Les Américains consomment plus sans gagner plus

 |   |  503  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les chiffres publiés par le ministère montrent que la hausse de la consommation s'est accélérée en septembre, malgré la faible progression des revenus des Américains. Et, surtout, le moral remonte !

La hausse des dépenses de consommation des ménages s'est accélérée aux Etats-Unis en septembre malgré la faible progression des revenus des Américains, selon des chiffres publiés vendredi à Washington par le département du Commerce. La consommation des ménages a ainsi progressé de 0,6% par rapport au mois d'août, en données corrigées des variations saisonnières et en rythme annualisé, a indiqué le ministère. Ce chiffre est conforme à l'estimation médiane des analystes.

Compte tenu de l'inflation du mois, les dépenses de consommation des ménages ont progressées de 0,5% en termes réels alors qu'elles avaient stagnées au mois d'août avec une croissance de 0,2%.

Stagnation du pouvoir d'achat

Pourtant, dans le même temps, les revenus n'ont rebondi que de 0,1% par rapport au mois précédent, après avoir baissé d'autant en août, indique le ministère. Les analystes, eux, estimaient qu'ils avaient progressé de 0,3%.

D'autre part, les salaires continuent d'être rognés par l'inflation puisque, selon les chiffres du ministère, le revenu disponible réel a baissé pour le troisième mois d'affilée en septembre, de 0,1%, soit moins rapidement qu'en août, où son recul avait atteint 0,4%.

Conséquence des trajectoires divergentes entre la consommation et les revenus, c'est le le taux d'épargne des Américains (mesurant la part non consommée du revenu disponible qui diminue pour le troisième mois d'affilée. Il s'établit à 3,6%, son niveau le plus faible depuis décembre 2007.

Et le moral va mieux

Le moral des ménages américains s'est amélioré en octobre pour le deuxième mois consécutif, leur jugement sur les perspectives économiques des Etats-Unis se faisant plus positif, montrent vendredi les résultats définitifs de l'enquête mensuelle Thomson Reuters-Université du Michigan.

L'indice de confiance est remonté à 60,9 contre 59,4 en septembre, dépassant le consensus des estimations d'analystes, qui le donnait à 58,0. Une première estimation de 57,5 il y a deux semaines avait traduit au contraire une dégradation du moral des ménages.

A 51,8 contre 49,4 en septembre, la composante des anticipations des consommateurs s'est en outre améliorée selon les résultats définitifs alors que la première estimation la donnait au plus bas depuis plus de 30 ans.

Celle de la situation économique actuelle progresse elle aussi à 75,1 contre 74,9.

La composante de la situation financière personnelle se redresse d'un point à 77 mais celle des perspectives financières personnelles recule d'autant à 103.

"Globalement, il est toujours probable que les dépenses de consommation ne seront pas assez dynamiques au cours de l'année à venir pour permettre la croissance économique solide nécessaire afin de compenser l'impact négative de la stagnation des revenus et de l'emploi sur le comportement des consommateurs", commente dans un communiqué Richard Curtin, le responsable de l'enquête.

Les anticipations d'inflation à un an mesurées par l'enquête reculent légèrement à 3,2% contre 3,3%.

Croissance...

Quant à la croissance, elle est mieux repartie que prévu cet été.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2011 à 12:37 :
après la mort du communisme, voici la mort du capitalisme.... et pour les même raisons "cupidité, avarice, orgueil" aah satan, quand tu nous tiens !
Réponse de le 29/10/2011 à 13:09 :
@ zimmerman: attention à mettre le communisme à toutes les sauces pour se donner de la crédibilité ! Le stalinisme était le culte de la personnalité et n'avait rien à voir avec le communisme vite étouffé après la révolution. Il faut savoir de quoi on parle avant de mettre le communisme à toutes les sauces :-)
a écrit le 29/10/2011 à 10:25 :
Economie de geste, économie de place, économie de distance, économie d'énergie, regardez la photo et vous comprendrez combien les Américains sont en retard sur leur temps. Désespérant!
a écrit le 29/10/2011 à 8:09 :
S'ils consomment plus sans gagner plus c'est que les prix ont diminué
Réponse de le 29/10/2011 à 10:02 :
Non les prix ont au contraire augmenté. Si j'achete une baguette en Septembre a 1 euro et qu'en Octobre j'achete une baguette a 1.15, ma consommation stagne en volume mais augmente en valeur en raison de l'inflation. J'achete donc plus cher mais je n'achete pas plus en quantite. Donc une "hausse" de la consommation ne veut rien dire si il y a hausse de l'inflation, il s'agit juste d'une hausse des prix
Réponse de le 29/10/2011 à 13:06 :
@nawak: très théorique, comme tous les concepts capitalistes actuels. En un mot, tu nous dis que tu manges de moins en moins, ce dont je doute...mais que tu vas acheter des cailloux si ça continue parce qu'ils coûtent moins chers et mettent plus longtemps à fondre dans la bouche :-)
Réponse de le 29/10/2011 à 14:41 :
@Patrickb : je depense plus pour manger autant en volume, donc ma consommation n'augmente pas, juste la facture qui augmente, capiche ? Ma baguette me coutait 1 euro il y a un an, maintenant 1.10 euros : je depense plus pour la meme chose, est ce de la theorie ? Je crois que non, cela s'appelle la vie quotidienne. Creme pour les mains Dermophil, prix en augmentation d'un an sur l'autre et contenance en baisse de 25% ...
Réponse de le 29/10/2011 à 16:50 :
@nawak: alors vivement qu'ils importent des baguettes et de la crème dermophyl de Chine :-)
Réponse de le 29/10/2011 à 18:39 :
Ca viendra de Chine mais plutot du Maroc. Car au 1er Janvier 2012 on fêtera l'élargissement du marche commun européen au Maroc grace a l'abolition totale des taxes douanieres entre l'UE et le Maroc. Pas belle la vie, merci l'Europe d'organiser de maniere si simple et ordonnée la désindustrialisation de l'Europe... Vive les technocrates et politiciens qui feignent de se lamenter sur la desindustrialisation de l'Europe alors qu'ils l'ont sciemment organisée. Vivement 2012 et/ou ma prochaine expatriation.
a écrit le 28/10/2011 à 19:53 :
Ils ne vont pas continuer longtemps... sauf à remettre en marche la machine à s'endetter ce qui n'est pas très crédible.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :