La Chine veut purger son système financier

 |   |  806  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Les autorités chinoises sont résolues à réorienter le crédit qui a une fâcheuse tendance à favoriser la spéculation et générer des créances douteuses. Objectif : une meilleure allocation des ressources pour conforter une croissance économique plus modeste mais plus saine. La Bourse de Shangaï a mal réagi et chuté spectaculairement de 5,3%.

Les liquidités dans le système bancaire sont à un "niveau approprié", a estimé lundi dans un communiqué la Banque centrale chinoise (PBOC), signalant ainsi son refus d'intervenir. Ce qui a fait chuter la Bourse de Shanghai lundi, de 5,3%, sa plus importante dégringolade depuis près de quatre ans. Les investisseurs s'inquiètent du refus affiché de la PBOC d'aider le secteur bancaire en difficulté.

Après avoir très fortement progressé, les taux interbancaires s'étaient brusquement détendus vendredi, le taux de refinancement à sept jours tombant de 11,62% à 8,33%, sur fond de rumeurs de pression de la Banque populaire de Chine (PBOC, Banque centrale) pour que les bailleurs libèrent des fonds. Selon la presse, la Banque centrale aurait injecté 40 milliards de yuans (4,88 milliards d'euros) dans certaines banques pour soulager leur crise de liquidités.

Un ralentissement de la croissance est moins perturbateur qu'une relance

Mais les autorités chinoises ne veulent pas donner l'impression d'assouplir leur politique monétaire. Elles veulent en effet mettre un terme à la très forte croissance du crédit en début d'année ce qui a pour conséquence une augmentation des prêts susceptible de se transformer en mauvaises créances. « Le gouvernement considère maintenant qu'un nouveau ralentissement modeste de la croissance à 7%-7,5% est moins perturbateur qu'un ambitieux nouveau plan de relance de nature à soutenir une croissance à 8%. Le ratio de la dette privée (ménages et entreprises non financières) sur le PIB s'est déjà envolé de 50 points de pourcentage au cours des 4 dernières années, l'augmentation la plus importante par les économies émergentes, et même plus grande que celle des Etats-Unis et des pays de la zone euro en six ans. », indique Willem Buiter, chez Citi.

"La banque centrale... va probablement laisser les banques régler elles-mêmes leurs problèmes, c'est pourquoi les difficultés créées par le manque de liquidités vont rester entières en l'absence de tout signal d'assouplissement monétaire", a déclaré à l'AFP Shen Jun, analyste de la banque BOC International.

"Il n'y a pas de pénurie de fonds, juste des fonds qui sont mal placés"

L'agence officielle Chine nouvelle a estimé durant le week-end qu'il "n"y a pas de pénurie de fonds, il y a juste des fonds qui sont mal placés", soulignant un problème structurel du pays : la mauvaise allocation des ressources financières. L'agence a notamment rendu responsables de cette situation la spéculation et les crédits informels et non régulés en dehors du secteur bancaire.

Les surcapacités dans certains secteurs sont telles que les grandes entreprises qui ont plus facilement accès au crédit préfèrent devenir prêteurs que d'investir dans la production. Des aciéristes se faisant banquiers, c'est pour le moins suprenant, mais logique en raison de la difficulté de nombre de petites entreprises d'avoir accès au crédit, et à l'interdiction - théorique - des pouvoirs régionaux de faire des prêts. Conséquence, tout un système de « shadow banking » s'est développé depuis des années, concourant à la montée importante de défauts sur nombre de crédits.

Les prix de l'immobilier maintenus à la hausse à cause de la spéculation

Autre secteur, qui risque de subir un "nettoyage" en raison de la nouvelle politique des autorités : l'immobilier malmené par une spéculation qui maintient les prix à la hausse. Les grandes sociétés immobilières voient leurs titres obligataires se déprécier. Les rendements des emprunts immobiliers ont bondi de 98 points de base à 8,54% au cours du deuxième trimestre, le plus élevé depuis le 23 novembre et surtout depuis un plus bas de 6,96 % attaint le 10 mai, selon la Deutsche Bank.

Sur un fond plus politique, la nouvelle équipe - le président Xi Jinping et son Premier ministre Li Keqiang - qui a pris les manettes du pouvoir officiellement en début d'année se voit tester sur sa capacité à réorienter l'économie chinoise  : comment passer d'une croissance alimentée par les bas coûts de travail et les exportations à un développement fondé davantage sur la consommation intérieure favorisée par des salaires plus élevés et une couverture sociale de qualité.

Mais outre les orientations financières, il faut également que le pouvoir évolue aussi, que l'organisation du parti communiste, qui a la mainmise sur le pays à travers sa structure, se transforme. or si au sein du parti, certains courants militent pour une libéralisation du système, comme l'avait prôné en maintes occasions l'ex-Premier ministre Wen Jiabao, régulièrement censuré à l'époque, en revanche les résistances sont encore importantes, notamment de l'armée qui maîtrise des pans entiers de l'économie et a intérêt au statu quo.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/07/2013 à 8:07 :
Un nouvel acte de la crise globale se joue actuellement en Chine

http://www.leconomiste.eu/decryptage-economie/62-un-nouvel-acte-de-la-crise-globale-se-joue-actuellement-en-chine.html
a écrit le 26/06/2013 à 18:44 :
la chine a deux problemes.... a resoudre une armee trop influante ... et une monnaie trop faible ... mais sil arrivent a donne plus de droit et de pouvoir d achat a leur peuple il pourrons mieux conprendre les economie eurpeennes ???
a écrit le 26/06/2013 à 10:05 :
a lire votre article je fus sidéré de la naivetée du pouvoir central chinois , cela pourrait en être comique pour un régime communiste primaire anti-capitaliste , mais le fond est bien plus grave , ils semblent totalement déconnectés de la realitée économique de leur pays et de l'état de leurs banques , plus inquiétant pour eux , l'état va devoir maintes fois revenir a sauver les banques en injectant les surplus financiers qu'avait engendré la chine usine du monde , cela pourrait vite s'épuiser avec une croissance qui s'amenuise et qui commence a se répercuter a travers les autres pays émergents , non j'ai l'impression d'une crise a l'espagnole en pire
a écrit le 25/06/2013 à 16:03 :
J'adore la crise mondiale...Les prix des biens sont au plus haut tout comme le chômage et la spéculation immobilière...
Qui va payer....Nous citoyens du monde, nous allons cotiser pour sauver les profiteurs...
Dans notre merveilleux pays qui est la France, le prix de l'immobilier est juste( parole de la droite et la gauche), et le déficit n'a pas exister sous la droite( parole de l'UMP) et il n'a pas été augmenté par la gauche( parole de la gauche). Bref, vive le génie français...
a écrit le 25/06/2013 à 15:51 :
Attention à la prochaine crise qui nous vient de Chine et que nous allons payer à 100%.
a écrit le 25/06/2013 à 13:23 :
Reprenons! L'économie chinoise est dans la m... Il fallait intervenir vite! Un purgatif genre laxatif a donc été distribué à tous les financiers . Puis avec la pression de la PBOC , les taux se sont détendus et les bailleurs ont enfin pu (berk!! ) libérer des fonds (attention aux odeurs) . Ainsi grâce à la banque centrale chinoise tout le monde a été soulagé ! Le lendemain matin, après la purge, qui ressemblait à une tourista boursière ,tout le monde avait le sourire (comme dans la pub Dulc...) .
a écrit le 25/06/2013 à 11:13 :
"Il n'y a pas de pénurie de fonds, juste des fonds qui sont mal placés" c'est pour cela qu'une petite délégation d'entrepreneurs chinois est reçue aujourd'hui à l'Elysée, c'est pour bien placer les fonds.
a écrit le 25/06/2013 à 9:31 :
A la chinoise!!!Au moins là bas, on ne s'embarrasse pas avec les créanciers car de toute façon ce n'est jamais une denrée rare!!!! Si certains disparaissent d'autres refont surface!!! Ils ont encore un peu le sens du bien commun à défendre!!!
a écrit le 24/06/2013 à 22:37 :
Il sera interessant de voir si le capitalisme d'état a la chinoise arrive a ses fins. La mauvaise allocation de la resource financiere n'est pas une specialite de l'empire du levant mais les financiers preferent peut etre la maniere chinoise. Affaire a suivre
a écrit le 24/06/2013 à 21:55 :
y a du boulot, ca ft 10 ans que leurs banques sont plombees par les creances douteuses...
a écrit le 24/06/2013 à 21:14 :
Pas mieux que notre occident, en gros. Mais pourquoi aurait-il fallu que ce soit différent..?? L'argent tue tout. Ce n'est pas nouveau.
a écrit le 24/06/2013 à 21:02 :
Hé bien espérons qu'il n'est pas trop tard et qu'ils vont y arriver, sinon on est mal barrés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :