Ce club très select des pays qui ont encore leurs "triple A"

 |   |  681  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Douze pays conservent encore la note maximale auprès des trois grandes agences de notation: Moody's, Fitch et Standard & Poor's. Tour du monde des bons élèves de la dette souveraine.

Ils sont douze. Douze pays privilégiés encore notés ?Triple A? par les trois principales agences notation financière. La France était déjà sortie de ce club en janvier 2012 lorsque Standard & Poor's l'avait épinglée. Avec la décision de Moody?s, lundi 19 novembre au soir, de dégrader la note de sa dette souveraine, elle s?en éloigne encore un peu. Quels pays figurent encore dans ce groupe très fermé de ceux dont la dette souveraine est jugée la plus fiable par ces trois organismes qui appliquent chacun des critères différents. Et quels sont ceux qui risquent d?en être exclus? Passage en revue de ces ?bons élèves? au yeux des agences Moody?s, Fitch et Standard and Poor?s.

Les membres du club? et qui devraient le rester

Sur les douze pays encore détenteurs de trois ?Triple A?, neuf sont situés sur le continent européen. Parmi eux, il existe un club encore plus fermé. Il s?agit des 8 dont les notes sont assorties de perspectives ?stables?. A noter: les pays scandinaves y figurent tous.

? La Finlande

La Finlande est le seul pays de la zone euro qui figure dans ce ?club? des bons élèves dont la note AAA est assortie d?une perspective ?stable?.

? La Suède

Avec une prévision de croissance pour 2012 estimée à 1,6% et un niveau de dette publique inférieur à 50% de son produit intérieur brut au deuxième trimestre selon Eurostat, le Suède n?a pas à craindre d?être exclue du ?club? des Triple A.

? La Norvège

Les Norvégiens bénéficient de l?un des PIB par habitant les plus élevés de la planète et des ressources qui lui évitent d'avoir à s'endetter. ?Bien que la production de pétrole semble avoir atteint un pic, avec environ la moitié des ressources déjà extraites, la production de gaz naturel continue de croître?, observait ainsi Moody?s dans le communiqué accompagnant la confirmation de sa note publiée en août dernier.

? Le Danemark

Le Danemark est entré en récession au deuxième trimestre avec un PIB en recul de 0,4%. Son niveau de dette en revanche, reste parmi les plus faibles d?Europe.

? La Suisse

Sur le marché de la dette souveraine, la Suisse achète. Depuis le début de la crise en Europe, la confédération helvétique aurait massivement soutenu la dette émise par plusieurs de ses voisins dont la France. Une étude de Standard and Poor?s publiée fin septembre montrait ce mouvement.

? L'Australie

L?Australie, très bien notée, est le seul pays dans lequel une agence ? en l?occurrence S& P - a été condamnée pour ?notation trompeuse?.

? Le Canada

En mars, le Canada en pleine croissance présentait un budget d?austérité. Le pays avait été le dernier à entrer en récession et le premier à en sortir lors de la crise de 2008.

? Singapour
 

Ceux qui risquent de sortir du "club"

Quatre autres pays obtiennent encore la note maximale auprès de Fitch, Moody?s et Standard & Poor?s. Toutefois, ils risquent d?en perdre une. En effet pour chacun d?eux, au moins une de ces agences a assortie cette notation d?une perspective négative.

Pays perspective stable perspective négative
Allemagne Fitch, S&P Moody?s
Luxembourg Fitch Moody's, S&P
Pays-Bas S&P Fitch Moody's, S&P
Royaume-Uni S&P Moody's, Fitch

 

Ceux qui ont perdu un Triple A

Par ailleurs, comme la France, certains pays ont quitté le club. Il s?agit de :

? l'Autriche, notée AA+ chez S&P depuis janvier et toujours AAA chez Fitch et Moody's.
? Les Etats-Unis, notés AA+ chez S&P depuis l'été 2011 et AAA chez Fitch et Moody's.

D?autres enfin, ont au moins un "Triple A". C?est le cas par exemple de la Nouvelle Zélande et de l?Île de Man chez Moody?s, de l?Autriche chez Fitch.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/11/2012 à 14:53 :
Les prêts sont un peu comme les promesses des politiques, ils n'engagent que ceux qui les octroient. Le jour où la France décidera de ne plus payer les intérêts (scandaleux!) de la dette aux banques privées étrangères et spéculateurs étrangers (ce que la France a tout à fait le droit de faire!!), celles-ci n'auront que les yeux pour pleurer et les AAA, BBB ou CON n'auront plus aucune importance.
Réponse de le 20/11/2012 à 15:17 :
Intérêt scandaleux quand la France emprunte à des taux négatifs à 9 mois ?
Intérêt scandaleux, quand les taux pour la dette à 10 ans sont des 2% soit exactement égaux à l'inflation et n'ayant donc aucun intérêt réel ?

Les taux d'intérêts que paie la France sont au contraire ridiculement bas. Et je ne vois pas en quoi il serait scandaleux que les banques obtiennent des intérêts en échange de l'argent qu'elles prêtent à la France. En effet, la dette à court terme de la France est assortie d'un taux d'intérêt plus faible encore que les prêts de la BCE aux banques.
Réponse de le 21/11/2012 à 11:39 :
* Les taux sont certes faibles actuellement, mais cela ne concerne que les émissions actuelles dans une période de crise où la France bénéficie de l'attrait technique d'une des "moins mauvaises notes" de la zone euro.

* La France paye actuellement des intérêts beaucoup plus élevés sur les emprunts qu'elle a réalisés dans le passé et qu'elle va continuer de rembourser encore longtemps.

* Les taux, même faibles, sont historiquement très élevés puisqu'il est très récent qu'un état doive payer des intérêts sur des emprunts dans sa monnaie nationale. Le "scandaleux" de FatCat est un jugement sur cette privatisation du service de la dette largement compréhensible.

* Par ailleurs, les taux d'intérêts sur les emprunts d'état ont historiquement presque toujours été inférieurs à l'inflation (taux réel négatifs). La situation actuelle de "stagflation" est rare historiquement.
a écrit le 20/11/2012 à 14:28 :
Lire ceci pour comprendre, la France et les français pourrait s'en inspirer.

http://agefi.com/dossiers/hollande-en-suisse.html
a écrit le 20/11/2012 à 13:35 :
Notons que le PIB (2011) de l'ensemble des pays membres de ce «club des AAA», soit 3,8 mille milliards de dollars reste bien léger pour les transformer en pivots des marchés des taux...
Ainsi, pour cadrer la perspective, et par comparaison, la France et l'Allemagne a elles seules ont généré ensemble en 2011 un PIB total bien supérieur, soit 5 mille milliards de dollars...
Réponse de le 20/11/2012 à 15:22 :
le PIB est une notion qu'on utilise quand ça arrange. Si c?était LE critère pour en faire un pays important ou non, la Suisse serait membre du G20, par exemple puisque c'est le 19ème PIB mondial (pas mal pour 7 millions d'habitants). Alors le PIB de l'Allemagne et de la France qui est ce qu'il est grâce à des dizaines d'années d'emprunts et de dévaluations et une croissance basée sur la subvention massive...
Réponse de le 20/11/2012 à 17:39 :
@ minaccia:...Mon propos, ne vise pas une question d'«importance» ou de «prestige», mais, plutôt les limites pratiques pour les économies de ces pays d'absorber utilement des volumes disproportionnés de capitaux erratiques à la recherche de la sécurité «maximale»... Tout producteur de foie-gras sait qu'il y a une limite à ce qu'un canard peut avaler et digérer!...
a écrit le 20/11/2012 à 13:30 :
Quand je pense qu'on se prive de la possibilité de voir ce que le sous-sol contient de gaz de schistes! Excepté la Suisse et le Danemark, tous les autres sont riches en matières premières.
Sans parler d'exploitation à la mode US, on doit impérativement voir, s'il y a un potentiel, des méthodes d'extraction correctes écologiquement et économiquement parlant.
Mais nos dirigeants (les anciens commes les actuels) ont baissé leur froc devant les khmers verts.
Réponse de le 21/11/2012 à 11:43 :
"Excepté la Suisse et le Danemark, tous les autres sont riches en matières premières".

FAUX. La Suisse et le Danemark sont richissimes en matières premières: la beauté de ces pays et la qualité de leur environnement préservé sont assurément l'une des raisons pour lesquelles les habitants s'y sentent bien, et il n'y a pas de plus grande richesse !
a écrit le 20/11/2012 à 13:05 :
Ca tourne au ridicule, non..?? Vu la socialisation des pertes qui a endetté l'ensemble des pays, il serait plus pertinent de se demander comment envisager un système radicalement différent. Mais bon. A priori, l'humain ne change que contraint car au bord du précipice.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :