L'Australie découvre 262 milliards d'euros supplémentaires dans ses comptes

 |   |  136  mots
Vue de Kirribilli dans la banlieue de Sydney. Les Australiens ont la réputation de rembourser plus rapidement que les autres pays riches leurs emprunts bancaires. Une prévoyance précieuse en cas de crise. Copyright Reuters
Vue de Kirribilli dans la banlieue de Sydney. Les Australiens ont la réputation de rembourser plus rapidement que les autres pays riches leurs emprunts bancaires. Une prévoyance précieuse en cas de crise. Copyright Reuters
325 milliards de dollars australiens, soit 261,5 milliards d'euros, c'est la revalorisation du montant des actifs financiers détenus par l'Australie qu'a mise à jour un employé du Bureau des statistiques australien.

Certains gouvernements européens aimeraient avoir une aussi bonne suprise dans les comptes de la nation ! En Australie, le dernier bulletin trimestriel du Bureau des statistiques, l'équivalent de notre Insee, fait état d'une révision à la hausse de 325 milliards de dollars australiens (261,5 milliards d'euros) du total des actifs financiers détenus par le pays qui atteignent désormais 3.100 milliards de dollars australiens (2.494 milliards d'euros)...

Cette manne représente de facto un enrichissement soudain pour chaque Australien de 11.570 euros.

"Le bulletin intègre de nouvelles estimations de la richesse des ménages qui prend en comtpe des actions et autres actifs financiers ainsi que des actions d'entreprises non financière", justifient les rédacteurs.

Depuis la fin 2007, et sous l'effet de la crise financière de 2008, les dépôts bancaires ont augmenté de 60% en Australie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2012 à 7:16 :
Le chiffrage comprend-t-il les actifs toxiques... Il y en a certainement !
a écrit le 02/10/2012 à 0:52 :
Et hop, encore un titre trompeur. Il s'agit des actifs détenus par les agents économiques, pas par l'Australie en tant qu'état. Même si cela était le cas en Grèce ou en Espagne ça n'aurait donc aucun impact sur la dette, le déficit etc.... sauf peut être à y trouver un élargissement de l'assiette fiscale.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :