Les banques françaises sont très exposées à l'Italie et à l'Espagne

L'extension de la crise à ces deux pays serait lourde de conséquences.

2 mn

Copyright Reuters

la page de la crise grecque commence à peine à se tourner que les banques françaises regardent déjà du côté de leurs expositions aux obligations souveraines espagnoles et italiennes. Si la participation au plan d'aide à la Grèce doit représenter un coût d'environ 3 milliards d'euros pour les établissements tricolores, selon le président de la Fédération bancaire française François Pérol, les investisseurs craignent désormais de plus en plus une propagation de la crise de la dette à des économies plus importantes.

Bonne dynamique

Selon la Banque des règlements internationaux (BRI), l'exposition totale des banques françaises à l'Italie, secteur privé compris, dépassait à fin 2010 les 277milliards d'euros. Vis-à-vis de l'Espagne, ce montant reste plus limité avec des engagements évalués à 100 milliards d'euros.

Pour BNP Paribas par exemple, l'exposition nette à la dette souveraine italienne représentait 24,1 milliards d'euros en décembre 2010, soit près de cinq fois le montant qu'elle détient actuellement en titres grecs. La première banque française est ainsi la plus exposée de la zone euro. Depuis l'acquisition de BNL en 2006, l'Italie est en effet devenue le troisième marché domestique pour BNP Paribas, après la France et la Belgique. Lors de l'annonce de ses résultats semestriels le 2août dernier, le groupe a indiqué que sa filiale italienne conservait une «bonne dynamique commerciale et opérationnelle dans un marché où la concurrence est particulièrement forte». BNP Paribas détient également une participation majoritaire dans la branche d'assurance dommages d'Ubi Banca.

La deuxième banque française la plus exposée à la dette italienne (10,1milliards d'euros à fin 2010) est elle aussi très présente sur le marché de la banque de détail national : Crédit Agricole contrôle la banque Cariparma FriulAdria depuis 2007.
 

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 09/08/2011 à 14:07
Signaler
Essayez de faire comprendre ça à Mme Merkel, cela pourrait l'aider à comprendre que le chaqu'un pour soi et Dieu pour tous qu'elle préconise ne fonctionne pas.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.