Le lobbying de Total pour un régime fiscal de faveur en Russie

 |   |  351  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Moscou envisage d'annuler toutes les taxes sur les exploitations "offshore". Le gouvernement veut encourager un démarrage plus rapide des projets très coûteux en zone Arctique, comme Chtokman. Un projet que Total a justement menacé de retarder, mardi, s'il n'obtenait pas des allègements fiscaux.

En ces temps de disette budgétaire généralisée, le gouvernement russe fait miroiter une concession fiscale majeure aux grands groupes pétroliers, domestiques comme étrangers.

Le ministère de l'Energie russe soumettra le 8 décembre à une commission interministérielle un plan destiné à stimuler le développement de projets pétrole et gaz en zone offshore.

Ces propositions concernent tous les projets d'exploitation en zone Arctique et en mer Caspienne, et quel que soit le type d'hydrocarbure (pétrole brut, condensé ou GNL). Il s'agit d'exempter totalement les investisseurs de la taxe sur l'extraction de "minéraux utiles" (NDPI en russe), de la taxe sur les exportations d'hydrocarbure, qui approche les 400 dollars la tonne de pétrole brut, et enfin de la TVA sur les équipements importés.

Le ministère de l'énergie propose une entrée en vigueur du nouveau régime fiscal dès le mois de décembre, indique le quotidien d'affaires Vedomosti.

Ce projet va au devant des demandes répétées de Total, de Statoil et de Gazprom, tous trois partenaires sur le gigantesque projet gazier de Chtokman, situé dans la Mer de Barents.

Hier, Total a répété sa menace de reculer la décision d'investissement dans Chtokman, prévue jusque là pour la fin 2011, tant que le gouvernement russe n'offrira pas d'avantages fiscaux.

Lors de sa rencontre vendredi dernier avec Vladimir Poutine à Moscou, François Fillon a appuyé la demande de Total.

Interrogé hier par téléphone, le porte-parole de Chtokman AG, Sergueï Vykhoukholev, a confirmé que les propositions du ministère de l'Energie correspondaient bien aux attentes des investisseurs, mais n'a pas souhaité commenter son influence sur le calendrier du projet Chtokman.

Une prudence qui s'explique par le fait que la proposition pourrait faire face à l'hostilité du ministère des finances, peu enclin à voir l'assiette fiscale drastiquement réduite.

Alexei Kokin, analyste chez UralSib, est encore moins confiant : "la probabilité que la mesure soit prise rapidement est faible. Une nouvelle approche fiscale a peu de chances d'être entérinée avant la deuxième moitié de 2012".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/11/2011 à 18:03 :
et Total menace :-) Ils sont tellement habitués à la corruption en France, que les dirigeants de Total ne comprennent pas pourquoi cette corruption n'est pas automatique ailleurs :-)
Réponse de le 22/11/2011 à 21:09 :
Tu as des sources ? Des preuves ?
Réponse de le 22/11/2011 à 21:17 :
@Oil: pour ne pas avoir entendu parler récemment des malettes africaines (dernier exemple en date), il faut soit habiter sur une autre planète, soit avoir des verres plus fumés que fumés pour un tel endoctrinement :-) Lis la presse (si possible étrangère) pour savoir ce qui se passe autour de toi béotien :-)
Réponse de le 23/11/2011 à 7:05 :
Patrickb encore des commentaires a l'emporte piece qui viennent salir les 100 000 employes de TOTAL.Sur quel dossier officiel te base tu.......les journaleux gochoboboecolofrancofrancais......mouais.....arretons de decrier tout le temps nos industriels!!!!
Réponse de le 23/11/2011 à 8:07 :
Total qui a racheté ELF alors que ELF etait 100 fois plus grosse que Total ... Tout cela pour diluer les affaires de corruption.
Tres bon reportage sur ARTE, "les secrets des 7 soeurs", je vous le recommande si vous avez un petit peu de bon sens
Réponse de le 23/11/2011 à 11:15 :
mais que donc Total a t'il trouvé dans les compte de ELF ...
y avait il pas des financement gochobobo par hasard ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :