Face à la pollution, Pékin tourne au ralenti

 |   |  406  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Les autorités de la capitale chinoise ont conseillé mercredi à des millions d'habitants de rester à leur domicile face à la forte et nocive pollution atmosphérique.

Voici trois jours que la capitale chinoise étouffe sous un épais brouillard de particules nocives. Mercredi, les autorités de Pékin -qui compte 20 millions d'habitants et où circulent plus de 5 millions de véhicules-, ont vivement conseillé à la population de rester, si possible, chez eux, devant l'étendue de la pollution atmosphérique. Le gouvernement municipal a ainsi déconseillé de sortir aux enfants, aux personnes âgées et aux résidents à la santé pouvant être affectée par les particules nocives, et d'en tout cas limiter leurs sorties.

Il en va de même pour les radios du matin. Celles-ci ont invité les habitants à rester le moins possible dans les rues. De plus en plus d'habitants se déplacent le visage recouvert d'un masque filtrant. Et certains le conservent même sur leur lieu de travail ou à leur domicile. Dans un quartier d'affaires, des journalistes de l'AFP ont ainsi constaté que nombre d'employés d'une société du secteur tertiaire portaient leur masque devant leur écran d'ordinateur.

103 usines auraient été fermées ce mardi

Ce n'est pas la première fois que cette situation se produit. Ce mois-ci, des pics de pollution d'une densité inédite ont été enregistrés à plusieurs reprises dans la capitale-mégalopole de l'Empire du milieu. Des mesures avaient déjà été prises. Ce mardi, les autorités locales ont ainsi affirmé avoir imposé la fermeture de 103 usines et avoir interdit à 30% du parc des voitures officielles de circuler.

Toutefois, ces mesures timides n'ont pas permis d'éviter de nouveaux taux préoccupants. L'ambassade des Etats-Unis, qui calcule et publie son propre indice de qualité de l'air, jugeait que la pollution atmosphérique avait atteint un niveau "dangereux" mercredi après-midi. Or le gouvernement chinois peut de moins en moins ignorer la mobilisation croissante des Chinois contre ce fléau, surtout face aux centaines de vols annulés ou retardés ces dernières semaines et aux habitants en détresse respiratoire qui affluent dans les hôpitaux.

La Chine, premier consommateur mondial de charbon

Deuxième économie de la planète et premier marché automobile mondial, la Chine voit son environnement menacé par ses nombreuses industries polluantes, son trafic routier en constante expansion et son laxisme pour protéger les écosystèmes. Pour rappel, la Chine consomme désormais autant de charbon que l'ensemble des autres pays de la planète. Le pays en tire plus de 70% de son énergie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2013 à 16:09 :
VIVE LE CAPITALISME..... BRAVO LES CHINOIS, BELLE DEMONSTRATION.... LE CAPITALISME EN VERSION ACCELEREE.....
a écrit le 31/01/2013 à 20:52 :
le problème est qu'ils réchauffent la planète et que ça créé des catastrophes pas qu'en chine ! il faut taxer les produits chinois
a écrit le 31/01/2013 à 16:53 :
C' est un scénario catastrophe...La Chine redeviendra poussière, elle creuse sa tombe (l'eau qu'ils boivent, la
nourriture, l'air, la suite des maladies respiratoires , des allergies, des déplacements de foules, voire des émeutes
qui ont déja commencées, ah j'oubliais le béton du barrage des trois rivières combien de temps va t' il tenir...
a écrit le 31/01/2013 à 11:38 :
C'est l'année du serpent et on peut dire sans se tromper qu'en économie le serpent chinois se mord la queue ! En effet cet empire ne sait plus où est le (juste) milieu entre croissance effrénée et pollution non maîtrisée!
a écrit le 30/01/2013 à 13:53 :
On arrive gentiment vers un tournant: le moment où l'écosystème chinois ne parviendra plus à supporter le développement frénétique et brutal voulu par le PCC. L'air, l'eau, les sols, tout va lâcher. Ceci dit, ledit PCC a préparé un plan B: les Chinois dominent les technologies du photovoltaïque, de l'éolien, de la motorisation électrique routière, du train, de la récupération des huiles pour en faire du diesel, ...etc
Réponse de le 30/01/2013 à 19:52 :
Exactement. S'ils doivent faire une transition energetique, il ne vont pas transiger comme nous ! Ils peuvent aller trÚs trÚs vite...
a écrit le 30/01/2013 à 13:33 :
Mais non mais non : on vous a dit et répété que tous les chinois voulaient une voiture comme les européens ! D'ailleurs la preuve, tous les constructeurs veulent s'implanter là-bas au détriment de l'Europe par exemple. Et le gouvernement chinois est d'accord, la croissance sera de 8,5% cette année ! :-))

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :