Jean-Claude Trichet fait ses adieux en volant au secours des banques

 |   |  558  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Pour le dernier conseil des gouverneurs de son président, la BCE a fait preuve jeudi d'une certaine audace avec l'annonce de mesures non conventionnelles contenues dans sa boîte à outils.

Qui eut cru au début de l'année que Jean-Claude Trichet devrait rejouer le rôle de pompier, en actionnant la lance à incendie, lors de la dernière réunion du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne sous sa présidence. De Berlin, où se tenait le second des deux conseils annuels "décentralisés" de la banque centrale de Francfort, au lieu de célébrer le sauvetage de l'euro et huit années de stabilité des prix, le français Trichet a repris les armes (non conventionnelles) pour tenter de conjurer la crise la plus grave de l'histoire de la zone euro, la plus grave aussi depuis la deuxième guerre mondiale, selon ses propres termes.

En dépit de l'aggravation de la crise de la dette et du coup de froid qui s'abat sur l'économie de la zone euro, il eut été imprudent de sa part d'appuyer sur la détente des taux, comme l'y incitait le FMI, après avoir été l'architecte d'un début de normalisation des conditions de crédit. L'inflation harmonisée des Dix sept est en effet remontée à 3% en septembre, alors que la ligne rouge fixée par la BCE est de 2% maximum. Trichet et ses pairs ont donc maintenu le principal taux directeur, le taux de refinancement, à 1,5%, niveau sur lequel il stationne depuis juillet après deux hausses d'un quart de point qui l'ont fait décoller du plancher historique de 1%. Le spectaculaire ne fait pas partie des armes de Trichet.

En revanche, toutes les mesures "non standard", comme il aime à les appeler, ont été actionnées pour ce clap de fin. Enjoignant les banques européennes à renforcer leurs bilans, la BCE va mettre tous les outils à leur disposition pour les aider à se refinancer. Elle a exhumé ses opérations à long terme, mises en sommeil en décembre 2009. La BCE procèdera ainsi à une injection de liquidités à douze mois, à taux fixe, avec allocation illimitée, en octobre, et innovera en décembre avec une opération analogue à treize mois. De même, elle poursuivra ses adjudications à six mois, ressorties des tiroirs en août dernier - sans calendrier précis pour l'instant - et continuera, lors de ses opérations de routine à une semaine, un mois et trois mois, à alimenter le système bancaire à taux fixe et en quantités illimités aussi longtemps que nécessaire et ce au moins jusqu'au 10 juillet 2012.

Cérémonie de clôture

A cet impressionnant arsenal s'ajoute la poursuite du programme de rachats de titres de dette des pays en détresse, en attendant que le Fonds européen de stabilité financière prenne - enfin ! -le relais. Le bouquet final prend la forme d'une relance du programme de rachat d'obligations sécurisées, pour un montant de 40 milliards d'euros entre novembre 2011 et octobre 2012. Ces obligations sécurisées sont pour l'essentiel des titres adossés à des créances immobilières, et indispensables à la survie de nombreuses banques spécialisées en Europe. La BCE avait conduit un programme d'achat similaire entre juillet 2009 et juin 2010 pour un montant total de 60 milliards.

Cette cérémonie de clôture de huit années de présidence, aussi sobre par sa forme qu'à l'accoutumée, n'en prend pas moins, sur le fond, des allures de feu d'artifice.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/10/2011 à 10:55 :
oui " dret "et pourquoi pas.?
il ne cherche pas la gloire de toute façon car il n'en a pas besoin, lui.
il travaille , garde le cap et tient la barre.ses connaissances et son savoir- faire sont précieux.
bien des banques vont essayer de se l'arracher . et pour cause !!
Réponse de le 07/10/2011 à 15:11 :
A mon humble avis il ne tient pas la barre car son mandat etait clair, il l a outrepasse sous la pression des politiques et des copains banquiers qui cherchent plus a sauver les banques speculatrices, leurs actionnaires, et le produit de leur vol. (privatisation des profits mutualisation des pertes.D ailleurs une plainte a ete depose contre lui. Il croit a son impunite du fait de ces relations...il a raison a 99%...
Avec Draghi ce sera encore pire (deja que GS et JP Morgan ont fait assez de mal en profitant des idiots politiques, eco etc + corruption)
Il faut finir du couple banque speculatrice + politiques car cela s appelle un cartel et les victimes il suffit de regarder un peu partout dans le monde
a écrit le 07/10/2011 à 10:38 :
Il prepare sa retraite comme conseiller de banque...et vous trouvez ca glorieux...
a écrit le 07/10/2011 à 9:17 :
Trichet a été exemplaire. un costaud . un expert. espérons que son successeur oeuvrera avec la même détermination et le même sérieux.
Si les banques ne sont pas renflouées (mais avec des conditions sévères ), alors , elles sautent et nous avec.
il faut arrêter de voir petit là où le problème est majeur.
Réponse de le 07/10/2011 à 10:48 :
Et nous avec ? Mais mon pauvre monsieur, si les banques décident de neutraliser ma CB, je meurs de faim.
Pour nous, les "clients", il est déjà trop tard. A moins que les banques sautent... Justement !
a écrit le 07/10/2011 à 8:55 :
^^ Eh bien encore un pti coup pour les banques, ca nous fous dans la merdre en se gavant et on les sanctionne ... en les re gavant.

Navrant !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :