Les commentaires de Standard & Poor's sur les Etats-Unis et sur... la France

Au cours d'une téléconférence, les analystes de l'agence de notation ont justifié ce lundi la dégradation de la note souveraine des Etats-Unis. Le président américain doit s'exprimer publiquement sur cette note dans la soirée. Au passage, S&P salue la réforme française des retraites, "intelligente à biens des égards". "Le gouvernement n'a pas cédé à la pression de la rue", se félicite S&P qui applaudit aussi à la chasse aux niches fiscales "et à d'autres types de concessions".

5 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Au cours d'une téléconférence, le directeur de la notation souveraine de Standard & Poor's, David Beers, et John Chambers, son président de la dette souveraine, ont justifié ce lundi la dégradation de la note des Etats-Unis, ramenée de AAA à AA+ à la veille du week-end. Certains d'entre eux se sont déjà exprimés dans les médias américains sans convaincre l'ensemble des investisseurs - dont le président milliardaire de Berkshire Hathaway, Warren Buffett, qui a fustigé cette décision - et surtout pas le Trésor.

Le gouvernement américain estime que S&P a sous-évalué de 2.000 milliards de dollars les économies qui seront réalisées d'ici à 2021 grâce au plan de réduction des dépenses fédérales récemment voté au Capitole. Le secrétaire au Trésor, Timothy Geithner, juge que S&P a émis un "jugement terriblement mal avisé".  Dans un entretien à la châine CNBC diffusé ce lundi et enregistré la veille, il jugeait par ailleurs que les gouvernements et les banques centrales avaient "largement de la marge" pour répondre à la crise.

Barack Obama devrait prendre la parole à propos de la dégradation de la note de son pays ce lundi vers 19h (heure française). Ses concurrentes, Moody' s et Fitch, ont récemment confirmé le "triple A" de la première économie mondiale.

16h45: le bain de sang démarre avec Fannie et Freddie
Voilà une heure que la conférence de S&P s'est achevée et l'agence commence déjà à dégrader la notation de titres directement « affectés » par la perte du « triple A » par la première économie mondiale. L'agence ne démarre pas, comme attendu, par des collectivités mais par les organismes parapublics de refinancement hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac dont la note est ramenée de « AAA » à « AA+». Une décision reflétant la « dépendance directe » des deux organismes envers l'Etat fédéral qui les a sauvés à la rentrée 2008. D'après Reuters Insider, qui a interrogé David Beers, des entreprises sont aussi en ligne de mire. Des analystes craignent notamment pour la notation des établissements financiers de Wall Street. Accrochez vos ceintures !
 

15h45 : fin du "call" et promesse d'une annonce imminente sur les "munibonds"
David Beers prévient que d'ici à quelques heures, S&P pourrait faire une annonce sur les "munibonds", les obligations émises par les collectivités américaines, dont la note pourrait à leur tour être dégradée. Bigre ! De quoi, inquiéter un peu plus le marché à l'heure où des villes et des comptés se déclarent en faillite et que des Etats fédérés peinent à boucler leur budget alors qu'ils sont soumis par la constitution à la règle d'or.

15h30 : ne pas dramatiser la perte du "triple A"
AA+ constitue une note élevée, affirme John Chambers, qui concède toutefois que "symboliquement, la perte (du AAA) est importante, bien sûr". "Nous sommes très fiers de notre précédents. Jamais les pays auxquels nous avons attribués la note A, AA ou "triple A" n'ont fait défaut", souligne l'analyste. Celui-ci précise que la note souveraine de la Grèce n'a jamais dépassé la note A. Au moment de son sauvetage à 110 milliards de dollars en 2010, elle s'inscrivait à BB+ d'après des données Bloomberg.

15h25 : vive la France !
John Chambers revient sur la stabilité du "triple A" de la France. L'analyste salue la réforme des retraites "intelligente à biens des égards". "Le gouvernement n'a pas cédé à la pression de la rue", se félicite le responsable de S&P. David Beers applaudit pour sa part la chasse aux niches fiscales "et à d'autres types de concessions". En substance, les deux responsables affirment que le gouvernement parvient à imposer ses réformes.

15h15 : le débat fiscal trop radical pour un retour au AAA
David Beers prévient que compte tenu de la "polarisation" du débat fiscal au Capitole - où les démocrates veulent annuler les baisses d'impôts votées sous George W. Bush pendant que les républicains s'opposent à toute hausse de la pression fiscale - l'endettement des Etats-Unis promet de rester élevé et que le retour au "triple A" est dans ce contexte compromis.

15h10 : Une augmentation de la dette dans tous les scénarios
David Beers estime que le ratio "général" de dette sur produit intérieur brut des Etats-Unis, qui inclut la dette des collectivités mais exclut les actifs financiers liquides, s'inscrira à 74% puis à 79% en 2015 pour bondir à 81% à l'horizon 2021, où la dette s'inscrira à 20.000 milliards de dollars. Il s'agit du scénario pessimiste. Dans le "scénario le plus optimiste", précise l'analyste, le ratio de dette générale des Etats-Unis passera à 78% en 2020.

14h55 : politique et trajectoire budgétaire sont mises en cause
John Chambers, le président de la commission de la dette souveraine de Standard & Poor's réitère que le climat politique à Washington a beaucoup pesé dans la décision de l'agence. Le responsable qualifie de "débâcle" le débat sur le relèvement du plafond de la dette fédérale. Chambers craint l'incapacité de Washington à "prendre des mesures".

14h49 : la "conf call" en retard mais S&P souffle le chaud et le froid
Dans un entretien publié par Reuters Insiders, le directeur de la notation souveraine de Standard & Poor's, David Beers, a indiqué que la perspective attachée à la note souveraine des Etats-Unis pourrait être relevée à stable si l'accord bipartisan sur la réduction du déficit américain est mis en oeuvre et si les baisses d'impôts de l'ère Bush sont supprimées. Le responsable a réaffirmé qu'il y avait au moins une chance sur trois que la note souveraine américaine soit de nouveau abaissée dans les six à vingt-quatre mois à venir.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 22
à écrit le 25/08/2011 à 19:33
Signaler
Depuis la réforme des retraite, en tant que future retraité polypensionnée , je ne dépense plus que 700 ? par mois sur les 1600 que je gagne !!!! JE CONTRIBUE A LA DECROISSANCE .

à écrit le 09/08/2011 à 12:00
Signaler
une guerre s'annonce......... comme en 39 les extrèmes vont prendre le pouvoir hélas et on va tous remettre à plat après avoir tous détruit......

à écrit le 08/08/2011 à 19:07
Signaler
ridicule le systeme financier ne tombera pas, il a survecu a 1929, la seconde guerre mondiale, et l etre humain utilise la monnaie depuis 3000 ans, donc si tu croit que cette crise va changer qqch tu reve. moi qui voyage en europe pour le boulot, j...

le 09/08/2011 à 14:12
Signaler
Non content d'énoncér des poncifs dénués de toute pertinence analytique, vous vous permettez en plus de maltraiter la langue française... Parfois se taire est la meilleure chose à faire, et le meilleur moyen de ne pas faire d'erreur.

le 10/08/2011 à 9:40
Signaler
"moi qui voyage en europe pour le boulot" On doit pas voyager dans la même europe, en général les européens que je croise sont excédés par les excès de leur "aristocratie" dont l'incompétence ne justifie plus les privilèges, et ceux quelque soit l'â...

le 01/10/2011 à 9:07
Signaler
le meilleur moyen de ne pas faire d'erreurs, c'est de ne rien faire, ca tombe bien, ca ft 30 ans que ca dure en france; apres la cuite, la gueule de bois...

à écrit le 08/08/2011 à 16:34
Signaler
Pour la France, les jeux sont faits. La dette est devenue in remboursable depuis le grand emprunt. Les déficits commerciaux et les dons sociaux grèvent le budget principal tandis que les impôts locaux explosent, ce que ne prend pas en considération l...

à écrit le 08/08/2011 à 16:30
Signaler
Maintenant le règne des banquiers va commencer... Si la décision de S&P est mal perçue, elle a le mérite de mettre en évidence les problèmes structurels des États.L' Amérique d'Obama dépense trop. N'oublions pas le Recovery Act en 2009 et j'en passe ...

à écrit le 08/08/2011 à 16:20
Signaler
Le projet des retraites des francais est incompatible avec le projet social futur, il faudra bien qu'il y ait un rééquilibrage des cotisations du capital, quitte a récupèrer le retard, donc a très fortement les imposer.

le 01/10/2011 à 9:08
Signaler
le projet social du futur, on le connait vu que ceux qui n'ont jamais cotise ont plus de retraite que bien des gens qui ont cotise tte leur vie...

à écrit le 08/08/2011 à 16:04
Signaler
Pour la France, retrouver "asap" (et même asAAAp...) un déficit primaire acceptable, c'est à fin 2011 comptabiliser un mix de +/- EUR 35 milliards d'économies et de recettes supplémentaires. Il faudra, en période pré-électorale, un président de la ré...

à écrit le 08/08/2011 à 15:43
Signaler
Le problème de ces agences c'est qu'elles n'ont qu'une vision limitée, comment expliquer que l'on puisse dégrader la notes des USA et pas les notes des autres pays, techniquement si la note des USA baissent tous les pays du monde seront impactés. Il...

à écrit le 08/08/2011 à 15:36
Signaler
Le système financier est mort ! mais personne ne veut l'admettre. S&P et Cie protègent, comme les autres, que leurs peaux pour garder l'illusion de richesse ! Accrochez-vous le système va s'écrouler sur lui même car on utilise les restes pour faire d...

le 08/08/2011 à 16:35
Signaler
C'est hélas très vrai.

à écrit le 08/08/2011 à 15:03
Signaler
En attente des idées de la gauche pour regler les problemes mondiaux..........

le 08/08/2011 à 15:20
Signaler
tiens, justement ... finalement pas la peine d'aller au capitole, on a le même genre d'attitude ici : "de toute façon les autres auraient pas fait mieux". C'est tout ce qui compte ?

le 08/08/2011 à 15:48
Signaler
@ diouck: tu peux toujours proposer tes propres idées :-) et nous expliquer aussi pourquoi des gens qui seraient à la rue après quelques semaines ou mois de chômage peuvent voter à droite ? Quels sont ;eurs intérêts commusn ? Non pas que l'on doive v...

le 08/08/2011 à 16:06
Signaler
Les idées de gauche, qui sont toujours les mêmes ont fait dévaluer le franc de 30% en 1982, alors pitié, pas les idées de gauche. D'ailleurs, on attend encore les solutions préconisées par aubry et consorts. Ils Elle se contente de pratiquer la petit...

le 08/08/2011 à 16:34
Signaler
Il n'y a plus de gauche ou de droite, ils sortent tous des mêmes écoles avec la même mauvaise éductation, les mêmes travers malsains, la même cupidité, les mêmes menterurs à tous crins, nos politicards sont des voyous pire que ceux des banlieues. De ...

à écrit le 08/08/2011 à 12:56
Signaler
Bonjour, il me semble que Standard & Poors annonce toujours à ses clients (ici l'état américain) la note qui va lui mettre en lui laissant un délai pour donner au pays la possibilité de corriger toute donnée éventuellement fausse (fait factuels véri...

le 08/08/2011 à 14:41
Signaler
Il semble que Standard & Poors a prévenu Washington la veille. Et que lors de la publication de la note, "l'erreur" ait été corrigé. Ce que reproche Washington, c'est que les 2000Md$ n'est pas fait changé l'appréciation de Standard & Poors. Je croyai...

le 08/08/2011 à 15:15
Signaler
Pour ma part je trouve logique l'argument sur la tenue du débat fiscal au capitole. Dans un tel contexte, quelles sont les possibilités d'actions réelles ? l'accord était à peine signé que tout le monde disait que c'était en fait un pseudo accord qui...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.