Les Brics veulent écarter les Américains de la présidence de la Banque mondiale

 |   |  388  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les principales puissances émergentes de la planète ont publiquement rejeté dimanche le principe selon lequel la présidence de la Banque mondiale revient de facto à une personnalité américaine et ont dit songer à présenter leur propre candidature lorsque le mandat de Robert Zoellick arrivera à échéance.

Les ministres des Finances de l'ensemble BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) se sont réunis ce week-end en marge du sommet du G20 organisé à Mexico et sont arrivés à la conclusion selon laquelle la présidence de la Banque mondiale, que Robert Zoellick quittera en juin, doit être ouverte à tous les pays. "Les candidatures devraient être fondées sur le mérite et non pas sur la nationalité", a déclaré à des journalistes le ministre brésilien des Finances Guido Mantega. Un autre responsable d'un pays membre de l'ensemble BRICS a déclaré qu'une réflexion serait engagée sur la pertinence d'une candidature commune en concurrence de celle qui sera proposée par les Etats-Unis. "C'est certainement une discussion que nous aurons", a-t-il dit.

Une règle tacite qui remonte à la fin de la seconde guerre mondiale veut que les Etats-Unis occupent la présidence de la Banque mondiale tandis que celle du Fonds monétaire international revient à un Européen. La question du maintien de cette règle s'est déjà posée lors du remplacement de Dominique Strauss-Kahn à la tête du FMI, alors que les puissances émergentes prennent une place de plus importante dans l'économie mondiale. La direction générale est finalement revenue à la Française Christine Lagarde.

"L'heure est venue de rompre avec les anciennes traditions voulant que les Etats-Unis et l'Union européennes se partagent les deux sièges et nous devons cette fois faire davantage d'efforts pour parvenir à un consensus", a déclaré le ministre sud-africain des Finances Pravin Gordhan. Robert Zoellick a prévenu en février qu'il ne solliciterait pas un deuxième mandat de cinq ans. Les pays ont jusqu'au 23 mars pour proposer leurs candidats à sa succession.

Les Etats-Unis ont indiqué qu'ils présenteraient un candidat mais ne se sont pas encore prononcés sur son nom. Les noms de l'ancien secrétaire américain au Trésor Lawrence Summers, de l'actuelle secrétaire d'Etat Hillary Clinton ou de l'ambassadrice américaine aux Nations Unies Susan Rice ont été évoqués. Le secrétariat d'Etat a toutefois indiqué qu'Hillary Clinton n'était pas intéressée par ce poste. La Banque mondiale est la principale institution mondiale chargée de fournir une aide au développement des pays les plus pauvres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/08/2012 à 23:59 :
Je trouves que les BRICS ont raison, faut arrêter de suivre le modèle américain. Vive le changement.
a écrit le 30/03/2012 à 19:54 :
Liberator n'a rien compris et La Tribune censure par crainte de la vérité.
Les BRICS se moquent de qui sera président de la banque mondiale ou du FMI.
Ce qu'ils veulent c'est remplacer ces institutions soumises aux USA et à l'U-E par un tout autre système ayant une autre monnaie d'échange. Cette union représente déjà près de la moitié de l'espèce humaine et de nombreuses autres nations veulent la rejoindre même en Europe ( Je ne dirais pas qui pour ne pas être censuré car à chaque fois que je mentionne ce pays mon commentaire disparait; donc j'ai raison!).
Il serait bon que nos décideurs commencent à s'inquiéter. C'est un voeux pieux...
Jean-Claude Meslin
a écrit le 27/02/2012 à 11:03 :
Bon c'est pas après-demain la veille que celà se produira.
Il faudrait d'abord que les BRICS se mettent d'accord sur un candidat unique, et que chacun ne veuillent pas imposer le sien: difficile.
Ensuite, il faudrait qu'ils rassemblent suffisamment de droits de votes, et là ça coince un peu: pour simplifier les droits de vote sont proportionnels aux contributions versées par les pays; jusqu'à aujourd'hui, c'est encore les US qui sont les premiers contributeurs, suivi par l'Europe (rassemblée et qui réussit à se mettre d'accord). Les BRICS sont loin derrière. Le système est le même qu'au FMI: le pouvoir appartient à ceux qui mettent l'argent dans le système: c'est logique.
a écrit le 27/02/2012 à 10:55 :
ahahah je me marre. Ils se croient chez les bisounours la. Le "merite". Et pourquoi pas les competences aussi ?
a écrit le 27/02/2012 à 8:46 :
Ceci annonce la fin de l'hégémonie américaine au niveau mondiale. Le rééquilibrage des anciennes et nouvelles puissances ne se fera pas sans laisser de plumes. Surtout pour les anciennes et notamment pour les Etats-unis. Le "American way of life" est aller dans le mur.
a écrit le 27/02/2012 à 8:11 :
Ca veut dire quoi exactement le terme " brics"
Réponse de le 27/02/2012 à 8:42 :
Brésil, Russie, Inde, Chine, South Africa = BRICS
a écrit le 27/02/2012 à 6:52 :
Ils ont enfin décidé de tenir tête aux USA qui n'y comprennent plus rien avec keur modèle de société totalement mort. Bravo aux BRICS de prendre leur destin en main et arrêter cette tutelle, il était temps !
a écrit le 27/02/2012 à 5:36 :
La banque mondiale a un excellent numero deux, Madame Sri Mulyani, qyui a fait ses preuves en Indonesie . Elle devrait etre nommee en charge de cet organisme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :