Le FMI menace l'Argentine d'exclusion

 |   |  300  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après plusieurs avertissements restés sans effet, le FMI a décidé de frapper fort en adoptant une "déclaration de censure" vendredi. L'Argentine est sommée de "corriger ses statistiques de toute urgence". Faute de quoi, le pays pourrait, à terme, être exclu de l'institution.

Après la Grèce, c'est au tour de l'Argentine d'être accusée d'avoir truqué ses statistiques. Une faute grave, qui a conduit le FMI a adopter vendredi, pour la première fois depuis sa création en 1944, une "déclaration de censure".

Une inflation sous-évaluée

Il faut dire que le pays était pourtant dans le collimateur du FMI depuis juillet 2011. Le pays est en effet accusé d'avoir trafiqué ses données économiques, notamment sur la croissance et l'inflation, en violant ainsi les obligations imparties aux Etats membres. Ses chiffres officiels de 2012 faisaient état d'une inflation à 10,8% alors que les instituts privés l'évaluaient à plus du double (25,6%).

De nombreux avertissements

Or tous les avertissements de l'institution étaient jusqu'à présent restés lettre morte. Mardi, le Fonds a calculé que Buenos Aires refusait depuis "62 mois" les évaluations annuelles auxquelles sont traditionnellement soumis ses Etats membres. D'où la volonté de passer à la vitesse supérieure. Le conseil d'administration du Fonds, qui représente ses 188 Etats membres, a ainsi jugé que les progrès de l'Argentine n'étaient "pas suffisants", sommant le pays "à corriger les inexactitudes" de ses statistiques et à se conformer aux "standards internationaux", a indiqué son communiqué.

Le cas de la Tchécoslovaquie

Si l'Argentine ne coopère pas, le pays s'exposerait à une série de sanctions graduelles. La première étape est la privation de tout prêt de la part du Fonds. Vient ensuite le retrait de tout droit de vote au sein de l'institution. Enfin, l'ultime sanction est l'exclusion du Fonds. Une peine dont seule la Tchécoslovaquie a écopé pour l'instant, en 1954 en pleine Guerre froide.

Reste que l'Argentine doit se dépêcher de rentrer dans le rang afin d'éviter toute sanction. Le FMI a fixé un nouvel ultimatum: septembre prochain.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2013 à 14:43 :
L'Argentine s'est engagée sur une voie de la folie qui est bien plus inquiétante que le trucage de stats. Depuis peu, les douanes imposent à nos clients argentins d'avoir une balance commerciale parfaitement équilibrée entre exportations et importations. Nos clients (importateurs) n'ont aucune structure commerciale pour exporter, donc celle-ci sont obligé de "présenter" des exportations fictives (truqués) pour pouvoir survivre. Il existe bien sûr des sociétés qui exportent beaucoup et doivent d'un coup importer des marchandises de la même valeur. C'est bien sûr, impossible. Encore une fois, l'Argentine se dirige droit dans ses bottes vers une nouvelle faillite.
a écrit le 04/02/2013 à 11:27 :
Parce que les chiffres de l'inflation en France, ceux de la pauvreté en Aleemagne, du chômage en Italie, UK et US ne sont pas truqués peut-être? Le FMI est devenue une institution surpuissante utralibérale qui a pour but de forcer la main à ceux qui refusent cette vue.

Sans compter que l'Argentine a remboursé ce qu'elle devait et qu'avec la Banque du Sud (FMI local), elle a accès à des prêts.
Réponse de le 04/02/2013 à 15:13 :
une institution monstrueuse qui veut mettre les pays à genoux! faire régner la peur , le désespoir et la misère! HONTE au FMI et à toutes ces institutions qui n'apportent que paupérisation et misérabilisme pour une poignée de nantis qui se goinfrent à notre détriment !!!
Réponse de le 04/02/2013 à 15:18 :
Comment dire "Le FMI est devenue une institution surpuissante utralibérale" sans remarquer l'incongruité d'un tel oxymore ?
Peut-être vouliez vous dire "Le FMI est devenue une institution surpuissante utra-étatiste" ? Ce qui serait plus cohérent. Quand des "experts" veulent décider ce qui est bien à la place des citoyens, c'est à l'exact opposé de la philosophie libérale.

Cela n'empêche pas l'Argentine de s'engager dans une voie sans issue, ou plutôt une voie qui ne peut mener qu'à la pauvreté, la misère et hélas, comme souvent, vers une dictature.
a écrit le 04/02/2013 à 11:25 :
L'Argentine tient tête au FMI, bien lui en prend , ce Machin comme aurait dit de Gaulle aussi, a mit nombre de pays dans la misère la plus totale, quand va t'on supprimer cette ignominie,qui gratifie ses membres de salaires royaux alors que eux demandent aux pays de se priver.
Réponse de le 04/02/2013 à 13:23 :
Mon cher Dominique...ce n'est pas parceque vous ne voyez que l'ambulance qui amène les blessés à l'hopital qu'il faut en conclure qu'elle est responsable de leur état... Les mesures du FMI ne sont que la conséquence directe et bien souvent douloureuse des mauvaises décisions prises par les Etats. Aujourd'hui plus qu'hier il est impossible de gouverner seul, tout se paye un jour ou l'autre.
Réponse de le 04/02/2013 à 15:14 :
Absolument pas d'accord avec vous ! DSK= + 1000
a écrit le 04/02/2013 à 11:06 :
Etonnant ? non ? !!!
L'ARGENTINE s'approche de l'IRAN et le LOBBY instrumentalise ce machin pour lui mettre la pression !
L'argentine vaincra !
a écrit le 04/02/2013 à 8:52 :
Voilà l'exemple d'un pays géré par le Front National, inflation, pauvreté, perte de compétitivité, l'Argentine faisait partie des pays développés, une nation riche qui après la prédation du populisme est devenue un pays du tiers monde, à méditer.
Réponse de le 04/02/2013 à 10:21 :
Prédation des capitalistes oui. Ce sont la classe politique de l'ère Menem, les entreprises américaines et européennes qui ont pillé ce pays. Le gouvernement, lui, fait ce qu'il peut.
Aguanta Argentina!
Réponse de le 04/02/2013 à 15:15 :
+ 100000000000 !!
a écrit le 04/02/2013 à 7:54 :
Tout d'abord on va nous faire croire qu'aucun "EXPERT" du FMI n'aurait vu les erreurs ??? FAUX. Ensuite qui sont les experts privés ? Goldman sachs ? Le FMI = "les USA", la stratégie est claire; remettre la main sur l'Amérique du Sud. C'est exactement comme la Grèce, on prête sur de fausses déclarations, ensuite on accuse pour que l'institution passe pour la victime, on récupère le contrôle total sur le pays, on y met un pote "et voilà". Il faut comprendre que nous sommes en guerre, et pour le moment les USA sont très fort car tout cela il le font en imprimant du papier qui endette tout le monde ! Joli coup ! On doit tout de même reconnaître que c'est bien joué et tout le monde y croit, avant 45 l'Argentine était l'un des pays les plus riches du coin !!!!!
Réponse de le 04/02/2013 à 10:37 :
La richesse de l'Argentine en 1945 était due à un juteux commerce avec les pays en guerre ... qui s'est arrêté ! Mais cetrains là bas ont décidé qu'il ne fallait rien changer -clin d'oeil à la situation actuelle en Europe- d'où la faillite qui s'en est suivie et dont le pays ne s'est jamais remis depuis !
Réponse de le 04/02/2013 à 15:18 :
Experts du FMI et d'ailleurs qui n'ont qu'un poichiche à la place d'un cerveau ! tout comme ces politiques qui nous gouvernent , de même! (et qui sont rémunérés plus que grassement ! HONTEUX !
a écrit le 04/02/2013 à 7:16 :
les études financières ne sont pas toujours fiables,tout le monde va y laisser des plumes..
a écrit le 03/02/2013 à 19:56 :
Il sera interessant de voir l'issue du bras de fer. L'exclusion risque d'etre compliquee pour l'argentine, dans le meme temps le pays survivra. A terme c'est l'autorite et les recommandations du FMI qui risque d'en patir. Affaire a suivre.
a écrit le 03/02/2013 à 19:06 :
Ce serait bien de se passer du FMI. Il y aurait peut-être d' autres prêteurs . Mais c'est un gros pari pour un pays. Sur le fond bien sûr Etat ou non il vaut mieux ne pas devoir de l'argent , le risque ëtant de dépendre de son créancier. Etre exclu du FMI en situation financière peu claire va aussi á priori mettre en doute les partenaires commerciaux.
Réponse de le 03/02/2013 à 19:31 :
Bah généralement quand tu vas voir le FMI c'est que justement tu n'as plus d'autres préteur. La fondation de l'Abbé Pierre peut être serait une alternative...
Réponse de le 03/02/2013 à 19:58 :
Le nationalisme de la république Argentine est toujours à ras de peau, mais là Dame Cristina descend au ras des pâquerettes: qui va venir investir, quel crédit au peso, quelle stabilité de la société, quel sort aux miséreux de +en+ nombreux ?? etc...
Réponse de le 04/02/2013 à 5:56 :
Le Japon est maintenant au bord de la faillite alors le FMI jouera quoi dans ce cas? Et aussi dans les cas des grands pays comme US, UK, France...
a écrit le 03/02/2013 à 18:35 :
Si le FMI devait sortir tous les pays dont l'inflation "officielle" est la moitié de l'inflation réelle, alors il ne resterait plus grand monde a bord :-)
a écrit le 03/02/2013 à 18:31 :
Faut-il rappeler que l'Argentine avait déjà envoyé paître le FMI au début des années 2000 après s'être extirpé douloureusement d'une crise économique que le FMI ne l'avait certainement pas aidé à éviter?
Réponse de le 03/02/2013 à 19:32 :
Sortie de la crise? Avec une inflation de plus de 20% j'ai quand même de gros doutes.
a écrit le 03/02/2013 à 17:52 :
Pour rappel le FMI est un organisme qui n'a d'international que le nom car son siège est aux USA et il ne prête qu'aux pays alignés sur la ligne US. Et l'Argentine n'est pas sur la ligne US et plus généralement occidentale. Donc ses déboires sont "normaux" si j'ose dire.

Bon sorti de ces considérations de politique internationale, on ne s'intéresse au FMI que lorsqu'on lui doit des sous ou que l'on souhaite lui en emprunter. Si l'Argentine ne souhaite plus lui en emprunter quel risque réel constitue l'exclusion ?

Ils peuvent emprunter à la Chine, aux BRICS plus généralement et au moyen orient. Sans compter le nombre astronomique de club de milliardaire qui prêtent aux états.
Franchement c'est une non-information ... .

L'idéal serait que l'Argentine se modernise et atteigne l'équilibre budgétaire pour ne plus emprunter ... . De plus comme le préconisait Keynes il faudrait une banque centrale mondiale indépendante avec une monnaie internationale. Cela a été fortement demandé lors des accords de Bretton Woods par Keynes en personne. Bien entendu les USA y voyait une perte de souveraineté face une institution internationale donc ça ne s'est pas fait. Depuis l'économie est biaisée au profit des USA et des alignés sur sa politique.

Pourtant l'ide serait vraiment intéressante t permettrait une réelle indépendance de jugement et de ton face à tous les pays du monde. Tous ... .
Réponse de le 03/02/2013 à 21:57 :
Moi si j'étais milliardaire ou un des BRICs je ne prêterai jamais à l'Argentine !
Faut pas exagérer, je veux revoir mon argent.
Au mieux, on peut faire du troc avec eux, viande ou soja contre bien manufacturés.
a écrit le 03/02/2013 à 17:40 :
Quel particulier bénéficierait d'autant de mansuétude de la part de ses créanciers ? Citez-moi un seul exemple, svp ! Alors je ne vois pas pourquoi on a attendu aussi longtemps pour s'émouvoir dans le cas d'un état. Et puis franchement, quand on voit les sanctions proposées, on en tremble de peur...
a écrit le 03/02/2013 à 16:27 :
JL. Mélanchon propose pour la france, vouloir faire comme l argentine:Une sessation de paiement des taux d intérets,comme l'autorise le traité international,en cas de difficultés financieres d un pays membre de l onu. Cette remontrance du fmi de Mme C.Largarde envers l'argentine a des relents d influences politiques et bancaires !
a écrit le 03/02/2013 à 15:45 :
certains pays s'en sont très bien sortis sans le FMI d'autres au contraire ont été descendus par le même FMI qui défend les financiers au détriment des peuples
a écrit le 03/02/2013 à 15:45 :
depuis quand les pays doive repondre de droit au fmi il ne doivent pas ce laisser faire par ce gouvernement international
Réponse de le 03/02/2013 à 16:17 :
Ce serait bien d'écrier sans faute!
Réponse de le 03/02/2013 à 18:32 :
@tous les deux, la prochaine fois abstenez vous!
Réponse de le 03/02/2013 à 18:38 :
Oui, mais bon, les fautes d'orthographes ont l'air d'aller de paire avec le niveau de compréhension de ce Monsieur.
Ce serait surtout bien qu'il arrêter de commenter.
Merci d'avance !
Réponse de le 03/02/2013 à 23:06 :
C'est pas mieux pour vous!
Réponse de le 04/02/2013 à 3:43 :
Vous êtes tous très intelligents....................
a écrit le 03/02/2013 à 15:30 :
Il est vrai que l'équipe actuellement au pouvoir en Argentine se moque pas mal du monde...
Réponse de le 03/02/2013 à 15:43 :
un ex dirigeant du fmi qui recevait le l argent au noir, un autre accusé de viol..... et ça donne des leçons de morale!!!!
Réponse de le 03/02/2013 à 15:50 :
@Yves , et de l' Angleterre( Mallouines!!!)...FMI agence anglosaxone?....
Réponse de le 04/02/2013 à 8:57 :
Le FMI des Etats-Unis veut contrôler l'économie mondial et Mm Christine Lagarde est une française, donc la France aussi, elle participe ce jeu
a écrit le 03/02/2013 à 15:23 :
FMI FU, FMI ne sert a rien, L'Argentine est bien en fort sans FMI
Réponse de le 03/02/2013 à 17:01 :
Le FMI cela sert a avoir de l'argent frais quand les caisses sont vides. Ce qui est le cas des Argentins. Malheureusement, le peuple va en subir les conséquence mais on a les dirigeants que l'on mérite et dans le cas de l'Argentine c'est probablement l'exemple le plus criant. Corruption, populisme (plutôt peronisme ou kirchnerisme) le cocktail est détonant.
Réponse de le 03/02/2013 à 17:32 :
le FMI est ki, pk il a le droit de donner les sanctions contre un pays. En plus il ne donne pas l'argent gentiment. Et dans le cas d'EU, son rôle est carrément nul mais avec les autres pays, il joue son rôle de bosse.
Réponse de le 03/02/2013 à 17:32 :
le FMI est ki, pk il a le droit de donner les sanctions contre un pays. En plus il ne donne pas l'argent gentiment. Et dans le cas d'EU, son rôle est carrément nul mais avec les autres pays, il joue son rôle de bosse.
Réponse de le 03/02/2013 à 18:37 :
Le FMI ? Vous voulez dire ceux-là même qui ont reconnu s?être trompé sur l'impact de leur stratégie sur la Grèce, a cause d'une erreur de calcul de leurs brillants économistes verreux ? :-)
Réponse de le 04/02/2013 à 7:24 :
c'est le FMI qui détruit la Grèce. Où il est, c'est la merd*
L'Argentine va bientôt entre dans le BRICs, ABRICs

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :