Combien gagne un patron suisse ?

 |   |  451  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
En 2011, les patrons suisses ont gagné en moyenne 3,8 millions de francs (3,14 millions d'euros). Selon le cabinet de conseil HKP, la part des rémunérations en actions a augmenté l'an dernier. Un article de notre partenaire Le Temps.

Les salaires des patrons en Suisse se sont établis à nouveau en légère hausse en 2011, sans toutefois revenir à l'euphorie de la période d'avant la crise financière. L'an dernier, les rémunérations des directeurs des 50 plus grandes entreprises cotées ont atteint en moyenne 3,8 millions de francs (3,14 millions d'euros) en hausse de 1% sur un an. Ces données ressortent d'une première évaluation réalisée par la société de conseil Hostettler Kramarsch Partner (HKP), spécialiste des questions de rémunérations.

Sans surprise, les trois premières places du podium sont occupées par les directeurs des trois poids lourds du SMI: Joseph Jimenez de Novartis a gagné 15,5 millions (12,7 millions en 2010), suivi par Severin Schwan chez Roche avec 12,3 millions (11,6 millions), puis Paul Bulcke de Nestlé avec 10,3 millions (11,3 millions). Le groupe vaudois a quant à lui publié un chiffre de 9,8 millions. L'apparition d'Ernst Tanner, directeur de Lindt, en quatrième place du classement avec une rémunération totale de 9,5 millions (8,4 millions), est elle plus inattendue. En comparaison, les directeurs des 30 plus grandes entreprises du DAX allemand ont gagné 4,6 millions d'euros en 2010.

Grandes disparités

Le classement établi par HKP est encore à prendre avec des pincettes car il n'inclut que les données publiées par 24 des 48 sociétés de l'indice SMI élargi (SMI Expanded). De plus, la valeur médiane de 3,8 millions de francs est largement influencée par les montants accordés aux dirigeants de quelques-unes des plus grandes sociétés du SMI. Selon une étude publiée par PwC, le salaire des dirigeants des 20 sociétés du SMI a atteint en 2010 près de 7,5 millions, alors que celui des 28 entreprises suivantes (SMIM) a été de 2,5 millions. Une étude de Towers Perrin incluant les 30 sociétés suisses de l'indice SLI indiquait une moyenne de 5,56 millions de francs pour 2010.

A noter aussi que les données des deux grandes banques UBS et Credit Suisse, publiées respectivement ce jeudi et le 23 mars, ne figurent pas encore dans la liste. En 2010, Brady Dougan, directeur de Credit Suisse, avait gagné 12,3 millions, tandis que Carsten Kengeter, directeur de la banque d'affaires d'UBS, avait lui reçu 9,3 millions.

En moyenne, le salaire de base a constitué 36% de la rémunération totale des directeurs en 2011, à quoi s'ajoutent la part variable en cash (24%), puis celle en actions (40%). Cette dernière part a elle-même été toujours plus souvent composée d'actions bloquées avec 31,5% ainsi que de titres dont l'attribution dépend de la performance de la société avec 16%. Les options sur actions ont elles perdu en importance avec 31%, contre 46% un an plus tôt.

Retrouvez cet article sur le site de notre partenaire Le Temps

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :