Washington tacle le modèle économique allemand...

 |   |  346  mots
Scandale des écoutes téléphoniques, critiques sur le modèle économique... le couple germano-américain traverse une période de turbulences. (Photo Reuters)
Scandale des écoutes téléphoniques, critiques sur le modèle économique... le couple germano-américain traverse une période de turbulences. (Photo Reuters) (Crédits : Reuters)
Pour le Trésor américain, la faiblesse de la reprise en zone euro est en grande partie due à l’Allemagne dont le modèle, trop fondé à ses yeux sur l’export, ne soutient pas suffisamment sa demande intérieure.

Ça barde entre Washington et Berlin. Après l'affaire des écoutes téléphoniques, le dernier rapport du Trésor américain sur les taux de change publié le 30 octobre met de l'huile sur le feu en taclant l'économie allemande. 

L'Allemagne exporte trop

Son modèle de croissance fondé sur la puissance des exportations est considéré comme l'une des causes majeure de la faible résilience de la zone euro. Le Trésor constate ainsi :

"L'Allemagne a conservé un large excédent commercial tout à long de la crise financière, et en 2012, [son] son excédent nominal courant était plus important que celui de la Chine. Le rythme anémique de croissance de sa demande intérieure et sa dépendance aux exportations ont entravé le rééquilibrage à un moment où de nombreux autres pays de la zone euro ont subit une pression sévère pour réduire la demande et compresser les importations".

Les Allemands doivent consommer plus

En clair, Washington reproche à Berlin d'avoir inondé l'Europe de ses produits et services alors, qu'en pleine crise de la dette, ses partenaires commerciaux étaient contraints de pratiquer des politiques de rigueur qui ont pesé sur leur propre croissance.

Pour le Trésor américain, cette situation a eu pour conséquence de provoquer une déflation dans la zone euro et dans le reste du monde. Aussi presse-t-il la coalition au pouvoir en Allemagne - toujours en cours de formation -  de soutenir davantage la croissance de sa consommation intérieure.

Ces critiques formulées par l'administration américaine ne sont pas tout à fait neuves : au mois d'avril, le précédent rapport sur les changes avait donné lieu à des observations du même ordre mais avec une intensité bien moindre. Les Pays-Bas étaient alors également désignés comme étant l'un de ces pays européens qui fondent trop leur croissance sur les échanges internationaux et pas assez sur la demande intérieure. Cette fois, le Trésor se montre beaucoup plus clair et sévère à l'égard de son partenaire commercial.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/11/2013 à 17:29 :
Moi aussi, je suis d'accord avec pima, et j'attends le leader qui prendra de vraies mesures de réduction de la dépense publique et d'augmentation de la durée du travail. Mais à supposer qu'on trouve un tel leader, les Français supporteraient-ils une telle politique ? Pas sûr. Depuis 30 ans, il n'y a que la démagogie qui a fonctionné.
a écrit le 01/11/2013 à 16:44 :
Mais que cherche-t-on finalement nous Français... ?

De rester sous la domination des anglo-saxons et de leur modèle financier à base de dettes toujours plus grosses qui profitent essentiellement à leur industries financières et qui nous asservissent années après années, avec un risque non négligeable d’être un jour ou l'autre totalement engloutis par l'énorme pyramide de Ponzi que les américains n'ont pas fini de faire croître comme leurs alliés anglais et japonais ?

Ou de s'affranchir de cette domination funeste en prenant notre destin européen en main et en recréant de la vraie valeur dans nos territoires, en faisant travailler nos ouvriers et nos ingénieurs, ... Comme les allemands le font ? Je suis sur que les allemands apprécieraient de la part de la France un peu plus de courage qui nous permettraient à nous tous européens de disposer d'un modèle économique nous permettant de nous affranchir de cette tutelle financière anglo-saxonne !

Alors certes, il y a un prix à payer pour cela : remettre en cause notre modèle social, ... Comme les allemands l'ont fait il y a dix ans !
C'est dur, mais ne veut-il pas mieux pour nos enfants de les aider à travailler plutôt que de les payer à rien faire, comme c'est le cas actuellement avec nos 5 millions de chômeurs ?

Sans compter que nous retrouverions ainsi de nouvelles marges de manœuvre pour financer les protections sociales que nous n'arrivons plus à assumer...

J'attends toujours le leader politique français qui se positionnera clairement dans ce sens, et mettra en oeuvre ces réformes indispensables. C'est une question de survie pour la France et pour l'idée que je me fais de l'Europe.
Réponse de le 01/11/2013 à 21:27 :
Entièrement d'accord ! Merci pour cette clairvoyance. Vous oubliez qu'il faut défendre notre richesse culturelle devant ce nihilisme globalisant qu'est la "culture" américaine...
Réponse de le 01/11/2013 à 21:27 :
Entièrement d'accord ! Merci pour cette clairvoyance. Vous oubliez qu'il faut défendre notre richesse culturelle devant ce nihilisme globalisant qu'est la "culture" américaine...
Réponse de le 01/11/2013 à 21:28 :
Entièrement d'accord ! Merci pour cette clairvoyance. Vous oubliez qu'il faut défendre notre richesse culturelle devant ce nihilisme globalisant qu'est la "culture" américaine...
Réponse de le 01/11/2013 à 21:28 :
Entièrement d'accord ! Merci pour cette clairvoyance. Vous oubliez qu'il faut défendre notre richesse culturelle devant ce nihilisme globalisant qu'est la "culture" américaine...
Réponse de le 02/11/2013 à 17:27 :
Moi aussi, je suis d'accord avec pima, et j'attends le leader qui prendra de vraies mesures de réduction de la dépense publique et d'augmentation de la durée du travail. Mais à supposer qu'on trouve un tel leader, les Français supporteraient-ils une telle politique ? Pas sûr. Depuis 30 ans, il n'y a que la démagogie qui a fonctionné.
a écrit le 01/11/2013 à 10:27 :
Est-ce que par hasard les cigales ne supporteraient plus le travail des fourmis?.
Réponse de le 12/11/2013 à 23:56 :
Faux, j'ai lu dernièrement que 20% des fourmis ne travail pas elles sont inactives......
a écrit le 01/11/2013 à 10:22 :
Est-ce que par hasard les cigales ne supporteraient plus le travail des fourmis?.
a écrit le 01/11/2013 à 8:12 :
Pas de fausse honte...Pourquoi vous etes meilleurs que nous?....on ne supporte pas la comparaison....vive la Fed... et ses resultats...un modele pour la france
a écrit le 31/10/2013 à 21:58 :
Le Trésor américain est vraiment mal inspiré. Depuis 25 ans, les Etats-Unis ont créé une bullet financière, dettes publiques et privées confondues, égale à quatre fois leur PIB. La croissance économique n'a été rendue possible que par l'endettement des ménages, plus de 100% du PIB, soit deux fois plus qu'en France et en Allemagne. Alors suivre le Trésor américain, non merci. Leur avis, c'est comme le conseil d'un ivrogne qui, jaloux de la sobriété de son voisin, lui demande de s'énivrer..
a écrit le 31/10/2013 à 20:52 :
A mourir de rire, les USA, un pays en faillite économique, qui imprime des dollars papier à la tonne toutes les minutes, espionne ses alliés pour saper leur économie et a plongé la planète entière en crise en 2008 à son profit, vient donner des leçons aux autres... Les américains sont des clowns mais des clowns dangereux.
a écrit le 31/10/2013 à 19:08 :
Qu'ils se goinfrent de hamburgers arrosés de coca, qu'ils soignent leur obésité et qu'ils nous fichent la paix.
Réponse de le 01/11/2013 à 10:20 :
Commentaire ridicule. Réagissez donc à l'article avant de sortir de telles absurdités anti-américain.
a écrit le 31/10/2013 à 19:01 :
En même temps qu'ils critiquent l'Allemagne, ils font marcher à fond la planche à billets, creusent sans cesse leurs déficits et sont incapables de mettre en place une politique de redressement des comptes. Ils se conduisent de façon irresponsable et font penser à la Grèce, mais ils prétendent donner des leçons. En fait, ils voudraient que l'Europe fasse comme eux, pour augmenter leurs exportations car leur calcul est purement égoïste. Ils seront responsables de la prochaine crise.
a écrit le 31/10/2013 à 18:15 :
Il ne faut pas se tromper : les E.U. ne s'interessent pas au sort des pays européens. Ce qu'ils disent n'est qu'ils veulent que nous, les Européens achètent leur produits. Ils s'en ficheront complètement si eux ils étaient excedentaires. D'ailleurs, il faut bien produire des choses que les autres souhaiteront d'acheter.
a écrit le 31/10/2013 à 17:45 :
Une balance des échanges très déficitaire est aussi mauvaise qu'une balance très excédentaire. Les excédents des uns sont les déficits des autres. Entre l'hyper consommation américaine et l'hyper consommation américaine, il doit y avoir un juste milieu. Les Etats devraient viser une balance commerciale à l'équilibre.
Réponse de le 01/11/2013 à 10:37 :
Tout à fait d'accord avec vous. Les excédents des uns sont les déficits des autres et s'ils sont faibles (les + comme les -), il n'y a pas de problèmes. Des situations trop déséquilibrées conduisent à la catastrophe dans tous les domaines.
Réponse de le 01/11/2013 à 10:37 :
Tout à fait d'accord avec vous. Les excédents des uns sont les déficits des autres et s'ils sont faibles (les + comme les -), il n'y a pas de problèmes. Des situations trop déséquilibrées conduisent à la catastrophe dans tous les domaines.
a écrit le 31/10/2013 à 17:17 :
d'où l'importance de sortir de l'Euro qui vampirise nos exportations. Marine a encore raison et merci l'oncle Sam de dire des vérités que nos politiques n'ont même pas intégrées.
Réponse de le 31/10/2013 à 17:47 :
@rémi : je pense que marine le pen est plus du côté outre rhin que du côté outre atlantique à mon avis. et cet article est un non sens économique car pour n'importe quel pays il faut mieux avoir une balance commerciale positive. L'inverse à moyen terme est néfaste (cas des américains et de notre chére France)
Réponse de le 31/10/2013 à 17:47 :
@rémi : je pense que marine le pen est plus du côté outre rhin que du côté outre atlantique à mon avis. et cet article est un non sens économique car pour n'importe quel pays il faut mieux avoir une balance commerciale positive. L'inverse à moyen terme est néfaste (cas des américains et de notre chére France)
Réponse de le 31/10/2013 à 17:53 :
@rémi : je pense que marine le pen et son père sont plus tournés outre Rhin que outre atlantique.
Cet article est un non sens en économie générale car à moyen et long terme il faut mieux avoir une balance commerciale positive le contraire devient néfaste (cas des états unis et de notre chère France )
Réponse de le 31/10/2013 à 19:04 :
L'article ne donne pas raison a M le Pen. Il ne critique pas l'euro mais la politique économique de l'Allemagne qui tient compte de ses intérêts de court terme et pas de l'intérêt de l'Europe et du reste du monde (dont les USA) et aussi de l'Allemagne a plus long terme puisque l'Allemagne ne peut vendre qu'à des pays européens si elle les affaiblit par ailleurs. Cela peut aussi souligner l'intérêt pour l'Europe de se coordonner en matière budgétaire et économique. L'Europe ne peut rester facilement comme un seul marché de libre concurrence entre pays adhérent, sans chercher a faire converger les aspects fiscaux, sociaux (salaires et charges) et budgétaires.
Réponse de le 31/10/2013 à 21:42 :
Pas de chance rémi,les Américains n'ont rien contre l'euro, mais contre l'Allemagne qui,avec 8 millions de salaires de misère inonde entre autres l'Euroland avec sa camelote au détriment des équilibre industriels et commerciaux ;tu écoutes trop la blondasse
Réponse de le 01/11/2013 à 11:40 :
La résurgence de notre identité Nationale par le Francs semble vous gêner , peut-être avez vous du mal à vous identifier dans de nouvelles perspectives sans l'Euro. Alors vous aurez à faire un sacré travail .
a écrit le 31/10/2013 à 17:07 :
Les USA, couverts de dettes, si prompt a critiquer la politique de l'Allemagne, n'auraient pas par hasard le doux souhait de voir l'Allemagne encourager sa demande intérieure pour lui vendre des bons produits made in America ? Nos amis américains qui nous espionnent pour notre salut, et nous vendent leurs marchandises en dollar tout en les faisant fabriquer en Chine, nous ont habitué à la devise "rien n'est pus cher qu'un véritable ami". En traitant l'Allemagne d'égoïste, ils se trompent, ils devraient davantage se regarder dans le mirroir.
Réponse de le 31/10/2013 à 17:33 :
"En traitant l'Allemagne d'égoïste, ils se trompent"
= c'est vous qui vous trompez, l'Allemagne fait fabriquer dans les pays de l'est et ensuite assemble sur le territoire allemand pour ensuite y mettre son fameux made in Germany vendu très cher.
Réponse de le 31/10/2013 à 18:25 :
Les exportations allemandes se réalisent au détriment des exportations américaines (mais pas seulement) donc Washington (et Paris également) voudrait bien que l'Allemagne perde du pognon en relançant sa consommation intérieure pour minimiser sa dette. Le malheur des uns fait souvent le bonheur des autres.
Réponse de le 01/11/2013 à 15:24 :
@arf

Le tableau de l'Allemagne est beaucoup plus sombre que ce vous dites. L'Allemagne c'est opposé avec force à la taxation des produits chinois quitte à se mettre à dos nombre de ses partenaires européens car cela pénaliserait durement son industrie notamment automobile dont le gros des sous-traitant est situé en Chine. L'assemblage est réalisé sur le territoire allemand par des immigrés d'Europe de l'Est payés une misère. Cela avait lancé outre-Rhin un débat sur le "Made in Germany".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :