La Tanzanie emploie des milliers d'enfants mineurs pour extraire son or

 |   |  382  mots
(Crédits : Reuters)
Selon un rapport de l'ONG américaine Human Rights Watch publié ce mercredi, des milliers d'enfants travaillent dans des mines aurifères de Tanzanie dans des conditions dangereuses. Ce pays d'Afrique de l'Est est le quatrième producteur d'or du continent. Ses extractions lui ont rapporté 85 millions de dollars en 2012.

Des milliers d'enfants sont exploités dans les mines d'or de Tanzanie, d'après un rapport publié, ce mercredi 28 août, par l'association Human Rights Watch (HRW). "Des milliers d'enfants travaillent en Tanzanie dans des mines d'or à petite échelle, agrées ou non", affirme l'ONG américaine, qui a visité 11 sites miniers de ce pays d'Afrique de l'Est, quatrième producteur d'or du continent.

Tandis que les garçons "creusent et forent dans des fosses profondes et instables" parfois jusqu'à 24 heures d'affilée, les fillettes "subissent des pressions pour qu'elles se prostituent" ou sont "victimes d'exploitation sexuelle", explique HRW.

1,6 tonne d'or extrait en 2012

Selon l'organisation, les enfants risquent en permanence d'être blessés ou tués dans l'effondrement des fosses ou par leurs outils. Les poussières qu'ils respirent et les lourdes charges qu'ils portent mettent en péril leur santé, tout comme les risques d'empoisonnement au mercure utilisé pour séparer l'or du minerai.

La Tanzanie a extrait de ses mines 1,6 tonne d'or en 2012 pour une valeur d'environ 85 millions de dollars (63,5 millions d'euros). La production est majoritairement exportée vers les Émirats arabes unis, la Grande-Bretagne, la Chine, l'Afrique du Sud et la Suisse.

"Les accords internationaux auxquels la Tanzanie est partie stipulent que l'emploi d'enfants dans le dangereux secteur minier est l'une des pires formes de travail des enfants", a dénoncé l'association qui estime que, "si la Tanzanie" a instauré "de strictes lois" prohibant leur travail dans les mines, "le gouvernement a fait bien trop peu pour les faire appliquer".

Entre 500.000 et 1,5 million de Tanzaniens travaillent dans les mines

L'ONG appelle les inspecteurs du travail à "visiter régulièrement les mines agréées et celles opérant sans licences" et à "faire en sorte que les employeurs faisant travailler des enfants soient sanctionnés". "Il est de la responsabilité de l'industrie aurifère de s'assurer qu'elle ne profite pas directement ou indirectement du travail illégal des enfants", ajoute-t-elle.

HRW dénonce également le fait que la question du travail des enfants soit absente d'un projet de soutien de 55 millions de dollars (41,1 millions d'euros) de la Banque mondiale au secteur aurifère tanzanien. D'après le Programme des Nations unies pour l'Environnement (Pnue), entre 500.000 et 1,5 million de personnes travaillaient, en 2012, dans le secteur minier aurifère dans le pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/08/2015 à 12:15 :
PAR L'INTERMEDIAIRE DE LA COMMISSION FEDERALE DES BOURSES ETRANGERES (CFBE-SUISSE) , LE SECRETARIAT D'ETAT A L'ETUDE ET A LA RECHERCHE DE LA CONFEDERATION LANCE UN APPEL A LA CANDIDATURE POUR 500 BOURSES D'ETUDES SUISSES AU TITRE DE L'ANNEE ACADEMIQUE 2015 - 2016 .CES BOURSES SONT DESTINEES AUX RESSORTISSANTS DES PAYS
DE LA CATEGORIE A
(pays industrialisés européens, et extra-européens)
ET CEUX DES PAYS DE LA CATEGORIE B
( pays en developpement, du tiers monde et extra - européens).
ELLES DOIVENT LEUR PERMETTRE DE POURSUIVRE LEURS ETUDES, DE PARFAIRE LEURS CONNAISSANCES POUR LES TRAVAUX DE RECHERCHES DANS LES DOMAINES AUXQUELS LES UNIVERSITES SUISSES ACCORDENT UNE ATTENTION PARTICULIERE.
SPECIFICITE DE LA BOURSE
- PAR L'OCTROI DES 500 BOURSES ETUDES EMPLOIS, LA CONFEDERATION SUISSE ENTEND FACILITER L'IMMIGRATION AUX PERSONNES DESIREUSES DE POURSUIVRE LEURS ETUDES ET D'OBTENIR DES DIPLOMES D'ETAT SUISSE.
- LES CANDIDATS RETENUS AU TERME DE LA SELECTION DE CANDIDATURES SERONT INSERES OUTRE LEUR ETUDE DANS LES SECTEURS SENSIBLES DE LA VIE ECONOMIQUE ET SOCIALE DE LA SUISSE :
( santé, droit, diplomatie, communication,finance, énergie, industrie, transport, agriculture..).
CETTE OPTION DE LA CONFEDERATION SUISSE VISE A DONNER UNE APTITUDE PROFESSIONNELLE AUX BOURSIERS POUR POUVOIR TRAVAILLER S'ILS LE DESIRENT EN SUISSE A LA FIN DE LEUR FORMATION.
DUREE DE LA BOURSE
LES BOURSES COUVRENT LA PERIODE D'UN CYCLE DE FORMATION OU AU MAXIMUM SIX (06) SEMESTRES .
FRAIS DE VOYAGE
LES BILLETS D'AVION ALLER-RETOUR ( PAYS DE PROVENANCE -GENEVE) , SONT PRIS EN CHARGE PAR LA COMMISSION FEDERALE DES BOURSES ETRANGERES.
CONDITIONS PREALABLES A LA CANDIDATURE
EN REGLE GENERALE, LES CANDIDATS AUX BOURSES ETRANGERES SUISSES DOIVENT:
- AVOIR AU MAXIMUM 18 ANS a 60 ANS ;
- COMPRENDRE ET PARLER CORRECTEMENT L'UNE DES LANGUES D'ENSEIGNEMENT EN SUISSE
( ESPAGNOL, ALLEMAND, ANGLAIS, ITALIE, FRANCAIS) ;
- AVOIR UN DIPLOME EQUIVALENT AU BREVET D'ETUDE DE PREMIER CYCLE D'ENSEIGNEMENT, AU BACCALAUREAT OU AU BREVET D'APTITUDE PROFESSIONELLE DES PAYS DE L'UNION EUROPEENNE.
PROCEDURE DE SELECTION
- RETIRER AUPRES DE LA COMMISSION FEDERALE DES BOURSES ETRANGERES SUISSEs(CFBES)LE FORMULAIRE DE DEMANDE DE
BOURSE VIA
A LEUR ADRESSE EMAIL: lesdre1234@gmail.com
- REMPLIR ET ENVOYER PAR PIECE JOINTE LE FORMULAIRE.
AVANT LA DATE LIMITE DE DEPÖT DES DOSSIERS
LE PRESIDENT DE LA COMMISSION FEDERALE
DES BOURSES ETRANGERES SUISSES
a écrit le 29/08/2013 à 8:35 :
Ah ben ils ont bien de la chance de reussir a les faire travailler eux!!! Au fait, et la derniere reforme des retraites en tanzanie, elle dit quoi? le compte penibilite? l'allongement de duree des cotisations? on n'a pas entendu leurs leaders syndicaux....
Bon ceci dit, s'ils n'ont reussi a extraire que 1.6 tonne d'or en un an, pour 85 millions de CA, ils devraient plutot consulter notre gouvernement pour apprendre comment voler leurs citoyens et generer des revenus bien plus importants, par exemple en installant des radars automatiques, en augmentant les prelevements obligatoires,...
a écrit le 28/08/2013 à 17:56 :
est-ce que ce sont les compagnies minières opérant là-bas qui emploient des enfants style Barrick (ça m'étonnerait), ou bien les exploitations artisanales ou semi artisanales (là il n'y a pas qu'en Tanzanie, qu'on emploie des gamins car ce sont souvent les seuls possibles pour aller dans des galeries super étroites et mal étayée) et dans ce cas-là, le titre est faux. Dans toute l'Afrique de l'ouest, on voit la même chose; la fièvre de l'or fait faire n'importe quoi et les états ont bien du mal à faire respecter un semblant de réglementation par manque de moyens, sachant que bien trop souvent, il y a des seigneurs locaux qui exploitent la population, et que ceux-ci sont hors d'atteinte (quand ils ne font pas partie du gvt). J'en ai vu de belles en Côte d'ivoire ou au Mali avec bien très souvent des accidents terribles. Le puits s'éboule et enterre tout le monde
a écrit le 28/08/2013 à 16:41 :
Un pays qui ne protège pas ses enfants est un pays sans avenir...
Réponse de le 28/08/2013 à 18:48 :
@au secours: alors la grande majorité des pays est sans avenir :-)
a écrit le 28/08/2013 à 16:38 :
La France utilise bien des milliers d'enfants/ados/étudiants pour faire travailler des "professeurs", "administratifs" et autres vacataires. Les connaissances utiles : lire et compter. Le reste peut s'apprendre par la lecture et les expériences que tout esprit curieux peut réaliser.
a écrit le 28/08/2013 à 16:02 :
Pendant que les petits garçons travaillent dans les mines, les petites filles sont sur le trottoir. Ne les appellent-ont pas d'ailleurs les pompeuses de dards...el Salam bien entendu :-)
a écrit le 28/08/2013 à 14:39 :
Faire travailler des enfants, en plus dans des conditions épouvantables, c'est ni plus ni moins qu'un crime contre l'humanité qui doit être poursuivi et puni comme tel. Pour que justice soit rendue aux plus faibles sans défense aucune et contre l'exploitation de la misère humaine (livre réquisitoire "les corps indécents") Le monde entier devait s'élever pour que cesse pareil scandale.
Réponse de le 28/08/2013 à 16:41 :
Le premier crime contre l'humanité c'est de faire trop d'enfants sur une planète surpeuplée et surexploitée.
Réponse de le 28/08/2013 à 16:50 :
@Marie-Pierre: raisonnement naif dans la mesure où ceux qui profitent du crime sont aussi les législateurs et dirigeants :-)
Réponse de le 28/08/2013 à 18:22 :


Thargor a répondu l
Le premier crime contre l'humanité c'est de faire trop d'enfants sur une planète surpeuplée et surexploitée.

Je suis a 100% avec vous
Réponse de le 29/08/2013 à 11:39 :
@Marie-pierre et comment on peut s elever.? les pays occidentaux ont pris des retorsions contre les diamants de la guerre, a t on tari leur source???? non; On a des reglementations internationnales pour l exploitation des terres rares, des minnerais en Afrique est ce que cela empeche ???? Non...... On ne peut pas envoyer dans chaque pays qui ne respecte le droit des femmes et des Enfants l armee...... Il faut faire evoluer les mentalites et cela prend du temps... En europe la reconnaissance du droit des femmes et l interdiction du travail des enfants est sommes toute recent fin du 19eme, quand au droit de vote des femmes c est 1946 il me semble, le doit a l avortement libre annee 70 et les lois Weil..... Les Femmes Francaise a fortiori Europeenne represent une minorite au regard de ces droits.... On est en droit de s en emouvoir mais faire evoluer en gros, chiffre rappele il y a peu a l ONU, 70% de la population mondiale qui considere encore la Femme "comme quantité negligeable" ca prendra du temps...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :