La production manufacturière chinoise repart à la hausse

 |   |  228  mots
D'après les premiers résultats de HSBC, la production manufacturière chinoise a légèrement progressé en août / Reuters
D'après les premiers résultats de HSBC, la production manufacturière chinoise a légèrement progressé en août / Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La banque HSBC a publié, ce jeudi, ses premières estimations de l'indice PMI chinois. D'après ses résultats, la production manufacturière est repartie à la hausse en août, après plusieurs mois de baisse, avec un indice à 50,1 points.

La production manufacturière chinoise affiche une légère embellie. D'après les données publiées ce jeudi 22 août par la banque HSBC, elle a légèrement rebondi en août, après plusieurs mois de ralentissement.

L'indice provisoire PMI a largement dépassé les prévisions à 50,1 points, son plus haut niveau depuis quatre mois, contre 47,7 points en juillet. Alors que la production manufacturière enregistrait le mois dernier sa plus forte contraction depuis onze mois, cette légère hausse marque "un début de stabilisation", estime Qu Hongbin, chef économiste pour la Chine chez HSBC, cité par l'AFP.

>> Lire aussi : L'activité du secteur privé progresse en zone euro... mais baisse en France

Des résultats stimulés par la demande intérieure

Ce rebond, a-t-il souligné, s'explique notamment par "les mesures d'ajustement" prises en juillet par le gouvernement pour stimuler l'économie, notamment via des exemptions fiscales.  Cette hausse a surtout été tirée par "la demande intérieure"

"Nous nous attendons à ce que l'instillation (des mesures de soutien gouvernementale) se poursuive dans les prochains mois, ce qui génèrera probablement quelques surprises positives pour la croissance économique chinoise", a ajouté l'analyste.

La Chine a affiché une croissance en baisse au deuxième trimestre à 7,5%. En 2012, le pays a affronté ses plus faibles résultats de croissance depuis treize ans (7,8%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/08/2013 à 12:10 :
ou comment passer en un mois, et alors que toutes les composantes influentes sont mauvaises, du pire au meilleur... C'est la production qui remonte en flèche ou le diktat du PC chinois?
a écrit le 22/08/2013 à 19:20 :
Déjà que les chiffres économiques chinois sont bidonnés, on va croire à leur indice PMI, bien sûr !
a écrit le 22/08/2013 à 14:56 :
ce qui est clair c'est que les pseudo economistes se foutent de nous . Ecoutez Olivier Delamarche qui est l'un des rares a nous dire la verité : les banqes centrales ( USA , Japon , et bientot UE ) inondent les marches de liquidités ( 84 milliards de dollards PAR MOIS pour les USA) . Ces QE font que les bourses sont comme droguées de "fausse monnaie" , et que CA NE PEUT PAS DURER INDEFINIMENT . Cela va aboutir a ,soit un defaut generalisé sur les dettes , soit a une guerre mondiale .
Réponse de le 22/08/2013 à 16:39 :
Pourtant, le nerf de la guerre étant l'argent, ce serait une grosse perte de rentabilité de ne pas la faire.
Réponse de le 22/08/2013 à 17:37 :
Sachant que le défaut généralisé entraînera une guerre mondiale, la vision que vous nous proposez n'est pas très reluisante... Rappelez-moi les prévisions d'Olivier Delamarche concernant les marchés boursiers pour l'année dernière ? CAC40 à 2000 me semble t'il...
Réponse de le 22/08/2013 à 17:51 :
"défaut généralisé entraînera une guerre mondiale" allégation sans preuve. Voyez les précédentes bonnes crises économiques de 1870 et 1930. Il n'y a pas eu de défaut. Ce n'est pas le défaut qui entraine la guerre, c'est la baisse de rendement des capitaux.
Réponse de le 22/08/2013 à 17:53 :
Au fait. Vous oubliez allégrement que Delamarche plaide pour SES capitaux. Rien d'autre.
a écrit le 22/08/2013 à 14:15 :
Clair que c'est une crise qui n'arrête pas de finir...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :