Le spectre d'un défaut de paiement américain fait frémir Pékin et Tokyo

 |   |  366  mots
Au Capitole, les discussions sont toujours bloquées. (Photo Reuters).
Au Capitole, les discussions sont toujours bloquées. (Photo Reuters). (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le 17 octobre, si aucun accord n'est trouvé entre républicains et démocrates, le pays se trouvera en situation de défaut de paiement. Une perspective qui effraie la Chine et le Japon.

Washington n'a toujours pas trouvé de solution. Et le monde s'en inquiète. Les Etats-Unis ont entamé une deuxième semaine de "shutdown" (mise à l'arrêt de l'administration) et le risque d'un défaut de paiement, agité plusieurs fois par le Trésor, devient de plus en plus menaçant. Le 17 octobre, le pays risque de se trouver dans une situation inédite.

"Le compte à rebours est lancé"

L'absence de Barack Obama au sommet de l'Asie-Pacifique à Bali rendait ce danger d'autant plus palpable. Les représentants politiques présents lors de cette conférence le 7 octobre s'en sont ouverts. La Chine, premier partenaire commercial des Etats-Unis, a clairement signalé sa préoccupation lundi. "Le compte à rebours est lancé" s'est ainsi ému Zhu Guangyao le vice-ministre chinois des Finances lors d'une conférence de presse. Il s'est inquiété pour les investissements chinois aux Etats-Unis. Pékin détient officiellement près de 12.8000 milliards de dollars en bons du Trésor américain en 2013. 

Son homologue japonais se préoccupait quant à lui de l'impact potentiel d'un défaut sur le marché des changes, rapporte le Financial Times. "Les Etats-Unis doivent résoudre l'impasse sur le plafond de la dette sans délais (...) la valeur absolue des obligations américaines détenues par le gouvernement japonais déclinerait s'in n'est pas mis rapidement fin à cette situation", a affirmé Taro Aso ce mardi. 

Prioriser les dépense ou relever le plafond de la dette?

Aux Etats-Unis, les tractations se poursuivent. Parmi les solutions pour lever le blocage évoquées ces derniers jours figure l'idée, défendue par les républicains, de faire passer certains paiements avant d'autres. Une option rejetée par les principaux directeurs des institutions financières du pays, indique le Wall Street Journal. Donner la priorité au remboursement des intérêts de la dette avant les dépenses de sécurité sociale ou bien les versements aux vétérans serait très mal perçu par les marchés. Côté démocrate, il serait plutôt question de relever - temporairement - le plafond de la dette. 

Pour aller plus loin: Shutdown: une crise prolongée affaiblirait les Etats-Unis, prévient Kerry

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/10/2013 à 13:43 :
C'est une bonne occasion de remettre le compteur à zéro .Allez les gars haut les coeurs.
a écrit le 08/10/2013 à 19:35 :
LE NIVEAU INTELECTUEL DE CE SITE LAISSE A DESIRE ? IL NY A PAS DE DEMOCRATES SUR CE SITE???
a écrit le 08/10/2013 à 15:03 :
Pauvre oncle Sam, ses chaussures n'ont plus de semelles....!!!!
Réponse de le 08/10/2013 à 16:29 :
Tant que le va-nu-pieds ne se transforme pas en va-t'en-guerre... Car ça s'est déjà vu.
a écrit le 08/10/2013 à 12:28 :
Les US devraient vendre tous les batiments de la 5em flotte au chinois en gage de garanti contre le defaut de paiement.
a écrit le 08/10/2013 à 12:19 :
Donc achetez du franc suisse !!
a écrit le 08/10/2013 à 11:54 :
Le bouquet final n'est pas pour tout de suite, en tout cas le marché ne le "price" pas. Mais cette situation va revenir tout les ans vu le blocage républicains/Démocrates. Comme pour les Supprimes les USA on dispatchés ces dettes au niveau international. Quand ça va éclater ça sera une crise 100 fois plus importante que celle de 2007-2008. Mais on à du temps car les USA et les autres pays surendettés (ex : Japon) peuvent compter sur les planches à billets qui tournent à plein régime. On peut commencer à s'inquiéter quand elles s'arrêteront. En attendant les politiques continuerons à faire leur numéro d'équilibristes pour suffisamment rassurer le marché pour continué à attirer le cash produit chaque mois.
Réponse de le 08/10/2013 à 16:27 :
Moui... Ils comptent : http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20131008trib000789446/sous-l-effet-des-abenomics-l-excedent-courant-japonais-affiche-une-chute-record.html
a écrit le 08/10/2013 à 11:46 :
Une correction d'ordre de grandeur : les avoirs chinois en bons du Trésor américains sont d'environ 1280 milliards de dollars, et non 12800.
a écrit le 08/10/2013 à 11:23 :
Des produits bas de gamme contre du papier toilette ,c est ça le commerce Chine -USA ,donc perdant perdant,mais qui vas payer ...?
a écrit le 08/10/2013 à 11:22 :
mdr les chinois qui paniquent car malgré tous leurs efforts pour se débarrasser du PQ US, ils risquent de se retrouver avec des montagnes de $ ne valant rien.
a écrit le 08/10/2013 à 11:02 :
jouets en plastique contre bon du tresor, l'Asie realise combien le montage est factice et qu'ils se font peut etre avoir a la fin dans cette mondialisation Americaine.
a écrit le 08/10/2013 à 11:00 :
la valeur d une vrais democratie se juge sur l humanisme de cette democratie , les americains les plus pauvres ont bession d une couverture social , la sante des americains est plus inportant que l etat de leurs comptes en banque jespere que les humanistes de ce site conprendrons cela ,,???
a écrit le 08/10/2013 à 10:52 :
Lorsque l'on gagne au monopoly la partie est finie .... est ce le but ???
a écrit le 08/10/2013 à 10:43 :
Les sociopathes ( le camp républicains et l'aile droite du Tea Party) commencent sérieusement à nous les '' briser-menu '' ! Le plafond de la dette sera-t-il renégocié d'ici au 17 octobre 2013 ? Retour historique sur une «bizarrerie» : '' Jusqu'à la crise des «subprime», le relèvement du plafond de la dette était pourtant une simple formalité. Depuis sa création, en 1917, il a été acté plus d'une centaine de fois, sans que cela fasse débat (...) Ce mécanisme a été instauré pendant la Première Guerre mondiale afin de permettre au Trésor américain de s'endetter? plus facilement. Jusque-là, le gouvernement devait obtenir l'accord du Congrès avant chaque emprunt. Une procédure trop complexe, alors que le conflit nécessitait d'engager rapidement d'importantes dépenses militaires. Les représentants autorisèrent donc l'Etat à emprunter autant que nécessaire, dans la limite de 45 milliards de dollars. «A l?époque, on pensait que ce plafond ne serait jamais atteint», commente un banquier d'affaires à New York (?) Las ! Vingt ans plus tard, en 1939, il fut porté à 300 milliards de dollars: il fallait de nouveau financer l'effort de guerre. Au fil des ans, il remonta progressivement, jusqu'à atteindre 1824 milliards au début des années 1980. En 1985, face à l'explosion des frais militaires engendrés par la Guerre froide, les parlementaires repoussèrent une nouvelle fois la limite à 2079 milliards. La première véritable crise sur le sujet éclata en 1995. «C'est là que les républicains ont réalisé qu'ils pouvaient instrumentaliser l'arme du plafond pour mettre des bâtons dans les roues des démocrates», commente un spécialiste des Etats-Unis chez Natixis (?) En 2011, le camp républicain, et surtout l'aile dure du Tea Party, tenta un nouveau coup de poker. Jusqu'à la dernière minute, il refusa de relever le seuil d'endettement, alors fixé à 14?300 milliards de dollars. «Jamais la droite n'avait été aussi déterminée»?'' (http://app.letemps.ch/Page/Uuid/227648c2-119d-11e3-8d09-2a8cafc534bc/Le_d%C3%A9bat_sur_la_dette_red%C3%A9marre_aux_Etats-Unis)
a écrit le 08/10/2013 à 10:38 :
a cet article si jamais les américains font ou pas défaut , qui va prêter a une démocratie qui joue avec les barils d'essence ? , prêterais je a quelqu'un qui menace de se suicider ? , je ne reverrais jamais mon argent .. en gros c'est cela .. a ces politiciens de bas niveau démagogues et idéologues les USA vont dans le mur , car les prêteurs des dettes américaines vont vouloir des intérêts sonnant et trébuchants , meme si ils sortent de cette impasse , la confiance ne sera pas restaurée et le doute s'installera , deux ans que cette farce d'un mauvais gout repasse , cela est fatiguant de jouer avec les nerfs et les peurs , car les sommes en jeu sont colossales , on est peut être dans un début de crise cette fois crée par des démagogues et idéologues pire que pire y'a pas mieux .. qu'ils prennent leurs responsabilités aujourd'hui devant leurs électeurs .. pas sur qu'ils soient reçus a bras ouvert

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :