Japon : une robuste croissance de 0,9% au printemps conforte les "Abenomics"

 |   |  271  mots
Le Japon revendique une croissance annualisée de 3,8%
Le Japon revendique une croissance annualisée de 3,8% (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le gouvernement de Shinzo Abe a rehaussé lundi une première estimation de progression du produit intérieur brut (PIB) qui était fixée mi-août à 0,6%.

Relance budgétaire pour financer des grands travaux, politique monétaire ultra-accomodante de la Banque du Japon (BoJ) et réformes "structurelles" de dérégulation pour doper le potentiel de croissance, les trois "flèches" des Abenomics commencent à porter leurs fruits. En effet, grâce à une amélioration de l'investissement, les chiffres de la croissance japonaise viennent d'être révisés à la hausse lundi, passant de 0,6% à 0,9%.

Une croissance annualisée de 3,8%

Les chiffres révisés donnent une croissance annualisée de 3,8% au lieu d'une estimation initiale de 2,6%. Sachant que les économistes tablaient pour leur part sur un rythme de 3,7%. Ce troisième trimestre consécutif de croissance confirme que la reprise économique est en marche au Japon, et suffisamment solide pour supporter une augmentation de la TVA destinée à réduire le déficit des finances publiques, même si l'entourage du Premier ministre Shinzo Abe assure que la décision n'a pas encore été prise.

La "quatrième flèche" de Shinzo Abe

L'annonce est intervenue quelques heures après l'attribution à Tokyo de l'organisation des Jeux olympiques d'été de 2020, qui selon le gouvernement viendra renforcer la croissance de la troisième économie mondiale. "Il s'agira clairement d'un bonus pour la croissance, qui constituera "la quatrième flèche" [de la politique économique de relance]", s'est félicité Shinzo Abe. D'autant que l'inflation continue de monter (cf. tableau ci-dessous). L'objectif étant d'atteindre 2% d'ici deux ans.

Japan Inflation Rate



Pour aller plus loin: JO 2020: avec Tokyo, le CIO fait le choix de la sécurité financière

>> Japon: les prix montent, Abe sourit, mais les défis restent importants

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2013 à 8:38 :
Une robuste croissance... à grands tirages de la planche à billets !
a écrit le 09/09/2013 à 18:32 :
Sans vouloir faire dans la démagogie il y a vraiment de sacrés analystes dans la Tribune.
No comment....
a écrit le 09/09/2013 à 13:21 :
Ce serait amusant de recalculer le "vrai" PIB en tenant compte de la dévaluation du yen. Quand leurs importations les étoufferont, que feront-ils..??
Réponse de le 09/09/2013 à 14:12 :
Une inflation modérée est certainement la solution a tous nos maux: hausse des salaires automatique, baise des charges liées aux emprunts des ménages, baisse mécanique de la dette
nationale, redistribution des richesses des revenus de la rente vers les revenus du travail etc...
Réponse de le 09/09/2013 à 14:29 :
Revenez sur terre, Sellig. Nous sommes dans un monde capitaliste. Welcome.
Réponse de le 09/09/2013 à 16:37 :
J'étais sur terre dans les années 70 et c'était pas si mal que ça: De la bonne musique, des bons films de réalisateurs décapants et.... une bonne inflation!
Je pense honnêtement que le Japon a pris un grand tournant et qu'en cas de succès confirmé d'ici une à deux années, la politique monétaire Européenne qu'a menée Jean Claude Trichet ces dernières années qui bannissait toute inflation aura prouvé qu'elle n'était pas la bonne voie a suivre. La défense du pouvoir d'achat des retraités allemands en particulier et Européens en général n'est pas un modèle économique à suivre a long terme et briser toute inflation ne fait que maintenir en place les inégalités de revenus (travail Vs capital). De toute manière, les dettes européenne ne sont pas remboursables sans inflation. Quant aux dettes publiques Américaines, on en parle même pas.
Abenomics contre Trichetnomics, on en discutera en 2015!
Sellig
Réponse de le 09/09/2013 à 17:07 :
Si vous n'avez pas compris que l'inflation tue le capitaliste et le rentier, je ne peux rien pour vous.
Réponse de le 09/09/2013 à 17:34 :
L'inflation tue aussi, et même d'abord, le travailleur ! Rappelez-vous les années 1980 avec l'inflation à deux chiffres...
Réponse de le 09/09/2013 à 18:16 :
C'est justement la politique qui a été décidée par l'Europe en luttant contre l'inflation: protéger la rente et les capitaux. Mais que l'inflation tue le travailleur, j'en suis moins certain. Emprunter pour s'acheter un appartement dans les années 70 c'était de manière certaine être capable de le rembourser en quelques années contrairement a maintenant. Mais le premier ministre Japonais ne parle pas d'une inflation à 8 ou 12% qui ravage une économie et que personne ne souhaite. Il parle de passer de 0 à 2%. Et je pense sincèrement que mener une politique économique en relançant légèrement l'inflation est une manière habile d'effacer ses dettes en douceur tout en respectant ses engagements. Je suis désolé, mais même si je lis les articles de Tribune quelquefois sur Internet, entre protéger les revenus de la rente et défendre ceux du travail, mon choix est vite fait.
Réponse de le 09/09/2013 à 18:25 :
Yvan@, amusant ? Ce n'est pas le terme que j'emploierai mais pour une idée : PIB par habitant (USD) 2009/ 39321,22 ; 2011/ 46108,00 ; 2013/ (40441,75 prévision). Autres chiffres sur le lien.
http://lemoci.com/Japon/Indicateurs-economiques/011-47611-Japon.html

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :