Lagarde : "Nous avons arrêté la chute, nous devrions éviter la rechute et ce n'est pas le moment de se relâcher"

 |   |  249  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Lors d'une conférence de presse pour présenter les perspectives pour l'économie mondiale en 2013, la directrice du Fonds monétaire international a invité les dirigeants européens à améliorer le projet d'union bancaire, et les américains à éviter toute "erreur politique" sur le plafond de la dette.

Attention au relâchement! Christine Lagarde a prodigué ce jeudi ses conseils aux dirigeants du monde lors d'une présentation des perspectives économiques mondiales. A ses yeux: "nous avons stoppé la chute, nous devons éviter la rechute et ce n'est pas le moment de se relâcher (...) Il y a encore beaucoup à faire". La directrice du Fonds monétaire international a notamment insisté sur la crise européenne.  "Des progrès doivent être faits en termes d'union bancaire", a-t-elle indiqué.

>> L'union bancaire européenne n'est pas encore née qu'elle est déjà en danger

La BCE devrait "poursuivre voire renforcer l'assouplissement monétaire"

A la Banque centrale européenne, elle a recommandé de pratiquer une politique plus accommodante. "Poursuivre voire renforcer l'assouplissement monétaire serait approprié afin de soutenir la demande", a-t-elle ainsi lancé.

L'ancienne ministre de l'Economie française a également évoqué la crise budgétaire américaine. Pour elle, Washington devrait réduire les dépenses publiques à moyen terme, comme le préconisent les Républicains.

>> Fitch menace de dégrader les Etats-Unis si le plafond de la dette n'était pas relevé

"Achever" la régulation financière

Plus largement, elle a appelé les dirigeants à "achever" la refonte du système financier et s'est inquiétée des blocages émanant du secteur bancaire, notamment la réforme dite de Bâle III. "Cela fait partie du jeu", a-t-elle reconnu, mettant en avant son "expérience en tant qu'ancienne ministre des finances". 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2013 à 16:02 :
c'est là que l'on se rend compte, que ce sont eux qui tirent les ficelles, font la pluie et le beau temps, à nos dépens....
a écrit le 18/01/2013 à 14:36 :
Vivement que le FMI vienne nous sauver ! Avec notre argent, puisque nous le finançons (moins les faibles salaires non imposable de ses experts). DSK président !
a écrit le 18/01/2013 à 13:06 :
quand j'étais bidasse je n'aimais pas monter la garde,maintenant en réfléchissant...
Réponse de le 18/01/2013 à 13:38 :
Ben, moi non plus je n'aimais pas monté la garde en étant bidasse, mais maintenant, j'ai franchement pas envie!.
Réponse de le 18/01/2013 à 14:15 :
En même temps il faut aimer les autruches...
a écrit le 18/01/2013 à 11:38 :
Dans sa grande tradition Le FMI raconte n'importe quoi sur une crise dont il ne comprend absoluement pas les mécanismes. La chute n'a pas été évitée ni stoppée, elle est tout juste retardée... La politique accomplie jusqu'à présent est celle de la poussière que l'on met sous le tapis en espérant des jours soi disant meilleurs. La cerise sur le gateau, lagarde se range aux "solutions" du parti Républicain... Les libertariens comme la mauvaise herbe ont la vie dure..
a écrit le 18/01/2013 à 9:37 :
L'union bancaire est une chimère qui n'aura jamais lieu, du moins dans son ambition initiale. L'élément clé de cette union bancaire est la garantie des dépots par toutes les banques de l'union bancaire. Quel pays acceptera que quand une banque grecque/portugaise/espagnoles/italienne fait faillite alors les dépots des épargnants soient garantis par les banques des autres pays et du pays en difficulté. IL FAUDRAIT ETRE COMPLETEMENT FOU pour accepter cela, surtout dans une situation où les banques sont chargées d'actifs pourris. Ni les allemands, ni les néerlandais n'en veulent, et il n'y a qu'eux avec les finalndais et luxembourgeois qui ont encore la possibilité de sauver les autres mais au risque de plonger aussi. Notre gouvernement et Mme Lagarde sont dans les nuages à des années lumières de la réalité.
Réponse de le 18/01/2013 à 16:17 :
+1000. Il faudrait être "COMPLETEMENT FOU" pour rester dans l'UE et l'euro. Voir les analyses de l'upr et M. Assellineau à ce sujet, c'est édifiant. Nos élites nous mentent depuis des décennies et on voit le résultat.
a écrit le 17/01/2013 à 21:05 :
Quant à "achever" la régulation financière, celle-ci est déjà bien mal en point, par pitié laissez-la vivre! (A moins que j'aie mal compris: réguler signifie-t-il dans ce contexte, comme dans celui de l'hydrographie, détourner les flux?)
a écrit le 17/01/2013 à 21:02 :
Ça fait déjà longtemps que Mme Lagarde nous a annoncé que la crise était finie. Son optimisme modéré actuel a donc de quoi réveiller les pessimismes...
Réponse de le 17/01/2013 à 23:02 :
Flanby est arrivé hé hé, le grand flanby, le beau flanby, Avec son ch´val et son grand chapeau

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :