Le FMI suspend ses relations avec la Grèce jusqu'aux élections

 |   |  435  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le Fonds monétaire international annonce qu'il met entre parenthèses ses contacts avec Athènes jusqu'à ce qu'un nouveau gouvernement soit formé, ce qui n'aura pas lieu avant les prochaines élections législatives, le 17 juin.

Un mois de parenthèse pour la Grèce. Jusqu'aux prochaines élections législatives, après 10 jours de blocage politique, le Fonds monétaire international (FMI) renonce à ses contacts avec Athènes. "Nous attendons avec intérêt de prendre contact avec le nouveau gouvernement une fois qu'il aura été formé", a affirmé à la presse un porte-parole de l'institution, David Hawley qui fait référence à l'équipe qui sera formée après les prochains scrutins qui doivent être organisés le 17 juin. "L'essentiel est que notre mission (à Athènes) sera après les élections. Je n'ai pas de date spécifique", a-t-il poursuivi le porte-parole.

L'opinion de plus en plus défavorable à l'austérité

Le gouvernement intérimaire désigné hier par le président Carolos Papoulias ne disposera pas de parlement puisque celui-ci doit être dissous vendredi, conformément à la Constitution grecque. Or, sans lui, aucune nouvelle mesure parmi celles demandées par les créanciers du pays, dont le FMI fait partie, ne pourra être prise.De plus, le Fonds a insisté ces derniers mois pour dire qu'il souhaitait que son programme économique soit soutenu par l'opinion.

Mais celle-ci tend à se ranger du côté des partis anti-austérité comme le démontre de récents sondages. Gagne notamment du terrain le mouvement de gauche Syriza qui rejette le "mémorandum" sur les politiques de rigueur budgétaire souhaitées par le FMI ainsi que la Banque centrale et la Commission européennes.

Cette décision du FMI intervient après que sa directrice générale, Christine Lagarde, a laissé entendre que son organisation se préparait déjà à une sortie de la grèce de la zone euro. "Nous, au FMI , devons être techniquement prêts à tout, parce que c'est notre métier. Mais je ne suis pas en train de laisser entendre que c'est une solution souhaitable. Je dis seulement que parmi l'étendue des multiples possibilités, c'est l'une de celles que nous devons envisager", a-t-elle déclaré mercredi sur une télévision néerlandaise mercredi.Elle a en outre ajouté que cette éventualité serait "extrêmement" coûteuse, "et pas seulement pour la Grèce".

Un versement bloqué

Le Fonds a accordé en mars à Athènes un nouveau prêt de 28 milliards d'euros, succédant à celui de 30 milliards de mai 2010, dont deux tiers avaient été déboursés. Mais Il n'a versé que 1,6 milliard d'euros de ce nouveau prêt et doit attendre qu'une majorité soit formée au Parlement pour verser les 1,6 milliards supplémentaires qui auraient dû être débloqués fin mai.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/05/2012 à 6:32 :
Une bonne chose que cela... mais pour la Grèce. Et si le FMI et Banque Mondiale pouvaient ne plus jamais s'occuper de qui que ce soit, on en finirait peut-être avec ces spirales d'endettement illégitimes. Car, si on regarde l'histoire, même récente, les seuls pays qui ont réussi à sortir la tête de l'eau après s'être fait piégés par ces 2 "chevaux de Troie" de la finance, sont ceux qui ont les ont mis à la porte. Venezuela, Bolivie, Equateur, Argentine...
Petit cours de rattrapage pour ceux qui croient encore que ces instances internationales veulent le bien des peuples...
http://www.youtube.com/watch?v=3z8fsmFlOaE (sous titres français dispos en cliquant sur la touche CC en bas à droite du trailer)
a écrit le 18/05/2012 à 22:51 :
il est temps de lacher ce pays ou la fraude va prendre de plus en plus d'ampleur.en effet, lorsque les taux d'imposition augmentent inconsiderement,les gens cherchent à s'affranchir du paiement de certaines taxes et vous avez beau augmenter et encore augmenter,l'argent arrive de moins en moins dans les caisses de l'état.c'est bien Chirac qui avait dit que trop d'impot tue l'impot.il est plus que temps de stopper cette plaisanterie qui va nous couter fort cher si on attend encore plusieurs mois ou années,au risque de forts troubles sociaux dans nos pays dit riche.
a écrit le 18/05/2012 à 16:36 :
Un faux prétexte qui en vaut un autre. Comme les élections risquent de tourner en eau de boudin, c'est un bail de spirale en forme de faillite qui s'annonce pour le pays. Premier sur la liste des mises sous tutelle, il devra vendre tous ses actifs. Quel chef d'entreprise en effet sortirait de sa cachette de paradis son bel argent pour sauver son entreprise en déconfiture faute de crédit au risque de tout perdre ? Il se diront tous que la fête est finie et iront chercher fortune aux USA ou au Brésil. Ainsi meurt la Grèce.
a écrit le 18/05/2012 à 11:29 :
L' Allemagne sonne le glas de la Grèce de la zone euro, et celle de l'euro tel que l'on connaît ! La messe est dite ! Le deuxieme semestre de 2012 va être foudroyant !
a écrit le 18/05/2012 à 9:59 :
quand on voit votre censure [qui n est pas legale] c est pas la tribune , le nom qui convient pour cette feuille de moux ou de choux, vous devriez l appeler "La Soupente"
a écrit le 18/05/2012 à 9:45 :
l'europe affame un peuple pour faire un exemple.
Et ne comprend pas qu'il se révolte et se tourne vers les extrèmes.
Apres à qui le tour ?
a écrit le 18/05/2012 à 7:04 :
Ils nous disent qu'ils versent des dizaines de millards d'euros mais seulement quelques uns sont versés ou vont les autres? Ne sont-ils pas fictif?
Si la GRECE sort de l'EURO il faut que un drachme égale un euro.
Réponse de le 18/05/2012 à 8:27 :
Un drachme égal un euro, mais pour combien de temps ? ce ne sont pas les grecs qui vont décider de la valeur de leur monnaie par rapport aux autres. Ou alors c'est l'hyper inflation.
a écrit le 17/05/2012 à 22:37 :
Le 1er juillet prochain la Grèce devrait retrouver son drachme et sortir en même temps de l'UE. Le divorce est inéluctable. Que les autres cigales en prennent de la graine.
Réponse de le 18/05/2012 à 1:16 :
Bien d'accord avec vous, esperons que notre nouveau super gouvernement le comprenne mais rien n'est moins sur!!!
a écrit le 17/05/2012 à 20:20 :
Enfin, les Grecs vont pouvoir décider de leur sort sans subir la pression des institutions internationales qui cherchent à imposer leur loi.

Pour savoir ce qui se passe en Grèce, depuis Athènes
http://retoureneurope.blogspot.co.uk/
a écrit le 17/05/2012 à 20:00 :
Timeo Danaos et dona ferentes ! Que les successeurs du tonneau des Danaïdes quittent l' Euro !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :