Le Mexique sera bientôt plus compétitif que la Chine

 |   |  414  mots
Le président chinois, Xi Jinping, et le président mexicain, Enrique Pena Nieto, lors d'une rencontre en juin 2013. Le Mexique va-t-il piquer à la Chine sa première place en matière de compétitivité ? / Reuters
Le président chinois, Xi Jinping, et le président mexicain, Enrique Pena Nieto, lors d'une rencontre en juin 2013. Le Mexique va-t-il piquer à la Chine sa première place en matière de compétitivité ? / Reuters
D'après une étude publiée, ce vendredi 28 juin, par le Boston Consulting Group, le Mexique pourrait bientôt devenir plus compétitif que la Chine, notamment grâce au coût de ses salaires et de son énergie.

Les Chinois ont-ils du souci à se faire ? D'après une étude du Boston Consulting Group, publiée ce vendredi 28 juin, le Mexique devrait bientôt devenir plus compétitif que la Chine... en matière de coût de production. L'Empire du Milieu, surnommé "l'usine du monde", devrait perdre son titre au profit du troisième plus grand pays d'Amérique latine.

Les points forts de son rival américain ? Le montant de ses salaires, ses nombreux accords de libre-échange et le coût de son énergie. 

Pour l'instant, le troisième partenaire commercial des Etats-Unis n'est que la 14e puissance économique mondiale. Le Mexique doit beaucoup à son grand-frère américain, puisque 75% de ses exportations sont dirigées vers les Etats-Unis, avec lesquels il partage 3.200 kilomètres de frontières... ultra-sécurisées.

Plusieurs millions d'emplois à la clé

D'ici à 2015, les salaires des Mexicains devraient être inférieurs de 30% à ceux des Chinois, plafonnant à un peu moins de 4 dollars de l'heure (taxes comprises), contre un peu plus de 4 dollars en Chine.

Ce pays hispanophone bénéficie également de nombreux accords commerciaux très avantageux. Il a ainsi signé quelques 44 traités tels que l'ALENA (Accord de libre-échange Nord Américain), en 1994, ou l'Alliance du Pacifique (Chili, Colombie, Mexique, Pérou) en 2012. La Chine, elle, n'en détient que 18...

Côté énergies, l'essence coûte moins chère chez les Mexicains. Le baril s'élèvait ainsi à 3,24 dollars, en 2012, contre 4,89 dollars chez son concurrent. Son gaz affiche également des prix défiants toute concurrence, à 5 dollars le million de BTU (British Thermal Unit) contre 13, 6 dollars en Chine.

L'électricité reste aussi moins chère à 11,5 dollars/kWh, contre 12 dollars de l'autre côté du Pacifique. Le pays, qui possède de nombreuses réserves de gaz de schiste, pourrait également en tirer des bénéfices dans le futur.

Cette compétitivité devrait créer 1,5 à 3,5 millions d'emplois supplémentaires dans le pays d'ici 2017. Mais l'essor du Mexique, réputé dangereux, risque toutefois d'être amoindri par son image.  Et les investisseurs s'interrogent également sur ses capacités à fournir une main-d'oeuvre qualifiée et à proposer une industrie à la hauteur des enjeux technologiques de demain.

La corruption, le crime et la lenteur bureaucratique restent les trois facteurs majeurs cités par les investisseurs pour ne pas venir s'installer dans le pays. Le Mexique ne risque pas de devoir montrer tout de suite de quoi il est capable. La Chine, premier exportateur mondial, peut dormir tranquille...pour l'instant.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/06/2013 à 0:11 :
Grosse erreur concernant le prix de l'électricité !
"L'électricité reste aussi moins chère à 11,5 dollars/kWh, contre 12 dollars de l'autre côté du Pacifique" !! A ce prix là, on rapatrie toute l'industrie en France !

Il s'agit de CENTIMES DE DOLLARS / kWh.
Réponse de le 01/07/2013 à 13:26 :
4 dollars de l'heure?
par jour plutôt !
Y a un paquet de pays dans le monde où on gagne bien moins que 4 dollars de l'heure;
le Vietnam, le Cambodge, le Laos, la Birmanie, la Thaïlande où le salaire journalier est maintenant de minimum 300 baht donc 10 dollars américains . (environ 1 dollar de l'heure)
Réponse de le 06/07/2013 à 19:23 :
Tout à fait Farang...
a écrit le 28/06/2013 à 13:11 :
Il leur reste tout de même à sécuriser un pays dont certaines régions contrôlées par les cartels de la drogue ressemblent à la Colombie des années 80-90...
Y'à du boulot !
Réponse de le 28/06/2013 à 15:37 :
@réaliste: encore faut-il savoir lire entre les lignes: le Mexique est un allié des US, pas la Chine. Donc le vilain c'est le Chinois et le gentil c'est le Mexicain :-)
a écrit le 28/06/2013 à 13:08 :
"3e plus grand pays d'Amérique Latine" :
On parle de superficie, économie, population ?
Si le Brésil est 1er et le Mexique 3e alors qui est le 2e ?

"Ce pays espagnol" :
Le Mexique est encore une colonie de l'Espagne ou bien on parle d'un pays hispanophone ?
Réponse de le 28/06/2013 à 17:14 :
grand c'est grand c'est la taille
a écrit le 28/06/2013 à 10:21 :
Titre trompeur et accrocheur; résumé parfait:"Le Mexique ne risque pas de devoir montrer tout de suite de quoi il est capable." Eternel eldorado, la terre promise des industries et des usines depuis si longtemps, ne fait que regresser, si elle n'était pas membre de la NAFTA, bénéficiaire prioritaire des investissements directs US et de la proximité au 2eme marché mondiale des USA (après l'Europe). Mais, il ne suffit pas d'être géographiquement bien placé. Ah oui, La France est géographiquement bien placée en Europe;ET bénéficiaire prioritaire des investissement étrangers en Europe; Juste une coïncidence? C'est contagieux, ça?
Réponse de le 01/07/2013 à 9:34 :
+ Mexico s'enfonce, bonjour le terrain là bas...
a écrit le 28/06/2013 à 10:18 :
je m'en fous

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :