Etats-Unis : l'ombre du "mur budgétaire" s'éloigne... pour le moment

 |   |  510  mots
Reuters
Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Au terme d'un accord arraché deux heures après l'expiration du délai officiel, les républicains au Sénat et le vice-président Joe Biden sont parvenus à un accord pour éviter le "fiscal cliff" (mur budgétaire). Selon ce compromis, les ménages les plus aisés se voient davantage taxés et un nouveau délai de deux mois est mis en place pour décider des réductions de dépenses à réaliser.

L'heure fatidique - minuit - a été dépassée.  Mais républicains et démocrates américains sont bien parvenus à se mettre d'accord dans la nuit de lundi à mardi pour éviter que le "fiscal cliff" ne force les Etats-Unis à la cure d'austérité. En effet, faute de compromis sur des mesures visant à réduire la dette, des mécanismes automatiques auraient été enclenchés qui auraient conduit à des coupes budgétaires et des hausses d'impôts pour un montant total de 600 milliards de dollars. Une situation qui aurait risqué de faire replonger les Etats-Unis dans la récession et qui aurait des conséquences lourdes pour l'économie mondiale. 

Hausse des impôts pour les plus riches

Le Sénat américain a finalement entériné à 2h00 du matin, heure de Washington, un compromis conclu entre Joe Biden, le vice-président et du chef de la majorité républicaine Mitch McConnell. La Chambre des représentants a à son tour entériné mardi soir cet accord, arraché de haute lutte. Il prévoit une augmentation des impôts pour les ménages aux revenus supérieurs à 450.000 dollars par an ainsi qu'un délais de deux mois pour réduire les dépenses publiques. Barack Obama avait accepté de transiger sur le niveau de revenu à partir duquel les plus riches devaient être davantage taxé. Pendant sa campagne, il prônait le seuil de 250.000 dollars. Il a cependant eu gain de cause sur la préservation, au moins pour un temps, de l'assurance-chômage pour 2 millions d'Américains. 

Les représentants approuvent

Au Sénat, ce compromis a été validé par 89 voix contre huit. A la Chambre des représentants, le texte a obtenu 257 "oui" contre 167 "non". "Ni les démocrates, ni les républicains n'ont eu tout ce qu'ils voulaient, mais cet accord est une bonne chose pour notre pays, et la Chambre devrait l'adopter sans délai", avait commenté le chef de l'Etat dans un communiqué diffusé dans la nuit lundi à mardi.

Plafond de la dette officiellement atteint

Ce lundi, le plafond légal de la dette a, quant à lui été officiellement atteint. Avant les fêtes de fin d'année, Tim Geithner, le secrétaire au Trésor avait mis les dirigeants démocrates et républicains en garde à ce propos. Le délai de deux mois sur lequel se sont accordé les sénateurs et la Maison Blanche ne fait donc que repousser le problème. Le relèvement de ce plafond avait déjà fait l'objet d'une crise politique et avait aboutit, notamment à la dégradation de la note souveraine des Etats-Unis par l'agence Standard & Poor's. 

Quelle réaction à Wall Street?

Quant aux marchés, comment répondront les investisseurs à ce compromis?. Réponse mercredi à l'ouverture de la Bourse de New York. Pour sa dernière séance de l'année, Wall Street a une nouvelle fois lundi fait preuve de nervosité en raison de la situation, avant de clôturer en nette hausse quand M. McConnell a évoqué des progrès dans les négociations.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/01/2013 à 1:18 :
En raison desFAUTES PRIMAIRES et de la PIÈTRE QUALITÉ DU TEXTE, cet article NON SIGNÉ est une véritable honte, éclabousse LA TRIBUNE et INSULTE LE LECTORAT par son inqualifiable mépris.
a écrit le 02/01/2013 à 16:51 :
ils sont satisfaits....pffff, ça va pas durer, trop tiré par les cheveux", l'accord, trop instable, trop de tout !
a écrit le 02/01/2013 à 14:09 :
Ce président n est pas un fin acteur en ce qui concerne les finances les americains ont trop jouer avec les finances et maintenant ils ne savent plus a quel saint se vouer pour refaire parti des grands car il est évident que ce budget n était pas bon dès le départ et que les républicains ont bien faits de le saborder et que pendant deux mois ils vont devoir changér cela m étonnerait fort qu en deux mois ils trouvent une portie de sortie. car la classe moyenne va en prendre un coup.
a écrit le 02/01/2013 à 12:38 :
Après avoir fracassé les ouvriers, maintenant la classe moyenne passe à la caisse, il ne restera que les milliardaires qui sirotent leur champagne en rigolant, bonne année 2013 !
En Europe le même scénario a lieu en ce moment, bonne année 2013 aussi !
Réponse de le 02/01/2013 à 18:29 :
Vous n'avez visiblement rien compris, il s'agit de monter les taxes de cex qui gagnent plus de 250 000 $ par an, pas ceux de la classe moyenne.
a écrit le 02/01/2013 à 10:35 :
On comprend que la crise de l'Euro ait été bien pratique pour cacher un peu la misère du dollar, les US ont instaurés la cavalerie comme principe généralisé: la Fed rachète les bons du Trésor (Quantitative Easing) ou encore les pensions des retraités fédéraux sont eux aussi "investis" en bons du Trésor. Il n'y a qu'une explication pour justifier que celui qui créé de la dette est la même personne que celui qui l'achète: la dette en question ne trouve plus preneur sur les marchés alors qu'elle continue à grossir en permanence. Tout le monde fait l'autruche en espérant que le système tienne malgré tout... ou que le dollar soit dévalué un grand coup maintenant que les US retrouvent une certaine autonomie énergétique (sale coup pour la Chine et ses 3000 milliards de dollar de réserve!).
Réponse de le 02/01/2013 à 11:23 :
+1. Krach du dollar en vue selon moi...
Réponse de le 02/01/2013 à 13:52 :
Le terme de "cavalerie" est un peu fort, nous ne sommes pas encore dans l'escroquerie! Néanmoins, je pense que vous avez raison quant au fait que les rustines financières ne suffisent plus. Elles ont maintenant une forte odeur de bidouille... L'Occident, USA en tête, s'est drogué à la finance, maintenant l'organisme sature... Je suis dubitatif sur l'incidence d'une forte dévaluation du dollar (quelle forme prendrait elle concrètement?)... Nous sommes dans l'inconnue et ces crises financières ont toute sortes d'incidences : par exemple, la crise de 2008 a poussé les banques européennes a abandonné le marché des prêts en dollars aux compagnies aériennes... Parler d'un Krach du dollar est pour moi un scénario très réducteur... Il y a une peur de l'inconnu et cette peur n'est probablement pas infondée!
a écrit le 02/01/2013 à 10:26 :
Pour les US, la hausse des impôts sur la classe moyenne, l'austérité dramatique au sens strict, est un "mur" qu'il faut abattre pour préserver la reprise et la croissance. En France, cette politique d'austérité est la panacée indispensable au redressement et à la reprise. Deux politiques inverses. Qui faut-il croire?
Reste à reconnaître que ce sont bien toujours et encore les perspectives de l'économie américaines qui construisent les perspectives économiques mondiales.
a écrit le 02/01/2013 à 10:13 :
Tandis qu'en France ..., les socialistes érigent un mûr de Berlin fiscal entre les français...! c'est pour quand l'instauration du visa de sortie...? ,ils semble ...,que de plus en plus en plus nos libertés soient sérieusement menacées par ce dernier gouvernement socialiste dogmatique en UE...
Réponse de le 02/01/2013 à 18:30 :
Vos propos mystérieux ne sont absolument pas argumentés ni expliqués. Très obscur.
a écrit le 02/01/2013 à 8:55 :
Le Congrés a finalement accepté l'ajout de tranche à 39 % au lieu de 35% pour les revenus supérieurs à 450000. Dans les années 80, les impôts étaient supérieurs, il existait la tranche à 55%. Entretemps, il y a eu Reagan et Bush et des baisses d'impôt successives. Tout ce déferlement médiatique pour l'ajout d'une tranche d'imposition. Le pire c'est que ça va encore durer au moins deux mois de nouveau, puisque maintenant il va y avoir discussion sur les coupes budgétaires qui vont être prises. On n'a pas fini d'en entendre parler du budget américain et de la cure d'austérité et de la recession qui va avec. Je vois ça gros comme une maison.
Réponse de le 02/01/2013 à 18:32 :
Et après la crise de 1929, il y a eu une tranche d'impôts à 90% aux USA.
Réponse de le 02/01/2013 à 20:37 :
cela n'a pas empéché qu'il y ait des milliardaires, mais les mesures de roosevelt, ont empêchées l'endettement des usa , et les banques de spéculer , cela s'est transmis aux pays développés, la régulation du capital, a permis ce que nous appelons les trentes glorieuses.
a écrit le 01/01/2013 à 19:30 :
Amusant comme les commentaires ci-dessous révèlent que les US ne trompent plus vraiment grand monde...
Réponse de le 02/01/2013 à 9:07 :
Cela fait 50 ans que certains annoncent la fin de la suprematie americaine. Ils se sont tellement trompés. Souvenez vous les débats sur les comparaisons USA/URSS. Aujourd'hui, difficile pour des Francais d'admettre qu'ils se font enfoncer par les Americains : plus de richesse par habitant, plus de croissance, pas de fuite des cerveaux, moins de chomage, moins de pauvreté, plus d'avenir. Dur de constater que le soit disant modele francais est agonisant, en phase finale.
Réponse de le 02/01/2013 à 9:23 :
Moins de chomage???? Moins de pauvreté???? Hheu c est une plaisanterie de mauvais gout John? ou alors vous n allez pas souvent aux USA Vous n êtes pas assez naif pour croire les chiffres qui annoncent que le chomage est descendu en dessous des 8% quand même?? Même en comptant les emplois de misére à tier temps et les gens sortis des listes ils sont bien au dessus Quant à la pauvreté quand vous voyez le nombre de gens qui paient leur commissions en tickets alimentaires je ne penses pas que ce soit un signe d une grand prospérité
Réponse de le 02/01/2013 à 9:59 :
@john
Il y a quand même une différence entre la chine et l'urss: la chine va dépasser les usa dans quelques années et tout le monde en est sûr.
Quand les usa font une croissance à 2% pour un déficit budgétaire de 8%, j'appelle ça une économie sous perfusion. Maintenant, les américains parlent de retirer la perfusion. Ça ne sera pas forcément un désastre, mais ça sera douloureux.
Réponse de le 02/01/2013 à 10:49 :
Le coq, seul animal capable de chanter tout en ayant les 2 pattes dans la merde.
Réponse de le 02/01/2013 à 10:52 :
@Mordrakheen
Bien sur, vous croyez qu'en France, il n'y a que 4 millions de chômeurs et 9 millions de pauvres !
Réponse de le 02/01/2013 à 12:03 :
Non John je le ne crois pas non plus mais on ne peut pas comparer le systeme d aide public US avec le systeme d aide français le medicare prés de 100 millions d américains en dépendent et en dépendent VRAIMENT et il faut reconnaitre que ce n est vraiment pas grand chose
Réponse de le 02/01/2013 à 12:06 :
Non John je le ne crois pas non plus mais on ne peut pas comparer le systeme d aide public US avec le systeme d aide français le medicare prés de 100 millions d américains en dépendent et en dépendent VRAIMENT et il faut reconnaitre que ce n est vraiment pas grand chose
Réponse de le 02/01/2013 à 12:07 :
Non John je le ne crois pas non plus mais on ne peut pas comparer le systeme d aide public US avec le systeme d aide français le medicare prés de 100 millions d américains en dépendent et en dépendent VRAIMENT et il faut reconnaitre que ce n est vraiment pas grand chose
Réponse de le 02/01/2013 à 12:09 :
Non John je le ne crois pas non plus mais on ne peut pas comparer le systeme d aide public US avec le systeme d aide français le medicare prés de 100 millions d américains en dépendent et en dépendent VRAIMENT et il faut reconnaitre que ce n est vraiment pas grand chose
a écrit le 01/01/2013 à 13:15 :
Mais tout le monde s'en tape, on a tous compris que l'argent ne veut plus rien dire c'est franchement risible, oulalala on a peur "le mur" "la nation" "le monde" va s"écrouler olalalala mais qu'on a peur :-(( Il suffit d'imprimer du papier de tapoter un clavier et hop, donc ON S'EN TAPE ! Bonne année à tous :-)))
a écrit le 01/01/2013 à 11:40 :
Toujours le même cinéma. Washington c'est Hollywood bis.
Réponse de le 01/01/2013 à 20:57 :
tu as parfaitement raison ca m a fait rire que l auteur de larticle a dit 2 heurs
a écrit le 01/01/2013 à 11:13 :
Sauf erreur, ce n'est pas Joe Biden mais Barrack Obama..... Et oui, il semble bien faire un "doigt".... Et ce n'est pas la première fois qu'il le fait en plus....
a écrit le 01/01/2013 à 10:59 :
Réveil difficile? trop de champagne pour le nouvel an? on peut se poser la question avec le nombre de fautes de grammaire/orthographe dans l'article!!
allez, reposez-vous bien et bonne année quand même ;-)
a écrit le 01/01/2013 à 10:59 :
C quand qu'ils commencent à payer leurs dettes les cow-boys ?
La planche à billets, ça marche un temps, mais les autres pays ne sont pas idiots non plus.
a écrit le 01/01/2013 à 10:46 :
Joe Biden est black et avec les cheveux gris ?
Finissez de dégriser messieurs...
a écrit le 01/01/2013 à 10:35 :
Il fait un doigt à tous les républicains et à toute la planète !

Tu parles d'une solution vivre à crédit !
Réponse de le 01/01/2013 à 11:10 :
PAS de doigt ! regardez bien, ou commencez l'année avec des lorgnons...
a écrit le 01/01/2013 à 9:56 :
Prochain épisode: "Le plafond cédera-t-il?", sous-titré "ça continuera d'être notre monnaie, et ça continuera d'être votre problème".
Franchement ils devraient changer de scénariste, les gogos vont se lasser!
Réponse de le 01/01/2013 à 11:23 :
En effet, c'est une tragi-comédie parfaitement huilée, une mascarade convenue auxquels des media ignorants et incompétents prêtent flanc. Jusqu'à la prochaine fois. On joue a se faire peur, Hou Hou, on va vraiment eu peur. C'est Disneyland, rien de plus. Un accord est certain, mais politiquement, on veut mettre la responsabilité sur ceux d'en face !
a écrit le 01/01/2013 à 9:51 :
C'est moi, ou il fait un doigt, sur la photo ?
Réponse de le 01/01/2013 à 11:01 :
C'est toi...
Réponse de le 01/01/2013 à 11:09 :
Non! il ne fait pas "un doigt", ce sont 3 doigts pliés....dire aussi ce qui arrange, pfffffff..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :