Et vous, vous allez aussi passer la "fin du monde" au Mexique ?

 |   |  1105  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>DR</small>)
Selon l'antique calendrier maya, la fin du monde surviendra le 21 décembre prochain. Optimistes malgré tout, les Mexicains en profi tent pour faire tourner à fond la machine à attraper les touristes désireux de s'amuser en faisant « comme si ». Objectif de toute cette mobilisation : redynamiser l'économie mexicaine.

À l'aéroport de Merida, capitale de l'État mexicain du Yucatán, une grande horloge digitale marque le décompte du temps restant avant la fi n de l'antique calendrier maya, prévue le 21°décembre prochain. La supposée prophétie de ce peuple légendaire, interprétée à tort comme la date de l'apocalypse, a fait le tour de la planète. L'occasion pour les États du sud-est du Mexique, berceau de l'énigmatique culture maya, de lancer une gigantesque opération touristique. Objectif : attirer 52 millions de visiteurs pour redynamiser un secteur miné par les crises internationales.
Baptisé « Mundo Maya 2012 », le programme des festivités débute ce vendredi 14 décembre. Cérémonies préhispaniques, spectacles folkloriques et autres ateliers gastronomiques sont prévus dans une zone de plus de 241.000 km2, où vivent encore les descendants de cette civilisation mésoaméricaine, née au troisième millénaire avant notre ère. La région maya comprend cinq États mexicains (Campeche, Chiapas, Quintana Roo, Tabasco et Yucatán) et quatre autres pays (Belize, Salvador, Guatemala et Honduras), tous associés aux événements organisés autour du 21 décembre.

« Une fin de cycle, ce n'est pas une catastrophe ! »
Un cycle de conférences sur le thème d'une « nouvelle ère » sera organisé au musée d'anthropologie de Villahermosa, capitale de l'État de Tabasco, pour mieux comprendre les mystères des Mayas, réputés pour leurs connaissances en astronomie. Le lieu abrite la fameuse stèle qui a inspiré les spéculations sur la fin du monde. Connue comme le « monument 6 d'El Tortuguero », cette énorme pierre, taillée vers l'an 699, relate la vie et les batailles d'un seigneur, faisant référence à la date du 21 ou du 23 décembre, selon les versions. Ce jour correspond à la fi n d'un décompte long de 5.125ans.
« Les Mayas n'ont pas annoncé la fi n du monde, mais juste la fi n d'un cycle. Pas de catastrophe en perspective », explique Saul Ancona, ministre du Tourisme du Yucatán. Son État compte la plus grande concentration de sites archéologiques (17), dont celui de Chichén Itzá patrimoine de l'humanité avec son énorme pyramide de Kukulcán. Le 21 décembre, jour du solstice d'hiver, des milliers de visiteurs mexicains et étrangers devraient affluer vers ce site dans l'espoir d'un événement magique. Un musée du monde maya sera aussi inauguré à Mérida au rythme des danses traditionnelles. Situé à 188 km de Chich'n Itzá, la ville de Cancún dans l'État de Quintana Roo est au c?ur du dis positif avec ses 29?000°chambres d'hôtel. Des événements culturels seront organisés sur ses plages et dans un musée. Le ministère du Tourisme de Quintana Roo prévoit 17 millions de touristes cette année, soit 3°millions de plus qu'en 2011. Des festivités cérémonielles et culturelles sont aussi prévues dans les États de Campeche et du Chiapas.

Redresser la barre, redorer l'image du pays
L'enjeu est de taille : « La récession américaine de 2008, l'épidémie de grippe A (H1N1) qu'a connu le Mexique en 2009 et l'actuelle crise européenne, ont fortement affecté l'économie locale », raconte Saul Ancona qui précise que le tourisme est le second secteur du Yucatán et le premier du Quintana Roo. Sans compter le déficit d'image du Mexique, provoqué par l'avalanche de crimes des cartels de la drogue avec ses 60?000°morts en six ans.
Selon l'Association des hôtels du Yucatán, la chute vertigineuse de la fréquentation de ses établissements a entraîné, depuis 2008, la vente d'une cinquantaine d'établissements. « L'attrait suscité par la fi n du calendrier maya va nous permettre de redresser la barre », espère Saul Ancona. Une hausse de 132 % du nombre de visiteurs est attendue en 2012 (22 millions en 2011) dans les cinq États mayas.
Pour atteindre cet objectif ambitieux, une coopération étroite a donc été mise en place entre les autorités locales et nationales. Début 2012, le gouvernement fédéral a lancé une campagne de communication internationale présentant le programme «°Mundo Maya°» dans les foires touristiques, de Londres à New York, de Berlin à Moscou. Affichages, spots radios et autres conférences, complètent cette stratégie marketing déclinée localement par les États du sud-est du Mexique. Le tout en collaboration avec l'Institut national d'anthropologie et d'histoire (INAH) qui gère les sites archéologiques.

Une nouvelle ère... touristique !
« Nos efforts communs portent aussi sur le développement des infrastructures hôtelières et routières », explique Saul Ancona. Sans compter le renforcement des lignes aériennes, dont une entre Paris et Mérida, récemment inaugurée.
Bilan : depuis novembre, le taux d'occupation des hôtels est de 90 % à Cancún, 64 % à Mérida. Mais celui des réservations atteint presque 100 % pour le 21 décembre dans les deux villes Selon Alejandro Zendejas, spécialiste du tourisme à l'Institut technologique de Monterrey, « ce succès fait évoluer le modèle touristique du Mexique. Jadis cantonné au concept "sol y playa (soleil et plage)", il s'oriente vers la culture, offrant davantage de bénéfices aux communautés locales. » Trois villages d'écotourisme sont associés aux festivités dans le Yucatán. « Le grand gagnant de l'opération reste le secteur privé qui a lancé des campagnes de promotion, jouant davantage sur l'ambiguïté apocalyptique autour de la prophétie maya », souligne Alejandro Zendejas. Au point que, début décembre, via son site o? ciel (www.usa.gov), le gouvernement américain a démenti les « fausses rumeurs » sur la fin du monde, après avoir reçu des milliers de lettres d'Américains paniqués. Le 21 décembre prochain ne marquera pas la fin du monde mais sans doute le début d'une nouvelle ère touristique pour les États du sud-est du Mexique.

____

Repères

52 MILLIONS
Le nombre de touristes attendus en 2012 dans les cinq États mayas du Mexique, grâce en partie à la fin du monde.

200
En milliards de pesos, les retombées économiques attendues sur l'année.

200 MILLIONS
La somme en pesos consacrée en 2011 par l'État de Quintana Roo à des projets touristiques sur la Riviera maya.

110 MILLIONS
La somme en pesos allouée par le gouvernement fédéral à une campagne de communication internationale.

25 MILLIONS
La somme en pesos consacrée à la promotion nationale par les cinq États mayas.

503 MILLIONS
Le montant en pesos publics qui ont permis d'équiper l'État du Yucatán de 10 540 chambres d'hôtel, soit + 19 %, en quatre ans.

______


>>> DIAPORAMA La fin du monde, c'est pour demain... Et le business, c'est maintenant !


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/12/2012 à 18:49 :
ps : cherche généreux donateurs pour passer la fin du monde au MEXIQUE (hôtel 5 étoiles etc ...) une petite préférence pour Cancún !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :