La fin du rêve de "paix économique" de Benjamin Netanyahu

 |   |  497  mots
Copyright AFP
Copyright AFP
Benjamin Netanyahu a réclamé l'aide du FMI pour l'autorité palestinienne au bord de la faillite. Le refus de l'institution internationale met à mal la stratégie de "paix économique" du premier ministre israélien.

  Le rêve d'une « paix économique » avec les Palestiniens caressé par Benjamin Netanyahu menace de s'écrouler. Signe des temps : le Premier ministre israélien a pris l'initiative sans précédent de demander un prêt d'un milliard de dollars au FMI au profit de l'Autorité palestinienne, qui se trouve pratiquement en état de cessation de paiements à la suite de la chute de l'aide internationale. Cette démarche, qui a été rejetée, traduit la profonde inquiétude de l'Etat hébreu face aux menaces d'une nouvelle Intifada.

La stratégie économique de Benjamin Nethanyahu


Benjamin Netanyahu espérait en effet que les habitants de Cisjordanie se contenteraient d'une élévation de leur niveau de vie et renonceraient à la violence pour obtenir des concessions politiques en vue de la création d'un Etat palestinien viable. Cette formule a marché tant bien que mal ces dernières années. Sur le terrain, l'armée israélienne a levé la plupart des centaines de barrages routiers établis en Cisjordanie pour favoriser les déplacement des biens et des personnes. L'Etat hébreu a permis le déploiement de milliers de policiers palestiniens dans les villes de Cisjordanie pour imposer l'ordre et la loi aux groupes armés palestiniens qui semaient le chaos et rassurer ainsi les investisseurs privés. Résultat : la Cisjordanie a connu une période de croissance qui a grimpé jusqu'à 9% par an. Mais cette prospérité est restée très fragile.

Crise financière en Palestine


Pour boucler son budget et régler la paye de plus de 150.000 fonctionnaires, l'Autorité palestinienne est totalement dépendante de l'aide internationale. Or les pays pétroliers du Golfe notamment rechignent de plus en plus à assurer ses fins de mois. Résultat : l'Autorité palestinienne traverse la pire crise financière de son existence depuis sa création en 1994 avec un taux d'endettement record auprès des banques locales, qui refusent désormais d'accorder la moindre ligne de crédit supplémentaire. Très conscient des risques de banqueroute, Benjamin Netanyahu a demandé à Stanley Fischer le gouverneur de la Banque d'Israël de jouer de ses relations auprès du FMI pour obtenir un prêt relais au profit de l'Autorité palestinienne en se portant garant pour le remboursement. Mais le FMI n'a pas voulu créer de précédent en octroyant un prêt à une entité non étatique telle que l'Autorité palestinienne.

Refus du FMI de mauvais augure


Pour Israël, ce refus est de mauvais augures. Depuis que les Palestiniens vivent sous un régime d'autonomie, l'Etat hébreu n'a plus eu à gérer et à financer les besoins de la population palestinienne pour l'éducation, la santé, l'entretien des routes, des réseaux électriques et de distribution d'eau. Si l'Autorité palestinienne est mise en faillite, l'Etat hébreu pourrait être contraint de reprendre en charge toutes ces dépenses, sans compter les menaces de reprise des violences politiques qu'une crise sociale ne manquerait pas d'attiser.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2012 à 18:01 :
Article d'une très grande pertinence. Les pays arabes et européens ont raison de ne plus soutenir financièrement l'Autorité palestinienne. C'est maintenant l'Etat d'Israël qui devra mettre la main au portefeuille.Elle ne veut pas d'une Palestine indépendante! Alors qu'elle assume.
a écrit le 03/07/2012 à 10:48 :
Qu'Israel commenceme par reconstruire tout ce qu elle a cassé. On en a marre de payer pour des projets qu elle détruit à coup de bombardement.
a écrit le 03/07/2012 à 10:39 :
Lorsque les politiques auront compris qu'il y a qu'une seule humanité créé par dieu, alors la paix sera au rendez-vous.
A t-on mis les chats noirs en camps de concentration et laissé les chats blancs en liberté de part leur seule couleur ?
a écrit le 03/07/2012 à 8:59 :
"Qui casse, paie", c'est mon grand pere qui m'appris cela.
a écrit le 03/07/2012 à 7:24 :
Il ne fallait pas casser au bulldozer les infrastructures payées par les autres pays.
Heureusement, Israël est un pays riche qui va pouvoir subvenir aux besoins des ces (ses) populations.
Allez Bibi, un petit effort.
Réponse de le 03/07/2012 à 13:57 :
OUPS ....MAIS OUI MAIS OUI C EST CELA
Réponse de le 03/07/2012 à 14:38 :
Israël, un pays riche ? Parlez-en aux 29% d'Israéliens (Juifs et Arabes, si vous vous posiez la question) menacés de pauvreté. À titre de comparaison, le chiffre est de 13,5% en France (Eurostat, 2010).
Réponse de le 04/07/2012 à 0:08 :
Vous pouvez sûrement nous sortir cette statistique pour les Palestiniens?
Réponse de le 06/07/2012 à 12:31 :
Faut arrêter avec vos commentaires haineux envers un petit Etat qui ne demande u'à vivre en pais...
Avez vous déjà écouté les arguments des israëliens ? Non car vous n'avez écouté qu'un son de cloche...Comme c'est facile, et après vous dites les "pauvres palestiniens". Avez vous déjà vu les programmes de propagande à la télévision palestinienne où l'on bourre la tête des enfants palestiniens en leur parlant du Protocole des sages de sion et bien évidemment ces programmes disent qu'il faut massacrer les Yehudi autrement dit les Juifs alors arrêtez de parler bête et renseignez vous un peu mieux avant d'avancer des choses complètement fausses et aberrantes, peut être que cela conduira par la suite à une paix durable !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :