Israël peut-il connaître une catastrophe "à la grecque" ?

 |   |  543  mots
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avec des fusiliers-marins israéliens. Couper dans le budget de la défense reste un tabou
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avec des fusiliers-marins israéliens. Couper dans le budget de la défense reste un tabou (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Contesté depuis plus d'un mois par un mouvement social sans précédent, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu agite le spectre d'un scénario à la grecque pour ne pas céder aux revendications des manifestants.

Benjamin Netanyahu doit résoudre une sorte de quadrature du cercle. Il affirme être disposé à accepter une partie des revendications des manifestants qui dénoncent la cherté de la vie notamment pour les prix des logements qui ont grimpé de moitié en cinq ans.

Mais cette crise sociale tombe mal. La croissance au pas de charge qu'a connue l'économie israélienne depuis deux ans donne des signes d'essoufflement avec une progression de 3,3% au deuxième trimestre contre 4,7% durant les trois premiers mois de l'année. La Banque d'Israël a ramené ses prévisions de 5,2% à 4,8% pour l'ensemble de 2011.

"Cela reste un résultat honorable par rapport aux pays européens, mais il constitue un avertissement", souligne un responsable de la Banque d'Israël.

Autre signe inquiétant : le déficit commercial a triplé durant les sept premiers mois de l'année par rapport à la même période de l'an dernier pour atteindre 8,6 milliards de dollars.

Le ralentissement de l'activité en Europe et aux Etats-Unis les deux principaux clients de l'Etat hébreu, ainsi que la montée en force du shekel, la monnaie nationale, expliquent cette contre-performance.

Du coup Benjamin Netanyahu avance sur des ?ufs. Lui et ses proches ne cessent d'agiter le spectre d'une situation "catastrophique" comme celle dans laquelle sont plongées la Grèce, l'Espagne et le Portugal.

"Nous n'agirons que dans le cadre budgétaire actuel", martèle le Premier ministre. Autrement dit, il n'est pas question de creuser le déficit ou de gonfler la dette.

Sur ces deux fronts, la politique de Benjamin Netanyahu a porté ses fruits. Le déficit devrait être inférieur de 3% en 2011 contre 3,7% l'an dernier.

La dette ne cesse de baisser. Elle représente 76% du PIB contre 80% il y a deux ans. L'objectif est de la ramener à 60% d'ici 2010.

"La seule solution dans ces conditions est de procéder à de simples transferts de budget et d'augmenter les impôts", souligne-t-on au Ministère des Finances.

Une mission qui ne s'annonce pas facile.

Un exemple: une bonne partie des commentateurs réclament des couples claires dans le budget de la défense qui absorbe à lui seul 6,5% de la richesse nationale, trois fois plus que dans la plupart des pays occidentaux. Mais sur ce front, Benjamin Netanyahu se heurte au très puissant lobby de l'armée qui refuse de se serrer le ceinturon.

"Ceux qui prétendent que la sécurité se paie au détriment de l'éducation, de la santé et du social mentent", proclame Matan Vilnaï le ministre chargé de la Défense des civils.

Les pressions de la rue, qui devraient culminer le 3 septembre avec un million de manifestants que les organisateurs du mouvement de contestation espèrent mobiliser, devraient toutefois contraindre la Défense à faire un "geste".

Sur la piste fiscale, Benjamin Netanyahu en tant que chef du gouvernement et auparavant ministre des Finances, a abaissé les impôts sur les sociétés de 36% à 24% en huit ans et réduit la charge pour les hauts revenus.

Il pourrait reprendre en partie ce qu'il a donné en augmentant la pression fiscale sur les plus riches. Mais là aussi les ressources dégagées risquent de ne pas suffire à financer les réformes souhaitées par la population
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/08/2011 à 11:58 :
Il me semble qu'Israël souffre d'un mal particulier: un manque de concurrence dans de nombreux secteurs de l'économie. D'où des prix anormalement élevés. C'est un mal ancien en Israël. Le printemps arabe permet enfin à a population de se préoccuper de ce problème.
a écrit le 18/08/2011 à 10:21 :
A CQFD

Cela est si simple! il suffirait pour Israël de négocier de bonne foi (lol!). Autrement dit, accepter un état judenrein en cis-jordanie, et un état bi-national en Israël même. Ainsi il s?attirera la ''sympathie'' des autres pays. Du Liban dominé par le Hezbollah, de la Syrie mais aussi des autres voisins bientôt sous la coupe des frères islamiques.

C'est si facile avec des YA qua et il faut que.
Réponse de le 18/08/2011 à 12:14 :
Oui sauf que la decision occidentale d aller implanter un etat juif en plein coeur de la peninsule arabe, alors sous "colonisation anglaise" a l epoque vous m excuserez du peu c est un peu aller foutre la merde..... la responsabilite de l occident aveugle au genocide de la seconde guerre mondiale n excuse pas la spoliation des terres arabe de l epoque et n excuse en rien le terrorime du hamas/hezbollah d un cote et le terrorisme militaire de l etat juif.

En droit international il est mentionne que la riposte a une attaque doit etre proportionnée, repondre a des tirs de roquettes par des bombardement d helico de guerre vous m excuserez c est un peu amoral...;

il y a des Torts des 2 cotes!!!! un point c est tout,

D autant que les construction actuelle on deja ete denonce a l onu n est ce pas!!!

Alors le sinai est peut etre la terre promise mais qui est legitime?? tous sont legitime, faudrais pas reecrire l histoire surtout en prenant caution la bible, le coran ou la thora.

Historiquement les minarets musulmans ont ete construit sur les ruines des eglises chretiennes, elle meme construites sur les ruines des temples juifs eux meme construits les temples des Romains/grecs/Bizantin....

Pour une terre sainte, qui devrait etre neutre tu parles aucune terre n a vu autant de peuple se dechirer et s entretuer que celle la!
Réponse de le 03/11/2011 à 16:31 :
j'adore.... tout le monde est contre israel , car etat créée.... mais personne est contre le liberia egalement créée pas les us ...
bizarre cette sympathie pour le monde arabe et afro ... !
a écrit le 18/08/2011 à 8:20 :
Ce pays qui a un budget défense extravagant qu'il doit à son intransigeance vis-à-vis des Palestiniens en particulier et des Arabes en général, devrait abandonner sa politique de vol des biens palestiniens et de "colonisation" permanente, c'est-à-dire de spoliation. En acceptant enfin de dégocier de bonne foi avec ses voisins, Israël diminuerait le poids du budget militaire, s'attirerait la sympathie des autres pays et pourrait consacrer l'argent récupéré aux besoins intérieurs
a écrit le 17/08/2011 à 21:39 :
Bravo aux Indignés Israéliens; Le mouvement devient mondial : pays arabes, puis Espagne, Grèce, Israel... Ces mouvement montrent qu'ils ont une influence sur les gouvernements, et sont un contre pouvoir efficace aux marchés qui tentent d'imposer leur loi aux politiques, de façon totalement anti démocratique. Redonnons le pouvoir aux populations, en le reprenant aux financiers qui le lui ont confisqué tout en ayant lamentablement coulé l'économie après s'être gavés de bonus et autoglorifiés. Rejoignez les indignés, en France aussi !
Réponse de le 18/08/2011 à 4:47 :
Ce qui se passe en Israel ne peut pas etre compare aux pays arabes ou les islamistes reprennent les rennes du gouvernement, ni a la Grece qui est en presque-faillite et qu'il faut transfuser...........Jean melange les pommes et les poires..... De plus, si on reagissait comme on le fait dans la region (voir Egypte, Syrie..) il y aurait des morts sous les tentes.....
Réponse de le 18/08/2011 à 15:06 :
La suite c est quoi??? Un etat juif enclavé au milieu d etat Islamiste, et apres un embrasement mondial du conflit, pas par soucis humanitaire mais plutot de voir l approvisionnement en petrole coupe.... une extermination en regle des occidentaux americain en tete, des israelien, des arabes, des chinois, des russes..... tous embarque dans cette guerre....


Les vainqueur imposant leur nouvel ordre mondial, en meme temps plus de crise, comme en 45 faut tout reconstruire, plus surpopulattion non plus et plus de pauvre on les aura sacrifie sur l autel de la guerre.... eh bien sur les plus riches seront plus riches vu qu ils auront vendu des armes au 2 camps.....

Si c est ca la suite logique eh ben on est pas rendu et les 2 guerres mondiales ne nous auront rien appris

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :