L'accord sur le mur budgétaire ne rassure pas les ménages américains

 |   |  298  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Plus de 80% des Américains estiment que l'économie pourrait repartir à la baisse et 70 % d'entre eux considèrent que les Etats-Unis pourraient se retrouver en situation de défaut de paiement sur leur dette.

Les ménages américains ne sont pas dupes. Pour eux, la signature d'un accord sur le mur budgétaire n'aura pas beaucoup d'effets sur l'économie. C'est ce que met en évidence un sondage Reuters/Ipsos publié en début de semaine.

70 % des ménages estiment que les Etats-Unis pourraient se retrouver en défaut de paiement

Plus des deux tiers des personnes interrogées redoutent une augmentation de leurs impôts ou une baisse de leurs allocations. Ils sont par ailleurs 81% à estimer que l'économie américaine pourrait repartir à la baisse et 70 % à considérer que les Etats-Unis pourraient se retrouver en situation de défaut de paiement sur leur dette. Le plafond de la dette fédérale, fixée à 16.400 milliards de dollars, est déjà atteint mais les Etats-Unis ont mis en place une série de mesures techniques qui empêcheront l'encours de dette de grimper jusqu'à fin février. Plus des trois quarts des Américains interrogés jugent enfin que le Congrès ne sera sans doute pas à même d'éviter d'importantes coupes dans les dépenses publiques, qui ont été différées de deux mois dans le cadre de l'accord sur le "mur budgétaire".

Barack Obama tire les bénéfices de l'accord sur le "fiscal cliff"

Sur le plan politique, ce sondage mené via internet indique que le président démocrate Barack Obama s'en sort mieux que ses adversaires républicains, une majorité relative (33 %) lui accordant davantage de crédit qu'aux républicains (11 %) pour avoir conclu cet accord. "S'il fallait donner des notes, les démocrates et particulièrement Obama s'en sortiraient mieux, mais il y a beaucoup d'incertitude. En clair, aucun vainqueur évident n'émerge de cette affaire", résume Clifford Young, sondeur chez Ipsos.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/01/2013 à 13:59 :
Ah ben on parle défaut de paiement, impôts et réductions de dépenses... c'est bien une société qui ne fonctionne pas.Aux USA on entend dire qu'aller dans les écoles ne permet pas d'accéder à une bonne formation et de trouver un travail adéquat, c'est peut être un dysfonctionnement.
a écrit le 08/01/2013 à 13:49 :
lA partir du 15 février, l'Amérique n'aura plus les moyens de payer ses fonctionnaires, il faut donc trouver des solutions qui vont se traduire par des grosses hausses d'impot et donc moins de pouvoir d'achat.Cercle vicieux
a écrit le 08/01/2013 à 12:36 :
C'est bien New-york qui dirige ce pauvre peuple américain qui est passé en un siècle de la barbarie à la décadence .......sans connaitre la civilisation !
a écrit le 08/01/2013 à 10:35 :
Il est urgent de sortir tout ou partie de son épargne du marché des actions, de l'assurance vie, du livret A, et autres machins tous liés directement, ou indirectement, à la monnaie papier euro, dollar ou autre, et d'acheter de l'or physique, seule monnaie capable d'assurer ses avoirs, surtout vu les endettements des états, l'inflation, et le système bancaire dans son ensemble.
Réponse de le 09/01/2013 à 12:41 :
Message récurrent! Ou comment tenter de créer une bulle par la propagande.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :