Japon : la production industrielle a reculé en juin

 |   |  423  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Pour le troisième mois consécutif, la production industrielle a diminué en juin au Japon, de 0,1% par rapport à mai et de 2,0% sur un an, principalement en raison de la mauvaise santé du secteur automobile. Un chiffre qui va à l'encontre des prévisions des analystes et du ministère de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie qui anticipaient un rebond de l'activité.

La production industrielle du Japon a baissé de 0,1% en juin par rapport à mai alors que le marché tablait sur une hausse, selon des chiffres publiés lundi par le ministère de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie (Meti). Il s'agit du troisième recul mensuel d'affilée. Il constitue une surprise à la fois pour les analystes interrogés par Dow Jones Newswires, qui s'attendaient en moyenne à une augmentation de 1,6%, et pour le Meti qui tablait pour sa part sur un rebond de 2,7%.

"La production industrielle semble stable", a indiqué le ministère dans son rapport mensuel. Un mois plus tôt, le Meti estimait au contraire que la production était en train d'amorcer une reprise. Sur un an, la production japonaise s'est repliée de 2,0%. Par rapport à mai, les livraisons de produits industriels ont baissé de 1,5% en juin tandis que les stocks ont diminué de 1,4%. Le recul s'explique principalement par une diminution de la production d'automobiles, d'équipements de fabrication de semi-conducteurs et de pièces en acier destinées à l'automobile, a ajouté le ministère.

Comme au cours des deux mois précédents, le coup de frein à la production automobile, principal facteur derrière la baisse de la production industrielle, résulte de la fin prochaine d'un programme gouvernemental de subventions à l'achat de voitures respectueuses de l'environnement au Japon, ainsi que de la morosité des marchés étrangers. De plus, les industriels doivent composer avec les économies d'énergie que leur demandent de faire les autorités pour éviter une pénurie d'électricité, alors que la quasi-totalité des 50 réacteurs nucléaires du Japon sont à l'arrêt pour maintenance ou par précaution après la catastrophe de Fukushima.

"Le rythme de la croissance économique est beaucoup plus faible que ce que le gouvernement et la Banque du Japon veulent nous faire croire. Toute reprise ne sera que temporaire, et l'économie continuera de stagner pendant des mois", a prédit Satoshi Osanai, économiste à l'Institut de recherche Daiwa, cité par Dow Jones Newswires. Selon Naoki Murakami, économiste à la maison de courtage Monex, les exportations d'automobiles vers les Etats-Unis, principal moteur de la production industrielle japonaise jusqu'au printemps, sont en train de faiblir. "Il faudra faire attention aux avertissements sur résultat que pourraient lancer les grands constructeurs quand ils annonceront leurs performances trimestrielles cette semaine", a-t-il averti.

Le Meti s'attend à ce que la production industrielle rebondisse de 4,5% en juillet, portée par un accroissement des commandes de composants électroniques et de machinerie, avant de reculer de 0,6% en août.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/07/2012 à 11:32 :
Qui veut encore du "made in Japan" après Fukushima?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :