gauche, mais vous oubliez que c?est la gauche qui est au pouvoir en Grèce, en Espagne et au Portugal depuis longtemps, et il n?y a aucune différence entre la gauche et la droite européenne, à part en Angleterre justement. Thatcher a eu le courage de casser les syndicats mafieux dans les années 80 et elle a relevé son pays, ne vous en déplaise.
Le problème n?est pas l?économie de marché mais l interventionnisme étatique dans cette économie. C?est bien parce que le gouvernement américain a voulu relancer artificiellement leur économie que nous avons connue les subprimes. Il a fait prêter de l?argent à outrance aux ménages pour acheter des maisons alors que les gens n avaient les moyens d?emprunter. Il a obligé Freddie Mac, entre autre, à déverser ces milliards de dollars en dépit du bon sens économique, en faisant marché la planche à billets. Un marché libre n?aurait jamais fait cela. La Fed est privée et est un outil politique, non une institution financière « normal ». En Europe c?est la même chose. Les états imposent leur volonté à l?économie et intervenant sans cesse pour leurs intérêts.
Votre fameux grand projet Européen a été imposé aux peuples en réfutant les multiples referendums négatifs, comme en France par exemple, ou mieux en se passant de l avis des peuples.
Le problème n?est pas l économie libre, qui ne l est pratiquement jamais, mais vos copains collectivistes de droite ou de gauche qui manipulent l économie, la monnaie, à des fins électoralistes et dogmatiques.
Ouvrez les yeux les partisans de votre doctrine ont ruinés les peuples, les monnaies et les économies occidentales. Bientôt votre euro, comme le dollar, ne vaudront plus rien. Alors un seul conseil achetez de l?or au plus vite c est la seule solution pour sauver vos économies lorsque les monnaies papiers ne vaudront plus rien.
Pour le reste allez prêcher vos inepties dans les églises, ou dans les facs, c est tout a fait adapté.
Réponse de le 20/06/2011 à 14:39 :
entièrement d'accord avec parachute
Réponse de le 20/06/2011 à 14:51 :
La première des responsabilités si on veut éviter de tomber aux mains des « capitalistes », c'est d'être irréprochable dans la gestion des deniers publics. Par exemple, la Chine a pu plusieurs fois par le passé envoyer paître le FMI et ses remèdes chocs que celui ci souhaitait lui imposer car le niveau de l?épargne nationale était important...
A partir du moment ou l'Europe se met dans une position ou elle est contrainte d'emprunter pour (sur)vivre, nous sommes à la merci des créanciers et c est eux qui dictent les conditions?
Alors on peut maudire ces derniers, ou se reprocher de s?être mis dans une telle situation, en tirer les conséquences et faire les efforts pour redresser la situation : On ne peut pas éternellement mettre les difficultés que l on rencontre sur le dos des autres!
Cette situation me fait penser à quelqu?un qui a fait « chauffer la carte de crédit pendant des mois »et, à l?heure du surendettement, reproche aux organismes de crédit de lui avoir donné cette carte! Risible?
Et que l?on arrête de rabâcher à longueur de temps que tout est la faute de l?Euro!
Sur la période l?inflation en Suède, au UK ou au Danemark a été sensiblement la même qu?en France (avec un impact sur la croissance ou l endettement de l état très différent) alors que dans le même temps l?Allemagne a été capable d?être à l?équilibre sur plusieurs exercice budgétaire!
Prétexter le développement comme excuse aux déficits est tout bonnement idiot : bien sur que tout pays aimerait avoir un niveau de vie par habitant comparable aux pays les plus développés, mais cela ne peut pas se faire par de l endettement massif et en travaillant moins!
Réponse de le 20/06/2011 à 17:24 :
Formidable, j'aurais écrit la même chose que 'libre'. Je gagne du temps.
Réponse de le 21/06/2011 à 7:37 :
je vote libre!
Réponse de le 21/06/2011 à 19:11 :
Merci Messieurs, ca fait plaisir de voir qu'il y a des français conscients et honnetes.
Réponse de le 22/06/2011 à 13:05 :
Honete???? vous etes un immonde malhonnete le seul referendum sur les institutions europeennes qui a connu un non c est celui sur la constitution..... Maastricht et tous les autres ont ete approuve et adopte... faut pas réecrire l'histoire a votre convenance....

Quant a l'angleterre merci son inflation est pire que celle de la france, leur systeme de sante est catastrophique, leur systeme social aussi....

Mais peut etre que c est ce que vous preconisez pour la France
a écrit le 20/06/2011 à 10:18 :
La Tribune est un journal pathétique. les gens ne croient plus votre propagande.
a écrit le 20/06/2011 à 10:15 :
A la lecture de ce qui arrive en Grece et des attaques et taxes diverses sur nos assurances vies il serait peut etre plus prudent de faire comme les Grecs en transformant nos économies en or ou sur la pierre......
Réponse de le 20/06/2011 à 12:57 :
Sur la pierre....!!!! Non mais réveillez-vous.... Ma boule de crystal à moi prédit la fin du monde financier. La fin de la monnaie fiduciaire, le retour aux troques. Du coup, je miserais sur l'or, l'argent et surtout... les coquillages dont la valeur risque de grimper.
"Plus sérieusement", si vraiment on arrive comme dans Mad Max, il faut acheter du bétail & cie.
Réponse de le 20/06/2011 à 14:17 :
Mais non vous avez raison c'est très sérieux. L'or est le meilleur investissement à faire pour protéger votre patrimoines car de tout temps des monnaies fiduciaires ont disparues et seul l'or resta, et ceux qui avaient pris leurs dispositions se sont retrouvés avec une fortune la ou les autres avaient tout perdus.
Réponse de le 20/06/2011 à 14:59 :
la situation est assez preoccupante pour ne pas perdre son temps a dire des sottises.
Il y a des forums de science-fiction si c'est vraiment un sujet qui vous passionne...
Réponse de le 20/06/2011 à 15:18 :
La pierre grecque est en bien mauvais état, à l'image du Parthénon.
Réponse de le 20/06/2011 à 17:25 :
Or et argent uniquement, l'immobilier est sur-côté partout.
Réponse de le 20/06/2011 à 18:09 :
de toutes facons la fin du monde est prevu pour 2012 alors...
Réponse de le 20/06/2011 à 18:19 :
De la science fiction dites vous ??!! Relisez l'histoire et vous verrez si c est de la science fiction. A chaque dans l'histoire que les gouvernements ont remplacé de la monnaie en rapport avec les stocks d'or réels cela à toujours finie comme cela. Désolé mais c'est vous qui vivez dans vos illusions. La réalité vous rappellera bientôt ce qui est. Les mêmes causes amènent toujours les mêmes conséquences, et ce n'est pas parce que vous l'ignorez que cela changera le résultat évident.
a écrit le 20/06/2011 à 9:25 :
Pouvez-vous corriger la faute d'orthographe? "Le but n'est pas que le pays meure guéri" et non "meurt guéri". Merci.
a écrit le 20/06/2011 à 9:23 :
La question qui n'a pas été posée est qu'a fait la Grèce de plus de 200 milliards d'euros en 10/12 ans, puisque l'endettement grec ne devait pas être supérieur à 150 milliards à la fin des années 1990 contre plus de 350 milliards aujourd'hui? Qui en a profité, et où est il cet argent car on peut difficilement croire qu'il ait simplement servi à payer les petits salaires d'une ribambelle de nouveaux fonctionnaires ? Dans des comptes en Suisse ou au Luxembourg, peut être? Car le vrai scandale il est sans doute là (M. Reynders dit qu'on voit beaucoup de Mercedes et d'Audit à Athènes), c'est peut être comme en Irak, la Guerre pour de faux motifs et du pillage à grande échelle pratiqué par.... On n'arrêterait donc jamais le progrès et les bonnes pratiques en effet.
Réponse de le 20/06/2011 à 12:10 :
Lapsus révélateur en parlant de marques de voitures un peu m'as tu vu, il y a écrit Audit, c'est pas bête ça, une nouvelle marque de voiture Audit, une marque qui serait achetée par des gens irréprochables et au dessus de tout soupçon.
Réponse de le 20/06/2011 à 12:10 :
vous avez pointé votre doigt là où il fallait ! on nous fait focaliser sur les grecques de bases qui ont détourné de l'argent (c'est vrai) mais ce n'est rien à coté des grosses sociétés grecques qui ont du bien en profiter. Comme en France on parlera des "assistés" chômeurs ou des gens qui détourne de l'argent de la sécurité sociale : ce qui se monte en centaine de millions d'euros, mais en parallèle, ces des milliards d'euros qui sont détournés (évasion fiscale) par les sociétés.
Réponse de le 20/06/2011 à 13:29 :
L'argent est peut-etre a Chypre.
a écrit le 20/06/2011 à 9:08 :
Un défaut de paiement d'Athène n'est pas envisageable car dans ce cas l'onde de choc ce propagerait avec une magnitude 10 fois supérieur qu'en 2008 aux USA.
http://ericlemiere.blogspot.com/
Réponse de le 20/06/2011 à 11:24 :
Alors jusqu'ou va t'on endetter les peuples, les européens pour sauver l'union monétaire européenne ? L'onde de choc aura lieu et mieux rapidement que de retarder et d'aggraver la situation déjà catastrophique. L'euro, comme le dollar, sont morts cliniquement, et on s'évertue à faire du bouche à bouche à un macchabée simplement parce que les dirigeants ne veulent pas avouer avoir échoué.
a écrit le 20/06/2011 à 8:19 :
Moi je vous ce sont ces fameuses agences de notations qu'il faut à tout prix supprimer et chasser . ce sont les causes de nos malheurs
Réponse de le 20/06/2011 à 11:24 :
En fait pour vous il vaut mieux tuer le messager que les responsables de la situation....
Réponse de le 20/06/2011 à 11:30 :
Les agences de notation sont le thermomètre qui indique que vous êtes malade. Je comprends que vous souhaitiez le casser !
Réponse de le 20/06/2011 à 12:50 :
Lorsqu'elles surnotent les banques détentrices de subprimes puis degradent ces mêmes banques tout d'un coup, on peut se questionner quant à leur réelle utilité économique.... :/p
Réponse de le 20/06/2011 à 17:27 :
Ce n'est pas en cassant le thermomètre qu'on soigne la fièvre du malade.
Réponse de le 20/06/2011 à 18:22 :
C'est vrai aussi, mais l'essentiel du problème c'est la fabrication à outrance de billet décorrélé de la réalité économique. L'endettement des états est bien réel lui, et seul l'or peut garantir les économies des gens.
a écrit le 20/06/2011 à 8:09 :
il sait de quoi il parle avec la faillite des banques de son pays

inadmissible les propos de ce mec membre de l eurogroupe

le problème c est la city
Réponse de le 20/06/2011 à 11:25 :
Le problème ce sont les états et les gouvernements seuls responsables de cette chienlit.
a écrit le 20/06/2011 à 7:44 :
Papandréou veut un référendum mais un référendum ne changera rien à l'affaire, la majorité qui pourrait l'emporter étant promise à être bien loin de la quasi unanimité requise pour que l'effort à faire soit consenti par tous les grecs, du plus riche au plus modeste. Ce sont les institutions, les mentalités et l'ordre public qui sont malades, livrant depuis des décennies le pays à un désordre et à une gabegie qui n'ont rien à voir avec la démocratie et qui encourage la gangrène qu'est le brigandage. Ceux qui ne ponctionnent pas directement les subsides dont bénéficie le pays n'ont qu'un but, celui de se faire une place sous le robinet. Et cette démocratie, que la Grèce est si fière d'avoir créé, n'a fait que diluer des responsabilités individuelles désormais indispensables si les grecs veulent véritablement sortir leur pays de la situation dans laquelle ils sont seuls à l'avoir mis. Tenter de botter en touche en direction de l'Europe, de la mondialisation, de la crise, des méchants d'ici ou là, ... n'y change rien.
En Grèce comme ailleurs, l'idéal républicain est un mythe, qui a certes sa place sur les bancs des assemblées pour réveiller les gouvernements de toutes tendances lorsqu'ils s'endorment dans le confort du pouvoir ou abusent de celui-ci, mais dès lors qu'un pays est constitué d'une partie inamovible et sans cesse croissante de citoyens payés pour servir les autres (disposition auxquelles ont d'ailleurs adhéré depuis tous les régimes), les prétendus bénéficiaires deviennent les dindons de la farce, entraînant avec eux leurs soi-disant serviteurs lorsque les choses tournent trop mal.
Périclès ! qu'as-tu fait, comme bien d'autres après toi au cours des siècles, pour méconnaître à ce point la nature humaine ? Les tenants de l'?uro vont maintenant rejoindre ceux qui bénissent ta mémoire.
a écrit le 20/06/2011 à 7:21 :
Quand ont lit les news belges, Reynders est certain qu'une faillite de la Grèce serait une cata pour la France. Ici, on lit "peut-être...".
a écrit le 20/06/2011 à 6:19 :
On a de la peine à croire que ce pays n'ait jamais été audité en 10 ans. Alors qu'il y a des milliers de fonctionnaires grassement payés à Bruxelles. De toutes façons les peuples ne sont jamais consultés hormis aux élections européennes (scrutin de liste bidon) !
a écrit le 20/06/2011 à 4:17 :
Bruxelles en 2001 savait que les comptes helleniques etaient faux, truqués!!!!

Quelle indescence, quel mépris par rapport aux peuples!!!Nous, les decideurs technocrates européens nous decidons d avancer quoi qu il en coute...les "gueux" seront là pour regler l adition.
C est ce dont nous informe ce soit disant ministre des finances.

Il y a de quoi "faire descendre" des millions de personnes dans les rues des capitales Européennes, non?
Réponse de le 20/06/2011 à 10:05 :
@DD: votre réaction est un peu excessive, mais, juste. Les technocrates de Bruxelles ont pris depuis longtemps l'habitude de jouer avec le feu, pardon, avec notre argent et, effectivement, ce sont les contribuables qui paieront. Les technocrates de Bruxelles ne paieront pas car ils sont non-résidents fiscaux et s'ils devaient payer ça ne serait pas un gros effort pour eux car ils bénéficient de salaires hors du commun !!!
Réponse de le 20/06/2011 à 17:29 :
J'ai eu la même réaction au sujet de cet article aveu. Mais en même temps, il n'y a pas de réelle surprise. L'Europe fédérale est avant tout destinée à créer une caste d corrompus absolus. Le reste, c'est de la conversation.
a écrit le 19/06/2011 à 22:18 :
Intéressant la déclaration de M. Reynders : on savait au niveau de Bruxelles que les statistiques de la Grèce étaient faussées... Il me vient d'ailleurs à l'idée que ce ne devait pas être le seul pays. On a vu des statistiques françaises se redresser comme par miracle à cette époque, alors que ce n'était pas gagné.
Alors est-ce normal (après tout l'Euro ne pouvait pas exister avec seulement un seul pays dans les clous...), ou est-ce encore une fois l'incurie de Bruxelles ? On voit en tout cas une classe politique Belge (là je parle de M. Reynders) pas très claire dans ce qu'elle veut dire !

Au fait que devient M. Van Rompuy ???
Réponse de le 20/06/2011 à 8:11 :
Il ne dit pas grand chose le brave ministre belge sinon que l'ont constate que les technocrates (bien payés) ont failli à leur devoir lors de l'entrée de ce pays dans l'UE et la zone Euro. L?Europe tant espérée depuis plus de 50 ans s'éloigne de plus en plus. A qui profite le crime ?
Réponse de le 20/06/2011 à 10:11 :
Van Rompuy est un vieux papy de la politique qu'ils ont utilisé temporairement pour essayer de trouver une position commune aux problèmes belgo-belges ... là ils l'ont remis dans le placard d'où il n'aurait jamais du sortir depuis longtemps ;-)
a écrit le 19/06/2011 à 20:09 :
La solution réside dans :
- l'equilibre des budgets de l'etat grec
- la privation des entreprises nationnales
- la vente du patrimoine de l'etat grec
Malheureusement pour la population grec, il devient plus que nécessaire faire de tres gros efforts !
Réponse de le 20/06/2011 à 0:51 :
appliquons ces belles recettes a la France aussi alors.
nous donnons beaucoup de lecons, mais etions pourtant les premiers a investir en grece pour profiter de leur developpement.

Trop facile de jouer sur les deux tableaux!

Et pour rappel, la situation de la France n est pas plus saine a moyen terme, alors pourquoi ne pas profiter de cette crise pour que l europe fasse un effort historique pour se remettre dans les clous?

Réponse de le 20/06/2011 à 4:58 :
Je suis toujours surpris par la privatisation de ce qui rapporte à l'état (banques assurances ) ..pour éponger ses dettes
Aussi surpris par la privatisation de secteur clé (transport eau autoroute énergie)

le libéralisme n'est plus "freiné" par la présence d'un cadre : l'état . Et avec les résultats que l'on connait à tous les niveaux de l'activité humaine ....
Réponse de le 20/06/2011 à 8:04 :
@Yann,
Je suis pour !
C'est quand ils veulent la diminution drastique des dépenses de l'état ! Y compris des dépenses SOCIALES !
Ainsi, le budget de l'etat sera peut etre équilibré !
No probleme pour moi : La réduction de la dette du principal peut être envisagé avec la vente du patrimoine français :
- La Joconde
- Versaillles
- Chambord Etc....
Il sera aussi envisageable de vendre des ports :
- Marseilles
- Le Havres etc...
Réponse de le 20/06/2011 à 9:21 :
comparer la france à la grèce est exagéré ! il y a beaucoup d'épargne chez nous !
tout le monde ne vit pas à crédit ! chaque français ne gruge pas même si la fraude est répandue...
Réponse de le 20/06/2011 à 9:40 :
J'ajouterai à la liste : que les entreprises et les particuliers paient leurs impts, que les prix "pqyé en liquide" ou "payé en cartes" disparaissent de ce pays!
a écrit le 19/06/2011 à 19:57 :
IL FAUT SAUVER LA GRECE, autrement dit , il faut sauver mes capitaux !!!!
Réponse de le 20/06/2011 à 8:16 :
Simple, précis !
J'aime bien
a écrit le 19/06/2011 à 19:05 :
c'est claire que la sortie de la grece aurait une consecence nefacte sur les autres pays de la zone euro. que faire dans ce cas ?
Réponse de le 19/06/2011 à 20:02 :
Si la grece sort de l'euro ! Alors c'est le bébut de la fin de la monnaie européenne !
car tous les pays en difficulté financiere sortiront à leur tour !
Alors l'euro pourrait disparaitre et si l'euro disparait !
Alors nous seront nous, tous les Français RUINES !
Réponse de le 19/06/2011 à 22:10 :
pourquoi serions nous ruiné? on repasse au franc, on dévalu de 15% (ecart de taux atuelle) et voilà tout
la baguette de pain étant passée de 1 FR à 6 FR en 10 ans je ne vois pas le gain actuel de l'euro

sinon on peut s'accrocher à l'euro et s'auto détruire commme les grecs
et là nous seront effectivement ruinés sans emploi

Réponse de le 20/06/2011 à 6:40 :
15% de dévaluation, 15% de dette en plus a payer pour bibi.
C'est très astucieux de contracter un dette avec une monnaie forte et essayer de la rembourser avec une monnaie plus faible ...'soupir'
Réponse de le 20/06/2011 à 7:37 :
Et qui vous dit que même sans l'Euro votre baguette ne vaudrait pas 6 FR aujourd'hui? Parce que la crise ne vient pas de l'Euro, mais du système financier en général, d'une idée périmée de la croissance et d'une sur-exploitation des ressources. Sans l'Euro où en serions nous, puissance de 4 voire 5 rang?
Et puis soyons honnête le franc (pas le CHF bien sûr) n'a jamais été une valeur refuge pour les marchés, l'Euro si.
Réponse de le 20/06/2011 à 8:13 :
Si retour au franc il y a : la dévaluation c'est 40% minimum !
Alors une perte de pouvoir d'achat de 40%, c'est l'arret de votre consommation ! Fini de changer le portable tout les 4 matins, fini les vacances en martinique ! Votre livret A en prend un coup !
De plus, si la grece fait faillite, c'est les banques française qui font faillite: c'est votre compte en banque qui disparait et l'argent qui etait dessus !
Alors si on fait les 2 !!
Alors la on a "tout gagné" !!!!
Réponse de le 20/06/2011 à 22:33 :
henri,Ce que dit ROSA : nous sortons de l'euro, chez le boulanger la baguette était à 1 euro, passera à 1 fr - cela sert à restaurer la compétitivité internationale de nos entreprises. Cela se fera après une dévaluation de l'euro avec de réels effets sur les importations, les exportations et la croissance, ou bien après la recréation du franc . Dans ce cas nous pourrons en profiter pour rétablir notre compétitivité avec les autres pays et l'Allemagne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :