Le FMI encourage l'austérité en Europe mais pas aux États-Unis

Le FMI a présenté mercredi des prévisions de croissance mondiale 2013 révisées à la baisse, mais toujours tirée par les émergents. Au coeur des préoccupations pour l'institution de Washington, la zone euro, pour laquelle elle encourage la poursuite des "ajustements" budgétaires. Le Fonds se montre en revanche plus coulant avec les États-Unis qui doivent éviter toute cure d'amaigrissement excessive, au risque de tuer une croissance encore fragile.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

 La crise dans la zone euro devait être « derrière nous », selon les mots d'un certain nombre de dirigeants européens, au rang desquels Wolfgang Schäuble, le ministre des finances allemand ou François Hollande. Et le récent rebond de la croissance chinoise autorisait quelques espoirs quant aux perspectives de croissance mondiale.

Espoirs douchés par le Fonds monétaire international (FMI) qui vient d'abaisser ses prévisions de croissance à l'échelle du globe pour l'année 2013.

Le Fonds prévoit toujours une accélération de la croissance par rapport à 2012, mais « plus graduelle » selon ses termes. Sauf réalisation de l'un des risques qui pèsent encore sur le monde, le produit intérieur brut devrait progresser de 3,5% en 2013, selon l'institution. Soit 0,1 point de moins que prévu auparavant.

Austérité en Europe...

Parmi les risques qui pèsent toujours sur l'économie mondiale, l'institution a immanquablement cité la zone euro. Elle « continue de représenter un risque considérable pour les perspectives de l'économie mondiale, » souligne-t-elle.

Alors que le FMI prévoyait un timide retour à la croissance en zone euro pour cette année, à 0,2%, elle table désormais sur une deuxième année de récession à -0,2%. Le Fonds en profite d'ailleurs pour mettre en garde les dirigeants de la zone euro. Une aggravation de la crise ou une « stagnation prolongée » ne sont pas à exclure si l'élan réformateur créé par la volonté de mettre en place une Union bancaire tourne court. Ce qui n'est pas hautement improbable quand on sait ce qui reste encore à accomplir en ce domaine.

Quant à la question de l'austérité - présentée comme aggravant un peu plus la situation dans la zone euro par de nombreux observateurs voire à l'intérieur même du FMI - le Fonds a tranché. Les pays en difficulté sont prié d'une phrase sans équivoque de « poursuivre leur ajustement » budgétaire.

... mais pas aux Etats-Unis

Tournant son regard vers les Etats-Unis, le FMI développe une toute autre approche. Selon ses préconisations, la première puissance économique mondiale doit se garder d'une réduction "excessive" de ses déficits "à court terme" pour ne pas étouffer une croissance fragile, qui devrait plafonner à 2% cette année.

Début janvier, la cure d'austérité du "mur budgétaire" a été évitée in extremis aux Etats-Unis mais des coupes massives dans les dépenses publiques ne sont pas exclues.
En attendant, l'institution appelle le pays à relever "rapidement" le plafond de sa dette, qui a atteint sa limite légale et alimente actuellement une intense bataille politique entre démocrates et républicains.

Les émergents devraient jouer leur rôle de moteurs de la croissance mondiale

Les pays développés en berne, la croissance mondiale devrait à nouveau être tirée par les grands pays émergents. Le PIB chinois devrait ainsi progresser de 8,2% cette année, suivi par l'Inde (5,9%) ou le Brésil (3,5%), selon le Fonds. L'Afrique subsaharienne devrait, elle, croître de 5,8%. Mais le FMI de mettre en garde, « le manque de vigueur de l'activité dans les pays avancés pèsera sur la demande extérieure ».

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 35
à écrit le 24/01/2013 à 11:43
Signaler
L'austérité c'est toujours pour les autres surtout quand on est américain ! La devise du FMI : faites ce que je vous dis mais ne ... La boulimie financière des E-U conduit dans un premier temps à l'obésité de la dette et dans un second à son écla...

à écrit le 24/01/2013 à 9:52
Signaler
Le FMI, institution monétaire qui n'a plus de but officiel depuis la disparition du système de bretton woods il y a 40 ans, et qui raisonne sur de vieux modèle keynésiens et étatistes, sans comprendre l'économie. Ils nous montrent chaque jour leur in...

le 24/01/2013 à 14:27
Signaler
L'économie tendance néo-libérale, ce n'est pas non plus le droit de revenir au Moyen-âge. L'économie qui devrait être un facteur de développement universel n'est plus qu'un moyen à la disposition du capital de faire toujours plus d'argent pour ces mê...

à écrit le 24/01/2013 à 9:35
Signaler
C'est dire l'indépendance du Fmi!!!

à écrit le 24/01/2013 à 4:16
Signaler
Bla bla bla

à écrit le 24/01/2013 à 0:49
Signaler
Il faud mettre fin à ce FMI qui à pour Dieu -- l argent-- au secondaire les populations, le non droits ,les normes imposer,....la liberte se perd face à cette stucture ! et qui permettent les reinvestissement de millions d euros non taxés des gran...

le 04/09/2013 à 10:01
Signaler
De l'argent il y en a, oui, mais il est emprunté sur les marchés, toujours plus de dettes. Les profits des entreprises du CAC40 explosent, c'est vrai, le raison est simple : les entreprises savent gérer et s'adapter, contrairement à l'état et aux pol...

à écrit le 24/01/2013 à 0:29
Signaler
Le FMI : suffit de voir le portrait qu'en fait J. Stitglitz pour comprendre qu'il font parti de l'infame .Vive le néo-libéralisme tendance monétariste mais pas chez nous hein nous on veut pas abimer encore plus un tissu social morcelé. Sinon juste u...

à écrit le 24/01/2013 à 0:13
Signaler
Les Etats-Unis sont une future Grèce à la puissance 50 : ils vivent actuellement aux crochets du reste du monde et personne ne s'en offusque. Ce sont la Chine, le Japon, l'Allemagne, et quelques autres pays créanciers qui pourront un jour s'asseoir s...

à écrit le 23/01/2013 à 23:34
Signaler
Ils sont pas fous au FMI, s'ils étaient basés à Bruxelles au lieu de Washington ça aurait été le contraire ! La rigueur c'est pour les autres. Ils ont trop peur de se faire lyncher... ça viendra en son temps. MERCI LES USA DE BUSH POUR LES SUBPRIMES...

à écrit le 23/01/2013 à 23:20
Signaler
Le FMI c est comme les agence de notation spécialiste du plantage, il faut dire que apreS DSK préoccupe par autre chose et maintenant Lagarde le pire des ministre des Finance,!il ne peuvent pas être performant.

le 24/01/2013 à 3:43
Signaler
Lagarde le pire des ministres? C'est sans doute le meilleur ministre qu'on ai eu. ce n'est pas comme l'actuel qui ne parle pas un mot d'anglais.

le 24/01/2013 à 8:32
Signaler
Elle dit les mêmes bêtises en anglais qu'en français : "Gas is too expensive ? Take your bike !"

le 24/01/2013 à 14:36
Signaler
S'il suffisait de parler anglais pour être un bon ministre, ça se saurait. Lagarde parle anglais et pense américain. Au passage elle est aussi arbitre à 400 000 Millions d'?uros en faveur de Tapie...qui vient de se payer un groupe de presse. Bien uti...

à écrit le 23/01/2013 à 22:50
Signaler
Le FMI c'est quoi ce truc, ah oui l'institution qui prône l?austérité en Europe et dit amen au USA, combien au faite l?endettement US !

à écrit le 23/01/2013 à 22:25
Signaler
Très juste tour d'horizon. Tant que la Chine n'aura pas atteint la puissance nécessaire pour contenir l'hégémonie du Casino spéculatif "Occidental" qui fait tourner le Marché Global, le FMI continuera d'exiger la même déflation sociale, partout, tant...

à écrit le 23/01/2013 à 21:40
Signaler
Les USA qui controlent le FMI feront tout pour faire payer l'europe plutot qu'eux même. Nous ne devons pas faire confiance à ces institutions...

à écrit le 23/01/2013 à 21:32
Signaler
Les Etats-Unis comme l'Angleterre et tous les autres pays qui tirent de l'argent de cette dépression économique ont tout intérêt à ce que cela dure et engranger le maximum d'argent? au détriment des autres c'est le capitalisme aveugle qui appauvrit l...

le 23/01/2013 à 23:44
Signaler
Pour les actionnaires ? Quelle bêtise, et quel ramassis de clichés collectiviste. Les actionnaires sont des personnes qui risquent leur argent en le mettant à disposition des entreprises pour quelles se développement, et ceux ci n'ont rien à voir ave...

le 24/01/2013 à 3:41
Signaler
@ Libre +1, Y en a marre des cliches de gauche, qui prennent le capitalisme comme bouc emissaire.

le 24/01/2013 à 8:33
Signaler
L'impôt consiste à voler et spolier les riches. Alors que si on laissait les riches continuer à créer des richesses, comme ils l'ont toujours fait, la prospérité créée ruissellerait sur les pauvres qui deviendraient riches à leurs tours !

le 24/01/2013 à 9:19
Signaler
@John Galt oui c'est bien ce qu'on a vu dans le passé et dans les pays émergents...c'est principalement grâce aux recettes des impôts que nos pays se sont développés: infrastructures, éducation, santé....

le 24/01/2013 à 9:46
Signaler
@johngalt Votre raisonnement a des limites puisque: - un ouvrier aussi créé de la richesse - un riche ne créé pas forcement de la richesse -certains riches ne se serait pas autant enrichi si leur personnel n'avait pas été aussi bon -obtenir un import...

le 24/01/2013 à 9:48
Signaler
l'impot .... il n'y pas que les "riches " qui paient. . . et spolier la classe moyenne... c'est mieux?

le 24/01/2013 à 9:50
Signaler
john galt ... "la prospérité créée ruissellerait sur les pauvres qui deviendraient riches à leurs tours ! " ... tu reves .. .ca ruissellerait de nouveau dans leur poche ... en circuit fermé ... les riches sont ils des philantropes?(ils n'ont pas f...

le 24/01/2013 à 11:59
Signaler
Pour quelqu'un qui pense être économiste vous déconnez là... suffit de voir l'exemple de la Chine depuis quelques années : une explosion de millionnaires et dans le même temps la pauvreté galopante dans la rue. Ces gens pauvres qui au passage travai...

le 24/01/2013 à 13:09
Signaler
La Chine connait un enrichissement des capitalistes et aussi des classes moyennes grâce aux fortes hausses de salaires accordées ces dernières années. Le développement d'un pays finit toujours par profiter à la majorité de la population, par le biais...

à écrit le 23/01/2013 à 21:06
Signaler
La zone euro, endettée? Il faut absolument se serrer la ceinture. Les usa, endettés? Il faut absolument continuer à s'endetter. Ca doit être bien de bosser au FMI, c'est bien payé et en plus qu'est-ce qu'on rigole!

le 23/01/2013 à 23:39
Signaler
Il faut bien comprendre que les USA et les anglais et les japonais font marcher la planche à billets à fond, alors pas besoin de se restreindre pour relancer leur économie. Nous avec la BCE et les allemands, nous ne pouvons meme pas emettre de la mon...

le 24/01/2013 à 13:02
Signaler
La planche à billets et l'inflation ne génèrent aucune croissance durable. C'est l'innovation et l'investissement qui créent de la croissance. Ce sont surtout les entreprises qui investissent, beaucoup moins les états. Le Japon est un pays excédentai...

à écrit le 23/01/2013 à 21:04
Signaler
Le FMI fait partie de ce genre d'organismes parasites à erradiquer qui nous coûte la peau des fesses ! Une sorte d'antibiotique générique fabriqué par un labo corrompu pour traiter un virus ! mdr Ca fait la joie et la fortune de nos psychopathes de ...

le 23/01/2013 à 23:38
Signaler
Pour toi ami conscient : http://www.youtube.com/watch?v=wCG3XnJaiv4 http://www.youtube.com/watch?v=s10LuCPKE24 De l'or sonore qui réveille les morts ;-)

à écrit le 23/01/2013 à 21:01
Signaler
Sincèrement : ça étonne encore le moindre péquin sur terre..??

à écrit le 23/01/2013 à 20:38
Signaler
Bah oui c'est logique , l'Europe qui est endettée à 90% en moyenne doit continuer l'austérité et les USA endettés à 110% du PIB doivent continuer a s'endetter .. C'est logique !

le 23/01/2013 à 23:39
Signaler
Après 1929 en Europe on a eu la montée du fascisme et la 2ème Guerre Mondiale. Aujourd'hui on paye pour les USA pour l'instant...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.