Shutdown : un accord trouvé au Sénat

 |   |  322  mots
Un accord a été négocié de justesse au Sénat pour éviter aux Etats-Unis de se retrouver en défaut de paiement / Reuters.
Un accord a été négocié de justesse au Sénat pour éviter aux Etats-Unis de se retrouver en défaut de paiement / Reuters. (Crédits : REUTERS)
Les sénateurs américains républicains et démocrates ont trouvé un accord ce mercredi pour éviter le défaut de paiement des États-Unis. Reste à savoir encore comment il sera voté par le Congrès.

Les sénateurs américains ont trouvé un accord à quelques heures de l'échéance du défaut de paiement qui menace les États-Unis. Les élus républicains se réunissaient en début de matinée à Washington pour entériner l'accord négocié entre les sénateurs démocrate Harry Reid et républicain Mitch McConnell. L'accord a été confirmé par les deux hommes, ce mercredi soir (heure française), lors d'une conférence de presse. 

"Je remercie le chef des républicains pour ses efforts ayant mené à cet accord", a déclaré Harry Reid, parlant d'un "accord historique, consensuel, pour rouvrir l'État et éviter un défaut sur les factures de la nation". "L'accord est loin de ce que certains espéraient", mais il est nécessaire "aujourd'hui", a commenté de son côté Mitch McConnell, faisant illusion à ses collègues républicains de la Chambre des représentants, à l'origine du shutdown qui paralyse le pays depuis le 1er octobre.

De nombreuses incertitudes

Restent encore à connaître le contenu exact de cet accord et le détail de sa mise en application. "Aucune décision n'a été prise sur quand ou comment un possible accord au Sénat pourrait être soumis à un vote à la Chambre", a expliqué Michael Steel, un porte-parole de John Boehner, le président républicain de la Chambre des représentants. Le président Barack Obama, qui a félicité les dirigeants via son porte-parole Jay Carney, a appelé le Congrès à l'adopter "rapidement".

Selon le Wall Street Journal, l'accord permettrait aux activités fédérales de fonctionner jusqu'au 15 janvier et prévoirait un relèvement du plafond de la dette jusqu'au 7 février. Il entérinerait également l'instauration d'un comité chargé de gérer les négociations entre démocrates et républicains sur le long terme.

>> D'Obamacare au shutdown: le guide pour décoder la crise budgétaire américaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2013 à 12:22 :
L'article ne dit pas clairement si Obama peut tout de meme faire passer sa réforme de l'assurance santé. D'autre part, meme si c'est le cas, subsistent 2 problemes. (1) la réforme n'est pas si bonne que cela. par exemple, elle contient un caractère obligatoire, et cela porte le nom de dictature. On aime ou on aime pas, chaque opinion est respectable, et c'est pour cela qu'existe la démocratie. mais obliger les gens a payer quelque chose qu'ils ne souhaitent par forcément acheter, cela ne me palit pas. Sauf a prouver que ces gens sont a priori incapables, ce que l'on peut penser puisqu'ils mettent au pouvoir leurs esclavagistes...(2) on repousse a plus tard la discussion sur la dette, et en attendant on continue a faire des dettes. pour quoi faire ? monter des usines qui produiront ce dont les gens ont besoin ? et qui permettra de diminuer la dette ? ou bien fabriquer des choses inutiles, de la consommation, ou engraisser les oligarches et augmenter non seulement la dette actuelle mais aussi la dette future ? Tout cela n'est pas serieux, si ce n'est pire...
a écrit le 17/10/2013 à 5:53 :
les américains, en refusant la réforme sur la santé, on regardé la situation européenne sur la dette de la sécurité sociale qui est proprement gigantesque. Il ont raison bien évidemment de refuser cette réforme qui retire aux gens toute responsabilisation de leur santé car ils peuvent dépenser à tout va. Aujourd'hui la dette française est tout simplement irremboursable et ne sera pas remboursée, mettant toute une population dans une grande misère !!
bien sûr on pourrait renvoyer dans leur foyer TOUS les fonctionnaires et TOUS les politiques, mais là encore cela ne suffirait pas pour rembourser la dette.
Il va donc bien falloir que les français se remettent au travail. et il faudra mettre le travail comme obligation constitutionnelle ! Mais qui sera à même de le faire ??? Le Pen ?? je ne sais pas, mais nous allons vers des moments très difficile !!!
Réponse de le 17/10/2013 à 6:35 :
Vous voulez remettre au travail les retraités qui "consomment" 50% des prestations sociales ? (Pensions, soins...)
Réponse de le 17/10/2013 à 11:21 :
@bertrand

Sauf que le système de santé proposé par OBAMA n'a rien à voir avec notre modèle de sécurité sociale. C'est la mise en oeuvre d'un système d'assurance accessible aux plus démunis et à tarif réduit, en évitant tout simplement les abus des systèmes d'assurance de santé actuels. Cette assurance sera obligatoire sous peine d'amendes.
Ce n'est pas un système de solidarité. Les américains ne cotiseront pas pour ceux qui sont démunis

Et quand vous parlez de la dette française qui serait irremboursable, que pensez vous de la dette américaine?
La planche à billet ne fait pas tout.

Avant d'écrire des sottises, il faudrait d'abord se renseigner. ET ouvrir les yeux sur les programmes des partis extrèmes. Critiquer n'est pas suffisant pour proposer un programme qui sorte la France de sa situation. Qui, par ailleurs, n'est pas pire que celle des autres pays de la planète.
Les pays émergents ont de la croissance mais quelles sont les conditions de vie de leur population. Sommes nous pret à vivre dans les memes conditions?
a écrit le 17/10/2013 à 1:02 :
C'est une excellente chose. Il y a un temps pour tout. D'abord, entériner la réforme de la santé Obamacare et la faire appliquer. Une fois que ça c'est fait, Obama pourra alors négocier avec les républicains pour régler durablement le problème de la dette, mais plus avec la réforme Obamacare dans la balance. Les deux thèmes doivent être dissociés.
a écrit le 16/10/2013 à 22:43 :
Ces républicains sont des affreux jojos! déplorable ..
a écrit le 16/10/2013 à 22:37 :
A l'année prochaine pour un autre numéro sur le même sujet et avec les mêmes acteurs ! Essayez de faire un peu mieux, l'insoutenable suspens "hitchcockien" aurait pu durer encore quelques heures.
Réponse de le 16/10/2013 à 22:54 :
Dans 4 mois , c'est rebelote. Les amerloques adorent le vaudeville , surtout quand il est fortement additionné de ridicule. Des ploucs resteront des ploucs. C'était écrit. ( Bible , Job , V , 2. ).
a écrit le 16/10/2013 à 21:15 :
La haine pour Obama de ces paysans élus est telle, qu'ils sont prêts à pousser leur pays à la faillite. Finalement nos politicards français n'ont peut être pas grand chose à leur envier.
Réponse de le 16/10/2013 à 22:10 :
Vous trouvez ça réaliste la politique de Obama imprimé du dollars a fond la caisse ne pas diminue les dépenses ils vont mettre le monde en l air avec leur conneries rendez vous dans 2 ans. La fuite fini toujours
Réponse de le 16/10/2013 à 22:40 :
+++UN ! Obama a eu entièrement raison de ne pas céder! entièrement !
Réponse de le 17/10/2013 à 5:56 :
Obama aura peut-être son plaisir, mais l'américain, lui, va le payer tout comme le français !! cette situation est parfaitement ubuesque et nous démontre que notre monde est fini et bien plus vite que nous ne l'imaginons !!!
a écrit le 16/10/2013 à 20:59 :
lol et vous croyez que c'est une victoire ?
Réponse de le 17/10/2013 à 5:57 :
non cela ne fait qu'augmenter l'importance de la crise quand elle viendra VRAIMENT !!!
a écrit le 16/10/2013 à 20:21 :
persuadés que les USA allaient faire faillite ce soir et que demain la France serait à feu et à sang.
a écrit le 16/10/2013 à 20:08 :
Le défaut de paiement est peut être retardé. Cela nous donne un peu plus de temps de nous organiser. Mais l'ardoise évolue exponentiellement malgré des tôt d?intérêt américain pour l'instant sous contrôle à un niveau quasi-nul.
a écrit le 16/10/2013 à 19:57 :
Obama n'a pas lâché, il a bien fait !!!!!!
a écrit le 16/10/2013 à 19:24 :
quel scoop on s'en tape
a écrit le 16/10/2013 à 19:15 :
Heureusement que c'est réglé , un peu plus et je n'aurais pas eu le goût de prendre le dessert au dîner. On a eu chaud.
a écrit le 16/10/2013 à 19:09 :
Ils enfument le monde entier pour....avoir toujours plus de crédits qui financeront leurs dettes toujours plus importantes,
a écrit le 16/10/2013 à 19:03 :
LES AMERICAINS NOUS EMMERDENT AVEC TOUJOURS LEUR INTERVENTION DE DERNIERE MINUTE
Réponse de le 16/10/2013 à 20:17 :
bien contents de les avoir les "Amerlocs" en 39-45! hein? une fois le morceau avalé, il n'a plus de goût", c'est ça? !
Réponse de le 16/10/2013 à 21:07 :
A Yorktown, la majorité des troupes étaient françaises, ils en étaient bien contents.
Réponse de le 16/10/2013 à 22:44 :
Si vous n'aviez pas les Amerlocs ou prendriez-vous tous vos gadgets électroniques, vos jeux vidéos, vos fringues déjantées et votre bouffe de merde?
Bientôt le grand marché transatlantique vous aura annexés à l'Empire et les lois américaines viendront résoudre l'incompétence et l'égoïsme de nos élus européens.
Et vous direz Merci les Amerlocs!!
Réponse de le 17/10/2013 à 6:38 :
Si les américains ont débarqué en 44, il ne faut pas oublier que c'était aussi pour contenir l'armée rouge qui avançait à grands pas à l'est... Et nos amis yankees ont commis quelques dégâts collatéraux (100.000 civils français morts sous les bombardements)
a écrit le 16/10/2013 à 19:02 :
Ils auraient acté une 'prolongation': rien n'est réglé sur le fond, et le même cirque peut recommencer en Janvier. Empruntez des dollars, il est toujours possible que vous puissiez rembourser avec des billets de monopoly dans quelques mois.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :