Gatsby, c'est un livre, des films... et un concept économique

 |   |  473  mots
Leonardo Di Caprio incarne le richissime Jay Gatsby dans l'adaptation de l'oeuvre de Francis Scott Fitzgerald par Baz Luhrman - Copyright Reuters
Leonardo Di Caprio incarne le richissime Jay Gatsby dans l'adaptation de l'oeuvre de Francis Scott Fitzgerald par Baz Luhrman - Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Jay Gatsby, le "magnifique" personnage de Francis Scott Fitzgerald étale à nouveau sa richesse sur grand écran ce mercredi dans l'adaptation de Baz Luhrman qui ouvre le festival de Cannes. Mais saviez-vous que le fameux milliardaire de fiction a également inspiré une thèse économique ?

Et si un chef d'?uvre se reconnaissait aussi par les idées qu'il inspire... C'est sans doute le cas de Gatsby. Le héros de Francis Scott Fitzgerald a non seulement fait l'objet de multiples adaptations - dont la dernière au cinéma avec Leonardo Di Caprio dans le rôle-titre s'offre le luxe d'ouvrir le Festival de Cannes ce mercredi -, mais il est surtout devenu un archétype. Celui du milliardaire "parvenu", brillant exemple de "l'American dream", celui qui permet au fils de fermier de faire fortune, quitte, au besoin, à en passer par des affaires douteuses.

Plus la mobilité sociale est faible, plus les inégalités sont grandes

Par antithèse, l'économiste américain Alan Kruegman a fait de Gatsby un concept économique. Celui-ci tente de vérifier l'hypothèse selon laquelle les inégalités et la faible mobilité sociale d'un pays sont corrélés. En clair : moins les fils ont de chances d'être plus riches que leurs pères, plus les inégalités constatées sont grandes. Et inversement. Le principe est matérialisé par une courbe que ce professeur de Princeton a baptisée "courbe de Gatsby le Magnifique" (si l'on suit la traduction française de "Great Gatsby").

Sur l'axe vertical figure le niveau d'élasticité intergénérationnelle des revenus qui mesure la différence entre le revenu des enfants et celui des parents en 2011. Dans ce cas précis, aux Etats-Unis, si un père gagne 20% de plus qu'un autre, le fils du premier gagne en moyenne 8% de plus que celui du second. Plus cette élasticité est grande, plus la mobilité intergénérationnelle est faible. L'axe des abscisses fait quant à lui apparaître les inégalités mesurées par le coefficient de Gini.

"Le riche s'enrichit et le pauvre... a des enfants"

Il apparaît que les Etats-Unis font partie des pays les plus mal placés au monde. Derrière la France même, dont les élites et le système de Grandes Ecoles sont particulièrement pointées du doigt depuis quelque temps.

Outre-Atlantique, cette courbe de Gatsby a fait du bruit l'an dernier. Elle figure en effet dans le rapport annuel remis par les conseillers économiques de la Maison Blanche au président Obama en février 2012. L'idée défendue: pour lutter contre les inégalités, il faut renforcer le système scolaire afin qu'il autorise davantage de mobilité sociale. Quant à savoir si cette courbe démontre véritablement par les chiffres que le "rêve américain" ne vaut plus désormais que dans les livres ou sur grand écran... peut-être vaut-il mieux laisser le dernier mot à Fitzgerald : "Une chose est sûre et rien n'est plus certain. Le riche s'enrichit et le pauvre... a des enfants" (Gatsby, chapitre 5).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2013 à 12:23 :
Un autre point de vu du Festival de Cannes:
http://parolesautourduneandouillettte.blogspot.com.es/2013/05/Le-Festival-de-canes.html
a écrit le 16/05/2013 à 9:03 :
ils n'ont vraiment rien à faire !!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 15/05/2013 à 19:11 :
eux, la recession ne les touchent guère.....
a écrit le 15/05/2013 à 14:43 :
Muais, on pet romancer cela comme on veut, il n'en reste pas moins que les premières inégalités viennent duf ait que les états interviennent à outrance dan l'économie et il créé des distorsions, et faussent le jeu de la concurrence et écrasent l'économie d'un ultra fiscalisme. Aujourd'hui le gouvernements français a réussi à nous créer 2000 milliards d'euro de dettes, tout cela à cause de gouvernements UMPS profondément anti libéraux, pas besoin d'aller aux USA pour voir ce qui se passe en France, ni de chercher des coupables à l'étranger, nos hommes politiques dogmatique conservato colectivistes récoltent le fruit de leurs politiques étatistes désastreuses.
Réponse de le 15/05/2013 à 15:17 :
les certitudes sont toujours FAUSSES cher ami, il faut toujours nuancer. En effet l approche etatique peut etre vu a contrario comme des mesures visant à corriger ces déséquilibres, avec plus ou moins de succes en fonction de l acceptation ou non ou de la resistance des agents economiques fraudant ou contournant les systemes, poussant les etats a intervenir encore..... Je le vous le redit vos certitudes sont fausses et non prouvées par les faits, malgre vos affirmations et celles d autre.... Ca l economie comme la sociologie ne sont pas des sciences exactes; rien n est tous blancs ou tous noirs.... Car vous oubliez tous le facteur HUMAINS. VOS certitudes et solutions ne sont pas bonnes, tout comme celle des tenant du tout etat ne le sont pas non plus.... Ils faut trouver un equilibre, un concensus qui sera accepte par la majorité. Tant que chacun defendra sa caste, son petit confort, "ses acquis" sans rien remettre en question on ira dans le mur. Car nous sommes en economie mondialisée et globalisée.
Réponse de le 15/05/2013 à 15:22 :
Avec un tel raisonnement il est effectivement urgent d'interdire toute etude et reflexion, la conclusion est deja prete, absolue et immutable. Alors a quoi bon envoyer les gens a l'ecole?
Réponse de le 15/05/2013 à 16:41 :
@@libre : merci ! enfin un commentaire raisonnable ! Il est incroyable de voir combien, ici, se contentent de théories, qui datent, de plus , de 1 à 3 siècle en arrières ! TOUTES les théories économiques (Keynes, Smiths, Marx, pour les plus connues) sont, à la base, fausses dès le départ pour une seule et bonne raison : elles sont basées sur la rationalité de l'Homme. Elles ne fonctionnent que dans le cas précis où tous les Hommes pensent et agissent de la même façon. On sait bien que ce n'est pas le cas. Donc faire des commentaires bourrées de certitudes grossières n'amène ne rien si ce n'est se faire mousser en empilant les mots (je cite : "nos hommes politiques dogmatique conservato collectiviste".... vous pensez impressionner qui ?). De même le manichéisme que beaucoup pronent ici est obsolète depuis plus de 100 ans quand les gens vivaient encore dans l'ignorance religieuse. Avec toutes les sources d'informations que nous avons il est pour moi impossible de répondre simplement oui ou non, blanc ou noir, coca ou pepsi (ah si ! Coca !),... La nuance permet des discours mieux construits et surtout plus juste !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :