Le président chinois débute sa tournée africaine avant le sommet des BRICS

 |   |  919  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président chinois Xi Jinping atterira en Tanzanie, première étape de sa tournée africaine ce dimanche. Il entend faire de cette visite un symbole de la puissance politique de la Chine sur le continent où son pays est déjà très présent sur le plan économique.

 La Chine continue d'imposer sa marque sur le continent africain. Ce dimanche, le président chinois Xi jinping  Le président chinois Xi Jinping est attendu dans la capitale économique de la Tanzanie Dar es Salaam, première étape d'une tournée africaine qui doit aussi le mener en Afrique du Sud et au Congo-Brazzaville.

L'avion du nouveau chef de l'Etat chinois, qui arrive de Moscou où il a effectué son tout premier déplacement à l'étranger, doit atterrir vers 14h heure de Paris. Le dirigeant chinois doit rester jusqu'à lundi en Tanzanie qui l'un des pays africains avec lesquels la Chine entretient les plus anciennes relations. Selon le ministère tanzanien des Affaires étrangères, une vingtaine d'accords devraient être signés lundi, dans les domaines économiques mais aussi de la culture et du développement.  Xi Jinping devrait aussi délivrer un important discours sur les relations sino-africaines.

Le président chinois s'envolera ensuite pour l'Afrique du Sud, où il participera mardi et mercredi à Durban au 5e sommet des grandes puissances émergentes des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). Après cette réunion, il prendra la direction du Congo-Brazzaville pour clore sa tournée africaine, qui vise notamment à confirmer l'importance qu'accorde Pékin aux pays émergents. Au sommet des BRICS, le président chinois retrouvera son homologue russe, Vladimir Poutine, avec qui il a affiché des relations au beau fixe lors de son passage à Moscou. Une trentaine d'accords ont été signés entre les deux pays lors de cette visite.

Un nouveau "grand politique" qui joue la carte BRICS

Investi mi-mars comme président de la République populaire après avoir pris les rênes du Parti communiste en novembre, Xi Jinping a précisé avoir choisi la Russie pour son premier déplacement à l'étranger "afin de montrer l'importance particulière" des relations russo-chinoises. Outre les échanges économiques importants, les deux pays affichent une unanimité parfaite sur les grands dossiers internationaux, faisant front commun contre ce qu'ils qualifient d'ingérence dans les affaires intérieures des autres pays, notamment la Syrie. La Russie, seule grande puissance à entretenir encore des liens étroits avec Damas, et la Chine ont bloqué jusqu'ici tous les projets de résolution du Conseil de sécurité de l'ONU - dont ils sont membres permanents, avec droit de veto - condamnant le président syrien Bachar al-Assad.

Pour les analystes, l'enchaînement Russie-Afrique dans la première tournée étrangère de Xi Jinping est chargée de sens. "Avec la Russie et l'Afrique, Xi se rend aux endroits où la Chine apparaît jouir de son plus grand crédit sur le plan politique. Pékin s'appuie plus que jamais sur ces partenaires, dans un contexte de relations tendues avec la plupart de ses voisins et avec l'Occident", avait analysé la semaine dernière Jonathan Holslag, de l'Institut de recherche sur la Chine contemporaine de Bruxelles (BICCS).

La Chine est depuis 2009 le premier partenaire commercial de l'Afrique --le volume du commerce sino-africain a frôlé les 200 milliards de dollars en 2012. Partenaires depuis les années 1960, celles des indépendances africaines, la Chine et l'Afrique ont considérablement renforcé leurs liens depuis une quinzaine d'années. Les entreprises chinoises, d'Etat ou privées, ont investi massivement sur le continent pour extraire du pétrole ou des matières premières, cultiver des terres ou construire des hôpitaux, des routes ou des barrages.

L'étape en Tanzanie est un symbole

Dans ce contexte, l'étape tanzanienne est elle-même symbolique. "La Tanzanie et la Chine entretiennent depuis longtemps des relations étroites et amicales," commentait également avant le début de la tournée Frans-Paul van der Putten, du Netherlands institute of international relations de Clingendael. 

"La décision de Xi de se rendre d'abord en Tanzanie suggère que la Chine n'est pas seulement intéressée dans les gains économiques à court terme, mais qu'elle cherche à développer des partenariats de long-terme avec les pays africains," avait-il ajouté. La Chine a certes d'importants intérêts économiques en Tanzanie, notamment dans le secteur minier. Mais c'est aussi là qu'elle a réalisé, dans les années 70, ce qui est encore aujourd'hui considéré comme le plus vaste projet d'aide chinoise en Afrique: une ligne de chemin de fer reliant le pays à la Zambie.

La Chine en pleine opération de communication

Dans un entretien à des médias de pays des BRICS, le président chinois a récemment souligné la vaste coopération entre la Chine et l'Afrique et insisté sur "l'amitié" que portait son pays à tous les pays du continent, quelles que soient leurs taille, puissance ou richesses. "La Chine les traite également et mène activement une coopération pragmatique qui bénéficie aux deux parties," avait-il assuré.

Cette opération de communication masque des relations qui se tendent avec la Chine. Il y a un peu plus d'une semaine, le président de la banque centrale du Nigéria à ouvrir les yeux sur le comportement chinois en Afrique.  "Il est temps pour nous d'ôter les lunettes teintées de rose à travers lesquelles nous voyons la Chine", avait appelé Lamido Sanusi dans les colonnes du Financial Times. "La Chine nous prend des matières premières et nous fournit des biens manufacturés. C'était aussi l'essence du colonialisme", c'était-il insurgé?

>> LIRE AUSSI Le coup de gueule du gouverneur de la banque centrale du Nigeria contre l'impérialisme chinois en Afrique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/03/2013 à 0:49 :
la chine adopte réellement l'impérialisme moderne avec l'afrique a nos gouvernant la prudence totale avant trop tard
a écrit le 25/03/2013 à 13:29 :
Les Chinois font exactement ce que nous aurions du faire depuis 30 ans. Ils signent des accords de coopération, ils donnent peu d'argent mais ils livrent des aéroports et des routes clé-en-main en échange de matières premières. Et pendant ce temps leurs commerçants s'installent sur place.
Ils ont compris que la vieille Europe avait abandonné l'Afrique à des relations trop personnelles et élitistes.. et à la pauvreté. Les chinois ont une vision que nous ne comprenons pas forcément car ils sont pragmatiques là où nous sommes théoriciens.
Il faut avouer qu'il y a énormément d'intelligence de la part de Xi Jinping à commencer par Dar es Salam, l'anglophone qui a connu le commerce avec la Chine depuis 1420, et terminer par le Congo-Brazza, la francophone en marchant directement sur les terres abandonnées par les français coincés entre remords, mauvaise conscience et inefficacité. C'est un dirigeant congolais qui disait : "lorsque je parle d'un projet avec les fonctionnaires français, après deux ans on discute toujours....avec les chinois c'est signé en deux mois ! Alors ?"
Les Européens ont été incapables de formuler une politique Africaine digne de ce nom combinant aides locales, formation, investissements et échanges de toute nature. Nous avons abandonné l'Afrique, or la nature a horreur du vide ! Ceux se plaignent que les Chinois réussissent en Afrique feraient mieux d'utiliser leur énergie à découvrir comment recréer le dialogue avec des peuples qui parlent notre langue !
a écrit le 25/03/2013 à 13:17 :
c'est pas Chine Tao, mais plutôt Chine swallow
a écrit le 25/03/2013 à 13:06 :
les chinois ont enormement d argent ils font des accord comerciaux avec tout ceux qui le veulent ils ne le font pas par les armes comme le font les pays europeens et americains rien n enpeche les autre pays d en faire autant l rien ne vaux la negosiation entre les peuples les guerres sont maitenant depasse la guerre ECONOMIQUE a comence velliez y REFLECHIR m les politiciens de tout bort idelogiquemnt
a écrit le 25/03/2013 à 10:51 :
la chine, s'empare petit à peit des ressources du continent noir; Elle soudoie les chefs d'états locaux, les peuples bien sûr ne participent pas aux gains. Du bon colonialisme, pire sans doute que les blancs. Même les commerçants et ouvriers chinois sont sur place, nous on des troupes au Mali, on perd de l'argent, les chinois en gagnent. Qu'est-ce qu'on est c......
a écrit le 24/03/2013 à 19:14 :
Bonjour, oui le monde change à grande vitesse, la Chine à pris le travail grace à l'exploitation du paysan chinois, à voler notre savoir faire a force de travail et a copier nos brevets.... Actuellement avec un grand sourire elle s'empare des glissement de minerais, des terre cultivable de ce continent vierge de la révolution industriel, espérons que les richesse ne partirons pas vers la Chine et les émigrants vers nos pays..... Oui bientôt les prochaines génération d'africain aura les yeux brider..... Comme cela vas le monde .
a écrit le 24/03/2013 à 13:57 :
L'Occident devra modifier son regard sur le couple russo-chinois et d'une manière plus générale sur les BRICS et d'une manière encore plus générale sur l'ensemble des pays non alignés (que l'on peut évaluer à environ 100 pays dans le monde). L'Occident ne peut plus être le gendarme du reste du monde, sauf à prendre de plus en plus de risque de guerre.
Réponse de le 24/03/2013 à 15:20 :
@atention...: sauf que le couple russo-chinois n'existe pas, car la Russie et la Chine ont un contentieux important et se méfie l'un de l'autre. Les BRICS sont un groupe de pays non alignés sur les US, pas autre chose.
a écrit le 24/03/2013 à 13:21 :
Comment est-il possible qu'un journaliste fasse autant de fautes d'orthographe? C'est au passage également le cas dans les derniers articles sur Chypre et le Président chinois.
Réponse de le 24/03/2013 à 15:23 :
@dphine: la majorité des articles sont traduits de l'anglais, et en France on emploie de préférence des Québécois pour la relecture, voire pour la traduction :-) tandis qu'au Canada en général et au Québec en particulier, on emploie pas les Français parce qu'ils n'ont pas de diplômes canadiens ou d'expérience professionnelle canadienne. Le monde est bizarre, non :-).
a écrit le 24/03/2013 à 12:59 :
Probablement en tournée pour un concert avec les Enfoirés locaux du cru.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :