Etats-Unis : "les mesures pour éviter le défaut de paiement seront épuisées le 17 octobre"

 |   |  448  mots
Jack Lew a succédé à Timothy Geithner en tant que secrétaire au Trésor. (Photo Reuters)
Jack Lew a succédé à Timothy Geithner en tant que secrétaire au Trésor. (Photo Reuters) (Crédits : Reuters / Images)
Le secrétaire au Trésor américain, Jack Lew agite le chiffon rouge du défaut de paiement. Celui-ci pourrait avant la fin du mois d'octobre.

L'urgence à nouveau. Aux Etats-Unis, toutes les mesures extraordinaires pour éviter le défaut de paiement "seront épuisées pas plus tard que le 17 octobre". Le secrétaire au Trésor, Jack Lew, en a informé le Congrès ce mercredi dans un message alarmiste. Ces mesures correspondent aux coupes budgétaires concédées depuis que le plafond de la dette (16.700 milliards de dollars) a été atteint en mai après avoir été relevé à plusieurs reprises

30 milliards de dollars de liquidités

"Nous estimons que, à ce moment [le 17 octobre], le Trésor ne disposera plus que de 30 milliards de dollars pour remplir les obligations du pays", est-il écrit dans cette lettre adressée au républicain John Boehner, le président de la chambre des Représentants. Ce montant est inférieur de 20 milliards de dollars aux précédentes estimations datant du mois d'août.

 "Si le gouvernement devait se retrouver dans l'incapacité de régler toutes ses factures, le résultat pourrait être catastrophique", affirme en outre Jack Lew avant de comparer la situation à celle de 2011. A l'époque, le pays avait déjà frôlé le défaut de paiement ce qui avait contribué à lui faire perdre sa note triple A accordée par l'agence Standard & Poor's.

Obamacare dans la balance

Cette nouvelle échéance est brandie alors que les républicains s'opposent toujours aux démocrates au sujet du relèvement du plafond de la dette. En échange de ce dernier, les premiers exigent des coupes budgétaires. Ils contestent en particulier la réforme du système de santé, le grand projet de Barack Obama surnommé Obamacare. Or celui-ci doit justement entrer en vigueur en 2014.

Une tactique jugée inacceptable

 "Ce président et les présidents à venir ne peuvent pas être mis dans cette position où 50 voire 100 membres de la Chambre des représentants posent des exigences au risque d'un défaut sur la dette", s'est offusqué le secrétaire au Trésor au cours d'une interview sur Bloomberg TV. "Ce n'est pas une tactique acceptable pour résoudre nos divergences", a-t-il poursuivi répétant que le président "avait dit clairement qu'il ne négocierait pas" avec les républicains.

Jack Lew a en outre rejeté les suggestions des républicains qui consistent à donner la "priorité" à certains paiements plutôt qu'à d'autres. Cela ne "protégera pas la crédibilité et la confiance" car tout "plan pour prioriser certains paiements plutôt que d'autres n'est rien d'autre qu'un défaut sous un autre nom", écrit le secrétaire au Trésor. 

-----

Pour aller plus loin:

>> Qui est Jack Lew, nouveau secrétaire au Trésor d'Obama?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/09/2013 à 14:05 :
Laisser Obama faire un second mandat aura été une lourde erreur populiste des gauchistes américains. la réforme profonde de l'Amérique du Nord n'est pas engagée comme il le faudrait. Une élection anticipée serait donc une très bonne chose. Espérons que les plus lucides arrivent à ce changement et tournent enfin cette page pitoyable.
a écrit le 26/09/2013 à 12:18 :
A force d'accumuler des 'défauts de paiement ' à répétition, cela va finir par se terminer en krach , comparable à celui de 1929 , voire pire.
a écrit le 26/09/2013 à 12:06 :
Les situations de "blocage" peuvent avoir leur intérêt: nos amis belges n'ont pas eu de gouvernement pendant des années et donc stabilité forcée des budgets, notamment des dépenses..le rêve... Evidemment, on pense aussi à nos critères de Maastricht sur lesquels tout le monde s'assoit, prétextant "la crise"..
a écrit le 26/09/2013 à 10:19 :
Les magouilleurs états-uniens font encore leur inéma, histoire d'occuper le populo. Ils vont faire monter la pression, permettre à leurs petits copains de se faire un peu de menue monnaie en bourse, et puis - ô miracle - arriver à un accord boîteux et temporaire à la toute dernière minute; Avec le premier état terroriste de la planète, véritable état-voyou, il n'y a jamais rien de nouveau. Ni en termes de magouilles, ni en termes de terrorisme international, ni en termes de (mauvaise et nuisible) politique intérieure ou internatuonale. Comme lors des élections présidentielles, tous les scénarii sont écrits d'avance et, sans même passer pour un devin, tout le monde d'un peu sensé et capable de réfléchir par soi-même, peut pronostiquer à coup sûr les prochains méfaits et malversations des états-unis. Plus concrètement encore, les usa sont un état au bord de l'implosion socio-économique et ne sont plus qu'un vulgaire polichinelle dont le papier monnaie peut aisément être utilisé dans les chiottes : il ne vaut pas plus. seuls, quelques états larvaires et nervis tentent encore désespérément de se raccrocher à ce titanic économique et financier; notamment les vassaux européens. Cependant, un peu partout dans le monde, de plus en plus nombreux sont les états - réellement - souverrains et pas inféodés au plus grand état terroriste du monde, qui refusent le USDollar dans la plupart de leurs échanges commerciaux et financiers. Et ils ont bien raison.
Réponse de le 26/09/2013 à 13:55 :
Rien à rajouter !
Juste que les américains vivent sur notre dos depuis 1971 (date à laquelle le dollar n'est plus indexé sur l'or) en activant la planche à billet (via le pétro-dollar) et achètent donc depuis nos entreprises avec du papier chiot.
a écrit le 26/09/2013 à 7:27 :
bon le cinéma habituel. Ils trouveront un deal comme toujours au dernier moment. Don't worry
a écrit le 25/09/2013 à 21:37 :
Mais heureusement, la crise est derrière nous!!!!
a écrit le 25/09/2013 à 20:33 :
C'est un bras de fer entre les démocrates qui souhaitent augmenter les impôts, notamment sur les plus riches, et les républicains qui veulent couler les réformes d'Obama en obligeant l'état à faire des économies drastiques. Il y a une partie de poker menteur en cours, le premier qui cède a perdu... mais si aucun des deux ne cède l'état US sera bel et bien en faillite et on rentre dans l'inconnu. Ça pourrait déclencher une crise financière internationale majeure de la même amplitude que celle de 2008. En France le président renverrait l'assemblée aux urnes et le peuple trancherait entre les deux options, mais il me semble que le président US n'a pas cette option.
Réponse de le 26/09/2013 à 10:25 :
Mais non ! Il n'y a aucun "jeu dangereux" pas plus que de "bras de fer". Seulement un show particulièrement bien rôdé (aussi bien huilé que celui des élections us qui favorise une belle alternance entre les deux camps qui, en fin de compte, ne valent pas mieux l'un que l'autre). Les politiciens us, encore plus que les européens peut-être, ont le sens du spectacle. Leur pseudo "bras de fer" ne va servir qu'à faire monter artificiellement une pression qui n'a aucune raison d'être. Ca va occuper le populo américain qui est en train de crever de faim et qui n'a plus de quoi se loger ou se soigner (combien des millions d'américains survivent, plutôt mal que bien, dans leurs bagnoles ou sur les bancs des parcs publics ??). cela va aussi - et surtout - permettre aux petits copains des politiciens-voyous des deux camps de se faire encore un peu de pognon en bourse. Pour, au final, arriber à un accord totalement boîteux et forcément temporaire, in extremis. Forcément temporaire car, comme les petits copains du monde de la finance en veulent toujours plus, il va bien falloir remettre le couvert et nous fournir le énième épisode de la même série. Du show. Du vent. de la magouille. Typiquement us et digne du plus dangereux état terroriste du monde.
a écrit le 25/09/2013 à 19:40 :
Donc, relèvement du "plafond" de la dette le 17 à minuit moins une. On a l'habitude... Très good luck, cowboys, vous allez en avoir besoin.
a écrit le 25/09/2013 à 19:38 :
Et ce sont ces gens là avec lesquels nous voulons commercer ? De virtuels faillis ? Bravo à l'Europe qui prépare ce traité dans notre dos !
Réponse de le 26/09/2013 à 0:31 :
Si on se limite aux pays qui ne risquent pas de faire faillite à cause de potentiel blocage politique, on doit arrêter de commercer avec l'Europe du sud, la presque totalité de l'Afrique, une bonne partie de l'Amérique du sud, certains pays d'Asie ... Bref on va pas aller loin.
De plus vous sembler confondre finance public et secteur privé. Si l'état américain fait "faillite" cela ne voudra pas dire que le secteur privé US est insolvable, ce n'est pas un régime communiste au cas où vous ne l'auriez pas remarqué.
Réponse de le 26/09/2013 à 1:21 :
...comme Dupont & Dupond : la France ne pourrait plus commercer avec elle-même !
Réponse de le 26/09/2013 à 7:47 :
Vous niez la dette privée aux USA ? Qui est idéologue ?
Réponse de le 26/09/2013 à 10:33 :
Si l?État US fait faillite cela veut dire que le dollar fait faillite, peut-être que vous n'avez pas bien saisis cela avec votre commentaire.
Réponse de le 26/09/2013 à 10:34 :
Vous avez parfaitement raison : les usa ne sont pas un régime communiste. C'est un régime de voyous et, surtout, le plus grande danger et le plus grand état terroriste de la planète. Le seul pays en état de guerre permanent et ininterrompu depuis les années 1940 (ce qui donne une juste idée de la mentalité criminelle de sa population et de ses dirigeants) et le principal soutien (parfois avec la france, comme en Syrie) de sgroupes terroristes qu'il forme, arme, commandite et dirige réellement. Notamment (mais pas uniquement) la CIA, première agence terroriste du monde, et la nébuleuse Al Qaïda qui est une création états-unienne.
Réponse de le 26/09/2013 à 11:25 :
Ben voyons, et le reste du monde est un enfant de coeur...
www.librepolitique.com
Réponse de le 26/09/2013 à 12:25 :
Même en étant un servile nervi de l'état terroriste états-unien, vous ne pouvez nier que cet état-voyou est en état permanent et constant de guerre depuis les années 1940. C'est d'ailleurs le seul état du monde dans cette situation. Cela vous donne une juste idée de la mentalité criminelle des américains. C'est aussi une "démocratie" (quelle blague!) qui, tout en continuant à mener de facto une politique discriminatoire et raciale à l'intérieur de ses frontières, ne cesse d'attaquer - sous les prétextes les plus mensongers - des états indépendants qui ne constituent une menace pour personne, et certainement pas pour les usa. Comme par hasard, et comme pour confirmer que les américains sont avant tout des pleutres et des lâches, ce sont toujours des pays qui ne possèdent aucune armée efficace. Voyez le cas de l'Afghanistan et de l'Irak. Mais les usa, même aidés par des états-collabos qui ne sont que des vassaux sans aucune souverraineté réelle (voyez la france dans le dossier syrien, qui soutient les groupes terroristes sur place), ne se sont jamais attaqués, ne s'attaquent pas et ne s'attaqueront jamais à des états dont les armées peuvent opposer une légitime et efficace résistance. C'est pour cela qu'ils ne s'en prendront ni à la Syrie, ni à l'Iran, ni à la Turquie, ... En outre, les usa sont le premier état au monde à constituer, former, équiper, entraîner, diriger et manipuler des nébuleuses terroristes : le cas d'Al Qaïda, s'il est emblématique, n'est malheureusement pas unique. Enfin, il est symptomatique de remarquer et de souligner que les usa, même quand ils s'attaquent illégalement à des états nettement plus faibles, perdent systématiquement (et heureusement !) tous les conflits qu'ils provoquent et entretiennent : Baie des Cochons, Mogadiscio, Irak, Afghanistan, ... La lâcheté de l'armée us compensant donc son arsenal démesuré. certes, les usa - si'ols sont la plus grande menace terroriste mondiale - ne sont pas les seuls à être dangereux. Israêl ne cesse d'être une menace pour la paix au proche-Orient. la France, en soutenant des groupes terroristes (en Syrie), en fomentant des coups d'état (Madagascar, Côte d'Ivoire, ...), en participant à des putschs (Libye), ... est aussi un dangereux état-voyou. Et il y en a d'autres. Mais les usa, qui se croient les gendrames du monde et qui ont encore le soutien d'une poignée (de plus en plus réduite, heureusement) d'états-nervis sans aucune souverraineté ni personnalité sont les plus dangereux. Et reste, quoique votre endoctrinement primaire vous dicte, la plus grande menace terroriste du monde.
Réponse de le 26/09/2013 à 12:26 :
Ça ne transparaît pas dans votre commentaire alors : faut deviner entre les lignes ? Soyez explicite si vous voulez être clair !
Réponse de le 26/09/2013 à 13:06 :
Il n'y a rien à ajouter, ni à contredire. C'est une just, fidèle et honnête image des usa ! = 10000000000000000000000000000000

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :