La France et l'Allemagne, faibles moteurs d'une Europe en récession

 |   |  215  mots
En Grèce, la contraction de l'activité économique devrait atteindre 4,4%, contre 3,3% au Portugal, 1,3% en Italie et 1,0% en Espagne. L'impact des plans d'austérité dans ces pays joue clairement contre la croissance. Copyright Reuters
En Grèce, la contraction de l'activité économique devrait atteindre 4,4%, contre 3,3% au Portugal, 1,3% en Italie et 1,0% en Espagne. L'impact des plans d'austérité dans ces pays joue clairement contre la croissance. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon Bruxelles, la zone euro serait en récession de 0,3% cette année. La France et l'Allemagne, même avec une croissance très faible en 2012, sont les deux seuls moteurs d'une Europe en panne, alors que les plans d'austérité font plonger l'Europe du Sud.

La Commission européenne a annoncé jeudi 23 février s'attendre à une contraction de l'activité économique de 0,3% dans la zone euro en 2012 et une stagnation dans l'ensemble de l'Union européenne. Bruxelles indique par ailleurs s'attendre à une croissance modérée de 0,4% et 0,6% respectivement en France et en Allemagne, les deux moteurs de la zone monétaire commune.

Ces prévisions laissent apparaître un paysage économique à deux vitesses alors que les pays qui ont dû mettre en oeuvre de durs programmes d'austérité en 2011 sous la pression des marchés devraient tous entrer à nouveau en récession en 2012, à l'exception de l'Irlande.

En Grèce, la contraction devrait atteindre 4,4%, contre 3,3% au Portugal, 1,3% en Italie et 1,0% en Espagne. l'impact des plans d'austérité dans ces pays joue clairement contre la croissance.

La Commission prévoit par ailleurs une inflation de 2,1% dans la zone euro en 2012 et de 2,3% dans l'UE.

Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, s'est voulu optimiste dans la capacité de l'UE à surmonter cette situation difficile. "Même si la croissance est à l'arrêt, nous voyons des signes de stabilisation dans l'économie (...) Avec une action déterminée, nous pouvons prendre le bon virage et passer de la stabilisation au soutien de la croissance et de l'emploi", a-t-il dit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2012 à 9:18 :
Cette histoire de moteur est vraiment le comble.
Les économies faibles de la Zone Euro sont en train de dépérir à cause de la concurrence des économies les plus fortes, allemande et française surtout, auquels elle ne sont pas en mesure de tenir tête.
Les bénéfices réalisées par les entreprises de ces économies fortes dans les pays en crise ont été reinvestis en dehors de la Zone Euro. 50% de chômage des jeunes en Espagne et Portugal en sont la preuve, l'Italie ne vient pas loin derrière avec 30%, alors quand on me parle de moteur de l'Europ cela me fait rire le ventre!
Pour mémoire, ce sont surtout des entreprises allemandes et françaises qui ont exporté à tout va vers la Grèce et à crédit surtout. ètouffant ainsi l'économie Greque naissante.
Le problème de la Zone Euro c'est l'alliance des plus fort pour profiter des faibles.
Et il faudra payer pour cette faute, croyez moi sur parole.
a écrit le 23/02/2012 à 15:35 :
On est mal barré. Dans l'histoire récente, les seuls pays qui ont réussi à sortir d'une situation d'endettement colossal sont des pays qui pouvaient s'appuyer de de vigoureuses exportations de matières premières (Canada, Norvège) et/ou qui disposaient de grands marchés dynamiques susceptibles de tirer leurs exportations (cas de la Suède et du Danemark). Ainsi, même si ces pays réduisaient brutalement leur consommation intérieure (baisse dépenses publiques et privée) pour réduire l'endettement national, il y avait des relais de croissance. Ici nous n'avons ni l'un ni l'autre. Pas de matières premières, pas de marché qui puisse tirer la croissance (l'Allemagne refuse de relancer sa consommation et les pays émergents, protectionnistes, font tout pour ne pas acheter européen même quand c'est économiquement intéressant).
a écrit le 23/02/2012 à 14:40 :
La "rilance" de Madame Lagarde va venir nous sauver. Grâce à son FMI ...
a écrit le 23/02/2012 à 13:47 :
Très chère "rilance" de Madame Lagarde ... Que son nom soit sanctifié et que son règne arrive. D'ailleurs, il arrive au galop et j'espère qu'elle a les fonds, cette brave dame...
a écrit le 23/02/2012 à 13:38 :
La France est en récession, de surcroît la France est en déclin, la Désindustrialisation est d'une extrême gravité, et donc France est un gros boulet pour l'Europe.
a écrit le 23/02/2012 à 13:16 :
La stagflation nous guette et c'est bien là le pire des maux.
Réponse de le 23/02/2012 à 16:41 :
tout à fait
a écrit le 23/02/2012 à 12:40 :
Ne faut il pas que chacun prenne ses responsabilités on ne peux vivre a crédit même du cela parfois et contre tout attente stimule les économies puissantes et elles aussi souvent dans le rouge ! Ne serait il pas urgent de mettre a plat tout cela sachant que les pays emmergeant prennent un pouvoir temporaire Grace a leur puissante liquidité !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :