Fitch dégrade de cinq crans la note de l'Argentine

 |   |  221  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
L'épée de Damoclès du défaut de paiement pèse sur le pays sud-américain qui doit rembourser une dette de plus de 4 millliars de dollars auprès de ses créanciers.

La note de Fitch sous-entend un probable défaut de paiement de l?Argentine, qui vient d'être condamnée à verser 1,33 milliard de dollars à des fonds spéculatifs. La note de l?Argentine est passée de ?B? à ?CC?. Jeudi 21 novembre, le juge fédéral de New York, Thomas Griesa avait ordonné à l?Argentine de verser 1,3 milliards de dollars à des créanciers récalcitrants, détenteurs de dette publique et qui avaient refusé un échange de titres après le défaut de paiement du pays en 2001. Cette somme vient s'ajouter à l'échéance du 15 décembre prochain de la dette rénégociée par Buenos Aires de 3,1 milliards de dollars. "Un seul paiement manqué (...) pourrait déclencher une cascade de défauts de paiement sur les tous les titres de dette émis sous le régime du droit international", estime l'agence Fitch. Le gouvernement argentin a annoncé qu?il allait faire appel du jugement new-yorkais. Le ministre de l?économie, Hernan Lorenzino affirme que la décision du juge Griesa est injuste. Buenos Aires refuse de payer un centime à ces fonds spéculatifs qu?elle qualifie de ?vautours?. Ces derniers cherchent à être remboursés à 100% là où la plupart des créanciers ont accepté une décote de 75% après la faillite du pays en 2001. (Source : AFP et Bloomberg)
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2012 à 0:51 :
L'emprise des banquiers new-yorkais sur ce pays est extraordinaire. Après avoir imposé une parité dollar et une privatisation massive des services publics argentins dans les années 90 ayant déclenché une crise financière et économique grave fin 2001, ils ont exploité la pauvreté des habitants pour se ruer sur les ressources naturelles, des centaines de milliers d'hectares, réserves d'eau, immobilier, industrie, etc. Malgré la faillite et des mesures de redressement douloureuses, l'Argentine a effectué un remboursement à la majorité des fonds spéculatifs dans sa monnaie (environ 40% dollar lors du réglement). Cependant, il semble qu'un certain nombre de ces fonds spéculatifs n'assument pas les risques liés à leur activité, ils multiplient les actions tous azimuts, à New York (pourtant incompétent), voire corrompent des juges africains. Par exemple, l'action menée par le fonds spéculatif NML (basé aux îles Caïman) qui est parvenu à soudoyer des juges du Ghana pour séquestrer un navire argentin, toujours immobilisé aujourd'hui ! Les informations concernant l'Amérique latine sont majoritairement centralisées à New York et parviennent incomplètes voire filtrées auprès de nos propres médias, peut-être pour éviter que des pays européens très exposés à ce type de fonds spéculatifs soient informés et prennent les mesures de protection nécessaires.
a écrit le 28/11/2012 à 8:19 :
Je suis entièrement d'accord avec l'Argentine. Qu'ils ne paient pas la note... Je pense vraiment qu'il est temps de consacrer ces milliards à l'éducation, la santé, la recherche, au droit à l'alimentation. Wall Street, La City et leurs clones n'ont qu'aller se faire voir.
Pour rappel, plus de 8900 milliards de dollars ont été investis pour sauver les banques. Vous ressentez tous les jours l'effet de ces recapitalisations dans la Tva et les impôts qui augmentent et qui grèvent votre budget. Mais qu'a fait le législateur pour contrôler les spéculateurs??? Rien, Nada, Niets. Seuls quelques pays d'Amérique du Sud ont réagi. Je ne comprends pas notre passivité face au holdup du millénaire. Le fond spéculatif à joué, il a perdu, qu'il assume ses pertes.
Réponse de le 28/11/2012 à 12:20 :
Je suis pas fan des 'fonds speculative' toutefois, on ne peut pas refuser de leur rembourse même pas un centime tandis qu'on a accepté de rembourser 25% aux autres. Sinon, ce n'est qu'un chantage et personne va jamais risque d'investir dans votre pays, donc pas dans l'interet même de l'Argentina - ni l'education, santé etc non plus. Bientôt, ils vont avoir encore mioins d'argent pour ces besoins.

Malheureusement pour les argentins, Kirschner est un incompetante et elle font des decisions débile qui vont couter cher sa pays.
a écrit le 28/11/2012 à 6:37 :
Il serait pertinent que Fitch n'oublie pas de se pencher sur le cas ahurissant de la France pour laquelle seuls Egan-Jones et Da-Gong ont donné une note exacte, c'est à dire BB-. Ah mais oui, j'oubliais que Fitch était la filiale d'une banque française. Enfin, cela ne devrait pas empêcher d'être honnête, non ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :