Poutine propose une taxe pour légitimer les privatisations douteuses du passé

Quasi certain d'être élu pour un troisième mandat, Vladimir Poutine ne résiste pas à quelques promesses populistes, dont une taxe sur le luxe et sur les entreprises privatisés à la hussarde dans les années 1990.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Il est temps de "tirer le rideau" sur les privatisations truquées des années 1990, a décidé jeudi le Premier ministre candidat. Pour ce faire, Vladimir Poutine propose d'introduire une taxe unique qui restaurera la légitimité du monde des affaires aux yeux de la société. Indispensable pour les uns, trop complexe à mettre en oeuvre pour les autres, cette mesure divise profondément la communauté d'affaires.

Virage gauchisant

"Cette mesure est très populiste, c'est l'artillerie lourde de Poutine pour gagner dès le premier tour [du 4 mars prochain]. On s'y attendait, c'est le résultat d'un virage gauchisant car les idées libérales ont perdu en popularité auprès des Russes", commente une note de la banque Troika Dialog, qui rappelle avec ironie que l'oligarque Mikhaïl Khodorkovsky avait déjà proposé cette mesure en 2003, juste avant son incarcération. Alexandre Lebedev, un banquier milliardaire atypique car souvent critique envers le Kremlin, dit soutenir de tout c?ur cette mesure. Le problème, c'est que bon nombre des actifs privatisés de manière frauduleuse durant les années 1990, ont ensuite changé plusieurs fois de main. Le Premier ministre promet aussi une taxe sur le luxe.

Davantage de transparence

Parallèlement, le leader russe a demandé à la banque d'Etat VTB de faire un pas envers les petits actionnaires floués par l'introduction en Bourse du groupe en 2007. Plus de 100.000 Russes ont placé leurs économies dans des actions de VTB, qui n'ont fait que baisser depuis et ne valent aujourd'hui que la moitié de leur cours d'introduction. VTB a consenti mercredi à racheter à ses frais ses propres actions au cours de l'introduction. Proche de Vladimir Poutine, l'inamovible PDG de VTB, Andreï Kostine, dément avoir cédé à la pression du Kremlin et a appelé jeudi le monde des affaires à "soutenir le gouvernement". Il a même suggéré que le soutien à l'opposition comportait des risques pour la santé mentale des entrepreneurs! Le gendarme des marchés financiers russe, le FSFR, vient lui aussi de pondre vendredi une proposition opportune rejoignant les demandes du Kremlin. Il s'agit d'interdire le droit de vote aux actionnaires dont l'identité est cachée. Une mesure limitée aux sociétés cotées en Bourse.

Faible dette souveraine

Pour les mesures impopulaires réclamées par les industriels et prophétisées par l'influent ancien ministre des Finances Alexeï Koudrine, il faudra attendre l'après présidentielles. Conforté par une faible dette souveraine (7% du PIB), Vladimir Poutine ne ressent aucune urgence à évoquer l'augmentation pour la population des tarifs domestiques de l'énergie (gaz et électricité) ou le recul de l'âge de la retraite.

 

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 13/02/2012 à 10:07
Signaler
Il n'y a pas que les Russes qui ont été floués, les français aussi; En effet, il y a eu des transactions plus que douteuses de banques françaises avec des personnages russes qui ont mis la clé sous la porte depuis et sont partis aux USA, à Chypre et...

le 14/02/2012 à 8:46
Signaler
Et a combien se monte le tresor de guerre?

à écrit le 11/02/2012 à 7:54
Signaler
Aucun homme politique Francais n'a la carrure de Monsieur Poutine, le seul qui a eu le courage de remettre les pendule a l'heure en France fut le général De Gaulle depuis le coup d'etat de mai 68 la France est dirige par de faux Francais.

le 11/02/2012 à 22:01
Signaler
amazing. Très bien répondu. Nous partageons le même point de vue. JCM

à écrit le 10/02/2012 à 23:01
Signaler
Lorsque j'avais rencontré Monsieur Poutine à Orenburg en Août 2009, je lui avait demandé s'il ne voulait pas venir pendant un certain temps à Paris pour remettre de l'ordre dans notre "merdier" politique. Je vais devoir renouveler la demande. Jean-C...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.