Les Etats-Unis à quatre jours du défaut de paiement, et toujours pas d'accord

 |   |  317  mots
Le sénateur démocrate Harry Reid dirige les négociations avec les républicains / Reuters.
Le sénateur démocrate Harry Reid dirige les négociations avec les républicains / Reuters. (Crédits : Reuters)
Les discussions se poursuivent, ce lundi, au Sénat entre démocrates et républicains. Faute d’accord, les États-Unis, paralysés depuis le 1er octobre par le shutdown, pourraient se retrouver dans quatre jours en défaut de paiement pour la première fois de leur histoire.

Statu quo. Les négociations entre Harry Reid et Mitch McConnel, les chefs de file des partis démocrate et républicain au Sénat, n'ont abouti sur aucun accord, dimanche 13 octobre. Les États-Unis, paralysés par le shutdown depuis maintenant 14 jours, n'ont plus que quatre jours avant de se retrouver en défaut de paiement auprès de leurs créditeurs. Le Congrès, composée du Sénat (à majorité démocrate) et de la Chambre des représentants (à majorité républicaine) n'a toujours pas réussi à s'entendre sur le vote du budget 2014.

"Nos discussions ont été substantielles, et nous allons poursuivre ces discussions", a déclaré, dimanche, le sénateur démocrate Harry Reid, désigné négociateur en chef de son parti. "Je suis optimiste sur les chances d'une conclusion positive".

Barack Obama ne veut pas négocier un "pistolet sur la tempe"

Samedi, Barack Obama a rejeté la proposition des républicains de relever durant six semaines le plafond de la dette pour éviter au pays de se retrouver en défaut de paiement. Le président démocrate refuse de négocier "avec un pistolet sur la tempe" et accuse ses adversaires d'irresponsabilité.

"Il ne serait pas avisé, comme certains le suggèrent, de botter en touche pendant deux mois sur le plafond de la dette et de flirter avec un défaut de paiement volontaire sans précédent en plein milieu des achats de fin d'année", a-t-il déclaré, samedi, lors de son allocution radiophonique hebdomadaire, rapportée par l'agence Reuters

L'étau se resserre sur la première économie mondiale. Un défaut de paiement risquerait d'avoir de très graves répercussions au niveau national, mais aussi international. "Nous serions exposés au risque de tomber, de nouveau, dans la récession", a déjà averti, dimanche, la directrice du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2013 à 22:37 :
Ci-gît la crédibilité américaine : /
Un plafond à relever pour digérer les profondeurs de la dette /
Une planche à faire tourner pour laisser croire à une saine bedaine /
Le tout pour une pièce sans charme avec la Chine qui guette? /

Laissons un peu le sonnant et trébuchant pour favoriser le mélodieux et harmonieux : https://www.facebook.com/parolesdefete
a écrit le 14/10/2013 à 18:25 :
ah mon dieu ! ce suspens est intolerable ! j'en fait pipi dans ma culotte d'excitation ! et c'est ces politicards-là qui dirigent le pays le plus puissant du monde ? tu m'étonnes que la planète soit une pétaudière noire !
a écrit le 14/10/2013 à 16:20 :
bonjour les dominos
a écrit le 14/10/2013 à 16:17 :
Il est grand temps pour les republicains de mettre un stop a la gestion catastrophique d'Obama
Réponse de le 14/10/2013 à 16:58 :
@lemans : Bien au contraire. Le président Barrack Obama a réussi à sortir les Etats Unis d'une situation de crise générée par une gestion républicaine catastrophique. Le gouvernement Bush a rendu un pays en faillite. Obama a réussi son premier mandat, et c'est pour cela qu'il a été réélu haut la main. Il est en passe de réussir à relancer les Etats Unis, et c'est précisément ce qui inquiète les républicains. Ils se servent donc de la dette comme prétexte, passant sous silence le fait qu'ils l'ont eux même créé, en lançant une guerre en Irak. Pourquoi ne pas plutôt présenter la facture de la dette à Halliburton et à Goldman Sachs plutôt que de s'attaquer à la réforme de santé dont les américains ont besoin ?
Réponse de le 14/10/2013 à 18:55 :
+1000
a écrit le 14/10/2013 à 16:00 :
Je pense qu'il va falloir se désolidariser du dollar US dans les échanges mondiaux, la terre entière n'a pas à être otage de ce qui se passe aux USA et leur problème internes. Sur ce point, je rejoins les Chinois qui propose un panier de devises différentes pour remplacer le monopole du dollar. Lorsque les USA vont mal, le monde va mal, c'est normal, un quart de l'économie mondiale n'est pas rien, mais en même temps, prendre le monde en otage avec leur monnaie, c'est de trop. S'il ont des problèmes internes, ça les regardent. Il est temps de changer de devise d'échange, l'Euro semble plus stable et dépasse les USA en terme de représentation économique, il est temps que l'Euro serve à quelques chose de positif.
Réponse de le 14/10/2013 à 16:23 :
L'euro plus stable ??? C'est une plaisanterie ? L'effondrement économique de quasi toute l?Europe est au courant très signifiant de l'état de cette fausse monnaie en papier (comme le USD et les autres). L'euro comme les autres papier sans corrélation à l'or physique ne vaut rien et disparaitront bientot entrainant la ruine de ceux qui n'ont que ça. Les Chinois, pour votre gouverne, achètent de l'or en masse aussi bien leur banque centrale mais aussi depuis peu les particuliers, car le gouvernement a levé toutes les interdictions. Les chinois pensent à étalonner leur monnaie le Yuhan à l'or. S'ils font cela leur monnaie deviendra la première dans le monde car elle inspirera confiance, comme ce fut à multiples reprises dans l'histoire avec l'or ou l'argent physique. Achetez de l'or vite au lieu de philosopher sur ce que vous ne maitrisez visiblement pas.
Réponse de le 14/10/2013 à 17:50 :
@Oracle: Patience, dans quelques années, l'hégémonie de l'USD ne sera plus qu'un vilan souvenir: Fin 2010, le yuan est échangé pour la première fois contre des roubles sur la place boursière de Moscou, la Russie est un des partisans anti-dollars les plus fervents. Fin 2011, la Chine et le Japon ont annoncé avoir signé un accord pour utiliser leurs monnaies respectives au lieu du dollar dans leurs échanges commerciaux. En septembre 2012, la Chine et la Russie réitèrent en mettant fin de manière historique au règne du pétrodollar, signant un accord permettant aux Chinois d'acheter autant de pétrole qu'ils le souhaitent en yuan. En mars 2013, le Brésil a signé un accord lui permettant de payer ses biens importés en reals, tandis que la Chine paiera ses biens importés directement en yuan. Avril 2013, en Australie, le Premier ministre a annoncé la conversion directe entre le dollar australien et le yuan sans avoir à utiliser le dollar américain comme intermédiaire. http://www.professeurforex.com/2013/10/pourquoi-un-defaut-des-usa-sur-sa-dette-serait-catastrophique-explications/
a écrit le 14/10/2013 à 11:40 :
A quoi sert de repousser le plafond de la dette ? Dans 6 mois, il sera de nouveau atteint ! Ce sera pour le repousser encore ?...
a écrit le 14/10/2013 à 11:33 :
Les Etats-Unis sont en faillite. Bon. D'accord. Mais il n'y a pas que les Etats-Unis. Le FMI vient de donner ses prévisions pour l'année 2014. La situation des pays industrialisés peut se résumer en quatre mots :

ils sont en faillite.

1- Japon : dette publique de 242,3 % du PIB.

2- Grèce : dette publique de 174 % du PIB.

3- Italie : dette publique de 133,1 % du PIB.

4- Portugal : dette publique de 125,3 % du PIB.

5- Irlande : dette publique de 121 % du PIB.

6- Etats-Unis : 107,3 % du PIB.

7- Espagne : 99,1 % du PIB.

8- Royaume-Uni : 95,3 % du PIB.

9- France : 94,8 % du PIB.

Le FMI ne parle pas de la Belgique. En mars 2013, la dette publique de la Belgique était de 104,5 % du PIB.

http://www.imf.org/external/pubs/ft/fm/2013/02/pdf/fm1302.pdf
Réponse de le 14/10/2013 à 18:59 :
ca ferait mal à qui de faire défaut ? Aux copains de ceux qui décident. D'ailleurs n'est ce pas eux qui profitent des montants énormissimes des remboursements pris sur nos impôts; La boucle est bouclée, il n'y a qu'une solution qui s'imposera, le défaut; comme cela a trè ssouvent été le cas dans l'histoire...
Réponse de le 15/10/2013 à 10:18 :
A qui le défaut fera mal ? a tous les détenteurs finaux de la dette c'est à dire les épargnants par l'intermédiaire de leur assurances vie, de leur fond de pension ou de leur SICAV. On est dans un mode où les épargnants prêtent aux états pour que ceux ci puissent ensuite les salaires des mêmes épargnants. Si on coupe brutalement le flux d'argent c'est le système d'épargne mondial qui saute. Dans les pays émergents les riches vont perdre leur épargne et les pauvre leur emploi, dans les pays développés c'est monsieur tout le monde qui va perdre son épargne.
Le défaut permettra regrouper la richesse dans les mains de ceux qui ont des actifs physiques (logements, entreprises, ..) et qui génèrent des richesses en appauvrissant les épargnants et ceux qui vivent de rentes (surtout des retraités). Je ne suis pas sûr que cela soit socialement un bonne chose
a écrit le 14/10/2013 à 11:12 :
Une leçon pour nous européens le refus d une couverture sociale minimum alors que chez nous beaucoup abusent de notre protection sociale trop généreuse parfois
Réponse de le 14/10/2013 à 16:21 :
A Papynomo.Protection sociale trop genereuse ce n'est pas parfois c'est TOUJOURS.
a écrit le 14/10/2013 à 10:51 :
et moi qui appréciait Obama !!!!!! il se montre intransigeant bref un politique inutile et rentier !!
a écrit le 14/10/2013 à 10:16 :
Obama doit prendre des mesures plus radicales contre les republiçains extrémistes. On ne peut traiter les terroristes que d'une seule manière...
Réponse de le 14/10/2013 à 16:25 :
Reprise économique vous plaisantez ? Tout le temps que les monnaies fiduciaires seront fabriquées par les faussaires banque-gouvernement, vous ne verrez rien d'autre que la fin lus que probable de ces papiers. Achetez de l'or physique si vous ne voulez pas etre totalement ruiné.
a écrit le 14/10/2013 à 10:09 :
Bravo Obama ! : il a amené les républicains là où il voulait, et il ne va plus rien lâcher. Cramponnez-vous, çà va secouer !
Réponse de le 14/10/2013 à 16:58 :
Merci pour le lien. Effectivement quelqu'un qui réfléchit.
Réponse de le 14/10/2013 à 17:58 :
Merci pour le lien @yvan +1 Un excellent papier qui explique clairement les mécanismes, les rapports de force, les issues et les répercutions possibles du bras de fer actuel. A lire sans attendre. Passionnant et instructif.
a écrit le 14/10/2013 à 9:21 :
Les états unis ont déjà fait défaut dans les fait, en 1971, lorsqu?ils ont refusé de rembourser les dollars en or
a écrit le 14/10/2013 à 8:51 :
Les états unis ne sont nullement paralysés,
Au contraire ils font des économies, puisqu?il y a coupure des dépenses en cas de déficit budgétaire,
C?est ce que font tous les ménages d?ailleurs !
Cela serait une bonne chose dans ce pays de tous les abus qu?est la France
a écrit le 14/10/2013 à 8:37 :
Les medias ont deja oublié la promesse d´Obama de negocier le probleme de la dette US, quand les republicains ont releve le plafond de la dette 14300 milliards USD a 16700 milliards USD? Mais ... Obama ne negocie pas aux USA, il impose sa vue, il se comporte comme un monarque.

Il faut que la Chambre des representants joue enfin son role legislatif: le budget etant la premiere loi du pays, et a ce titre les republicains n´ont pas a approuver une loi contraire aux voeux de leurs electeurs. S´il y a eu un raz de marrais en 2010 en faveur deTea Party, c´est bien contre les deficits astronomiques.

Les USA doivent sortir de l´illusion d´etre riches, alors qu´ils sont au bord de la faillite. Rien n´est pire que de vivre dans un monde artificiel. Les USA doivent au plus tot rejoindre le monde reel. Le probleme est moins le 17 octobre que le spectre de 20000 milliards USD de dettes a l´horizon de 5 ans.

GOP doit tenir bon encore une semaine et Obama sera cuit. Par contre si GOP cede, c´est sa Berezina.
Réponse de le 14/10/2013 à 10:13 :
@Kazbo : Obama doit jouer son rôle de chef. Il ne doit pas se laisser influencer par des terroristes, de l'extérieur comme de l'intérieur. Il a prêté serment et juré de défendre l'Amérique contre ses ennemis de l'extérieur comme de l'intérieur. Il doit maintenant prendre de vraies mesures contre les plus extrémistes des républicains, et il doit frapper fort, très fort. On sait déjà qu'Obama lancera des projets de réduction de dette, mais seulement une fois qu'il aura fait passer sa réforme phare Obamacare. C'est ce que les républicains extrémistes ne veulent pas, un succès de Obama. Et ils sont prêts à sacrifier le pays pour cela. Obama doit agir avec plus de fermeté.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :