Les prochaines semaines "cruciales" pour la Grèce

 |   |  507  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dans une interview au quotidien Ethnos, le ministre grec des Finances Yannis Stournaras a déclaré que les prochaines semaines seraient "cruciales" pour le maintien du pays dans la zone Euro, si de nouvelles économies, réclamées par les créanciers UE et FMI, ne sont pas adoptées.

Tout en reconnaissant que les Grecs ont subi "d'importants sacrifices", Yannis Stournaras, le ministre grec des Finances, a souligné que "les prochaines semaines seraient cruciales pour la survie du pays, car des choix différents de ceux que la logique impose pourraient nous conduire à une faillite et à sortir de la zone euro". Dans l'interview donné au quitidien grec Ethnos, il a rappelé : "le pays s'est engagé à procéder à une série de mesures et de réformes pour redresser l'économie et écarter définitivement la menace de la faillite".

Le ministre a entamé dimanche 5 août à Athènes des entretiens avec les experts des créanciers de la troïka, Poul Thomsen (FMI), Klaus Masuch (BCE), et Matthias Mors (UE), pour finaliser les économies de 11,5 milliards d'euros pour 2013 et 2014. Est également présent à cette réunion le ministre de l'Emploi, Yiannis Vroutsis, dont le ministère doit subir d'importantes économies. "Il y a un effort sérieux" pour arriver à un accord, a reconnu une source du ministère des Finances au début de cette réunion, soulignant que le climat était "bon".

Les experts de la troïka pressent depuis deux semaines le gouvernement grec de coalition droite-gauche d'adopter de nouvelles réductions dans les dépenses publiques, incluant des coupes dans salaires et retraites. Ces mesures sont une condition préalable, selon les créanciers, pour débloquer le versement à la Grèce d'une tranche de 31,5 milliards d'euros en septembre, provenant du deuxième prêt de 130 milliards d'euros accordé en hiver. "Le paquet de mesures qu'on essaie d'élaborer vise à la rationalisation des dépenses publiques d'une manière juste (...) visant à regagner notre crédibilité", a noté M. Stournaras. Le ministre espère que le pays pourra sortir de la grave récession via "l'accélération des privatisations et des réformes structurelles", réclamées également par la troïka.

En raison du manque de liquidités et d'une obligation de la BCE qui arrive à échéance le 20 août, le vice-ministre des Finances, Christos Staïkouras a, de son côté, indiqué que "parmi les solutions alternatives que le gouvernement étudie en coopération avec les créanciers, est l'augmentation de la somme des bons du trésor que le pays doit émettre au mois d'août. "La situation va rester cruciale jusqu'en septembre lors de la publication du rapport de la troïka sur l'économie grecque", a-t-il souligné, en espérant que les conclusions de ce rapport seraient "positives" pour débloquer la tranche du prêt attendue par Athènes. Le ministère des Finances envisagerait "l'émission d'une valeur de 6 milliards d'euros après l'accord avec la BCE. Selon le quotidien Elefthéros Typos, le Premier ministre conservateur Antonis Samaras, en tête d'un gouvernement de coalition avec les socialistes Pasok et la Gauche démocratique (Dimar), estime que ces mesures permettront d'entamer des négociations avec les créanciers pour demander un nouveau délai de deux ans", jusqu'en 2016, pour l'ajustement budgétaire du pays.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/08/2012 à 8:47 :
Titre permanent trouver autre chose.
Réponse de le 06/08/2012 à 10:37 :
c'est vrai qu'on commence à s'habituermais peut être y a t il cruciales ET/ou cruciales ! suspens or not suspens?
a écrit le 05/08/2012 à 20:47 :
et le cadastre pour les impots fonciers et les droits de mutation ? et les réformes constitutionnelles pour imposer l'église et les armateurs? et les économies sur le budget de l'armée ? ... diminuer le salaire des fonctionnaires c'est plus facile... cela évite de licencier le neveu de tel ou tel ministre... la Grèce n'amorce toujours pas de changement radical alors que les serpents sifflent sur nos têtes...
Réponse de le 05/08/2012 à 21:57 :
Bon, ça fait combien d'années qu'on nious dit que la semaine prochaine sera une semaine cruciale pour la Grèce :-) ce rabâchage ressemble à du Sarko bis :-) mais lui au moins il agissait puisqu'on en est toujours au même point dans ce dossier :-)
Réponse de le 06/08/2012 à 10:38 :
la preuve qu'il a brassé du vent puisqu'on en est toujours au même point !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :