Moscou caresse l'idée d'une banque centrale vassalisée

 |   |  595  mots
la Banque centrale de Russie. Copyright Reuters
la Banque centrale de Russie. Copyright Reuters
Un projet de loi venant du parti du pouvoir préconise que les taux directeurs et la composition des réserves en devise soient dictés par le gouvernement.

Le parti Russie Unie ne s?était jusqu?ici pas distingué par des projets de loi aussi radicaux en terme de politique économique. Le projet de loi présenté au parlement, le jour même où la Russie intègre l?OMC après 18 années de négociations, stipule que la Banque Centrale de Russie se transforme en banque d?Etat et perd un certain nombre de ses prérogatives. De quoi faire perdre le sommeil à bon nombre d?économistes libéraux, mais aussi à une grande partie de la population si, en conséquence, le rouble voit sa valeur divisée par deux par rapport au dollar.

"Nationalisation de l'économie russe"


L?un des auteurs du projet de loi, le député Evgueni Fedorov, clarifiait hier sur les ondes de Radio Kommersant les objectifs de cette mesure. Il s?agit de rabaisser le taux de refinancement à 1% [il est depuis décembre dernier fixé à 8%] afin d?inciter les entreprises russes à remplacer les crédits qu?elles prennent en devises auprès de banques étrangères à des taux de 2 à 4% par des crédits à des taux analogues auprès de banques russes. « En Russie, il n?existe pas d?accès à des crédits normaux à cause de la manière dont fonctionne le système. Cela permettra d?augmenter la masse des liquidités dans notre pays et de recevoir ainsi des investissements supplémentaires pour notre économie », explique ce membre du comité pour le budget et les impôts du parlement russe. Dans les cinq à dix ans à venir, la masse monétaire s?enrichirait de 110 000 milliards de roubles (soit 2762 milliards d?euros). « Il s?agit pratiquement d?une nationalisation de l?économie russe », conclut le député. Avec une inévitable pointe de patriotisme, il affirme que la masse monétaire aidera l?industrie et les intérêts russes au lieu de financer le budget des Etats-Unis et des Européens.

Pari aventureux de Russie Unie


En principe, une telle politique aurait pour résultat immédiat une brutale dévaluation du rouble, une disparition du dollar (selon le principe de « la mauvaise monnaie chasse la bonne ») et une explosion de l?inflation. Mais pour Evgueni Fedorov, rien de tout cela ne va arriver. « Nous changeons simplement les mécanismes domestiques de l?économie russe. Tous les autres paramètres restent les mêmes, ce qui signifie que nous continuons à vendre nos ressources [naturelles] à l?étranger tout en achetant des dollars ». Seule la proportion de roubles augmentera dans la masse monétaire circulant en Russie, sans provoquer d?inflation (qui est aujourd?hui légèrement supérieure à 6%). Le taux de refinancement d?une banque centrale doit être légèrement supérieur au taux d?inflation, stipule le dogme en vigueur à peu près partout. Les députés de Russie Unie font le pari ? pour le moins aventureux ? que les hommes d?affaires russes vont cesser du jour au lendemain (dès que le taux de refinancement sera tombé à 1%) de placer leur argent en sécurité à l?étranger. Et vont investir chez eux.

Les économistes effrayés


Les réactions d?économistes au projet de loi ont abouti à un consensus : ce serait une catastrophe. Mais les motifs réels des députés seraient tout autres. Il s?agirait d?une mascarade destinant à prouver que les parlementaires de la majorité font leur travail en proposant des lois. Depuis le début du règne de Vladimir Poutine, la quasi totalité des lois adoptées vient en réalité tout droit du Kremlin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/08/2013 à 19:33 :
C EST VRAIS NOUS N AVONS PAS DE LECON A LEUR DONNE? S IL BAISSE LA VALEUR DE LEUR MONNAIE CA PEUT RELANCE LEUR ECONOMIES ET VENDRE PLUS SUR LE MARCHE INTERNATIONNALE,,???
a écrit le 24/08/2012 à 20:17 :
le journaliste ne fait qu'obéir à ses maîtres , un peu de compassion messieurs ! LOL
a écrit le 23/08/2012 à 16:51 :
@ Monsieur le journaliste : pourquoi un adjectif aussi péjoratif pour le projet russe ??? les banques centrales du japon, de l'angleterre, des USA par exemple ne sont pas des modèles d'indépendance !!
a écrit le 23/08/2012 à 4:25 :
Ah parce qu'avec ce que nous faisons nous avons des leçons à donner? C'est une rigolade, non?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :