Paris tente encore de rassurer sur les banques

 |   |  420  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le gouvernement réitère ce jeudi son message visant à apaiser les marchés. Pour François Baroin et Valérie Pécresse, les banques n'ont pas besoin d'être recapitalisées malgré les craintes liées à la situation de la Grèce.

"Les banques n'ont pas besoin de recapitalisation", martèlent en choeur François Baroin et Valérie Pécresse. Le ministre de l'Economie et des Finances ainsi que celle du Budget ont repris, ce jeudi, le discours visant à rassurer.

Pour le premier, "il faut être en confiance", a-t-il répété sur France Info. "Les banques françaises.sont exposées sur la Grèce à hauteur de 8 milliards ; elles ont dégagé des profits pour le seul premier semestre de 11 milliards. Ce sont des sociétés qui n'ont pas besoin de recapitalisation", a-t-il expliqué.

François Baroin reconnait toutefois une "divergence d'analyse entre les équipes de la Banque centrale (européenne) et les équipes du Fonds monétaire International." Le FMI, par la voix de Christine Lagarde, craint en effet que les banques européennes ne viennent à manquer de liquidités.

Concernant les économies que pourrait réaliser la Grèce en réduisant son budget militaire, le plus élevé d'Europe rapporté à son PIB, le ministre français a indiqué que c'était à Athènes de réaliser ses arbitrages, et de les proposer à la Troïka. Il a notemment défendu l'idée que les dépenses d'armement grecques "préservent des emplois".

Solidité des banques

"Nos banques sont solides", estime aussi Valérie Pécresse, sur LCI. "Il n'y a aucun problème ni de solvabilité, ni de liquidités des banques françaises", a-t-elle encore répété, voyant dans les fortes baisses des valeurs bancaires en Bourse, les conséquences d'une "fébrilité" ayant une "part d'irrationnel". La porte-parole du gouvernement aussi évoqué la création possible d'euro-obligations, mais seulement après un retour à l'équilibre des budgets des Etats membres de la zone euro. Une ligne déjà défendue dans la semaine par François Baroin.

Mercredi, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, après leur conférence téléphonique avec le Premier ministre grec, Georges Papandreou, se sont déclarés "convaincus" que la Grèce ne devrait pas sortir de la zone euro. Ils ont aussi pressé Athènes d'appliquer les mesures d'austérité assurant que "la réussite du plan de redressement" permettrait d'assurer la "stabilité de la zone euro".

La Commission européenne, craint de son côté "un risque de cercle vicieux entre la dette souveraine, le financement des banques et la croissance négative" dans un document préparatoire à la réunion des ministres des Finances de la zone euro qui doit avoir lieu les 16 et 17 septembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/09/2011 à 10:01 :
Si le gouvernement rassure, c'est qu'il y a des risques réels pour chaque client des banques. La crise actuelle est plus grave que celle de 2008 dont nous ne sommes pas encore sortis, car nous avons reportés les déficits du privé vers le public. La banqueroute serait la seule solution et remettrait tout le monde riches et pauvres sur un pied d'égalité. Ceux qui ont tout perdu n'ont plus rien à perdre!!!!!!
a écrit le 15/09/2011 à 19:43 :
Erreur. La seule chose qui rassurerait, ce serait de prendre de vraies mesures : plus de règlementations, séparation des activités de marché et des activités de banque de dépôt, quasi suppression des bonus (qui poussent à prendre trop de risques), augmentation des fonds propres, limitation drastique de l'effet de levier.
a écrit le 15/09/2011 à 15:40 :
Nous autres sommes convaincus de l'inverse : la grèce doit sortir de l'euro et la France avec selon le désidérata du peuple français.

Un référendum sur le sujet serait bigrement instructif !
a écrit le 15/09/2011 à 13:09 :
On peut se poser la question que fera le peuple grec qui sur le fond a profité du laxisme de leurs gouvernants, trois familles se partagent le pouvoir dans ce pays depuis la guerre hors passage des colonels et n'ont porté aucune réforme puisqu'en prelmier lieu ces familles se portaient très bien du laxisme qu'elles avient mis en place.
Actuellement comme en France aucun effort de l'Etat un effort essentiellement demandé au citoyens la rue d'Athènes gronde jusqu'au où???????
a écrit le 15/09/2011 à 13:04 :
Les dépenses d'armement de la Grèce doivent tout bonnement être supprimées tout au moins temporairement.
a écrit le 15/09/2011 à 12:59 :
comment peut on croire encore ce Mr BAROIN apres toutes les salivernes qui nous a aconté sur la cloture qu'l nous a raconté
en juillet et début aout ce ministre la est complètement
discridité par son incompètences (et pourtant il me prait sympa baroin) mais si il avait a dèfendre un budget dans une boite privé il aurait été tout simplement viré pour non respect des objectifs définisvoila la grande diffèrence entre le privé et le public le gouvernement peut s'offrir le luxe de ministres incompétentset je ne vous parle même pas de notre ministre du budget ( qui a fait hec quand reste t'il???)
a écrit le 15/09/2011 à 12:14 :
qui croient vraiment a ces deux la ?
Réponse de le 15/09/2011 à 12:36 :
Je crois déceler dans votre commentaire de la défiance.Harry Potter va nous sortir de la d'un coup de baguette magique.Non franchement vous avez tord de vous inquiétez ....
a écrit le 15/09/2011 à 11:42 :
La crise grecque est une chose. Facile pour le ministre de l'Economie de vanter la solidité des banques françaises en se référant implicement à leurs seuls engagements en Grèce. Mais on aimerait entendre Baroin se prononcer sur leur situation si les craintes quant aux risques liés à Italie et à l'Espagne se réalisaient.
a écrit le 15/09/2011 à 10:18 :
Tout va très bien Madame LaMarquise sauf que les banques, elles ne se font pas confiance les unes aux autres, contrairement à la méthode Coué des politiques :
La preuve, la hausse de l'Euribor.
Alors, les discours.....

Réponse de le 15/09/2011 à 12:15 :
euh tu connais reellement les tenant et les aboutissants???? non

Pour infos si on prende le Credit Agricole et sa filliale emporiki, l exposition du groupe Casa (chiffres verifiable sur le net vu que le bilan des Entreprise y est note) est de 146M d euros y compris sa filliale assurance pour la participation au plan de soutien gouvernemental et son exposition globale au risque grec est de 346M.....


Sachant qu au premier semestre 2011 son profit est de plus de 2,4 milliard et ses fonds propres de plus de 70 milliard.....

Ton commentraire devient aussi inepte que sans fondement..... ca prouve bien la deconnexion totale que marche des actions avec l economie reelle.....


Perso au vu de ses chiffres les titres bancaires sont largement sous evalue.... et donc je vais achete et quand ils seront au plus haut (comme pour l or actuellement) je revendrais a vous tous pauvres bobos qui ecoutez les sirennes alarmistes et bien souvent achetez quand le cac est a plus de 5000 points.....

On achete quand c est au plus bas, le risque de perte est amoindri alors que celui de benef est plus fort.... Et pas l inverse comme la majorite des moutons qui achetent en bourse, de l or ou de l immobilier.......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :