Le G20 ne veut pas de la taxe sur les transactions financières

Les ministres des finances du G20, réunis à Paris samedi, ont écarté l'idée d'une taxe sur les transactions financières proposée par l'Europe et soutenue par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel. Reste à savoir si la France et l'Allemagne l'appliqueront de façon unilatérale.

1 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Les Films du Losange)

Une taxe sur les transactions financières ne verra pas le jour au niveau international, comme l'espérait Nicolas Sarkozy, les ministres des Finances du G20 ayant rejeté massivement samedi cette initiative. Les délégations américaine, canadienne, japonaise, indienne ou brésilienne se sont prononcées contre une telle taxe, qui était l'une des initiatives phares que la France espérait faire avancer lors de sa présidence du G20.

La taxe, à laquelle est également réticente la Grande-Bretagne sauf à ce qu'elle soit globale, pourrait toutefois voir le jour au sein de la seule zone euro, sous l'impulsion de la France et de l'Allemagne. "Il a été clairement dit que nous devons mettre en oeuvre cette taxe en Europe parce qu'il n'y a pas de soutien à le faire sur un plan global", a convenu le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, après la réunion.

La Commission européenne a proposé fin septembre une taxe européenne sur les transactions financières à partir de 2014 excluant le marché des changes. Selon cette proposition, les transactions réalisées à l'extérieur de l'Europe seraient également taxées, à partir du moment où elles impliquent une banque ou tout autre établissement financier du Vieux continent, afin d'éviter toute fuite des capitaux. La taxe ne concernerait en revanche pas les particuliers ni les opérations sur le marché primaire de la dette souveraine et les émissions d'action en Bourse.

Les chiffres avancés par l'exécutif communautaire portent sur un impôt de 0,1% sur les échanges d'actions et d'obligations et de 0,01% sur les échanges de produits dérivés. Le dispositif pourrait permettre de lever quelque 30 milliards d'euros par an, selon plusieurs estimations préliminaires au sein de l'exécutif communautaire. Selon un récent sondage réalisé par la Commission, 65% des Européens sont en faveur de cette taxe.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 16/10/2011 à 6:13
Signaler
Instituer cette taxe seulement en Europe, voire simplement en Allemagne et France, serait suicidaire ! La Suède l'a appris à ses dépens, elle qui a dû abroger cette taxe dans la précipitation avant la ruine du pays ! Décidément, nos politiques ne sav...

le 16/10/2011 à 8:44
Signaler
Pourquoi ne pas assumer alors de ne pas avoir du tout de règles en économies ?? ce serait super !!!! oui au travail des enfants, oui à l'esclavage, oui a l'exploitation des ressources jusqu'à leur épuisement quitte a donner a nos enfants une terre s...

le 16/10/2011 à 9:05
Signaler
Dans d'autres articles ont apprend que les pays en développement on a priori obtenu le droit de taxer les capitaux entrants (qui déstabilisent leur économie quand de façon massive ils se déversent sur leur économies pour des matières premières par ex...

le 16/10/2011 à 9:46
Signaler
Pas d'impôts ... comme en Grèce par exemple .... on voit on ça l'a mené ......

à écrit le 16/10/2011 à 5:22
Signaler
Autant enjoindre aux banques d'augmenter leur capital paraît être une idée sage (et l'occasion d'encourager leurs clients à en devenir actionnaires), autant la taxe sur les transactions financières (le retour à la notion d'octroi) est une ineptie, re...

à écrit le 15/10/2011 à 22:35
Signaler
La réponse de nos politiques aux déficits dont ils sont responsables c'est toujours de vouloir inventer des taxes nouvelles. Bien évidemment taxer les transactions financières en France et en Allemagne seulement provoquera d'énormes fuites de capitau...

à écrit le 15/10/2011 à 19:45
Signaler
Ca sert a quoi le G20? Est-ce une réunion de magouilleurs?

le 15/10/2011 à 20:11
Signaler
Cela ne sert a rien c'est comme la société des nations , ... une somme d'intérêts particuliers ... et cette somme ne fera jamais un intérêt général

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.